18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Alain Caillé : Le convivialisme, une piste inexplorée

08/04/2016 | Après des intervenants aussi prestigieux que Alain Régnier ou Edwin Le Héron, pour ne citer que ceux-là, Alain Caillé, sociologue et père du convivialisme était l'invité des Bruits de la Rue

Alain Caillé, sociologue et père du convivialisme était l'invité des Bruits de la Rue jeudi 7 avril

Sociologue et professeur émérite à l'Université de Paris Ouest Nanterre la défense, Alain Caillé était, jeudi soir, l'invité des « Bruits de la Rue », association bordelaise qui œuvre depuis plusieurs années contre la précarité et la vulnérabilité en organisant notamment de nombreuses rencontres autour des ces problématiques. Une conférence suivie d'un échange et qui se sont déroulés au marché des Douves sur le thème : « le convivialisme, nouvel imaginaire politique pour la société civile ? ». L'occasion, en cette période de crise à l'échelle mondiale, de repenser la société civile et politique pour lui donner un nouveau sens.

L’association bordelaise « Les bruits de la rue » a accueilli ce 7avril, Alain Caillé, sociologue et père du convivialisme. « Une invitation qui ne pouvait pas mieux tomber », selon le professeur, eu égard aux différentes crises (Panama Papers, manifestations contre le loi El Khomri...), autant d'exemples révélateurs de la mauvaise santé de notre société. Une société dont les principales difficultés actuelles tiendraient essentiellement au fait que  « les grands récits (libéralisme, socialisme, anarchisme, communisme...) ne sont plus à la mesure de l'époque car ils ont toujours imaginé leur développement dans le cadre d'une seule nation ». Or les problèmes sont aujourd'hui, pour la plupart, transfrontaliers voire mondiaux. Deuxième écueil : leur certitude que les différentes crises et guerres sont dues au fait de ne pouvoir satisfaire tous les besoins matériels. Le manque créant des rivalités et donc des conflits. Une situation devenue inextricable dans un monde matérialiste où le désir de profit règne en maître.

Des solutions alternatives« Dans les années 80-90, on s'est réjoui de la mort des grandes idéologies », précise-t-il, « cette disparition n'est pas une chance mais une catastrophe car nous ne pouvons plus inventer l'avenir ». C'est ainsi que naît, au début des années 80, le convivialisme, une nouvelle approche des rapports humains, et donc de la société, basée sur le principe que l'être humain n'est pas qu'un « homo economicus » dont la satisfaction se résumerait à l'accumulation de toujours plus de biens, mais un être plus complexe, plus motivé par le désir de reconnaissance que par l'envie de posséder toujours davantage.
Une théorie pour le moins révolutionnaire et encadrée par quatre règles fondamentales : l'intérêt pour soi, celui pour autrui, l'obligation de donner, et le principe de liberté et de créativité ; ce qui implique une société où règne le principe de commune humanité (pas de discrimination entre êtres humains), celui de socialité (affirmant la nature profondément sociale de l'homme), la reconnaissance de notre singularité et enfin, le principe de maîtrise de l'opposition. Et ce afin d'aboutir à une société où l'on pourra « s'opposer sans se massacrer, et se donner sans se sacrifier » selon la formule de Marcel Mauss, inspirateur de ce courant de pensée et dont le nom a servi d'acrostiche à la revue Mouvement Anti-Utilitariste en Sciences Sociales fondée par Alain Caillé. Une nouvelle approche de la société à l'échelle mondiale dont on retrouve tous les détails sur le site www.lesconvivialistes.org

Le cas de la FranceL'Hexagone demeure cependant un cas particulier aux yeux d'Alain Caillé ; un pays notamment victime d'un élitisme exacerbé et où il importe avant tout de recréer un lien social. La subordination de toute la vie politique française à l'élection présidentielle étant, par ailleurs, catastrophique, tout se résumant à la fabrication d'écuries pour accéder au pouvoir tous les cinq ans. La création d'une quatrième chambre (après le Sénat, l'Assemblée Nationale et le Conseil Économique et Social) regroupant des citoyens tirés au sort pour discuter de tous les grands sujets fondamentaux, tant à l'échelle locale que nationale, fait partie des idées lancées par le mouvement. Un projet politique convivialiste est actuellement en cours de création et sera publié dans un livre qui sortira en juin prochain aux éditions "Le Bord de l'eau".

A noter deux ouvrages déjà publiés aux éditions Le  Bord de l'eau: « Le convivialisme en dix questions » par A.Caillé et du même auteur : « Pour un manifeste du convivialisme ».

Emmanuelle Diaz
Par Emmanuelle Diaz

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5651
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !