Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/06/18 : Après dix mois de travaux nécessités par le futur TramBus Tarnos-Biarritz, le pont historique qui enjambe l'Adour à Bayonne sera rouvert ce 2 juillet et festivement inauguré. Passage réalisé une habile quote-part entre voitures-bus, vélos- piétons.

23/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction dans cette zone

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/06/18 | La grogne des CCI de Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Réunis ce jeudi en AG à Bordeaux, les quinze présidents des Chambres de Commerce et d'Industrie régionales ont dénoncé la décision du gouvernement de raboter la Taxe pour Frais de Chambre de 100 millions d'euros par an sur les 4 prochaines années. "Fin 2017, plusieurs ministres s’étaient engagés à garantir la stabilité des ressources de 2019 à 2022 après une baisse de 150 millions en 2018. Que valent donc ces engagements, notamment quand le gouvernement refuse de reconnaître la performance des CCI sur les territoires ?" dénoncent-ils, parlant même d'une "casse sociale annoncée". Une réunion de crise est prévue le 5 juillet prochain.

  • 22/06/18 | Gourette: les travaux de la RD918 démarrent lundi

    Lire

    Après une semaine d'études du site de l'effondrement de la RD 918, suite aux intempéries du 12 juin, « les travaux commencent dès lundi », annonce le Département des Pyrénées-Atlantiques. La réalisation d’un remblai en terre armée sur une hauteur de 4 m permettra de rétablir une chaussée de 7 m de large, telle la voirie d’origine et garantissant les conditions de sécurité, pour un coût de 700 000 €. Le chantier devrait durer 4 à 5 semaines (sauf mauvaise météo), permettant d'assurer la 19ème étape du Tour de France. Des travaux de confortement et de drainage du talus amont seront aussi engagés sur le 2nd semestre 2018.

  • 22/06/18 | Viticulture: de nouvelles mesures de soutien

    Lire

    L'INAO, a décidé d'augmenter le niveau du volume complémentaire individuel à 20% maximum du rendement du cahier des charges et de faire évoluer de 30 à 50% le plafond cumulé de réserve sur 3 ans. Une manière de renforcer la résilience des exploitations face aux aléas climatiques et à leur récurrence, en jouant un rôle équivalent à celui d’une assurance récolte. Ainsi, les volumes complémentaires cumulés pourront être revendiqués en appellation d’origine en cas de récolte déficitaire. La structure a aussi donné un avis favorable à la demande d’expérimentation pour les vins liquoreux (Monbazillac, Sauternes et Barsac).

  • 22/06/18 | Le pont Simone Veil ne sera pas au rendez-vous de 2020

    Lire

    D'un commun accord, la Métropole et la société Fayat chargée du chantier annoncent une «divergence d’ordre technique et juridique», sur les conditions d’exécution des batardeaux (enceintes de travail permettant de construire les piles du pont) dans la Garonne. Fayat considère que davantage de protections sont nécessaires face à la force du courant et à un sol de mauvaise qualité, ce que réfute le cabinet d'études conseil de la Métropole. Un médiateur va donc être missionné pour donner son avis au plus tard fin 2018. Résultat: le pont sera livré avec 1 à 3 ans de retard et un possible surcoût de 18M€.

  • 22/06/18 | Un transport en commun en site propre sur le Nord Bassin

    Lire

    Dans le cadre de la concertation ouverte sur le Projet de Déplacements Durables du Nord Bassin, un atelier de travail dédié aux solutions de transport en commun en site propre est organisé lundi 25 juin au centre d'animation de Lanton. Objectif : échanger sur l’opportunité de la mise en œuvre d'un tel mode de transport entre Arès et Biganos, en présence des experts associatifs et bureaux d’études spécialisés. Ouvert à tous sur inscription en envoyant un mail à : contact-pddnb@gironde.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | André Boniface: "Plus que les victoires, c'est l'esprit du jeu qui compte"

01/11/2016 | Entre coups de gueule, souvenirs et nostalgie, c'est toujours avec passion, mais sans complaisance, que "Dédé Boni" regarde le rugby.

Rencontre avec André Boniface au pôle culturel de Hinx

C'est dans la convivialité que s'est achevée l'exposition « Boniface ou la beauté du geste » proposée au Musée de la Chalosse à Monfort-en-Chalosse. Dédiée aux frères Guy (décédé en 1968) et André Boniface, légendes du rugby montois et natifs de Montfort ; l'exposition démarrée au mois de mars dernier, organisait ,en quelque sorte, son dévernissage ce samedi 29 octobre. Au programme, visite de l'exposition au côté d'André Boniface, séance de dédicaces, et enfin rencontre publique avec l'ancien international au pôle culturel de Hinx sur le thème « Le rugby d'hier à aujourd'hui ». De quoi démontrer devant un public de passionnés du ballon ovale, toutes générations confondues, qu'André Boniface n'a rien perdu de son franc parler de l'époque... Morceaux choisis.

Sur le rugby français d'aujourd'hui, point d'admiration dans la bouche de l'ancien centre puis allié du Stade montois. Pour lui la seule référence qui vaille est celle du rugby ...néo-zélandais, qu'il prendra souvent comme modèle tout au long de la soirée : «  Pour moi l'essentiel du jeu doit être basé sur la passe. C'est le cas des néo-zélandais qui ont un jeu de passes et de rapidité. On n'est pas sur un jeu d'écrasage, et d'empilage de barbaque, comme ce qu'on voit ici. Moi je n'aurais pas joué à ce rugby là !» Un commentaire pas vraiment étonnant dans la bouche de celui qui s'est fait connaître par ses « passes en or ». Il poursuit « Le fameux « french flair », dont on a beaucoup parlé à mon époque, ce n'est pas nous qui l'avons inventé en tant que tel. Ce sont les britanniques, à l'époque, qui ont été surpris par notre jeu, et qui l'ont baptisé ainsi. Aujourd'hui quand je lis ou écoute les commentateurs britanniques, ils disent que le french flair est en train de quitter le jeu français. Et c'est dommage, parce que l'important, ça n'est pas de gagner tout le temps, les résultats on s'en fout, c'est l'esprit qui compte ! On ne peut pas venir voir un match de rugby, et s'ennuyer pendant 80 minutes ! Et pourtant maintenant c'est souvent ça et c'est regrettable... » A l'entendre « la beauté du geste » qui a baptisé l'exposition qui lui est consacrée ainsi qu'à son défunt frère est en voie de disparition...

"Le rugby, c'était une espèce de drogue"Ses amertumes, incompréhensions et coups de colère sur le rugby d'aujourd'hui, et particulièrement le rugby français, sont nombreuses : « des changements de règles presque tous les ans et sans aucun intérêt », « une volonté d'attaquer perpétuelle », sans prendre le temps « ni d'analyser le jeu, ni de garder de la profondeur », la possibilité de « remplacer les joueurs à tout va, qui ne permet pas d'atteindre le point de rupture de la défense pour marquer », etc... L'occasion d'ailleurs de placer sans fierté particulière, « moi je vous avoue, je n'ai jamais eu l'impression d'être fatigué sur un terrain, jamais. Le rugby c'était même plutôt une espèce de drogue »... Une bonne drogue dans ce cas, contrairement à d'autres ... Si de dopage, rien, dit-il, ne lui a été proposé, il n'est pas tendre sur ce qu'il constate aujourd'hui, ne serait-ce que sur le physique des joueurs, « on leur intoxique les muscles ! C'est pas la muscu qui leur donne cette carrure, et conséquences, les chevilles ou tendon d’Achille ne supportent pas tout ce poids, ils pètent. On les détruit ces jeunes ! », dit-il avec quelques noms en tête.
Une des conséquences sans doute de la professionnalisation du sport, même si sur l'évolution du jeu du rugby français, se sont plutôt les entraîneurs qu'il charge : « diplomés des écoles mais pas tellement du terrain... ». Cela dit, au sujet du professionnalisme... drôle d'impression dans le public, surtout pour les plus jeunes, quand l'international qu'il était, rappelle : « En 20 ans de carrière je n'ai jamais touché d'argent, pas une seule prime. Nous on était passionnés, on n'aurait même jamais pensé à monnayer notre valeur rugbystique... On aurait bien eu du mal à le faire d'ailleurs. Une seule fois pour une sélection en équipe de France, j'ai touché 2,5 francs par jour pour un déplacement de 2 mois en Nouvelle-Zélande. Sinon pour vivre, j'avais mon magasin à Mont-de-Marsan ».

"Avoir un don, c'est la plus belle chose, mais aussi la plus fragile"Un magasin, qu'il quittait chaque jour à 17h pour aller s'entraîner: « je courrais dans les sentiers autour de Mont-de-Marsan en écoutant mon corps, je faisais chaque jour 300 abdominaux, je buvais presque pas d'alcool, j'avais arrêté la viande à 18 ans, je faisais de l'athlétisme... On me prenait pour un anormal à m'entraîner comme ça.. !» Alors s'il veut bien admettre que malgré tout, il avait peut être aussi un don, il ajoute aussitôt que « si c'est la plus belle chose que d'avoir un don, c'est aussi la plus fragile... »
Mais une amertume quand même le hante, et l'exposition a été, malgré elle, l'occasion de le lui rappeler : l'absence de reconnaissance de la fédération, et en local, des dirigeants du club de Mont-de-Marsan. « On ne m'a jamais invité à voir un match international. Sur la tombe de mon frère, il n'y a aucune plaque de la fédération de rugby, pas un dirigeant de la fédé n'était là pour son enterrement.... Et pour cette exposition ici à Monfort, après 20 saisons dans ce club de Mont-de-Marsan, pas un dirigeant du club n'est venu, pas un. Les mêmes dirigeants qui par contre n'oublient pas, dès qu'ils peuvent de faire valoir, le glorieux passé du club... ». Plus qu'une amertume, c'est une blessure, un bleu à l'âme pour ce sportif franc et généreux. A l'entendre, c'est encore un peu de l'esprit du rugby qui se perd.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4607
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Olivier de Baillenx | 02/11/2016

Très belle expo avec des photos et quelques reliques comme ces maillots cerclés 12 et 13 et la paire de chaussures de Guy qu'André présente à la caméra à la fin du documentaire "le temps des Boni". Elle va bientôt faire escale à St Pierre du Mont, dont le maire, Joël Bonnet, est un ancien "élève" d'André entraîneur. Pour que l'esprit du jeu flotte encore un peu...

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !