18/12/17 : Alain Juppé et plusieurs maires dont Martine Aubry réclament le soutien de l'Etat car "2017 s’achève sur une hausse massive de la demande d’asile et de nouveaux arrivants mettant sous une extrême tension les politiques publiques (...) classiques"

17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | AEC : Quand la presse a le devoir d'innover

10/03/2010 |

Débat AEC : Quand la presse a le devoir d'innover à l'IJBA (Bordeaux)

Pour son deuxième temps fort de la « Chaire des Civilisations numériques » Aquitaine Europe Communication, l'AEC , l'agence des initiatives numériques, proposait ce 9 mars à Bordeaux un thème de débat en manière d'injonction : innover, innover c'est un impératif catégorique. Eric Scherer directeur stratégie et relations extérieurs de l'AFP, l'Agence France presse, s'emploie, pour sa part, à percer à la manière d'un « anti-brouillard » cet univers qui change à la vitesse grand V avec ce constat : la presse plus que jamais après avoir souvent pris beaucoup de retard doit se préparer à de profondes mutations, au lieu de s'installer dans le déni de la révolution de l'information qui est engagée.

Dans le foisonnement actuel retenons surtout le décryptage de Scherer et son inventaire des points de rupture : la baisse de la valeur économique de médias quand on la met en vis à vis avec les nouveaux usages, en particulier ceux des jeunes qui « veulent en avoir pour leur argent », le passage de l'économie de l'offre à celle de la demande,l'arrivée d'une sorte d'économie dictée par l'attention une manière de«temps de cerveau disponible » chère naguère à l'ex-patron de TF1 Le Lay, un phénomène qui concurrence de plein fouet les médias traditionnels, l'énorme fragmentation de la consommation de l'information, la fin du journalisme de surplomb « magistral », le déni de la révolution numérique dans les médias traditionnels. Mais aussi l'émergence de concurrences inattendues, celle de petites équipes qui créent leur média.

La révolution marxiste pour la première fois...
Et Eric Scherer de risquer cette affirmation pour expliquer la désintermédiation en marche : la révolution marxiste réussit pour la première fois, dans la mesure où le public, privé des moyens de production s'en est emparé. Que reste-t-il aux journalistes dont le nombre d'emplois diminue partout dans la presse occidentale ? Réponse : la collecte de l'information, l'enquête, l'investigation, le tri de l'information, l'analyse. Un tableau dans lequelchacun qui aime ce métier et le pratique avec un corpus de valeurs bien chevillées peut se reconnaître. Encore faut-il savoir protéger ses contenus et trouver les moyens de vivre, ce fameux modèle économique que la presse internet tente de construire, le plus souvent sur le mode de la gratuité et sur fond de crise économique.

Sud Ouest : le changement en marche
Difficile challenge à relever pour des groupes qui doivent changer de braquet au moment où la presse quotidienne, régionale en particulier, subit l'érosion continue de sa diffusion et des pertes au sein de son activité de médias gratuits d'annonces qui s'évade vers le net. Yann Chapellon, sans nier ses difficultés, n'a pas tardé à les dépasser, en soulignant le potentiel du groupe Sud Ouest et la valeur d'une rédaction sans laquelle la mutation en cours vers le net serait plus aléatoire : « nous avons arrêté de reproduire le journal en ligne, nous renforçons des équipes, installons un « desk » spécifique au journal en ligne, au cœur de l'information en continu ». Un nouveau site va donc voir le jour entre le 25 mars et le 3 avril, l'information locale étant organisée autour d'un tryptique : actualité, sport, fait divers. L'ancrage géographique s'organisant à partir des«bassins de vie et des lieux de vie ». Et, à terme, chaque correspondant du journal disposera de son blog. Ce bloggeur dont Ternisien craint, au passage, la « lassitude ». La connexion aux réseaux sociaux devrait être l'un des objectifs majeurs de la refonte en cours à Sud Ouest, et ceci à partir du constat de Chapellon : un lecteur internaute passe 45 minutes par jour sur Facebook 

"Ayez des projets!"
A l'heure du débat avec la salle, à l'IJBA, c'est encore la délicate question du modèle économique de la presse numérique qui a principalement refait surface. Sur un site de presse, où faut-il placer le curseur des éléments que les internautes accepteront de payer et ceux qui devront rester gratuits ? La vision de l'information comme un bien public peut-elle justifier des financements de grand reportage d'investigation par de grandes fondations, des ONG ou suite au vote des internautes en faveur de tel ou tel sujet ?
Mais, de façon assez paradoxale ces questions et interventions n'étaient pas celles des étudiants de l'Ijba, mais du public extérieur à l'école. Le silence de ces futurs journalistes provient-il, comme l'a suggéré Eric Scherer de leur vision trop attachée à un journalisme « à l'ancienne » ? Face à cela, le Directeur Stratégie et Relations extérieures de l'AFPles exhorte : « ne rêvez pas d'aller bosser pour Libé ou TF1 ! Au contraire, ayez des projets ! Vous pouvez venir concurrencer Sud Ouest avec quelques idées innovantes. Les coûts de production sont quasi nuls, il n'a jamais été aussi facile d'essayer de se lancer ! » Peut-être a-t-il fait naître quelques ambitions numériques ?

Photo : I. Camus

Joël Aubert et Solène Méric

Partager sur Facebook
Vu par vous
261
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !