Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/11/20 | L'alimentation de proximité grandit en Ribéracois

    Lire

    Lors de la Commission permanente du 23 novembre, la Région a décidé de soutenir le projet porté par le Club d’entreprises du Pays Ribéracois « Bien manger en Ribéracois – Développement de pratiques alimentaires saines et locales » à hauteur de 64 581 euros. Ce projet vise à développer les partenariats économiques entre acteurs du système alimentaire local et avec pour objectifs de fédérer et dynamiser les initiatives en faveur de l’agriculture et l’alimentation de proximité notamment.

  • 30/11/20 | Jean Tavernier n'est plus

    Lire

    Cet humaniste était entré en politique sans l'avoir cherché par la grâce de Chaban en 1986 lors des élections régionales; deux ans plus tard il sera président du Conseil régional poste qu'il occupera jusqu'en 1992. Jean Tavernier figure de la médecine hospitalière bordelaise s'en est allé à l'âge de 92 ans. Alain Rousset lui rend hommage :"Il a laissé au Conseil régional le souvenir d'un homme de coopération et d'écoute. Dans le prolongement de l'adhésion de l'Espagne à la CEE, Jean Tavernier s'était particulièrement impliqué dans la coopération entre régions transfrontalières. qui donneront naissance à des partenariats institutionnels au long cours ..."

  • 30/11/20 | Les Chemins de l’Art Rupestre Préhistorique a un nouveau président

    Lire

    A l’occasion du renouvellement du Bureau Directeur de l’association ; principal réseau de tourisme archéologique du continent, Germinal Peiro, président du Conseil Départemental de la Dordogne, a été élu Président de l’Association pour la période 2020-2024. Initiée en 2010 en tant que projet d’initiative européenne de promotion, du patrimoine, de la culture et du tourisme, l’Association est une association internationale qui compte 151 sites d’art rupestres et près de 41 institutions dans tout le continent européen.

  • 30/11/20 | Travaux d’urgence sur les lignes Brive-Ussel et Périgueux-Brive

    Lire

    Afin de sauvegarder le réseau néo-aquitain, le Conseil régional s’est engagé en faveur d’un Plan Directeur d’investissements du réseau ferroviaire. Compte-tenu de l’état très dégradé des lignes régionales, des travaux d’urgence vont être menés sur 6 axes en 2021 parmi lesquels Brive-Ussel et Périgueux-Brive. La Région va prendre en charge 3 930 000 euros.

  • 30/11/20 | Lacs médocains: Début du programme global de restauration

    Lire

    Le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté une subvention de 184 000€ au Syndicat intercommunal d’aménagement des eaux du bassin versant des étangs du littoral girondin. En effet, les deux grands lacs médocains et le bassin d’Arcachon sont des écosystèmes qui apportent beaucoup à l’activité économique et touristique. Seulement, ils sont soumis à des risques de dégradation de l’eau. C’est donc dans un but de restauration et préservation que le programme global des restauration des zones humides et des lacs médocains est mis en oeuvre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Agir Tôt, une campagne pour repérer les troubles du développement chez l'enfant

15/10/2020 | Menée du 12 au 18 octobre, la campagne Agir Tôt est une campagne de sensibilisation face aux difficultés de développement chez les jeunes enfants de 0 à 6 ans.

Le visuel de la campagne nationale

Toute la semaine, les professionnels de la petite enfance lancent "Agir Tôt", une grande campagne nationale de dépistage des troubles du neuro-développement chez le tout-petit. Le but est d'agir précocement auprès des enfants et de leurs familles. Marie Moulènes directrice administrative du CAMSP, centre d’action médico-sociale précoce de Périgueux et Jean-Benoît Dauphin, médecin pédiatre, expliquent les intérêts de cette campagne et le rôle de la structure qui est un outil de prévention, d'orientation et de soins pour les familles ayant de jeunes enfants.

Depuis quelques années, les études scientifiques se multiplient et parviennent toutes au même constat : les 1 000 premiers jours de l’enfant, de la conception à la naissance, sont fondamentaux pour son développement cognitif et sa bonne santé à l’âge adulte. En Dordogne, le Département a mis en place le centre d’action médico-sociale précoce (CAMSP) dès 1978 pour assurer le suivi des enfants qui rencontrent des difficultés de développement. Aujourd'hui, le CAMSP compte trois antennes : Périgueux, Bergerac et depuis cette année, Sarlat et accueille des enfants entre 0 et 6 ans.
"Nous accueillons les parents sans prescription médicale. Ils représensentent un tiers de nos visites. Beaucoup des familles que nous recevons viennent sur les conseils des professionnels de la petite enfance, de la PMI ou du secteur hospitalier, moins du médecin généraliste. A partir de l'âge de 4 ans, l'Education nationale devient prescripteur. En 2019, nous avons accueilli 320 enfants, et nous en  suivons en simultané 254 avec les sorties et les entrées", explique Marie Moulènes. Le CAMSP de Périgueux a une originalité, c'est une structure du Conseil départemental depuis sa création, financée à 80 % par l'Agence régionale de santé et à 20 % par la collectivité. En France, ils ne sont que trois dans ce cas. 

"Souvent, les familles prennent contact avec nous, pour un trouble du langage, un retard supposé à l'âge de 2 ou 3 ans.  C'est un des principaux signes d'alerte, ils représentent 20 % des motifs de consultation, 17 % concernent un trouble du comportement," souligne Marie Moulènes. Pour les familles, il faut souvent patienter entre deux et trois mois entre la réception du dossier d'incription et le premier rendez vous. "Nous avons revu notre procédure d'inscription. La première rencontre a lieu avec une puéricultrice sur Périgueux et Bergerac ou l'assistante socio-éducative sur Sarlat. Elles accueillent la demande de la famille et recueillent les premiers éléments  de  situation de l'enfant (bilan médicaux, situation, fratrie) et elles les transmettent à l'équipe. Cela permet de gagner en fluidité pour la prise en charge et de remettre la famille au coeur du projet. Le rendez-vous avec le médecin, n'a lieu qu'ensuite. C'est lui qui va ensuite proposer un projet de soins et d'accompagnements."  La durée moyenne de prise en charge de chaque enfant est de 22 mois.
" L
es familles qui viennent au CAMSP se posent des questions  ou ont des doutes et généralement, elles ont raison. Nous ne rencontrons pas d'abus. A la sortie qui peut être à l'âge de six ans ou avant, 37,5 %, sont orientés vers une CMP, ou un CATTP, une structure sanitaire, 29 % en suivi libéral. En cas de syndrôme autistique, l'orientation peut se faire avant, en fonction des places disponibles, par exemple vers une UEMA (Unité d'Enseignement en Maternelle Autisme) dès la petite section de maternelle"
, ajoute le docteur Jean-Benoît Dauphin. 
Le centre abrite une équipe pluridisciplinaire d'une vingtaine des personnes composée d'un pédiatre, de psycholoques, de neuro-psychologues, des orthophonistes, des psychomotriciens, et des assistantes socio-éducatives et des secrétaires médicales répartis sur les trois antennes. Un recrutement d'un médecin à temps partiel pour l'antenne de Sarlat est envisagé. 

Neuf films drôles pour interpeller les parents 

Chaque année, plus de 30 000 enfants de moins de 6 ans qui souffrent de retard de développement devraient être suivis de manière précoce et ne le sont pas. L’épidémie de COVID-19 a accentué ce problème et beaucoup de tout-petits sont restés éloignés des dispositifs de repérage. "Un de nos objectifs est de faire baisser l'âge d'entrée. Notre volonté est d'intervenir dès les tout-petits. La sensibilisation de toutes et tous est d’autant plus nécessaire et urgente aujourd’hui", poursuit Marie Moulènes. C'est pourqui l'ANECAMSP a conçu « Agir Tôt » : une série de 9 films d’animation destinés à informer le grand public sur l’importance de la prise en charge précoce des troubles du développement. Cette campagne s’accompagne d’un volet digital avec le site https://agir-tot.fr/. Elle est diffusée cette semaine, jusqu'au 18 octobre, sur les antennes de France Télévisions.
Les 9 films illustrent de façon simple des signes d’alerte tels que « Votre enfant ne tient pas sa tête » ou « Votre enfant a des gestes répétitifs » qui doivent conduire à agir.  L'intérêt de cette campagne est de montrer aux parents qui sont les premiers à observer leurs enfants, quels sont les signes qui doivent les alerter. " Pour les parents, il n'y a pas de mauvaise question. Entre 0 et 6 ans, l’enfant se développe dans cinq grands domaines : motricité globale, motricité fine, langage, perception-cognition et socialisation. Pour chacun d’eux, des signes simples permettent de déceler des comportements qui doivent interroger, susciter des doutes, et alerter. Le but de repérer tôt les difficultés, c'est d'agir précocément sur la plasticité cérébrale, pour rattraper ou adapter le contexte de vie, et ainsi lui assurer un avenir meilleur", explique le docteur Dauphin.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Agir tôt

Partager sur Facebook
Vu par vous
3416
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 3 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !