Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/12/18 : L'Association Petit Coeur de Beurre a décidé en accord avec la Jeune Académie Vocale d'Aquitaine JAVA et l'Ensemble Vocal Aquistriae d'annuler le concert "De choeurs à coeurs" prévu ce samedi 15 décembre en l'église St Louis des Chartrons à 20h30.

14/12/18 : Du 15/12/18 au 5/01/19 : le centre-ville montois sera piéton les week-ends du 15 et 22/12 et le 24/12 et le stationnement gratuit dans le centre-ville les samedis après-midi. 1h de stationnement gratuit par demi-journée, du lundi au samedi matin.

14/12/18 : Center Parcs Lot-et-Garonne. Les premiers coups de pioche de ce chantier sont donnés ce jour, 14 décembre, à l’étang du Papetier, à Pindères.

14/12/18 : En raison des mouvements sociaux actuels, le Grand-Théâtre sera fermé au public ce samedi 15 décembre entraînant le report du récital de Sondra Radvanovsky au 31 mars 2019. Les visites guidées sont également annulées.

13/12/18 : Le jeune rugbyman du Stade Français Nicolas Chauvin, 19 ans, victime d'un traumatisme cervical suite à un plaquage dimanche lors d'un match à Bègles est décédé au CHU de Pellegrin. Nouveau drame après la mort récente d'un jeune joueur d'Aurillac.

13/12/18 : Présente au salon Nautic de Paris, La Rochelle a lancé de Paris le Défi Atlantique, une nouvelle course en équipage réservée aux Class 40. Départ fin mars 2019 de la Guadeloupe, pour rejoindre La Rochelle mi-avril avec une escale à Horta aux Açores.

12/12/18 : En raison des liens historiques et fraternels qui unissent les villes de Strasbourg et de Périgueux, le drapeau français sur la mairie de Périgueux sera en berne ce mercredi suite au drame survenu hier sur le marché de Noël de la capitale alsacienne.

12/12/18 : Vigipirate : Urgence Attentat. Renforcement de la sécurité en Gironde. Renforcement des contrôles notamment à l’aéroport de Bdx-Mérignac, surveillance des marchés de Noël, centres commerciaux et interdiction de manifestations sur la voie publique.

12/12/18 : Les 22-26 et 28 déc, Bordeaux Visite organise une visite-famille "Bordeaux à Noël", afin de découvrir la place Pey Berland, le cours de l'Intendance, les allées de Tourny, la place de la Comédie. Accessible aux familles avec enfants dès 7 ans.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/12/18 | En Dordogne, le laboratoire départemental d'analyse détruit par un incendie.

    Lire

    Le laboratoire départemental d’analyse et de recherche de la Dordogne, basé à Coulounieix-Chamiers, a été entièrement détruit cette nuit par un incendie dont les causes ne sont pas encore déterminées. Le président du Conseil départemental Germinal Peiro, qui se rendra sur les lieux ce lundi à 8h30, a fait savoir que le Département s’attachait déjà à "trouver des solutions pour assurer la continuité de l’activité des 140 agents qui travaillent sur le site (laboratoire et Satese) .

  • 15/12/18 | Biarritz: un feu d'artifice séuritaire pour le président

    Lire

    Nous nous en sommes fait écho, le président de la République Emmanuel Macron se déplace mardi 18 décembre à Biarritz pour la préparation du G7 en présence de vingt ambassadeurs. La ceinture de sécurité appliquée est celle que la Ville met en place depuis des années pour...le feu d'artifice du 15 août. Il sera donc difficile d'accéder en voiture au centre ville. Nous vous recommandons d'aller sur le site de la ville, www.biarritz.fr ou www.chronoplus.eu pour prendre connaissance du dispositif et déplacements.

  • 14/12/18 | Jacqueline Gourault en déplacement en Dordogne lundi 17 décembre

    Lire

    Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales sera en déplacement en déplacement en Dordogne ce lundi 17 décembre. En fin de matinée, elle sera à Coulounieix Chamiers pour le projet de rénovation urbaine. L'après midi, elle se rendra au Nord du département pour la pose de la première pierre de la maison médicale de Lanouaille. C'est la troisième fois que la ministre se rend en Dordogne depuis dix huit mois.

  • 14/12/18 | De nouveaux équipements pour la section foot d'un collège du 87

    Lire

    Créée en 2011, la section de football du collège André Maurois est labellisée et reconnue par la FFF et l’Education Nationale. Cette section rend possible la pratique du football dans un cadre scolaire privilégié. Afin de les soutenir, le Conseil Départemental de la Haute-Vienne vient de les doter de 14 équipements joueurs complets et 2 équipements gardiens. Dernièrement, la section sportive a formalisé de nouveaux partenariats avec la FFF, le Limoges Football Club et la Ville de Limoges.

  • 14/12/18 | L'industrie du pin maritime cherche de nouvelles ressources

    Lire

    Début décembre dans les Landes, l’Etat, les acteurs de la filière forêt-bois et les collectivités locales se sont réunis sur les difficultés d’approvisionnement des industries du bois qui nécessitent 6 M m³ annuels alors que la récolte actuelle est de 5,6 M m³. Avec 32 M m³ de bois ayant atteint ou dépassé l’âge d’exploitation préconisé, l’enjeu pour la filière est donc de récolter ces bois mûrs dans les années à venir. Outre l'engagement de l'Etat à intensifier sa communication en ce sens auprès des propriétaires, l'amont et l'aval de la filière pourraient en passer par la contractualisation pour garantir l'adéquation entre offre et demande.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Aquitaine Cap Nouvelles Chances: 9 mois pour se remettre en selle

23/01/2012 |

Elèves de l'insup

Chaque année, près de 180 000 jeunes sortent du système scolaire sans qualification ou sans diplôme, qui longtemps ont fait office de bouclier contre le chômage. Parmi ces jeunes, nombreux sont ceux qui partent à la dérive. C'est pour les remettre dans le bain social et les ramener vers l'emploi, que le Conseil Régional d'Aquitaine a lancé en novembre dernier à Bergerac et à Bordeaux, Aquitaine Cap Nouvelles Chances (ACNC). Un disposif de la deuxième chance destiné aux 16-25 ans en décrochage scolaire et/ou qui sont très éloignés de l'emploi. A Cenon, c'est l'Insup, un organisme spécialisé dans ces questions-là, qui dispense cette formation autour de 3 axes; élaboration d'un projet professionnel; travail sur les savoirs de base et travail autour d'un projet de création collective. Il accueille une quinzaine de stagiaires, des jeunes filles aux histoires singulières qui tentent, tant bien que mal, de retrouver un cadre.

Leur point commun; "être sorties de l'école en étant persuadées d'être en échec". D'après Fabienne Claire-Pape, coordinatrice de formation à l'Insup, "elles ont une réprésentation d'elles complétement détruite". Elle ajoute que: "ce n'est pas un hasard si les enfants en arrivent là, les problèmatiques sont puissantes". Beaucoup de facteurs peuvent en effet entrer en compte; difficultés scolaires, mauvaise orientation, état psychologique, contexte familial ou encore santé. A 25 ans, Emmanuelle a déjà enchaîné de nombreux jobs depuis ses 19 ans. Une situation précaire aggravée par des soucis de santé. Avant d'entamer la formation, elle rêvait d'accéder à un métier artistique mais elle a fini par y renoncer." J'ai fait plein de petits boulots, mais rien de stable, j'ai fini par me décourager et j'ai déprimé". Et si elle reconnaît que la formation lui permet de reprendre confiance en elle, elle est consciente qu'il faut "construire son projet petit à petit". Très motivée, elle s'investit beaucoup dans le spectacle que préparent les stagiaires et qui devrait être donné lors du festival des Hauts de Garonne en juillet prochain.

Se confronter aux réalités du monde du travail

Les formateurs accompagnent les stagiaires dans l'élaboration de leur projet professionnel en étudiant avec elles leur faisabilité et en évitant les secteurs engorgés. Des stages, des visites d'entreprises ou d'organismes de formation susceptibles de les accueillir dans le futur leur permettent ainsi de se confronter aux réalités du monde du travail. C'est le cas de Sonia, 17 ans, sortie du système scolaire à 16 ans sans l'ombre d'un diplôme et beaucoup plus attirée par les métiers manuels. Un stage effectué l'an dernier dans une entreprise de BTP de Floirac lui a permis de trouver sa voie. Elle témoigne: "mon stage s'est bien passé, tout m'a plu; poser les ferrailles pour poser les placos, reboucher les trous, faire le ménage". C'est désormais vers les métiers du bâtiment qu'elle va  s'orienter, elle qui avoue ne pas supporter "de rester assise sur une chaise".

Soutien et accompagnement renforcés
Avec tout un volet réservé à l'acquisition des savoirs de base, les stagiaires sont également accompagnées dans leurs démarches. Elles y apprennent, par exemple, comment  trouver un logement dans l'urgence ou faire établir une carte de sécurité sociale. Elles bénéficient aussi d' ateliers de remise à niveau, mais pas seulement.  Tous les vendredis, elles abordent les sujets qu'elles souhaitent avec une psychologue, qu'elles peuvent ensuite solliciter pour un entretien individuel.  Un aspect important pour des jeunes filles qui ont  souvent vécu l'isolement comme Caroline, 20 ans,  au look gothique romantique qui détonne un peu dans le groupe. Originaire de  Bretagne,  elle vivait en pleine campagne, là où "c'était trop moche". Pas d'amis et coincée dans une vie  morne. L'ennui. Elle y suivait une formation  de confection de meubles en carton. Des cartons, des cartons, toujours des cartons. Alors pour échapper à ce quotidien triste et sans perspectives, elle s'est réfugiée dans l'alcool et les médicaments, "des anxiolytiques" parce-que "ça fait planer".  Aujourd'hui si elle n'a pas encore trouvé de stage dans une librairie mais dans une boulangerie, l'horizon semble se dégager quelque peu; elle sait au moins que les métiers du livre lui plaisent.


Entrevoir un avenir meilleur
Dans le groupe, en plus de construire leur avenir, les jeunes filles retrouvent un peu de chaleur humaine, le plaisir d'être ensemble et surtout la possibilité d'entrevoir un avenir meilleur.  Thérèse, 23 ans, mère d'un enfant de 3 ans, avoue qu'elle "a galéré pendant longtemps" après avoir quitté l'école à 16 ans. Suivie pendant de nombreuses années par la mission locale, elle avoue: "j'étais perdue, je ne savais pas ce que je voulais faire". Dans le groupe, on la surnomme affectueusement maman, un statut de protectrice qui l'a aidée à se voir différemment et à s'affirmer un peu plus.
Quelques mois après son lancement, la formation semble donc obtenir des résultats encourageants. Toutefois, un certain recul sera nécessaire pour juger des bénéfices réels de ce dispositif, lancé à titre expérimental pour aider à l'insertion des jeunes. En France, ce chantier est immense mais c'est un devoir national comme l'a rappelé le CERC en 2008*.

Malika Ouaddah


*rapport du Conseil de l'emploi, des Revenus et de la Cohésion Sociale, (2008), Un devoir national. L'insertion des jeunes sans diplômes.

Partager sur Facebook
Vu par vous
1103
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !