Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

02/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni ce jour les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Ce mercredi Jean-René Etchegaray en présentera les pistes.

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

17/02/21 : Charente-Maritime : ce jeudi, une intervention dans le cadre des travaux de réparation du pont de la Laisse, situé sur la RD9 à Charron entraînera une fermeture à la circulation entre la RD137 en Vendée et la RN11 en Charente-Maritime, de 9h à 16h.

15/02/21 : La Rochelle : Lutte ouvrière organise une journée à la rencontre mercredi 17 février, de 10h30 à 12h30 puis de 16h à 18h sur le vieux port (cours des Dames) où une structure sera montée, ainsi que dans les rues piétonnes du centre-ville.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 02/03/21 | Un tiers-lieu hybride en Charente-Maritime

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir le syndicat mixte Cyclad à Surgères en Charente-Maritime à hauteur de 60 000 euros pour la création d’un tiers-lieu hybride. Ce tiers-lieu a pour objectif de développer les nouvelles formes de travail, de créer des ateliers partagés et d’accompagner la création de nouvelles activités. Sur 1 200 m², le lieu comprendra notamment un atelier bois destiné au prototypage et à la réalisation d’ateliers

  • 02/03/21 | Le 1 000e agent vacciné au Centre hospitalier de la Côte basque

    Lire

    Le 1 000e agent du Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne a été vacciné contre le Covid en début de semaine. Un médecin réanimateur qui est en première ligne face à la prise en charge des patients les plus atteints par cette maladie. La campagne avait débuté le 6 janvier avec le vaccin Pfizer pour les agents de plus de 50 ans, ou présentant un risque accru. Un rythme que l'introduction, le 7 février, du vaccin AstraZeneka a accéléré. A ce jour, en moins de deux mois, au moins un tiers de l'effectif de l'hôpital basque aura reçu une première injection.

  • 25/02/21 | Une nouvelle gamme de produits bio et sans sucres dans le Pays Basque

    Lire

    A Bardos (64), Elikatxo produit, transforme et commercialise des jus de fruits et des soupes. Afin d’élargir sa gamme de produits bio et sans sucres, l’entreprise doit créer une ligne de production automatisée. Pour aider la société dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué une subvention de 30 270 euros lors de sa dernière commission permanente.

  • 25/02/21 | Mimizan va accueillir un tiers-lieu

    Lire

    Mimizan, territoire assez isolé en dehors de l’été, a décidé de créer un tiers-lieu, au travers de l’association « Lily dans les étoiles », pour permettre aux habitants de se rencontrer, d’échanger, de travailler mais aussi pour favoriser le lien social. Cette association, constituée d’une quarantaine de professionnels locaux issus de secteurs divers, souhaite avec ce tiers-lieu créer un pont entre le dynamisme économique de la saison estivale et l’activité des résidents à l’année. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet à hauteur de 60 000 euros.

  • 25/02/21 | Dordogne : Rubi Cuir forme tous ses salariés

    Lire

    A Boulazac, Rubi Cuir fabrique des pièces de maroquinerie pour le secteur du luxe. Afin d’acculturer les salariés à ces savoir-faire particuliers, l’entreprise a mis en place un parcours de formation interne afin de professionnaliser rapidement les nouveaux salariés. Les enjeux de développement de l’entreprise portent aussi vers une professionnalisation des formateurs. Pour les aider à cela, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué à l’entreprise une aide de 67 708 euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | AE KAH: Une association au cœur des femmes ivoiriennes depuis Bordeaux

06/02/2020 | L'association AE KAH se mobilise pour aider les femmes seules à retrouver leur place dans la vie sociale ivoirienne.

AE KAH

Dans de nombreux pays les femmes restent à l'écart de la société. Après la perte d’un mari, une crise économique, ou encore par manque d’alphabétisation, elles peuvent se retrouver abandonnées et seules face aux épreuves. Cette réalité, Honoré Kouadio, agent immobilier à Bordeaux, l’a observée lors de ses voyages réguliers en Côte d’Ivoire, sa terre natale. C’est pour lutter contre ce difficile constat qu’il a fondé l’association AE KAH en 2009 afin d’aider ces femmes à conquérir leur autonomie. Nous sommes allés à sa rencontre pour en savoir plus l'association, ses missions et ses projets.

AE KAH : celui qui est orphelin, abandonné, en langue baoulé. Honoré Kouadio a choisi ce mot originaire de sa langue maternelle pour décrire les femmes ivoiriennes auprès desquelles son association intervient. Elles sont abandonnées de tous et livrées à elles mêmes”. Elles sont mises de côté par les politiques, par l’Etat et sont veuves pour la plupart ” décrit-il. Le but de cette association est  d’aider ces femmes à trouver la force et la volonté de s’autonomiser. 

AE KAH base son développement sur la collaboration entre Bordeaux et certains villages en côte d’ivoire. “Bordeaux nous permet d’organiser des événements afin de recueillir des dons pour intervenir sur le terrain dans les villages” explique Honoré Kouadio. 

Cette collaboration entre Bordeaux et les villages de Kayeta, Pkèssèkro, de Divo, Béoumi et  Petit Paris à Yamoussokro permet à AE KAH d'intervenir sur deux volets, “AE KAH agricole et AE KAH médical”. AE KAH agricole consiste à obtenir des hectares de terrain dans les villages.  “ nous avons par exemple pu obtenir 1000 hectares de Pkèssèkro, 800 à Kayeta pour cultiver du riz et du maïs, les travaux ont déjà commencé. Concernant la partie médicale, nous récupérons des lits médicalisés qu’on obtient par des hôpitaux, des chaises roulantes, à peu près tout ce qui est matériel médical ici à Bordeaux qu’on ramène dans les dispensaires des villages, on envisage aussi de faire une collaboration entre les médecins des dispensaires des villages et ceux d’ici”.

Femmes en action

“Une fois qu’une femme, qu’une mère est autonome elle entraîne avec elle, le développement de sa famille, de sa localité. Une femme indépendante c’est toute une région qui s'émancipe” déclare Honoré Kouadio. L’association veut aussi à travers ses actions développer l'accès à l'éducation. Il annonce la mise en place des cours du soir pour permettre aux femmes des villages dans lesquelles l’association est présente de trouver ou de retrouver les voies de l’éducation.

“C’est compliqué d'être une femme et ça l’est encore plus si la femme n’a pas accès à l'éducation, à l'indépendance ”, affirme t-il. Autre point positif selon lui de cette initiative : « si une mère est instruite les enfants le seront aussi ». Aujourd'hui AEKAH, s’occupe en effet de la réinsertion d'une cinquantaine de femmes et des enfants orphelins à qui elle fournit cahiers, livres et vêtements. 

AE KAH

Mais dans cette lutte, la femme joue un rôle majeur, elle est actrice de son autonomisation, elle prend part à toutes les actions. “Les femmes des différents villages sont au devant de tout”, avance Honoré Kouadio qui insiste : "l'idée est de permettre à ces femmes de subvenir à leurs besoins et à celui de leurs enfants. Ce sont elles mêmes qui se chargent de la supervision des plantations, elles utilisent les tracteurs, elles sont aidées par des ingénieurs agronomes et certains jeunes du village mais ce sont elles qui dirigent et mènent les projets", poursuit-il. 

Le but du combat que mène l’association et ses membres est de rendre ces femmes de kayeta, de Pkéssékro et de Petit Paris à Yamoussoukro maîtresses de leur autonomisation, et permettre ainsi aux femmes d’autres localités de nourrir cette volonté d'émancipation.

2020, une année chargée
Outre la recherche de bénévoles “motivés et déterminés parce qu’ils seront amenés à intervenir sur le terrain, aller dans les villages, aider à cultiver, et ça à n’importe quel moment” , l'année 2020, s’annonce chargée pour AE KAH.
“Nous avons un reboisement à faire du centre de la Côte d’Ivoire jusqu’au nord, c’est un grand chantier qui nous attend. Nous voulons aussi mettre en place un marché brocante à Yamoussoukro pour que les femmes puissent aller vendre ce qu’elles ont cultivé et que cela permette un déplacement des habitants de la ville vers les villages.” 

Mais à Bordeaux aussi l'association continue de se mobiliser notamment autour de l'organisation d'une Journée de l’autonomisation de la femme qui se tiendra en juin, avec des concerts et des conférences débats. “Cette journée nous permettra justement de recueillir des fonds pour réaliser ces projets”, explique le président de l'association qui prépare prochainement un nouveau voyage en Côte d'Ivoire, pour cette fois livrer du matériel scolaire aux enfants de cinq villages partenaires.

Kevyne Grah
Par Kevyne Grah

Crédit Photo : AE KAH

Partager sur Facebook
Vu par vous
2670
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 5 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !