Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

15/10/18 : Dans le cadre du cycle de ses conférences-débats #europedémocratique2019, la Maison de l'Europe Bordeaux Aquitaine reçoit le 19/10 à 19h, Pascal Durand, eurodéputé Ecologiste sur le thème “L’Europe face au glyphosate: un signal d’alerte?”

15/10/18 : Dominique Bussereau, président du Conseil départemental de Charente-maritime et de l'ADF ( Départements de France) rencontre ce mardi 16 à l'Elysée Emmanuel Macron en présence du premier ministre et du président du Sénat.

11/10/18 : Ligne Ter Bordeaux-Agen : comité de ligne, lundi 15 octobre à 17h45, salle F. Mauriac, à Langon. Cette réunion est ouverte aux usagers et vise à échanger sur l'actualité de la ligne notamment sur les horaires prévus à partir du 9 décembre 2018.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/10/18 | Les métiers de la propreté en lumière

    Lire

    Le 18 octobre aura lieu la 1ère journée nationale des métiers de la propreté afin de mettre en lumière ces métiers souvent oubliés. A Bordeaux, une animation dédiée au métier « Laveur de vitres » se déroulera de 10h à 12h entre la place de la Comédie et le cours Alsace-Lorraine avec entre autre une parade originale et décalée ou encore une boîte à CV place Saint-Projet. De 8h à 20h, la gare Saint-Jean accueillera une exposition éphémère #500000visages atour des jeunes en formation qui seront présents pour échanger.

  • 17/10/18 | La restauration du château de Commarque (24) récompensée

    Lire

    Le château de Commarque à Sireuil sur la commune des Eyzies -de- Tayac (24) vient de se voir décerner le grand trophée 2018 de la plus belle restauration d'un monument historique par le journal le Figaro. Doté de 30 000 euros, il a été remis au propriétaire Hubert de Commarque le 11 octobre à Paris. Ce prix récompense près d'un demi siècle de travaux menés par le propriétaire. Il accueille 45 000 visiteurs chaque année depuis son ouverture au public.

  • 17/10/18 | Les Foulées littéraires sportives

    Lire

    La 8ème édition des Foulées Littéraires auront lieu les 23 et 24 novembre au Pôle culturel et sportif du Bois Fleuri à Lormont avec pour thème "sport et humour". Vincent Clerc, ancien rugbyman, et Michel Iuttria, dessinateur de presse, en seront les invités d’honneur. Dès le 13 novembre le public pourra découvrir une grande rétrospective consacré à l’oeuvre de Michel Iturria et tout au long du Salon de nombreuses animations et temps forts sont attendus. Entrée gratuite.

  • 17/10/18 | Rochefort : lancement d'une souscription pour la Maison de Pierre Loti

    Lire

    Suite à un premier apport financier du loto du patrimoine, la Fondation du Patrimoine et la Ville de Rochefort lancent un appel à souscription national en faveur de la maison de Pierre Loti. Cet appel aux dons porte sur la restauration de la totalité de l’édifice, de ses collections et de son jardin. Le coup d'envoi de la souscription sera donné à Paris, au carrousel du Louvre à Paris, le samedi 27 octobre à 16h.

  • 16/10/18 | Laurent Nuñez a été sous-préfet au Pays basque

    Lire

    La nomination de Laurent Nuñez secrétaire d’État au ministère de l'Intérieur ne laissera pas le Pays basque indifférent. De 2010 à 2012, il a en effet été sous-préfet de Bayonne, à la suite d'Éric Morvan, actuel directeur général de la police nationale. Un des sous-préfets qui a laissé le meilleur souvenir en Pays basque dont il avait compris bien des dossiers. Il avait succédé à Patrick Caivar à la tête de la DGSI (Direction générale de la Sécurité Intérieure) en juin 2017.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Aquitains dans les médias : Pierre Cherruau, l'Afrique et Courrier International

20/02/2009 |

Pierre Cherruau

Après Thomas Hugues et Christophe Hondelatte aqui.fr a choisi de s'intéresser, parmi les aquitains au coeur des médias nationaux, au parcours d'un jeune confrère, Pierre Cherruau, journaliste à Courrier international. L'occasion de lier connaissance avec un homme dont le patronyme retentit toujours très fort à Bordeaux et en Aquitaine. Pierre est en effet le fils du journaliste de Sud Ouest, correspondant du Monde et fondateur du club de la presse de Bordeaux. Le père disparu, il assume à sa façon ce bel héritage en exerçant sa curiosité passionnée sur cette Afrique où il a vécu et fait de nombreux allers et retours. Sans renier un fort attachement pour le Sud Ouest et la presse régionale où il a débuté.

Petit, Pierre Cherruau accompagnait son père en reportage. Certains week ends, il assistait à la rédaction de Sud Ouest « à la fabrication du journal ». «J’ai vu mon père travailler. Journaliste à Sud ouest et correspondant du monde de 1972 à 2000 dans le sud ouest, c’était un passionné ! Il m’a transmis cette passion explique Pierre Cherruau. A la mort du ministre du travail de Valéry Giscard d’Estaing, Robert Boulin, Pierre accompagne son père à Libourne. Pourtant, lorsqu’il manifeste le désir de devenir journaliste, son père ne l’encourage guère. « C’est un métier très dur ne cesse-t-il de lui répéter. « Il ne pensait pas que c’était une bonne idée de faire le même métier que son père ».

Départ en Angleterre
Entré à Sciences po Bordeaux, Pierre passe ses vacances en stage à Sud Ouest, à la Nouvelle République. Il est envoyé à Bordeaux, Bayonne, Libourne ou encore la Rochelle. «Pour l’un des mes articles, on m’avait demandé de couvrir un villageois qui dirigeait une fanfare en Charente Maritimese souvient-il. C’était fascinant, toute sa vie tournait autour de cette fanfare. J’avais été touché que cet homme me fasse partager son univers ». Cette expérience se révèla très formatrice. « On peut prendre autant de plaisir à interroger un paysan en Charente Maritime qu’à partir à l’autre bout du monde » remarque Pierre. Il passe ensuite un an en Angleterre, non loin de Birmingham et fais un DEA sur la presse populaire anglaise. A Sciences Po, il s’était orienté dans la section service publique. Il obtient en parallèle une licence de droit. « J’avais envie de voir comment les autres sociétés pensaient. Je n’étais pas mécontent de n’être pas à Londres même. J’étais au cœur de la société » anglaise analyse-t-il.

Années au Nigeria
Il revient en France et intègre le CFJ, le Centre de formation des journalistes. A la place du service militaire, il demande à faire sa coopération, un an ou deux, à l’étranger. On lui propose de partir au Nigeria, dans l’est du pays près de Enugu, la capitale de l’ex-Biafra. « Je faisais de la coopération civile à l’ambassade de France et je donnais des coursse souvient-il. On devait faire des programmes d’infos en français avec des journalistes francophones. Je m‘occupais aussi des relations avec les médias ». Pendant ces années, il fait aussi des piges pour La Croix , Sud ouest ou le Nouvel Economiste. Il couvre l’est du pays et passe beaucoup de temps à Lagos, la capitale économique. En 1997, il sort son premier livre Nena Rastaquouere, sur une femme Nigeriane. «Je voulais écrire sur l’Afrique. J’aime cette phrase d’un écrivain suédois : « Avec les médias, on sait comment les africains meurent mais pas comment ils vivent ».

Courrier International
Pierre décide finalement de rentrer en France et est rapidement embauché à "l’Autre Afrique". « J’aurais pu rester plus longtemps au Nigeria concède-t-il mais il aurait été très difficile de se réinsérer dans le système français.En revenant, on m’a d’ailleurs collé l’étiquette de spécialiste de l’Afrique ». Quelques mois plus tard, Rinaldo Depagne, responsable de la rubrique Afrique de l'hebdomadaire Courrier international l’invite à déjeuner. « Nous ne nous connaissions pas, il m’explique qu’il veut quitter Courrier international et voudrait que je le remplace. Il avait lu mon livre Nena Rastaquouere, et il lui avait beaucoup plu ». En parallèle, Pierre Cherruau continue à écrire, des polars dont l’histoire se déroule surtout en Afrique de l’Ouest; il part en reportages pour l’Expansion, Médiapart ou Sud Ouest. « Je reviens d’ailleurs de deux semaines de reportage au Congo. Quand je fais des reportages, je ramène de la matière pour mes bouquins. Le polars, c’est un genre assez visuel ». Ecrire demeure une discipline à laquelle il accorde du temps. « J’ai fait un spécial Bordeaux pour Ulysse, le mensuel de Courrier International récemment. Aujourd’hui, on demande beaucoup aux journalistes d’être polyvalents, mais on leur donne pas assez de temps ».

L’ombre du père
Si Pierre écrit de temps en temps pour Sud Ouest, l’Idée de revenir à Bordeaux ou même d’y travailler n’est pas d’actualité. « Je porte le même prénom que mon père, un journaliste très connu. C’est très lourd à porter. Travailler dans une autre région fait que tu n’es pas jugé sur tes origines » explique-t-il. Etre fils de dans sa profession l’a servi et desservi, comme cette fois ou, étudiant à Science po, il obtint une note médiocre pour son mémoire. « Les correcteurs l’ont avoué quelques années plus tard à mon père, ils étaient persuadés qu’il l’avait rédigé à ma place » se rappelle-t-il.

Charlotte Lazimi


Blog de Pierre Cherruau http://voirailleurs.net/


Partager sur Facebook
Vu par vous
956
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !