Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 04/03/21 | Limoges : Le Village des Restaurateurs est prolongé

    Lire

    Depuis le 23 février, la Ville de Limoges a mis a disposition de l’Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie de la Haute-Vienne 12 chalets place de la Motte pour permettre aux restaurateurs d’organiser de la vente à emporter. Face au succès rencontré, cette opération « Le Village des Restaurateurs » est prolongé du 9 au 21 mars. Le Village est ouvert du mardi au jeudi de 10h à 14h et du vendredi au dimanche de 10h à 15h.

  • 03/03/21 | Poitiers : une collecte de protections hygiéniques ce 6 mars

    Lire

    Ce samedi 6 mars dans le cadre de la Journée Internationale des droits des femmes, le CCAS de Poitiers organise une collecte de protections hygiéniques pour lutter contre la précarité menstruelle. De 14h à 17h30, des boites seront disposées dans deux Carrefour City du centre-ville (rue Carnot et place du marché), ainsi que dans le Monoprix à l'entrée du centre commercial des Cordeliers. Des bénévoles seront présents pour accueillir, informer et échanger sur le sujet de la précarité menstruelle.

  • 03/03/21 | Grand Poitiers : le concert de "The Beggar’s Ensemble" disponible

    Lire

    Nous vous en avions parlé le 9 février dernier dans cet article. The Beggar’s Ensemble avait enregistré en vidéo au conservatoire de Grand Poitiers Gin Craze, un récital de morceaux de musique baroque composés par des Anglais dans la première moitié du XVIIIe siècle. Le concert (de 58 minutes) est sorti sur la page Facebook de l'ensemble, celle de Grand Poitiers et celle du conservatoire de Grand Poitiers ainsi que sur la page Youtube de Beggar’s Ensemble.

  • 02/03/21 | Un tiers-lieu hybride en Charente-Maritime

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir le syndicat mixte Cyclad à Surgères en Charente-Maritime à hauteur de 60 000 euros pour la création d’un tiers-lieu hybride. Ce tiers-lieu a pour objectif de développer les nouvelles formes de travail, de créer des ateliers partagés et d’accompagner la création de nouvelles activités. Sur 1 200 m², le lieu comprendra notamment un atelier bois destiné au prototypage et à la réalisation d’ateliers

  • 02/03/21 | Le 1 000e agent vacciné au Centre hospitalier de la Côte basque

    Lire

    Le 1 000e agent du Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne a été vacciné contre le Covid en début de semaine. Un médecin réanimateur qui est en première ligne face à la prise en charge des patients les plus atteints par cette maladie. La campagne avait débuté le 6 janvier avec le vaccin Pfizer pour les agents de plus de 50 ans, ou présentant un risque accru. Un rythme que l'introduction, le 7 février, du vaccin AstraZeneka a accéléré. A ce jour, en moins de deux mois, au moins un tiers de l'effectif de l'hôpital basque aura reçu une première injection.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Agnès Buzyn au CHU de Poitiers pour améliorer les services d'urgences

04/09/2019 | La ministre des Solidarités et de la Santé est venue au CHU de Poitiers pour une série d'annonces sur le fonctionnement des services d'urgences de France

Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé, était en visite ce lundi 2 septembre au CHU de Poitiers

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, s’est rendue ce lundi 2 septembre au CHU de Poitiers. Une visite surprise, programmée au dernier moment. La ministre a fait le tour d’un service d’hospitalisation et du centre d’appel du SAMU, entrevue le personnels des urgences. L’occasion de mettre en avant le CHU de Poitiers qui est doté d’un mode d’organisation innovant. Mais ce n’est sans doute pas par hasard si Agnès Buzyn a choisi Poitiers, le service des urgences connaît certes une augmentation de sa fréquentation, mais n’a pas fait grève. Depuis le printemps, plus de 230 services hospitaliers d’urgences sont touchés par ce mouvement qui a tendance à se durcir. La ministre a fait quelques annonces dans le but de désengorger ces urgences et de mieux les organiser.

Une annonce surprise, ce lundi 2 septembre dans la matinée, au dernier moment, celle de la venue d’Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé. Elle s’est rendue l'après-midi au service des urgences du Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers. « Je suis venue ici parce que j’avais besoin de m’inspirer de la situation d’un service d’urgences qui fonctionne. A Poitiers, ils ont eu à faire face à une augmentation des activités ces dernières années, identique à celles des autres services nationaux. Mais ils ont anticipé cette augmentation d’activité, en mettant en place des interactions avec la médecine libérale, avec des EHPAD, en travaillant les filières d’admission dans l’hôpital et ils font preuve d’une inventivité en terme d’organisation, ce qui permet de fluidifier les parcours des patients et de lever un peu les tensions sur les soignants. » Un établissement qui fait office d’exception, puisque les urgences poitevines n’ont connu aucun jour de grève, alors que depuis le printemps, 233 services d’urgences, connaissent un mouvement de grève.. 

"Trouver une solution pérenne"

En réponse à cette situation, le député LREM, Thomas Mesnier et le professeur Pierre Carli (SAMU de Paris) ont été missionnés cet été « pour recueillir les bonnes idées ». Ils ont interrogé  des soignants, des équipes paramédicales et médicales pour voir comment ils pourraient améliorer la situation des urgences en France. Leur rapport devrait être remis en novembre. « C’est un symptôme du dysfonctionnement général de notre organisation, commente la ministre. Nous avons besoin de trouver une solution pérenne pour améliorer la situation Il ne faut pas juste soigner cette fièvre ressentie au niveau de l’activité des urgences, parce qu’en réalité nous serons dans la même situation dans deux ou trois ans. Nous avons besoin de réfléchir à l’ensemble de la chaîne d’organisation des services d’urgences en amont et en aval ». 

Le CHU de Poitiers cité en exemple pour le fonctionnement de son service d'urgences

Agnès Buzyn a donc profité de son déplacement à Poitiers pour effectuer des annonces autour de trois moments :  l’amont des urgences, l’organisation des urgences et l’aval des urgences. 

En ce qui concerne l’amont, la première mesure évoquée par Agnès Buzyn consiste à ne plus accepter ou à réduire au maximum le passage aux urgences des personnes âgées. « Pour cela nous devons faire en sorte que tous les services d’urgences travaillent à une filière d’admission directe des personnes âgées dans les services, afin de leur éviter des passages inutiles aux urgences qui font perdre du temps et qui souvent choquent nos concitoyens. » Pour cette mise en place, la ministre prévoit une incitation financière à tous les hôpitaux qui se doteront de cette filière d’admission directe. La ministre des Solidarités et la Santé a également cité en exemple le SAMU de Poitiers qui est doté d’une assistance vidéo avec les EHPAD (établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes). « Je demande également à tous les services d’urgences et notamment le SAMU de mettre en place ce que j’ai vu aujourd’hui dans ce service, c’est-à-dire une vidéo assistance entre les EHPAD et le SAMU de façon à mieux orienter les patients et à éviter des passages aux urgences, lorsqu’il s’agit de pathologies bénignes qui peuvent être prises en charge au sein même de l’EHPAD ».  La deuxième mesure, (toujours en amont des urgences), concerne la médecine libérale. « Je souhaite  la rendre plus attractive, en lui apportant les mêmes avantages que la médecine hospitalière. » Dans le viseur, les avances de frais. « Je veux mettre en place un tiers payant généralisé pour les médecins de garde et que les transports sanitaires soient mieux pris en charge vers les cabinets libéraux ou les maisons de santé, les centres de santé. » Car aujourd’hui, quand on est pris en charge par une ambulance, on se retrouve systématiquement orienté vers les urgences. « Enfin je souhaite mettre en place de la biologie au sein des cabinets libéraux ; parce que souvent un simple examen de biologie permet de lever un doute et d’accélérer un diagnostic, de rassurer. Je vais demander à tous les laboratoires de biologie, d’organiser de la « biologie simple »,pour des analyses courantes, au sein des maisons de santé et des centres de santé, de façon à ce que nos concitoyens trouvent les mêmes avantages à aller voir un médecin libéral qu’à aller aux urgences, lorsqu’il s’agit de pathologie a priori bénignes ».

« Manager » les lits

Concernant l’organisation des urgences, Agnès Buzyn aimerait que « tous les services d’urgences structurent les filières de soin avec leurs partenaires de la médecine de ville et en interne à l’hôpital ». La ministre veut accélérer la prise en charge des malades en permettant à certains personnels paramédicaux de faire des gestes qu’ils ne peuvent pas faire aujourd’hui, parce qu’ils doivent attendre un avis médical. « Je pense par exemple à la prescription d’un examen de radiologie ou à des sutures. Je souhaite que s’accélèrent les protocoles de coopération au sein des services; Cela permettra également de donner à ces paramédicaux la prime de coopération que j’avais annoncée au mois de juillet, qui est de 80 euros net. » Enfin, Agnès Buzyn a annoncé la création dès la rentrée de 2020 d’une filière d’infirmier de pratique avancée en médecine d’urgences. « Ils vont avoir des compétences améliorées et vont pouvoir dégager du temps médical par rapport à des gestes simples notamment », explique-t-elle. 

Enfin la prise en charge en aval. « On sait que beaucoup d’urgentistes ont des difficultés à faire admettre les patients dans les services de l’hôpital. Ils passent beaucoup de temps pour trouver des lits. » Poitiers a opté pour un système nommé « Bed manager ». Il y a des personnes qui sont chargées d’organiser et de trouver des lits au sein de l’hôpital. « Je souhaite que tous les services hospitaliers dans lequel il y a un service d’urgences se dote d’une organisation pour le management des lits, c’est-à-dire identifier chaque jour le nombre de lits nécessaires à la prise en charge des urgences. Je vais demander que cet indicateur du nombre de lits nécessaires en anticipation de façon quotidienne soit disponible pour tous les services d’urgences d’ici la fin de l’année ». 

Voici les premières mesures annoncées par la ministre des Solidarités et de la Santé. Elle en promet d’autres, puisque le lundi 9 septembre, elle rencontre les fédérations hospitalières, les syndicats et le collectif inter-urgences ainsi que les médecins libéraux. « Nous travaillons cette semaine avec eux pour aller plus loin dans les propositions concrètes qui seront faites pour les années qui viennent, puisque je veux impérativement que la situation et la qualité de vie au travail des professionnels s’améliorent. Je crois que nous sommes tous conscients aujourd’hui qu’il y a une urgence aiguëe, un symptôme de dysfonctionnement de la chaîne de prise en charge des malades et qu’il faut travailler sur tous les leviers d’amélioration de cette continuité de prise en charge de l’amont, de la ville, à l’aval, la prise en charge des hôpitaux ». Des mesures risquent  d’être prises également à la suite de la publication d’un rapport de la mission urgences dont le professeur Pierre Carli et le député LREM Thomas Mesnier sont membres.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo :

Partager sur Facebook
Vu par vous
4944
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 7 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !