Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/05/18 | BHNS Bordeaux/Saint-Aubin : le Conseil d'État tranche

    Lire

    Le Conseil d'État a tranché et confirmé la décision de suspension de la déclaration d'utilité publique du futur BHNS Bordeaux/Saint-Aubin, en rejet du pourvoi en cassation de la métropole en octobre dernier. Le principal motif de rejet ? "Un vice de forme relatif au contenu de la notice explicative présentant le projet de lors de l’enquête publique", notamment concernant l'absence de justification dans le choix du tracé. Déjà repoussés à cet été, le début des travaux pour le futur BHNS pourraient être repoussés de plusieurs mois.

  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Agrocarburants : l'alimentaire dans les moteurs ou dans les estomacs?

29/05/2008 |

Agrocarburants: l'alimentaire dans les moteurs ou dans les estomacs ?

Il est maintenant bien difficile de faire admettre la filière de production d'agrocarburants à partir de produits agricoles alimentaires. Celle-ci fonctionne dans les pays développés, Etats-Unis et Europe et au coeur d'une économie faite d'acteurs solvables, et comme le dit Claude Lacadée, ex-directeur économique de l'Association Générale (France) des Producteurs de Maïs, il n'est pas sûr que les tonnages qui sont transformés en carburant, ou les terres qui servent à les produire, contribueraient à l'alimentation des populations affamées. Pour la bonne raison -le constat est certes terrible au plan humain- que celles-ci n'ont pas les moyens de les payer.

Il est d'ailleurs curieux de constater que ceux qui poussent des cris d'orfraie en face de la "carburisation" de produits agricoles alimentaires (maïs, graines oléagineuses essentiellement) sont souvent les mêmes que ceux qui, il n'y a pas si longtemps, condamnaient l'agriculture à vocation exportatrice, française notamment. Or, la solution pour les pays en voie de développement -plutôt que par les aides financières à l'achat de céréales ou l'aide alimentaire- passe par le développement de leurs économies vivrières, l'encouragement de leurs propres paysans, la création de marchés communs protégés (exemple: l'ancien Marché Commun européen) ainsi que le proposait à une époque le CNJA (Centre National des Jeunes Agriculteurs).

Et pourtant on libère...
On constate aussi que, de cycle en cycle de l'OMC, il a été de bon ton de s'en prendre aux subventions (accusées de ruiner les pays pauvres) accordées aux céréaliers occidentaux, et que d'ailleurs partout celles-ci ont été réduites et "découplées" (détachées des volumes produits). Bizarrement, c'est au moment où on est le plus entré dans une économie d'échanges libérés et mondialisés que les problèmes se posent avec le plus d'acuité. Echappatoire facile: "c 'est la faute, dit-on, à la transformation des céréales en éthanol". Personne ne dira que c'est la faute au démantèlement, au moins partiel, des politiques agricoles organisées. Or, produire sans, ou avec moins de subvention, signifie produire surtout dans les zones les plus compétitives, et renoncer au blé et au maïs ailleurs. Les pays dans lesquels la faim gagne ne sont pas prêts d'acquérir la même capacité de concurrence. On se souviendra, aussi, qu'il y a une vingtaine d'années un certain François Guillaume, qui fut président de la FNSEA et ministre, avait proposé un plan mondial d'organisation du marché des céréales, avec un volet aide alimentaire. Mais au cours d'une tournée d'information à travers les Etats-Unis on lui avait, en quelque sorte, ri au nez.

Changement de cap aquitain
Aujourd'hui, alors que des programmes sont engagés, y compris dans le sud-ouest, on assiste à un coup de frein brutal à l'égard des agrocarburants. Alain Rousset, président de la région Aquitaine, n'hésite pas pour sa part à brûler ce qu'il adorait en 2004 (subvention accordée à Abengoa à Lacq) et de parler "d'arnaque écologique". Il est vrai que la région Aquitaine ne semble pas croire grand chose d'un rapport de l'ADEME qui fait ressortir les avantages écologiques et énergétiques des biocarburants et qu'elle en commandé un autre (il eut peut-être suffi de se référer à une étude indépendante effectuée en Normandie et que nous avons d'ailleurs évoqué sur Aqui). Elle n'est pas, il faut le dire, favorable au maïs. En tout cas, lors du dernier salon de l'agriculture d'Aquitaine à Bordeaux, Claude Lacadée ne cachait pas son amertume à l'égard du président de la Région, qu'il réussisait d'ailleurs à apostropher dans les allées.

Pour Claude Lacadée, les principales responsabilités de la hausse des prix sont à chercher du côté des conditions climatiques défavorables (gel en Ukraine, sécheresse en Australie) et de la hausse de la consommation en Chine, en particulier de viande. "Il faut quatre fois plus de céréales pour faire un kilo de poulet ou de porc que pour faire une galette de pain". La population augmente elle aussi, et, constate l'ancien économiste de l'AGPM, "nourrir un milliard d'individus de plus exige un volume de 500 millions de tonnes de céréales". Il estime que le potentiel de production du globe est encore important avec 90 millions d'hectares inexploités au Brésil, 20 millions d'hectares abandonnés dans l'ex-URSS.

Pas de blé pour l'éthanol
Selon lui "l'éthanol n'est pas responsable de la crise". "Le blé et le riz sont les céréales dont les prix ont le plus augmenté, et on ne fait pas d'éthanol avec, ou à peine dans l'UE pour le blé". Le gros de la production mondiale d'éthanol est assuré par le Brésil."Certes on pourrait reconvertir en céréales alimentaires les 5 millions d'hectares de betteraves au Brésil et les 8 millions d'hectares de maïs aux USA consacrés à l'éthanol, ce que d'aucuns considèrent, avec un sacré don d'exagération, comme un crime contre l'humanité. Mais est-ce que pour autant ces céréales seraient consommées dans les pays pauvres où sévissent depuis des décennies famine et malnutrition? Rien ne le garantit. Qu'on se rappelle le cri d'alarme de René Dumont dans son livre "L'Afrique Noire est mal partie". Le "crime contre l'humanité", qui l'a commis si ce ne sont les grandes instances internationales (FMI, FAO, OMC) en imposant des règles trop sévères pour les pays émergents ou trop libérales quand il s'agit de tenter de réguler le commerce mondial, ou encore tous les pays émergents eux-mêmes qui ont préféré développer leur industrie plutôt que leur agriculture, et enfin tous les pays riches plus soucieux de protéger leurs propres agriculteurs...."

Du grain à moudre
En tout cas, livré au seul vent libéral, le marché des céréales est voué aux pires fluctuations. Ainsi, en France, l'ONIGC constate que les stocks de blé s'alourdissent, et les opérateurs prévoient un ralentissement des exportations. En revanche, la demande intérieure de maïs et de sorgho ne faiblit pas. L'augmentation des surfaces françaises consacrées au maïs, estimée à 4,2%, est donc parfaitement justifiée. D'autre part, si on en croit les prévisions du Conseil International des Céréales, la tension sur les marchés mondiaux restera une réalité en 2008-2009 avec une production planétaire de maïs de 762Mt (en baisse de 13Mt) pour une consommation de 784Mt. En revanche, en ce qui concerne le blé, l'USDA prévoit une production mondiale record de blé de 656 Mt en 2008 contre 606 en 2008. "Ces perspectives de production encourageantes estime en France l'ONIGC (Office National Interprofessionnel des Grandes Cultures), orientent les prix mondiaux à la baisse". Parlera-t-on d'une crise du marché du blé en 2009? Pour Claude Lacadée il serait temps qu'au niveau international on se mette autour d'une table pour étudier la régulation de la production et du marché mondial du grain.

Abengoa au créneau

Le groupe espagnol Abengoa, dont la filiale Abengoa Bioenergy, est implantée à Lacq dans le cadre d'un projet de production d'éthanol à partir du maïs du sud-ouest, évoque à travers une page de publicité parue dans le journal économique "Les Echos", "une manipulation" de l'information à propos de la hausse des prix des céréales. Selon cette société, la production de bioéthanol n'a qu'une moindre incidence, la cause principale étant les nouveaux besoins des pays asiatiques.

Gilbert Garrouty

Partager sur Facebook
Vu par vous
554
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
TATARD - BETEAU | 12/07/2008

Bioéthanol ? ce qu?il coûte et ce qu?il donne

Il faut un peu plus d?un litre d?équivalent pétrole pour produire un litre de bioéthanol.
Ces chiffres s?entendent depuis les labours jusqu?à la dernière distillation.
Il faut un 1,600 litre d?éthanol pour fournir la même quantité d?énergie qu?un litre d?équivalent pétrole.
Où est la bonne affaire ?
Ce n?est pas parce que le monde entier déraisonne qu?on doit refuser tout effort de réflexion, quelle que soit la position sociale ou politique.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !