Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/06/18 | Thalys : de nouvelles lignes au départ de Bordeaux

    Lire

    C'est la compagnie ferroviaire Thalys qui l'a annoncé directement ce mardi 19 juin : un aller-retour par semaine, sans arrêt, entre Bordeaux et Bruxelles tous les samedi sera proposé à partir du mois de juin 2019. Deux autres allers-retours quotidiens ont aussi été annoncés à des échéances plus courtes. À compter d'avril 2019, vous pourrez donc voyager en Thalys au départ de Bordeaux vers Amsterdam, Rotterdam, Anvers, Bruxelles, Roissy et Marne-la-Vallée. Enfin, Thalys a annoncer la révision de ses 26 rames à horizon 2022.

  • 19/06/18 | L'hôtel de ville de La Rochelle renaît de ses cendres

    Lire

    Cinq ans après l'incendie qui l'a ravagé, l'hôtel de ville retrouve ses couleurs. Sa toute nouvelle toiture, couverte d'une bâche, sera découverte devant le grand public de 13h à 17h, le jeudi 21 juin. Plusieurs animations musicales sont prévues durant l'opération, dont 70 coquelicots géants et chantants dès la place de la Caille. Une fois le toit de l’Hôtel de Ville et ses ardoises visibles, resteront les arceaux métalliques du chapiteau qui seront retirés jusqu’au 15 août.

  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Aquitaine Cap Nouvelles Chances: 9 mois pour se remettre en selle

23/01/2012 |

Elèves de l'insup

Chaque année, près de 180 000 jeunes sortent du système scolaire sans qualification ou sans diplôme, qui longtemps ont fait office de bouclier contre le chômage. Parmi ces jeunes, nombreux sont ceux qui partent à la dérive. C'est pour les remettre dans le bain social et les ramener vers l'emploi, que le Conseil Régional d'Aquitaine a lancé en novembre dernier à Bergerac et à Bordeaux, Aquitaine Cap Nouvelles Chances (ACNC). Un disposif de la deuxième chance destiné aux 16-25 ans en décrochage scolaire et/ou qui sont très éloignés de l'emploi. A Cenon, c'est l'Insup, un organisme spécialisé dans ces questions-là, qui dispense cette formation autour de 3 axes; élaboration d'un projet professionnel; travail sur les savoirs de base et travail autour d'un projet de création collective. Il accueille une quinzaine de stagiaires, des jeunes filles aux histoires singulières qui tentent, tant bien que mal, de retrouver un cadre.

Leur point commun; "être sorties de l'école en étant persuadées d'être en échec". D'après Fabienne Claire-Pape, coordinatrice de formation à l'Insup, "elles ont une réprésentation d'elles complétement détruite". Elle ajoute que: "ce n'est pas un hasard si les enfants en arrivent là, les problèmatiques sont puissantes". Beaucoup de facteurs peuvent en effet entrer en compte; difficultés scolaires, mauvaise orientation, état psychologique, contexte familial ou encore santé. A 25 ans, Emmanuelle a déjà enchaîné de nombreux jobs depuis ses 19 ans. Une situation précaire aggravée par des soucis de santé. Avant d'entamer la formation, elle rêvait d'accéder à un métier artistique mais elle a fini par y renoncer." J'ai fait plein de petits boulots, mais rien de stable, j'ai fini par me décourager et j'ai déprimé". Et si elle reconnaît que la formation lui permet de reprendre confiance en elle, elle est consciente qu'il faut "construire son projet petit à petit". Très motivée, elle s'investit beaucoup dans le spectacle que préparent les stagiaires et qui devrait être donné lors du festival des Hauts de Garonne en juillet prochain.

Se confronter aux réalités du monde du travail

Les formateurs accompagnent les stagiaires dans l'élaboration de leur projet professionnel en étudiant avec elles leur faisabilité et en évitant les secteurs engorgés. Des stages, des visites d'entreprises ou d'organismes de formation susceptibles de les accueillir dans le futur leur permettent ainsi de se confronter aux réalités du monde du travail. C'est le cas de Sonia, 17 ans, sortie du système scolaire à 16 ans sans l'ombre d'un diplôme et beaucoup plus attirée par les métiers manuels. Un stage effectué l'an dernier dans une entreprise de BTP de Floirac lui a permis de trouver sa voie. Elle témoigne: "mon stage s'est bien passé, tout m'a plu; poser les ferrailles pour poser les placos, reboucher les trous, faire le ménage". C'est désormais vers les métiers du bâtiment qu'elle va  s'orienter, elle qui avoue ne pas supporter "de rester assise sur une chaise".

Soutien et accompagnement renforcés
Avec tout un volet réservé à l'acquisition des savoirs de base, les stagiaires sont également accompagnées dans leurs démarches. Elles y apprennent, par exemple, comment  trouver un logement dans l'urgence ou faire établir une carte de sécurité sociale. Elles bénéficient aussi d' ateliers de remise à niveau, mais pas seulement.  Tous les vendredis, elles abordent les sujets qu'elles souhaitent avec une psychologue, qu'elles peuvent ensuite solliciter pour un entretien individuel.  Un aspect important pour des jeunes filles qui ont  souvent vécu l'isolement comme Caroline, 20 ans,  au look gothique romantique qui détonne un peu dans le groupe. Originaire de  Bretagne,  elle vivait en pleine campagne, là où "c'était trop moche". Pas d'amis et coincée dans une vie  morne. L'ennui. Elle y suivait une formation  de confection de meubles en carton. Des cartons, des cartons, toujours des cartons. Alors pour échapper à ce quotidien triste et sans perspectives, elle s'est réfugiée dans l'alcool et les médicaments, "des anxiolytiques" parce-que "ça fait planer".  Aujourd'hui si elle n'a pas encore trouvé de stage dans une librairie mais dans une boulangerie, l'horizon semble se dégager quelque peu; elle sait au moins que les métiers du livre lui plaisent.


Entrevoir un avenir meilleur
Dans le groupe, en plus de construire leur avenir, les jeunes filles retrouvent un peu de chaleur humaine, le plaisir d'être ensemble et surtout la possibilité d'entrevoir un avenir meilleur.  Thérèse, 23 ans, mère d'un enfant de 3 ans, avoue qu'elle "a galéré pendant longtemps" après avoir quitté l'école à 16 ans. Suivie pendant de nombreuses années par la mission locale, elle avoue: "j'étais perdue, je ne savais pas ce que je voulais faire". Dans le groupe, on la surnomme affectueusement maman, un statut de protectrice qui l'a aidée à se voir différemment et à s'affirmer un peu plus.
Quelques mois après son lancement, la formation semble donc obtenir des résultats encourageants. Toutefois, un certain recul sera nécessaire pour juger des bénéfices réels de ce dispositif, lancé à titre expérimental pour aider à l'insertion des jeunes. En France, ce chantier est immense mais c'est un devoir national comme l'a rappelé le CERC en 2008*.

Malika Ouaddah


*rapport du Conseil de l'emploi, des Revenus et de la Cohésion Sociale, (2008), Un devoir national. L'insertion des jeunes sans diplômes.

Partager sur Facebook
Vu par vous
1013
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !