aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

21/03/17 : Promotion remarquée pour le marmandais Matthias Fekl qui succède à Bruno Le Roux, ministre de l'Intérieur poussé à la démission par F.Hollande et B.Cazeneuve à la suite des révélations sur l'emploi de ses filles à l'assemblée entre 2009 et 2016

21/03/17 : Décès d'H.Emmanuelli."La France perd aujourd’hui un grand homme, le Lot-et-Garonne un voisin bienveillant sur lequel il pouvait compter, les élus et militants socialistes un camarade et un ami." Jacques Bilirit, vice-psdt du CD47.

21/03/17 : Vive émotion ce matin au Conseil départemental des Landes où vient d'être annoncée la mort de son président et ancien ministre Henri Emmanuelli.

20/03/17 : Le vélo-tourisme de Charente-Maritime a reçu 3 récompenses au salon Destination Nature ce week-end à Paris : la VélOdyssée et la route du Canal des 2 Mers pour les trophées "Itinéraires" et le 1erPrix "Destination Vélo" pour l'ensemble du département

15/03/17 : La Rochelle va accueillir la 1ère étape de l’#intercoTOUR, tour de France des villes interconnectées, le 23 mars au Musée maritime, de 9h à 18h. Elus, experts et public échangeront sur la modalités et avantages de l’Opendata pour les territoires.

14/03/17 : Quoi de neuf en 2017 pour transmettre son exploitation agricole ? La Chambre d’agriculture47 organise la 13ème journée de la transmission dans le cadre de la 15aine de la transmission en Nouvelle Aquitaine lundi 20 mars à 15h dans ses locaux à Agen.

12/03/17 : Saint-Jean-Pied-de-Port, étape basque incontournable du Chemin de Saint-Jacques de Compostelle, capitale de la Basse Navarre, aux 55 000 touristes/l'an, a été désigné 154e Village plus beau de France. A voir, sa citadelle dessinée par Vauban.

10/03/17 : L'aéroport de Bergerac Dordogne Périgord a enregistré 305 323 passagers en 2016, soit une progression de 8,48 % par rapport à 2015. L'infrastructure figure désormais à la 27e place des aéroports les plus fréquentés en France, gagnant deux places.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/03/17 | Ford: deux groupes de travail

    Lire

    Le comité de suivi du site Ford Aquitaine Industries (FAI) de Blanquefort réuni en préfecture en présence de la direction, des représentants du personnel et des collectivités a fait un point d’étape sur la situation et décidé la création de 2 groupes de travail l'un visant à rechercher des pistes d’améliorations de la compétitivité du site en vue de l’obtention de nouveaux produits, l'autre à aborder la diversification de l’usine vers l’électrification des véhicules. Les activités d' entreprises implantées dans la région et spécialisées dans ce domaine ont été présentées à Ford Europe.

  • 21/03/17 | Le premier ministre salue une rénovation urbaine à Pau

    Lire

    Bernard Cazeneuve, le premier ministre, a été accueilli lundi à Pau pour accompagner le lancement d'un important projet de rénovation urbaine. Celui-ci concerne le quartier populaire de Saragosse où 127 millions d'euros vont être investis sur 8 ans, dont 39 millions accordés par l'Etat. 1448 logements seront requalifiés et 1468 résidentialisés. 258 logements étant créés ainsi que 78 logements sociaux. Bernard Cazeneuve a également salué le dynanisme de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour, labellisée I-Site pour ses spécialités dans l'énergie et l'environnement.

  • 19/03/17 | La Rochelle : début de chantier pour un futur centre de performance sportif

    Lire

    La Rochelle aura bientôt un centre de performance sportif pour son équipe de rugby, le Stade Rochelais. A la fois lieu de formation, d’entraînement, de vie du club et pôle santé, il accueillera d’autres sports comme le Pole France Voile ou le rugby fauteuil. La première pierre a été posée le 18 mars, en présence du secrétaire d’Etat aux sport Thierry Braillard.Les joueurs ont signé à cette occasion un partenariat avec la préfecture pour mener des actions de prévention routière auprès des jeunes.

  • 18/03/17 | Week-end musées Télérama en Dordogne

    Lire

    Les 18 et 19 mars, le site-musée Vesunna et le Musée d’art et d’archéologie du Périgord à Périgueux participent à l'opération « Week-end musées Télérama ».Au Musée d’art et d’archéologie du Périgord : accès aux collections et à l'exposition temporaire d'Anne Slacik "L'eau et les rêves", jeux de piste, jeux de société. A Vesunna, accès au site et à 15 h, dernières visites commentées de l’exposition" Ils sont Food ces Romains!" avant démontage. Entrée libre pour 4 personnes sur présentation du « pass » présent dans « Télérama » des 8 et 15 mars.

  • 16/03/17 | 20 000 € pour le gagnant du premier Hackathon de La Rochelle

    Lire

    La Ville de La Rochelle organise son premier Hackathon du 21 au 23 mars au Musée maritime. Il réunira une soixantaine de participants individuels, développeurs, universitaires et entreprises. Ils auront 48 heures pour créer une application informatique de représentation graphique et cartographique des informations de l’Open Data de la Ville. Le lauréat recevra 20 000 euros pour transformer le prototype en application opérationnelle. Il sera accompagné jusqu’à la réalisation finale du projet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | André Boniface: "Plus que les victoires, c'est l'esprit du jeu qui compte"

01/11/2016 | Entre coups de gueule, souvenirs et nostalgie, c'est toujours avec passion, mais sans complaisance, que "Dédé Boni" regarde le rugby.

Rencontre avec André Boniface au pôle culturel de Hinx

C'est dans la convivialité que s'est achevée l'exposition « Boniface ou la beauté du geste » proposée au Musée de la Chalosse à Monfort-en-Chalosse. Dédiée aux frères Guy (décédé en 1968) et André Boniface, légendes du rugby montois et natifs de Montfort ; l'exposition démarrée au mois de mars dernier, organisait ,en quelque sorte, son dévernissage ce samedi 29 octobre. Au programme, visite de l'exposition au côté d'André Boniface, séance de dédicaces, et enfin rencontre publique avec l'ancien international au pôle culturel de Hinx sur le thème « Le rugby d'hier à aujourd'hui ». De quoi démontrer devant un public de passionnés du ballon ovale, toutes générations confondues, qu'André Boniface n'a rien perdu de son franc parler de l'époque... Morceaux choisis.

Sur le rugby français d'aujourd'hui, point d'admiration dans la bouche de l'ancien centre puis allié du Stade montois. Pour lui la seule référence qui vaille est celle du rugby ...néo-zélandais, qu'il prendra souvent comme modèle tout au long de la soirée : «  Pour moi l'essentiel du jeu doit être basé sur la passe. C'est le cas des néo-zélandais qui ont un jeu de passes et de rapidité. On n'est pas sur un jeu d'écrasage, et d'empilage de barbaque, comme ce qu'on voit ici. Moi je n'aurais pas joué à ce rugby là !» Un commentaire pas vraiment étonnant dans la bouche de celui qui s'est fait connaître par ses « passes en or ». Il poursuit « Le fameux « french flair », dont on a beaucoup parlé à mon époque, ce n'est pas nous qui l'avons inventé en tant que tel. Ce sont les britanniques, à l'époque, qui ont été surpris par notre jeu, et qui l'ont baptisé ainsi. Aujourd'hui quand je lis ou écoute les commentateurs britanniques, ils disent que le french flair est en train de quitter le jeu français. Et c'est dommage, parce que l'important, ça n'est pas de gagner tout le temps, les résultats on s'en fout, c'est l'esprit qui compte ! On ne peut pas venir voir un match de rugby, et s'ennuyer pendant 80 minutes ! Et pourtant maintenant c'est souvent ça et c'est regrettable... » A l'entendre « la beauté du geste » qui a baptisé l'exposition qui lui est consacrée ainsi qu'à son défunt frère est en voie de disparition...

"Le rugby, c'était une espèce de drogue"Ses amertumes, incompréhensions et coups de colère sur le rugby d'aujourd'hui, et particulièrement le rugby français, sont nombreuses : « des changements de règles presque tous les ans et sans aucun intérêt », « une volonté d'attaquer perpétuelle », sans prendre le temps « ni d'analyser le jeu, ni de garder de la profondeur », la possibilité de « remplacer les joueurs à tout va, qui ne permet pas d'atteindre le point de rupture de la défense pour marquer », etc... L'occasion d'ailleurs de placer sans fierté particulière, « moi je vous avoue, je n'ai jamais eu l'impression d'être fatigué sur un terrain, jamais. Le rugby c'était même plutôt une espèce de drogue »... Une bonne drogue dans ce cas, contrairement à d'autres ... Si de dopage, rien, dit-il, ne lui a été proposé, il n'est pas tendre sur ce qu'il constate aujourd'hui, ne serait-ce que sur le physique des joueurs, « on leur intoxique les muscles ! C'est pas la muscu qui leur donne cette carrure, et conséquences, les chevilles ou tendon d’Achille ne supportent pas tout ce poids, ils pètent. On les détruit ces jeunes ! », dit-il avec quelques noms en tête.
Une des conséquences sans doute de la professionnalisation du sport, même si sur l'évolution du jeu du rugby français, se sont plutôt les entraîneurs qu'il charge : « diplomés des écoles mais pas tellement du terrain... ». Cela dit, au sujet du professionnalisme... drôle d'impression dans le public, surtout pour les plus jeunes, quand l'international qu'il était, rappelle : « En 20 ans de carrière je n'ai jamais touché d'argent, pas une seule prime. Nous on était passionnés, on n'aurait même jamais pensé à monnayer notre valeur rugbystique... On aurait bien eu du mal à le faire d'ailleurs. Une seule fois pour une sélection en équipe de France, j'ai touché 2,5 francs par jour pour un déplacement de 2 mois en Nouvelle-Zélande. Sinon pour vivre, j'avais mon magasin à Mont-de-Marsan ».

"Avoir un don, c'est la plus belle chose, mais aussi la plus fragile"Un magasin, qu'il quittait chaque jour à 17h pour aller s'entraîner: « je courrais dans les sentiers autour de Mont-de-Marsan en écoutant mon corps, je faisais chaque jour 300 abdominaux, je buvais presque pas d'alcool, j'avais arrêté la viande à 18 ans, je faisais de l'athlétisme... On me prenait pour un anormal à m'entraîner comme ça.. !» Alors s'il veut bien admettre que malgré tout, il avait peut être aussi un don, il ajoute aussitôt que « si c'est la plus belle chose que d'avoir un don, c'est aussi la plus fragile... »
Mais une amertume quand même le hante, et l'exposition a été, malgré elle, l'occasion de le lui rappeler : l'absence de reconnaissance de la fédération, et en local, des dirigeants du club de Mont-de-Marsan. « On ne m'a jamais invité à voir un match international. Sur la tombe de mon frère, il n'y a aucune plaque de la fédération de rugby, pas un dirigeant de la fédé n'était là pour son enterrement.... Et pour cette exposition ici à Monfort, après 20 saisons dans ce club de Mont-de-Marsan, pas un dirigeant du club n'est venu, pas un. Les mêmes dirigeants qui par contre n'oublient pas, dès qu'ils peuvent de faire valoir, le glorieux passé du club... ». Plus qu'une amertume, c'est une blessure, un bleu à l'âme pour ce sportif franc et généreux. A l'entendre, c'est encore un peu de l'esprit du rugby qui se perd.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3509
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Olivier de Baillenx | 02/11/2016

Très belle expo avec des photos et quelques reliques comme ces maillots cerclés 12 et 13 et la paire de chaussures de Guy qu'André présente à la caméra à la fin du documentaire "le temps des Boni". Elle va bientôt faire escale à St Pierre du Mont, dont le maire, Joël Bonnet, est un ancien "élève" d'André entraîneur. Pour que l'esprit du jeu flotte encore un peu...

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !