Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/06/21 : Météo France vient de placer le département de la Gironde en vigilance ORANGE pour les risques d’orages et de pluie-inondation. Cette alerte est valable à partir de ce jour 16h00 jusqu’à vendredi 00h00.

17/06/21 : La kayakiste périgourdine Manon Hostens est qualifiée pour les Jeux Olympiques de Tokyo cet été sur trois bateaux, K4, K2 et K1. Les épreuves se dérouleront entre le 3 et le 8 août.

14/06/21 : La 65ème édition du Concours de Bordeaux s’est tenue du lundi 31 mai au mercredi 9 juin. 1 084 médailles ont été attribuées sur les 3 565 vins candidats soit 30,4%: 432 médailles d’Or, 454 médailles d’Argent et 198 médailles de Bronze. + d'info

10/06/21 : Au mois de mai, 334 projets en Nouvelle-Aquitaine ont été sélectionnés pour bénéficier de fonds européens pour un montant global de 56.2 millions d'euros. Parmi eux, 231 projets sont dans le cadre des programmes européens de développement rural.

09/06/21 : Dans le cadre du Mois des fiertés, le Département de la Gironde et les partenaires associatifs proposent des actions d'information et de dépistages gratuits du Sida (résultats en 30 min) samedi 12 Juin 2021, de 11h à 18h Placette Munich.

09/06/21 : Le CHU de Bordeaux lance sa plateforme de don en ligne sur le site don.chu-bordeaux.fr. Accessible à tous (particuliers, entreprises, associations) il permet de faire un don en ligne, au profit du CHU de Bordeaux, de manière totalement sécurisée. + d'info

31/05/21 : En Dordogne, l’ex-militaire recherché par les forces de l’ordre a été arrêté ce lundi. Il est blessé par balles. Il était recherché depuis dimanche après avoir tiré sur des gendarmes appelés pour des violences familiales à Lardin-Saint-Lazare (24).

28/05/21 : Le Conseil régional indique que les inscriptions aux transports scolaires pour la rentrée 2021-2022 s'ouvrent au 1er juin. L’inscription et le paiement peuvent être directement réalisés en ligne.+ d'info

17/05/21 : L'Hermione repartira au printemps 2022, annonce ce soir l'association Hermione La Fayette. La frégate fera escale dans quatre pays du nord de l’Europe : l’Angleterre (Londres), la Belgique (Anvers), les Pays-Bas (Amsterdam), l’Allemagne (Hambourg).

17/05/21 : En solidarité avec les cafetiers et restaurateurs, la Ville de Pau poursuit l'effort porté l'an dernier : ils seront exonérés à 100% de la redevance sur les terrasses du 19 mai à fin juin, puis à 50% de juillet à la fin du protocole sanitaire.

10/05/21 : En soutien au secteur de la restauration, la Ville de La Rochelle a décidé de reconduire les extensions de terrasses et accorde une exonération de droits jusqu’au 30 juin avec une gratuité des extensions jusqu’au 31 décembre, à partir du 19 mai.

27/04/21 : Régionales : En Dordogne, la maire socialiste de Périgueux, Delphine Labails a été choisie comme tête de liste départementale avec Christophe Cathus, conseiller régional sortant en charge des transports scolaires et maire de Calès.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/06/21 | Mérignac : dimanche dernier jour de vote pour le budget participatif !

    Lire

    Dans le cadre de son budget participatif, la Ville Mérignac (33)consacre une enveloppe de 350 000 euros pour réaliser les projets qui auront reçu le maximum de votes en ligne. Dans ce cadre, 51 projets aux thématiques diverses ont été proposés par les Mérignacais : éducation, environnement, numérique, jeunesse, culture, patrimoine, cadre de vie, mobilités... A ce jour près de 6000 votes ont été enregistrés sur le site dédié, pour ceux qui n'auraient pas encore voter, il ne reste plus que 4 jours pour découvrir et voter pour vos projets préférés! Rdv sur budgetparticipatif.merignac.com

  • 17/06/21 | Corrèze : Des Tiny House au Castang

    Lire

    Suite à la reprise de Tiny Eco.Rrèze, les nouveaux repreneurs souhaitent développer une nouvelle activité : la construction et la vente de tiny house, les mini-maisons roulantes fabriqués uniquement avec des produits locaux. Au coeur de ce projet, l’approche écologique avec des toilettes sèches, un traitement des eaux grises par phytoépuration notamment. Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir ce projet à hauteur de 8 000 €.

  • 17/06/21 | Creuse : Une médiathèque à Boussac

    Lire

    La Communauté de communes Creuse-Confluence souhaite réunir à Boussac, dans le bâtiment de La Poste, différents services pour la population, les touristes et les entreprises. La bâtiment va donc être réhabilité afin d’accueillir une médiathèque, un espace de travail partagé, un bureau d’information touristique ainsi qu’une Maison des services au public.

  • 16/06/21 | Limoges : un marché Pain, Bière et Fromage !

    Lire

    Les 18 et 19 juin, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat et la Chambre d’Agriculture de la Haute-Vienne organise la 6ème édition du marché « 100 % Artisans & Producteurs locaux ». Une vingtaine d’artisans, d’exposants et de producteurs fêteront l’arrivée de l’été avec les productions locales et artisanales. Galétous et tartines de fromages, bagels de saumons, limonades, sirops, crêpes… seront à déguster grâce à des mange-debout et tables mises à disposition sur le parvis de la cathédrale. A l'honneur particulièrement les artisans brasseurs, boulangers et affineurs de fromages.

  • 16/06/21 | « Bees for Life » lutte contre les frelons asiatiques

    Lire

    Dans les Landes, le projet « Bees for Life », porté par la société de conseil de Lionel Willaert, développe une solution globale pour lutter contre les frelons asiatiques notamment en cartographiant les nids sur le territoire. Aujourd’hui, le projet de R&D vise à actualiser la solution logicielle avec les données collectées en 2019-2020 et à réaliser de nouvelles captations en 2021. Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé d’accompagner ce projet à hauteur de 53 000 €.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Alimentation : circuits courts, utopie ou réalité ?

30/04/2021 | À l’occasion des Rencontres de l’alimentation, un débat sur les enjeux des circuits courts s’est déroulé le 29 avril à Limoges.

Les intervenants du débat de l'AANA sur les circuits courts

À l’heure où la Covid a mis l’économie à l’arrêt, certains agriculteurs ont réussi à tirer leur épingle du jeu. Leur atout ? Les circuits courts et la vente directe. Si la demande de produits frais et locaux a explosé du fait des confinements, ce phénomène est-il éphémère ou voué à se pérenniser ? À Limoges, un débat s’est tenu sur le sujet, en compagnie de Claire Mathé, agricultrice à Guéret, Olivier Beucherie, spécialiste du marketing agro-alimentaire, Thierry Pousson, gestionnaire du Lycée de Navarre à Saint Jean Pied de Port et Jacques Mathé, économiste rural et professeur à l’Université de Poitiers.

Les confinements successifs liés au Covid-19 ont chamboulé les modes de consommations des citoyens. Pour symboliser ce changement, le boum des circuits courts et de la vente directe depuis l’année 2020. Rien qu’en Nouvelle-Aquitaine, 20 % des exploitations privilégiaient la vente directe. « Un chiffre en constante hausse depuis plusieurs années », avance Luc Servant, président de la Chambre d’Agriculture de Nouvelle-Aquitaine. Selon lui, cette explosion de la demande en circuit court est en train de s’essouffler, mais la tendance se poursuit. « Aujourd’hui plus que jamais, les circuits courts et la vente directe créent de l’emploi et du lien », assure l’agriculteur charentais-maritime.

Pour illustrer cette affirmation, prenons l’exemple de la ferme de Beauregard, à vingt kilomètres de Limoges. Pierre-Alexandre Picat a repris l’exploitation familiale, qui repose uniquement sur de la vente directe. Le producteur de foie gras emploie 15 personnes, pour assurer l’élevage et la transformation du produit. Malgré le contexte sanitaire tendu, à l’image de la fermeture des restaurants, l’exploitation assure 11 marchés par semaines et vise un chiffre d’affaires de 2 millions d’euros. « Le retour au terroir marche », souligne le producteur limougeaud.

« Attention à la signification de ‘local’ »

S’il a été délaissé des années durant, au profit de l’agriculture industrielle et de la grande distribution, le circuit court a toujours existé. « Au début, tout le monde vendait ses produits comme cela », précise Jacques Mathé, professeur à l’Université de Poitiers. Selon lui, un changement de mentalité s’est opéré dans les années 90, avec la crise de la vache folle. « Ça été une prise de conscience majeure dans l’esprit des consommateurs : il fallait faire attention à ce qu’on mangeait, et d’où ça venait, le plus proche était le mieux », poursuit-il.

Qui dit local ne veut pas dire circuit court pour autant. En effet, pour Olivier Beucherie, spécialiste du marketing agro-alimentaire, il faut faire attention au choix des mots. « Les adjectifs valorisent le produit : local, régional… Le problème c’est qu’un produit local peut faire 10 kilomètres comme 1000 suivant à quelle échelle nous nous situons. Pour certains, le local est tout simplement produit en France », prévient-il. Olivier Beucherie note tout de même un bond en avant de la part des consommateurs, puisqu’ils étaient plus de 20% à privilégier des produits locaux en 2020, contre 9% en 2010.

Covid, accélérateur de solidarités

L’explosion du recours aux circuits courts durant les premiers confinements ne s’est pas faite toute seule. Elle a été possible sous l’impulsion de professionnels ou d’institutionnels qui ont su se réinventer pour trouver des solutions. Par exemple, dans le Pays Basque, Thierry Pousson est gestionnaire du Lycée de Navarre, à Saint-Jean-Pied-de-Port. Avec d’autres établissements, il a créé un groupement d’achat, permettant ainsi à plusieurs lycées de centraliser leurs achat et ainsi proposer des produits frais à la cantine scolaire. « Cela nous a permis de réaliser des lots géographiques et surtout de contractualiser avec des maraîchers », raconte Thierry Pousson. Pendant les confinements, il a également organisé l’opération « Des cantines aux familles ». Malgré la fermeture des cantines scolaires, les agriculteurs avaient besoin d’écouler leur stock. Le lycée de Navarre les a donc accueillis pour qu’ils commercialisent leurs produits directement auprès du grand public et des parents d’élèves.

La mise en valeur des circuits courts pendant la crise sanitaire s’est également faite grâce aux drives fermiers, portés par plusieurs Chambres d’Agriculture dont la Gironde et les Pyrénées Atlantiques. Un autre outil a permis de valoriser, avec succès, les producteurs régionaux. En effet, l’Agence de l’Alimentation Nouvelle-Aquitaine et le Conseil Régional ont lancé le 31 mars 2020 la plateforme produits locaux de Nouvelle-Aquitaine. Elle a permis de mettre en relation 1700 producteurs et des centaines de milliers de consommateurs cherchant à s’alimenter avec des produits de qualité proches de chez eux.

Un dernier exemple de solidarité, du côté de Guéret (23). Claire Mathé, éleveuse bovine, s’est alliée avec 5 autres agriculteurs pour lancer à l’été 2020 une gamme de pâtes. « Cœur de Creuse » est fabriquée à partir du blé dur de l’exploitation, servant à nourrir les bêtes de Claire Mathé. Ces pâtes 100% creusoises ont eu tellement de succès que 7,5 tonnes de pâtes se sont vendues en un mois, « la production que nous avions à la base prévue pour l’année », sourit-elle.

Le débat, organisé à l’occasion des Rencontres de l’Alimentation Nouvelle Aquitaine, est à retrouver sur la chaîne YouTube de l’AANA et sur l’AgriwebTV.

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : Julien Privat

Partager sur Facebook
Vu par vous
2670
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !