Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/09/21 : L'Agglo de Pau vient de se voir remettre par l'ADEME et le Ministère de la transition énergétique le Label, encore expérimental, Economie circulaire. Attribué pour 4 ans, il mesure les avancées et orientations des actions de la collectivité en la matière

14/09/21 : Bègles - Soirée festive le 24 septembre au Musée de la Création Franche pour le lancement d'une campagne de dons pour restaurer l'oeuvre totem du Musée, la sculpture Au crépuscule d’un automne, de Louis Chabaud installée en 1993 dans le parc.+ d'info

10/09/21 : A Bordeaux, l'I-Boat fête (déjà!) ses 10 ans les 1er ,2 et 3 octobre avec une programmation internationale pour 3 jours de fête en plein air. Un mini festival avec le DJ Ricardo Villalobos,le producteur Palms Trax ou encore Voilaaa Sound System+ d'info

09/09/21 : Vaccins - Du 13 au 17 septembre, de 8h à 18h, le centre de vaccination de Cenon situé 88 cours Victor Hugo, accueille les personnes (dès 12 ans) sans RDV. Des doses du vaccin Pfizer sont administrées.

03/09/21 : A partir du 6 septembre, et pour le mois, le Département de la Gironde aménage la piste cyclable de la RD 806, qui traverse Bernos-Beaulac, afin de créer un rampe pour les cyclistes et les cavaliers.

03/09/21 : La 11ème édition des Tribunes de la presse se tient du 14 au 16 octobre à Bordeaux, sur le thème "Que peut le politique?", et en présence de Cédric Villani, Asma Mahlla, Jean-Claude Mailly, Lucile Schmid, de Flore Vasseur, Elie Barnavi, Manuel Valls.

01/09/21 : Charente-Maritime : Madame Anne WINKOPP-TOCH, nouvelle sous-préfète de Saint-Jean-d’Angély, prendra ses fonctions officiellement lors d’une cérémonie lundi 06 septembre à 11h30, aux Monuments aux Morts, à Saint Jean d’Angély.

01/09/21 : La piscine municipale de Billère (64) met en place une nouvelle activité à destination des enfants de 4 et 5 ans, le Jardin aquatique. Objectif: initier, découvrir et sensibiliser au milieu aquatique. Renseignements: 05 59 77 48 05

01/09/21 : Au regard d'une situation hospitalière qui ne s'améliore pas, le préfet des Pyrénées-Atlantiques prolonge jusqu'au 5 septembre les mesures de "freinage" dont celle du pass sanitaire obligatoire dans les 5 centres commerciaux de plus de 20 000 m².

30/08/21 : Samedi 18 Septembre, la Ligue contre le cancer 33 et la Fédération Française de Randonnée 33 organisent des marches de 6 et 10km au départ du Moulin de Lansac pour sensibiliser sur la prévention et promouvoir les dépistages. Inscription: 05 40 05 01 00+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/09/21 | Journées du patrimoine: 1666 sites néo-aquitains à découvrir !

    Lire

    Les Journées européennes du patrimoine, c'est ce week-end ! Des balades et visites libres ou guidées, des expositions, des conférences, des ateliers ou encore des démonstrations rythmeront ces 2 jours dans 1 666 sites et lieux d’exception ouverts dans la région. Cette année, 107 d’entre eux ouvriront leurs portes pour la première fois et 100 de manière exceptionnelle dans le cadre de la manifestation. Châteaux, manoirs, musées, édifices religieux ou militaires, lieux de pouvoirs, sites archéologiques, espaces naturels… Programme complet : www.culture.gouv.fr/Regions/DRAC-Nouvelle-Aquitaine

  • 17/09/21 | La race limousine s’expose

    Lire

    Du 17 septembre au 13 novembre, la Bfm de Limoges propose l’exposition « La race bovine limousine : patrimoine vivant d’excellence ». Réalisée avec le pôle de Lanaud, des éleveurs, d’archives et des ressources numérisées des institutions culturelles notamment, elle retrace d’histoire de la race, qui est intimement liée à l’histoire de Limoges et de ses environs. Elle est également visible sur le site de la bibliothèque numérique du Limousin

  • 17/09/21 | La Foire au Jambon de Bayonne revient cet automne

    Lire

    Reportée d'avril à octobre 2020, annulée en raison de la deuxième vague de la pandémie de coronavirus, puis reportée à nouveau au printemps 2021, la 558e édition de la Foire au jambon de Bayonne devrait se tenir du vendredi 15 au dimanche 17 octobre prochain. Une édition 2021 qui s'organiserait selon un format adapté au contexte sanitaire actuel, sur 3 jour et sur un lieu unique, tout en conservant l’esprit général de cette manifestation gastronomique et traditionnelle. dans son communiqué, la Ville de Bayonne dit souhaiter "réamorcer la spirale positive de la vie qui reprend…" tout en soutenant la filière du Jambon de Bayonne.

  • 16/09/21 | Royan et les Sentiers des Arts

    Lire

    Du 18 septembre au 14 novembre, la Communauté d’Agglomération de Royan Atlantique organise les Sentiers des Arts afin de découvrir ou de redécouvrir les communes du territoires au travers d’un itinéraire artistique original. Pour la 1ère fois, l’art urbain et ses multiples déclinaisons graphiques seront mis à l’honneur avec 11 artistes de l’association cognaçaise Eprouvette. Ces artistes réalisent, lors d'une résidence artistique en cours, du 13 au 17 septembre, les fresques géantes qui orneront le parcours.

  • 16/09/21 | Bordeaux Euratlantique : Une nouvelle école d’ingénieurs

    Lire

    Le 15 septembre, le Campus François d’Assise à Bordeaux a posé la 1ère pierre d’une nouvelle école d’ingénieur, JUNIA, en présence d’Alain Rousset. Sur 2 500m², cette future école dont les locaux sont intégrés au projet de Campus François d'Assise sur le site Armagnac-Sud d'Euratlantique, pourra accueillir entre 200 et 300 étudiants en formation Bachelor et 450 étudiants en cycle ingénieur. Parmi ses thématiques : développements logiciels & big data appliqués aux usages de l'usine du futur, Cybersécurité et usine du futur, Smart building et Smart cities... La Région Nouvelle-Aquitaine accompagne ce projet à hauteur de 6 M€.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Alimentation : circuits courts, utopie ou réalité ?

30/04/2021 | À l’occasion des Rencontres de l’alimentation, un débat sur les enjeux des circuits courts s’est déroulé le 29 avril à Limoges.

Les intervenants du débat de l'AANA sur les circuits courts

À l’heure où la Covid a mis l’économie à l’arrêt, certains agriculteurs ont réussi à tirer leur épingle du jeu. Leur atout ? Les circuits courts et la vente directe. Si la demande de produits frais et locaux a explosé du fait des confinements, ce phénomène est-il éphémère ou voué à se pérenniser ? À Limoges, un débat s’est tenu sur le sujet, en compagnie de Claire Mathé, agricultrice à Guéret, Olivier Beucherie, spécialiste du marketing agro-alimentaire, Thierry Pousson, gestionnaire du Lycée de Navarre à Saint Jean Pied de Port et Jacques Mathé, économiste rural et professeur à l’Université de Poitiers.

Les confinements successifs liés au Covid-19 ont chamboulé les modes de consommations des citoyens. Pour symboliser ce changement, le boum des circuits courts et de la vente directe depuis l’année 2020. Rien qu’en Nouvelle-Aquitaine, 20 % des exploitations privilégiaient la vente directe. « Un chiffre en constante hausse depuis plusieurs années », avance Luc Servant, président de la Chambre d’Agriculture de Nouvelle-Aquitaine. Selon lui, cette explosion de la demande en circuit court est en train de s’essouffler, mais la tendance se poursuit. « Aujourd’hui plus que jamais, les circuits courts et la vente directe créent de l’emploi et du lien », assure l’agriculteur charentais-maritime.

Pour illustrer cette affirmation, prenons l’exemple de la ferme de Beauregard, à vingt kilomètres de Limoges. Pierre-Alexandre Picat a repris l’exploitation familiale, qui repose uniquement sur de la vente directe. Le producteur de foie gras emploie 15 personnes, pour assurer l’élevage et la transformation du produit. Malgré le contexte sanitaire tendu, à l’image de la fermeture des restaurants, l’exploitation assure 11 marchés par semaines et vise un chiffre d’affaires de 2 millions d’euros. « Le retour au terroir marche », souligne le producteur limougeaud.

« Attention à la signification de ‘local’ »

S’il a été délaissé des années durant, au profit de l’agriculture industrielle et de la grande distribution, le circuit court a toujours existé. « Au début, tout le monde vendait ses produits comme cela », précise Jacques Mathé, professeur à l’Université de Poitiers. Selon lui, un changement de mentalité s’est opéré dans les années 90, avec la crise de la vache folle. « Ça été une prise de conscience majeure dans l’esprit des consommateurs : il fallait faire attention à ce qu’on mangeait, et d’où ça venait, le plus proche était le mieux », poursuit-il.

Qui dit local ne veut pas dire circuit court pour autant. En effet, pour Olivier Beucherie, spécialiste du marketing agro-alimentaire, il faut faire attention au choix des mots. « Les adjectifs valorisent le produit : local, régional… Le problème c’est qu’un produit local peut faire 10 kilomètres comme 1000 suivant à quelle échelle nous nous situons. Pour certains, le local est tout simplement produit en France », prévient-il. Olivier Beucherie note tout de même un bond en avant de la part des consommateurs, puisqu’ils étaient plus de 20% à privilégier des produits locaux en 2020, contre 9% en 2010.

Covid, accélérateur de solidarités

L’explosion du recours aux circuits courts durant les premiers confinements ne s’est pas faite toute seule. Elle a été possible sous l’impulsion de professionnels ou d’institutionnels qui ont su se réinventer pour trouver des solutions. Par exemple, dans le Pays Basque, Thierry Pousson est gestionnaire du Lycée de Navarre, à Saint-Jean-Pied-de-Port. Avec d’autres établissements, il a créé un groupement d’achat, permettant ainsi à plusieurs lycées de centraliser leurs achat et ainsi proposer des produits frais à la cantine scolaire. « Cela nous a permis de réaliser des lots géographiques et surtout de contractualiser avec des maraîchers », raconte Thierry Pousson. Pendant les confinements, il a également organisé l’opération « Des cantines aux familles ». Malgré la fermeture des cantines scolaires, les agriculteurs avaient besoin d’écouler leur stock. Le lycée de Navarre les a donc accueillis pour qu’ils commercialisent leurs produits directement auprès du grand public et des parents d’élèves.

La mise en valeur des circuits courts pendant la crise sanitaire s’est également faite grâce aux drives fermiers, portés par plusieurs Chambres d’Agriculture dont la Gironde et les Pyrénées Atlantiques. Un autre outil a permis de valoriser, avec succès, les producteurs régionaux. En effet, l’Agence de l’Alimentation Nouvelle-Aquitaine et le Conseil Régional ont lancé le 31 mars 2020 la plateforme produits locaux de Nouvelle-Aquitaine. Elle a permis de mettre en relation 1700 producteurs et des centaines de milliers de consommateurs cherchant à s’alimenter avec des produits de qualité proches de chez eux.

Un dernier exemple de solidarité, du côté de Guéret (23). Claire Mathé, éleveuse bovine, s’est alliée avec 5 autres agriculteurs pour lancer à l’été 2020 une gamme de pâtes. « Cœur de Creuse » est fabriquée à partir du blé dur de l’exploitation, servant à nourrir les bêtes de Claire Mathé. Ces pâtes 100% creusoises ont eu tellement de succès que 7,5 tonnes de pâtes se sont vendues en un mois, « la production que nous avions à la base prévue pour l’année », sourit-elle.

Le débat, organisé à l’occasion des Rencontres de l’Alimentation Nouvelle Aquitaine, est à retrouver sur la chaîne YouTube de l’AANA et sur l’AgriwebTV.

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : Julien Privat

Partager sur Facebook
Vu par vous
3222
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !