Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/21 | A La Rochelle, le 2e tour se jouera avec les anciens candidats aux municipales

    Lire

    La Rochelle 1, le binôme falorniste/PS Christophe Bertaud et Marylise Fleuret-Pagnoux passe au 2e tour avec 28,83% des voix devant les écologistes (20,87%). A La Rochelle 2, ce sont les fountainistes Dominique Guégo et Marie Nedellec qui sont en tête avec 32% des voix contre 24,13% pour la liste LR. Sur La Rochelle 3, le duo EELV Marion Pichot - Jean-Marc Soubeste, ex candidat aux municipales se distingue parmi les 7 listes en lice avec 28,19% des voix.

  • 21/06/21 | Départementales : le RN en recul en Charente-Maritime

    Lire

    En 2015, le RN était au 2e tour dans 12 cantons sur les 19 que compte la Charente-Maritime. Le scénario ne se renouvellera pas en 2021, car il est en net recul. Sauf sur le canton de La Tremblade, où la déléguée départementale du RN Séverine Werbrouck se retrouve au coude à coude, avec 31,54% des voix, avec le binôme arrivé en tête, Fabienne Labarrière et Jean Prou (32,18%).

  • 21/06/21 | Départementales en Charente : le président sortant en tête pour le 2e tour

    Lire

    L'ancien président du Département et sénateur, François Bonneau est en tête avec Marie-Henriette Beaugendre, maire de Saint-Saturnin, dans le Val-de-Nouère avec 58,60% des voix. Au deuxième tour ils affronteront Michel Germaneau maire de Linars et Isabelle Moufflet maire de Vindelle (41,40%).

  • 21/06/21 | Elections départementales : coup dur pour Lionel Quillet sur l'île de Ré

    Lire

    Parti favori, le premier vice-président du Département, également président de la Cdc de l'île d'Oléron, Lionel Quillet (LR) se retrouve au 2e tour avec un écart de 435 voix face au maire de Rivedoux Patrice Raffarin et sa colistière, en tête avec 43,50%. Un résultat qui surprend mais n'inquiète pas le président sortant du Département Dominique Bussereau, qui compte sur la bonne position des candidats de droite à Montguillon, Saintes ou encore Saujon pour atteindre 40 élus de droite au 2e tour.

  • 18/06/21 | Tapisserie Manufacture Pinton de Felletin... à Hong Kong !

    Lire

    Spécialisée dans le tissage des tapis, tapisseries et moquettes, la manufacture Pinton dans la Creuse est l’une des entreprises les plus importantes du secteur de la tapisserie d’Aubusson. Afin de se développer, notamment vers l’international elle va construire un nouveau bâtiment moderne et écologique à Felletin et elle va moderniser ses équipements afin d’améliorer sa productivité, sa qualité et sa réactivité. Pour consolider sa présence à l’international elle va également ouvrir une filiale à Hong Kong.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Après les travaux, améliorer l'attractivité de la ligne Libourne Sarlat

08/04/2019 | Le conseiller régional Christophe Cathus a animé vendredi à Bergerac la première réunion sur l'avenir de la ligne Libourne Sarlat, à l'issue des travaux de régénération.

Tout l'enjeu du contrat de mobilité vallée de la Dordogne est de rendre la ligne en Libourne et Bergerac attractive

Actuellement, il n'y a plus de train entre Bergerac et Libourne, ni entre Bergerac et Sarlat. En cause : la rénovation complète de la ligne qui avance selon le calendrier prévu. Le conseil régional Nouvelle-Aquitaine prépare déjà l'après travaux. Christophe Cathus, conseiller régional, délégué aux transports scolaires et élu du Bergeracois avait convié tous les partenaires du dossier, pour une première réunion en vue de la création d'un contrat de mobilité "vallée de la Dordogne." Cette démarche concertée a pour but de réfléchir à l'avenir de la ligne, en matière d'horaires, d'intermodalités.

Alors que le chantier de la ligne ferrovaire entre Bergerac et Libourne avance à bon rythme, la Région prépare déjà l'après-travaux. Une première réunion en vue de la création d'un contrat de mobilité pour la vallée de la Dordogne, s'est tenue vendredi à Bergerac. Animée par Christophe Cathus, conseiller régional et élu du territoire, elle a réuni une quarantaine de personnes, des élus, des représentants des collectivités finançant une partie du chantier. L'idée est de faire émerger une réflexion commune sur le devenir de la ligne et de compléter l’offre Ter par des politiques en matière d’urbanisme et d’intermodalité. "On s'engage sur une période de dix ans minimum," précise Christophe Cathus, qui suivra l'ensemble de la démarche. 


En premier lieu, il va falloir travailler sur les horaires de train d'après-travaux. Ceux qui seront valables pour l'année 2020. Pour les usagers et les collectivités, il y a une demande forte de proposer des liaisons plus rapides : parcourir Bordeaux-Bergerac en moins d'1 h 15 et Bordeaux-Sarlat en moins de 2 h 20. Parmi les demandes, également, davantage de trains sur les fins de semaines. Une des principales difficultés de cette concertation va être de concilier les souhaits de liaisons plus rapides avec les points d'arrêts de chaque collectivité qui finance les travaux de la ligne, de chaque association d'usagers et puis de la SNCF avec les impératifs liés à la voie unique. Un petit groupe resserré va avoir pour mission de construire ces nouveaux horaires. Ce n'est pas la partie la plus aisée, déjà le Libournais, s'estimant injustement oublié de ce groupe, a demandé à le rejoindre. Ce qui devrait être le cas.   
Les objectifs principaux de "ce contrat de mobilité" sont de faciliter les échanges pour la définition d’une nouvelle grille horaire pour le service annuel de 2021, de définir une nouvelle trame de points d’arrêt afin d’accélérer les temps de parcours des trains sur l’ensemble de la ligne, en s’appuyant sur le diagnostic des 18 arrêts existants et améliorer la desserte ferroviaire jusqu’à Sarlat en étudiant les possibilités de développement de l’infrastructure. A moyen terme, il s'agit bien de tomber sous la barre psychologique de 1h entre Bergerac et Bordeaux et coller au mieux aux futurs horaires de la LGV. 

 Favoriser l'intermodalité

L'autre enjeu de contrat de mobilité est de favoriser le report modal en proposant des équipements et des aménagements encourageant l’intermodalité (abris vélos, places de stationnement supplémentaires, arrêts autocars…). Parmi les pistes de développement évoquées au cours de cette première réunio, on note l'amélioration de l’attractivité du point d’arrêt : aménagement des abords, cheminements depuis le bourg et les zones économiques, création de Pôles d’Echanges Multimodaux... Autre possiblité pour développer l’intermodalité : proposer des aménagements cyclables en lien par exemple avec les « vélo-routes » ; renforcer les connexions avec les réseaux routiers urbains et interurbains... Parmi les idées avancées vendredi, ont été évoquées le développement des aires de co-voiturage, création de navettes ou de service de transport à la demande entre gare et aéroport ou encore sollicitation des taxi. Tout au long de l'année 2019, des réunions vont être organisées selon les différentes thématiques dont celle des horaires.
Les collectivités ayant participé financièrement à la régénération de la ligne ferroviaire Libourne-Bergerac sont associées à cette démarche ainsi que SNCF Mobilités et SNCF Réseau. Des associations d’usagers ou d’autres structures thématiques seront également invitées selon les sujets d’étude. Le contrat de mobilité devrait être approuvé par l'ensemble des partenaires au cours du deuxième trimestre 2020. 

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : archives Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
8060
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !