Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

  • 14/08/18 | Madiran et Pacherenc à la fête!

    Lire

    Ces 14 et 15 août, le village béarnais de Madiran met à l'honneur les appellations Madiran et Pachrenc du Vic Bilh à l'occasion de sa Fête du vins. Pour célébrer les 70 ans des 2 appellations, à travers de nombreuses animations: un espace vins (entrée 5 €) avec dégustations, ventes de vins et rencontres avec les vignerons, mais aussi jeux pour enfants, marché gourmand, défilé des confréries, soirées tapas, bals, concerts le tout accompagnée d'une fête foraine et d'un feu d'artifice pour finir en beauté, le 15 août à 23h30.

  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

  • 13/08/18 | L’Afrique de retour en Sud-Gironde

    Lire

    Grâce à l’engagement de la mairie de Noaillan la 4ème édition du festival Africa Ciron aura lieu le 25 août à la maison Dubernet. Différentes activités comme de la danse, des contes, un concert, des expositions ou une projection nous permettront d’enrichir notre culture africaine. Safiatou Faure, qui a créé le festival du Sahel de Saint-Médard-en-Jalles sera mise à l’honneur. Entrée gratuite. Programme : https://dubernet.noaillan.fr 

  • 11/08/18 | 10ème Confituriades à Beaupuy (47)

    Lire

    Pour la 10ème édition des Confituriades, la fraise est à l’honneur du championnat du monde de la confiture. Seul salon en France entièrement dédié à la thématique des confitures, il se déroule les 18 et 19 août à Beaupuy, en Grand Marmandais. Une soixantaine d’exposants, plus de 500 confitures à la dégustation et à la vente, des ustensiles de cuisine pour réaliser ses confitures à la maison mais aussi des démonstrations, ateliers culinaires et animations ponctueront ce week-end festif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Ambiance très tendue lors du débat sur les discriminations organisé par les Escales du Livre de Bordeaux.

05/04/2013 | Jeannette Bougrab, excédée par les interventions agressives du public, a choisi de quitter un débat déjà électrique avec Vincent Feltesse et des sociologues.

Jeannette Bougrab quitte le débat sur les discriminations organisé par les Escales du Livre

L'ancienne présidente de la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Egalité (HALDE) était l'invitée idéale pour ce débat sur les discriminations organisé dans le cadre des Escales du Livre de Bordeaux, ce 5 avril ; elle venait aussi présenter "Ma république se meurt" (Grasset), ouvrage où elle parle de sa propre expérience sur le sujet. Elle ne devait pas s'attendre à être chahutée par un public plutôt dissipé, qui n'hésitait pas à couper la parole de manière agressive également au président de la CUB Vincent Feltesse et aux sociologues Eric Macé, François Dubet et Sandrine Rui.

"Il ne faut plus être dans le constat des discriminations mais les combattre"Dès l'entrée en salle, tardive pour cause de problèmes techniques, il était clair que le public comptait s'immiscer dans le débat, refusant d'attendre l'arrivée de Vincent Feltesse, président de la Communauté urbaine de Bordeaux et député de Gironde. Pour autant, il fut plutôt sage durant la première partie du débat, laissant le sociologue Eric Macé, co-auteur avec les autres universitaires présents du livre "Pourquoi moi ? L'expérience des discriminations" (Seuil), différencier la stigmatisation et la discrimination : l'une sociale, et l'autre pénalement condamnable.
Jeannette Bougrab, ancienne secrétaire d'Etat à la Jeunesse et à la Vie associative du gouvernement de François Fillon, a ensuite pris la parole pour discuter de son propre combat pour la laïcité, où elle ne souhaite "pas se poser en victime mais en militante". De même, elle estime "avoir été lestée sur la ligne de départ" et reste consciente que sa réussite est une exception. "Il ne faut plus être dans le constat des discriminations mais les combattre", explique-t-elle, tout en reconnaissant que, "à 65 ans, on me demandera toujours de faire mes preuves".

Stratégies contre la discrimination.Une idée partagée par les sociologues François Dubet et Sandrine Rui qui tirent de l'exemple personnel de Jeannette Bougrab, les analyses qu'ils ont développé dans leur livre. Il explique ainsi que beaucoup de personnes stigmatisables se disent "à tout moment, ce que je croyais être réglé, peut revenir". Sandrine Rui ajoute à la stratégie d'évitement des discriminations de l'ancienne présidente de la HALDE, celles de surconformité de certains, de lutte par la réplique, l'humour et l'explication.
Des stratégies qui existent déjà depuis longtemps, selon Vincent Feltesse : "pour éviter la confrontation au groupe", "de façon très intime avec différents degrés de violence". Pour le député socialiste, il faut que le politique se demande "que faire pour que les gens se sentent moins discriminés", "quel horizon commun proposer". Celui qui dit avoir fait HEC avec des chaussures DocMartens remarque alors que : "moi, je n'ai pas reçu l'ordre national du mérite par Sarkozy" (décoration reçue par Jeannette Bougrab des mains de l'ancien président).

Un débat qui devient politique.Le débat s'échauffe dès lors un peu entre Vincent Feltesse et Jeannette Bougrab, qui choisit d'orienter celui-ci vers la question de la crèche de Baby-Loup et son effarement d'être, avec Elisabeth Badinter, "traités de fous furieux dans les médias", pour avoir critiqué le jugement de la Cour de Cassation annulant le licenciement d'une employée de crèche qui avait refusé d'enlever son voile. Et Jeannette Bougrab d'appuyer ses propos par l'appui qu'elle a reçue de Manuel Valls. "Que vous détestez peut-être ?", ajoute-t-elle à l'intention du président de la CUB ; "Pas du tout, c'est un très bon ami", réplique celui-ci. Après que l'ancienne secrétaire d'Etat eut fait un détour sur une vidéo mise en ligne sur Le Monde montrant l'excision de jeunes filles en Indonésie avant de revenir sur la question de la laïcité, Vincent Feltesse s'énerve légèrement : "Lors des commémorations, quand j'étais maire, je m'arrêtais à la porte de l'Eglise, donc la leçon sur la laïcité, ça va".
Jeannette Bougrab réplique qu'elle n'est pas là pour faire un débat UMP-PS, mais les sociologues reviennent également sur ses déclarations : pour François Dubet, "ce n'est pas en emménageant près du lycée Henri IV qu'on fera évoluer les choses" (stratégie d'évitement que venait d'avouer l'ancienne secrétaire d'Etat) mais "l'enjeu maintenant est de reconstruire l'égalité et de refabriquer une image de la France qui n'est pas blanche et catholique" ; de même, pour Eric Macé, "on trouvera toujours des exemples en Indonésie, que personne ne conteste"; pour autant, "on a aujourd'hui en France, une lecture de la laïcité où la République ne garantit pas l'expression des convictions religieuses".

La réflexion de trop.Suite à ces interventions assez tendues, le public se sera sûrement senti autorisé à s'exprimer, coupant plusieurs fois la parole aux intervenants, et essentiellement à Jeannette Bougrab, qui fait mine une première fois de partir. Suppliée par le public de rester, "ce serait leur donner raison", elle reste. Le débat se calme un temps, Vincent Feltesse déclarant que "sur la question de la charia, je suis entièrement d'accord avec vous", mais le public est devenu dissipé.
Mélangeant le cumul des mandats, les élections socialistes et les dernières affaires judiciaires des politiques français, les spectateurs râlent à haute voix et ne respectent plus les prises de parole de chacun. Jeannette Bougrab, tentant de détendre l'atmosphère en commançant une de ses phrases par "Sur Baby-Loup, le président, qui n'est pas d'UMP je crois, celui qui a été élu en 2012…", se fait couper directement la parole : "Cela suffit, l'ironie !". Dernier acte irrespectueux qu'elle ne tolère pas : "Il ne m'a pas fallu attendre 40 ans pour me faire insulter dans un débat !", dit-elle à l'attention du public avant de partir. Pierre Mazet essaya bien de reprendre la conversation, mais une seule prise de parole suffit à tout le monde pour savoir qu'il était temps de clore cette rencontre houleuse.

Laura Jarry
Par Laura Jarry

Crédit Photo : Aqui.fr - Tous droits réservés.

Partager sur Facebook
Vu par vous
700
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
cr | 06/04/2013

La mise en ligne de la vidéo de cette séquence permettrait aux lecteurs de se faire une opinion du comportement des intervenant-e-s (et du public).
Que la question des discriminations en France aujourd'hui ait été ramenée à la question de la laïcité, voire de l'islam
et de l'islamophobie est inquiétant et tellement éloigné des problèmes quotidiens de ceux qui sont discriminés

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !