23/09/22 : La compagnie aérienne des capitales régionales européennes Volotéa enregistre une progression de 24% du nombre de ses vols par rapport à l'an dernier. A Bordeaux, 195 000 passagers ont été transportés entre juin et août soit une hausse de 27%.

19/09/22 : Dans le cadre d'Octobre rose, la Chambre de métiers et de l’artisanat de Nouvelle-Aquitaine et les Chambres départementales se mobilisent au côté de la Ligue contre le cancer. 250 agents sont inscrits à différentes courses organisées dans la région.

16/09/22 : L’incendie dans le secteur de Saumos est fixé depuis jeudi après-midi. La surface brûlée est réévaluée à 3400 hectares. Les personnes n'habitant pas sur les zones brûlées, 1700 sur plus de 1800 évacuées, ont pu regagner leur domicile.

15/09/22 : L'incendie de Saumos n'a pas progressé dans la nuit de mercredi à jeudi stagnant à plus 3700 ha. En raison d'une très faible visibilité due aux fumées et au brouillard, la préfecture appelle les automobilistes du secteur à la prudence.

14/09/22 : A Saumos, le feu a légèrement progressé cette nuit et dans la matinée, portant la surface totale brûlée à plus de 3600 ha. Jusqu’à 1000 pompiers sont mobilisés au plus fort de la journée ainsi que 6 Canadairs, 3 Dash et 2 hélicos bombardiers d’eau

14/09/22 : L'incendie dans le secteur de Saumos, a continué de progresser dans la journée détruisant plus de 3200 ha. 900 pompiers sont engagés dans ce combat contre le brasier qui a nécessité l'évacuation de 840 personnes et la fermeture de plusieurs routes.+ d'info

13/09/22 : Sur le secteur de Saumos (33), l'incendie démarré hier après-midi a parcouru 1 300 ha cette nuit. Les 340 pompiers déjà engagés vont être rejoints par des renforts d’autres départements. 2 Canadairs, 1 Dash et 3 hélicos bombardiers d’eau interviennent

06/09/22 : L'alerte "baïnes" est confirmé ces 6 et 7 septembre sur le littoral néo-aquitain. En Charente-Maritime, 5 communes sont particulièrement ciblées : Le-Grand-Village-Plage, Saint-Georges-d’Oléron, Saint-Trojan-les-Bains, La Tremblade et Les Mathes.

01/09/22 : Eric Spitz, préfet des Pyrénées-Atlantiques est nommé ce 1er septembre haut-commissaire de la République en Polynésie française. Il est arrivé à Pau en janvier 2019, notamment pour préparer le G7 qui s'est réuni en août 2019 à Biarritz.

31/08/22 : La première rentrée scolaire de l’Institut de formation d’auxiliaires de puériculture (IFAP) a lieu ce mercredi 31 août à l'hôpital Garderose à Libourne. 23 places supplémentaires sont ainsi créées par la région pour accéder à cette formation.

26/08/22 : Le niveau de ressource en eau reste faible en Pyrénées-Atlantiques. 95 communes de l'agglomération Pays basque passent en situation de crise. L'arrosage des terrains de sport et golfs est limité à deux fois par semaine, et interdit par ailleurs.

25/08/22 : En cette année jacquaire 2022, le Département des Pyrénées-Atlantiques et plusieurs associations locales proposent un cycle de huit ciné-débats. Entrée libre et gratuite. Ouverture avec le film « Rosy » au cinéma Le Méliès à Pau, lundi 29 août à 20h30.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/09/22 | L'usine Magna de Blanquefort vendue à un groupe industriel allemand

    Lire

    La section syndicale CGT de l'usine Magna Powertrain (ex Ford) de Blanquefort (Gironde) annonce que la direction a indiqué ce vendredi 23 septembre en réunion extraordinaire du CSE, la vente de l'usine à Mutares, un groupe industriel allemand spécialisé dans le rachat d'entreprises en difficulté. "Ce rachat prend effet au 1er janvier prochain et laisse peu de temps pour agir pour notre avenir" déplore le syndicat qui n'a pas d'autre information. Un nouveau CSE extraordinaire est prévu le 29 septembre.

  • 23/09/22 | Un salon du bien être ce week-end à Périgueux

    Lire

    La 9e édition du salon du bien être, est organisée à la Filature de l'Isle de Périgueux, samedi 24 et dimanche 25 septembre de 10 h à 19 h. Quatre-vingt professionnels pratiquant le yoga, le coaching, la relaxation, la réflexologie sont attendus. Cet événement est dédié aux thérapies brèves et médecines naturelles. Dix-huit conférences et une quarantaine de séances seront proposées pour tester les différentes techniques. Entrée : 4 euros, gratuit pour les moins de 18 ans et les personnes à mobilité réduite.

  • 23/09/22 | Une aide régionale pour la Flow vélo

    Lire

    La Région accompagne les territoires dans la réalisation des aménagements cyclables longues distances favorisant la pratique d'itinérance. Au sein du schéma régional des véloroutes, V92 - Flowvélo est un itinéraire reliant sur 290 km l'Ile d'Aix (17) à Thiviers (24). Sur la section Javerlhac - Nontron (24), le tracé proposé prévoit de réutiliser l'emprise de l'ancienne voie ferrée. Ainsi, sur les 11 km de cette section, 9 km pourront être aménagés en voie verte et permettront de se connecter à la Charente. Ce projet est financé par la Région à hauteur de 247 356,75 euros.

  • 23/09/22 | La CdC La Rochefoucauld Porte du Périgord se végétalise

    Lire

    Afin de préserver et restaurer la biodiversité du territoire, la Communauté de communes La Rochefoucauld Porte du Périgord et ses 27 communes membres vont implanter dans les communes des semences fleuries de la marque « végétal d’origine locale ». Des actions de végétalisation vont aussi être entreprises sur les emprises publiques avec la plantation de haies bocagères ou fruitiers. Des plantations vont être réalisées enfin dans les trouées existantes le long de la Coulée d’Oc, afin d'assurer la continuité écologique de cette voie verte de 21 km.

  • 22/09/22 | Smurfit Kappa va mener des travaux pour son efficacité énergétique

    Lire

    Le groupe Smurfit Kappa, leader mondial dans la fabrication de papier pour emballage, va mener des travaux portant sur la consommation d'énergie fossile de son site de Biganos. En effet, malgré un approvisionnement énergétique d'origine biomasse en très grande majorité (l’entreprise utilise comme matière première les sous-produits de la forêt d'Aquitaine), une consommation importante en gaz naturel demeure dans le four à chaux du site.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Angoulême : une journée "hors cadre"

27/01/2018 | Suivez nous dans les rues d'Angoulême pendant que le Festival International de la BD bat son plein : on y trouve parfois des trucs surprenants. Visite guidée.

1

45 ans et une santé insolente. La bande dessinée, à Angoulême, est partout, même en dehors des grand rendez-vous du festival. Ces derniers suivent les tendances, et l'année 2017 est plutôt florissante. 8,4 millions d'acheteurs en France en 2016 (soit 15% de la population) et 500 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2017 contre 459 millions en 2016 (+20% de croissance d'achat en dix ans). Les résultats en demi-teinte du festival en 2016 (entre 6 et 10% de visiteurs en moins) pourraient bien être rattrapés. Pendant quatre jours, toute la ville se met au diapason. Nous avons passé une journée sur place, en essayant de s'éloigner des "immanquables" du programme. En cinq photos et autant d'histoires, voici ce qu'on y a trouvé.

Angoulême 2018

11h30. Le centre-ville est animé et beaucoup de monde circule déjà en suivant les panneaux et la voix dans le haut-parleur qui annonce les grands rendez-vous. Dans le salon de presse de l'hôtel de ville, il est temps de remettre un prix. De nombreux professionnels sont là : français mais aussi japonais. Journalistes, éditeurs : tous suivent la belle victoire de Sébastien Ludmann, récompensé cette année par le prix Konishi consacré à la traduction de mangas japonais en français. Pour la première fois, ce n'est pas le mangaka qui est récompensé par le FIBD (Festival International de la Bande Dessinée) mais bien le traducteur rendant possible sa lecture en France, un métier souvent méconnu. Sébastien Ludmann travaille depuis 2016 sur Golden Kamui de Satoru Noda, édité chez Ki-Oon, dont un dixième volume est prévu en avril. Il est le rouage d'un marché florissant en France  : en 2016, le secteur du manga peut se targuer d'avoir écoulé 13,6 millions d'exemplaires, soit 10% de plus qu'en 2016. Un prix célébrant à sa manière le 160ème anniversaire des relations diplomatiques entre la France et le Japon prévu pour cette année.  

Angoulême 2018

13h00. En mangeant une crèpe à la sauvette, on tombe sur un ancien magasin de fringues transformé en destockage de BD. On y croise des queues de cheval, des barbus avec des bonnets de marin, des étudiants coiffés d'une toque maître d'hôtel à la Spirou... toute une faune qu'on ne peut croiser qu'à Angoulême, tout comme un restaurant chinois baptisé "Le Lotus Bleu". Et puis, dans un coin, en sortant de la boutique, on repère un petit stand avec des dessins encadrés et un type en train de fumer une clope, crayon et feuilles à la main. On s'approche. On lui demande son nom : Jean-Michel Laporte. Jean-Michel ne fait pas partie du festival, pourtant il y a incontestablement sa place. "J'ai toujours dessiné du fond de la classe. Après de nombreux boulots, j'ai décidé d'essayer de vendre des tableaux sans avoir fait de cours de dessins ni d'école d'art. J'ai fait deux ans aux Beaux-Arts, c'est tout". Jean-Michel est natif d'Angoulême, c'est un pur "produit du terroir" mais une appellation d'origine incontrôlée : avant de dessiner, il a été marin-pêcheur, peintre en bâtiment, ouvrier à la carrière où à la mine. Depuis cinq ans, il faisait ses petits tableaux dans son coin quand il n'allait pas à son boulot de peintre en bâtiment. L'un a pris le pas sur l'autre quand il a réussi à en vivre "normalement". Quand il n'est pas dans la rue pendant le festival, il déballe son petit attirail sur les marchés, de Royan à Bordeaux en passant par d'autres lieux touristiques et y fait parfois des croquis "à la demande". La BD, il n'a jamais vraiment sauté le pas, sans doute freiné par la peur de ne pas y trouver sa place. "J'ai toujours fait le festival. Mais depuis deux ou trois ans, on déballe comme ça, dans la rue pour vendre des dessins sans passer par les grosses boîtes". Quand on lui demande si ça marche, il répond par l'affirmative. Mais "c'est aléatoire, ça dépend du temps. Il faut tenter sa chance, c'est comme ça que ça commence". Pour autant, il ne regrette pour rien au monde son choix. "Ce n'est pas la même qualité de vie. T'es libre. Ça n'a pas de prix". Quand on repassera au même endroit après 15h30, Jean-Michel aura plié bagage.

Angoulême 2018

15h00. Après être passés par l'Hôtel Mercure découvrir un concours un peu spécial (et avoir croisé Zep dans un couloir...), on ne résiste pas à la tentation de s'aventurer dans l'une des expositions incontournables de cette 45ème édition : l'exposition dédiée au mangaka Naoki Urasawa. Angoulême n'est pas vraiment connu pour privilégier le manga, à part peut-être les gros auteurs qu'elle fait venir chaque année. Pourtant, cette année, on sent un petit effort, avec un petit pavillon qui lui est entièrement dédié. En tout cas, Naoki Urasawa fait partie des gros : créateurs de thrillers aussi efficaces que 20th Century Boys (pour lequel il a reçu un prix en 2004 à Angoulême), Pluto (adaptation d'Astro Boy, manga créé par l'illustre Ozamu Tezuka, qui a lui aussi sa place dans l'édition 2018 du FIBD) ou les enquêtes du redoutable Master Keaton. L'exposition en question, en plus de retracer chronologiquement la carrière d'Urasawa, permet d'accéder à des originaux dont certains vont sans doute intéresser les fans, comme ses travaux de collégien ou son premier manga lauréat d'un concours de jeunes talents au Japon, "Return". Concentrés autour de différents thèmes (tels que la dictarure évoquée dans 20th Century Boys), les 450 originaux présentés dans l'exposition charentaise nous donnent à la fois des esquisses, des story-board mais aussi les deux prochaines planches de sa prochaine production, "Mujirishi - Le Signe des rêves" chez Futuropolis, qui invoque la culture franco-japonaise (du Louvre au personnage d'Iyami, célèbre personnage de la pop culture locale). Parfaitement dans le thème, donc, tout comme les visiteurs de l'exposition : des lycéens, des cheveux verts, des jeunes en tenues de cosplay. Juste à côté, Cultura a prévu une petite salle de ventes avec les oeuvres principales du maître. Évidemment, après avoir parcouru les couloirs de l'exposition, il est très difficile de résister...

Angoulême 2018

15h30. Ça a été dur, mais on a résisté. On décide d'aller faire un tour rue Hergé. Là, tout au bout à droite, dans une ruelle, un petit endroit plus modeste que les grands pavillons d'éditeurs, loin des tapis rouges. C'est le quartier général de la Maison des Peuples et de la Paix, un réseau d'une trentaine d'associations militantes. Elle aussi participe au programme du festival, à sa manière. C'est le côté "off" du FIBD : des évènements en marge organisés autour de la programmation principale. La MPP organise, dans son coin, ses propres expositions et séances de dédicaces avec mes auteurs en question, avant un concert de blues et du DJ le samedi soir vers 21h. Au rez-de-chaussé, Amnesty International vend des bouquins d'occasion pour financer ses actions, comme le fait l'association Baobab, "pour financer des cartes de séjour par exemple", nous précise Nicole Ausou, éducatrice à la retraite et bénévole sur place depuis environ vingt ans. Ici, on se sert de la BD pour militer. "On organise ça depuis environ dix ans pour faire connaître le lieu mais aussi montrer aux institutions d'ici qu'on fait des choses. C'est important que le festival tienne compte de ce qu'il se passe à côté. Ici, on peut venir avec un café, on n'est pas obligés de consommer, on s'en fout au final". Nicole n'arrête pas, elle continue de courir pour s'occuper de tout le monde. En bas, juste à côté de la sortie, on trouve une boîte servant de cagnotte à l'association. "Sans vous, c'est fini. Si chaque visiteur donne un euro, nous pourrons continuer cet évènement l'année prochaine". Les subventions de la MPP, comme celles de nombreuses associations locales, sont un peu passé de la couleur au noir et blanc. "Si cette année, ça ne marche pas, on n'organisera rien pour le festival ici l'année prochaine", confirme Nicole, pragmatique. "C'est quand même du boulot, rien que l'encadrement c'est trois semaines de boulot. On veut que ce soit quand même de la qualité. Et comme on est là pendant le festival, on rate les expos. Au moins, si ça ne se fait pas l'an prochain, je pourrais profiter. J'adore la BD". 

Angoulême 2018

17h30. On est quand même passés par le pavillon des éditeurs et restés un peu en admiration devant les dessins de l'une des nouveautés chez Glénat, "Mickey et l'océan perdu". Une fois nos esprits repris, on s'engouffre dans une entrée blindée d'affiches en papier collées au mur. Ici, tout à l'air artisanal, un peu "underground". Ça a surtout l'air d'être une vraie maison. Normal, ça en est une. Chaque année à l'occasion du festival de la BD, mais aussi de celui du film, une propriétaire prête sa maison pour accueillir des évènements. Un article à la gloire de Gotlib, une affiche pour la remise du prix "couilles au cul" le samedi 27 janvier impasse "Charlie Schlingo" : pas de doute, on est bien chez Fluide Glacial. Ici, les dédicaces sont toujours arrosées d'un apéro : Davy Mourier et Eric Salch pourront au moins profiter d'un verre en signant des autographes  avant le concert de 19h00. Du 25 au 28 janvier, ici au 37 rue Hergé, entre deux magasins SFR et Orange, on organise le "Off du Off". C'est une manière de se rattraper du FOFF, un contre-festival organisé à l'extérieur des murailles de la ville depuis 2013 et annulé en 2017. Ici, entre pinard et neuvième art, on peut voir une exposition d'originaux d'étiquettes de vin signées par Reiser, Wolinski, Gébé et Cavanna (sûrement en fin de repas d'ailleurs...) mais aussi une seconde consacrée à Zoé Thouron et Jean Chauvelot autour de l'album Highway to Love, édité chez Casterman. Le jardin est rebaptisé "Place Wolinski" et tout est gratuit sauf les boissons et les BD. On reste un peu et on fait le point. Entre un traducteur de mangas, un dessinateur/peintre de rue, une bénévole associatif ou des mômes fans de Naruto avec des couronnes Titeuf et des bonnêts d'âne Ducobu sur la tête, on a quand même vu pas mal de profils et de scènes différents. Un seul point commun les relie, pourtant : ici, on ne fait pas semblant. TOUS, sans AUCUNE exception, sont réellement fans de BD. Et ils le seront sans doute encore l'année prochaine.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
6214
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !
Jean-Luc Thévenot, délégué départemental du Refuge a hâte d’ouvrir un leiu d’hébergement. Société | 23/09/2022

Les jeunes LGBT+ pourront trouver refuge dans un appartement à Limoges

Les partenaires du dépistage du cancer du sein organisé en Dordogne Société | 16/09/2022

Le dépistage du cancer du sein, c'est toute l'année

Ter Nouvelle Aquitaine en gare de Bordeaux Société | 14/09/2022

Les tops et les flops estivaux des TER de Nouvelle-Aquitaine

L'équipe du CHU était présente ce lundi pour l'habituelle conférence de presse de rentrée. Société | 13/09/2022

Recrutement, canicule, projets : le CHU de Bordeaux tire un bilan positif de l’été

Déménagement Société | 13/09/2022

Dans les territoires ruraux Sud-Aquitains, on aime déménager !

Emmanuel Macron a fait la promesse devant Rémi, la loi sera débattue en 2023 Société | 13/09/2022

Olivier Falorni : « la loi sur la fin de vie, notre ultime liberté, c’est maintenant »

La 1ère promo de 17 étudiants est ravie des conditions d’accueil Société | 12/09/2022

Santé : Saint-Yrieix-la-Perche accueille sa première promo d'élèves infirmiers

Université de Pau Pays de l'Adour Société | 09/09/2022

Bien-être étudiant : l'Université de Pau Pays de l'Adour tire les leçons de la crise sanitaire

Les élèves sont allés à la rencontre d’exploitants agricoles Société | 08/09/2022

A Limoges, les élèves vétérinaires sensibilisés aux besoins des campagnes

L'équipe d'Into The Ride Société | 07/09/2022

Into The Ride : 3 jeunes landais à vélo pour un tour d'Europe écolo

La façade du nouveau bâtiment est équipé d'un brise soleil pour permettre de conserver une température fraîche, même en période de canicule Société | 06/09/2022

Un internat au collège de l’île de Ré pour enrayer la baisse des effectifs

Inauguration du collège Bordeaux-Lac Société | 06/09/2022

Gironde : Six nouveaux collèges pour répondre à la hausse des effectifs

Anne Bisagni-Faure, Rectrice de l'académie de Bordeaux et Xavier Le Gall, Scrétaire général de l'Académie de Bordeaux Société | 01/09/2022

Rentrée 2022 : Pas de pénurie de profs pour l'Académie de Bordeaux

Le secrétaire général, Philippe Vulliet et Nathalie Malabre, directrice de la DESEN de la Dordogne Société | 01/09/2022

Dans les écoles de Dordogne, de nouveaux personnels auprès des élèves en situation de handicap

 Limoges se positionne parmi les fers de lance du sport santé en Nouvelle-Aquitaine Société | 29/08/2022

A Limoges « 1800 personnes ont pratiqué une activité grâce au sport sur ordonnance »