Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/04/18 : Dans le cadre du championnat de France du jeu d'échecs jeunes qui se tient à Agen, Anatoli Karpov, champion du monde de cette discipline de 1975 à 1985 et de 1993 à 1999, sera reçu à l'Hôtel de ville d'Agen le samedi 21 avril à 19 h.

19/04/18 : La Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne/CIED est à la recherche d'un service civique à compter du mois de mai pour une mission de huit mois à raison de 30h/semaine. Plus d'infos : 05 53 66 47 59

17/04/18 : Le comité d'engagements du conseil d'administration de SNCF réseau a validé ce mardi l'opération de réhabilitation de la ligne ferroviaire Libourne-Bergerac, déjà concernée par des travaux régionaux achevés en 2013.

17/04/18 : L'Assemblée Nationale a adopté à la majorité en première lecture (454 voix contre 80) le projet de loi "nouveau pacte ferroviaire", à l'origine des grèves qui secouent la SNCF depuis début avril. La ministre des Transports a salué "une étape décisive".

12/04/18 : Charente-Maritime : depuis le 9 avril et jusqu’au 21 avril, Keolis organise un test grandeur nature sur la ligne 3 du réseau Les Mouettes, effectuant la liaison La Rochelle-Île de Ré avec un nouveau modèle de car électrique, soutenu par la Région.

12/04/18 : Le Pôle Agri Sud-Ouest Innovation vient de renouveler son conseil d’administration, son bureau et sa gouvernance pour assurer sa représentativité sur l’ensemble des territoires couverts. Daniel Segonds a été réélu à la présidence du Pôle.

12/04/18 : Le nouveau président de la Président de la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique, est Guillaume Riou, agriculteur bio de Deux-Sèvres, anciennement président d'Agrobio Poitou-Charentes de 2012 à 2015.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/04/18 | Une étude d'impact sur un projet commercial à Coutras

    Lire

    La CCI de Bordeaux Gironde a confirmé ce lundi le lancement d'une étude d'impact indépendante (mais qu'elle finance) pour mesurer l'impact réel du projet de village des marques de Coutras. Ce projet ambitieux piloté par Vinci comprend immobilier et la société autrichienne "Im Wind" comprendra 22 000 mètres carrés de surfaces commerciales, pour un coût avoisinant les 80 millions d'euros. La commission départementale d'aménagement commerciale devrait, elle, rendre son avis sur la pertinence d'un tel projet dans les semaines à venir, gageons que l'étude d'impact l'y aidera peut-être.

  • 23/04/18 | Mont-de-Marsan: une initiative pour aider à réviser le Bac/Brevet

    Lire

    Du 2 au 19 mai, la ville de Mont-de-Marsan invite les collégiens et lycéens à venir à la Médiathèque afin de réviser leurs examens de fin d'année. Des professeurs seront présents pour répondre à leurs questions et les conseiller. Entraînements, conférences, ateliers textuels, sonores et audiovisuels et même massages, tout sera prévu pour que les futurs diplômés puissent réviser dans des conditions optimales. Renseignements sur place ou 0558460943.

  • 22/04/18 | Agen fête l’Europe avant l’heure !

    Lire

    Dans le cadre de la fête de l’Europe, la Maison de l’Europe 47, aidée de partenaires privés et collectivités, organise une scène ouverte le 28 avril, place du Président Wilson, de 14 h à 18 h, à Agen. Jeux pour enfants, stands d’infos, quiz Europe, danses, chants et musiques animeront la rue piétonne. Danseurs, musiciens, chanteurs… tous les artistes sont invités à participer à cette manifestation en s’inscrivant sur www.maisoneurope47.eu pour remplir un formulaire avant le 23 avril.

  • 21/04/18 | La Rochelle : une nouvelle présidente à la tête du lycée maritime

    Lire

    Leslie Widmann a été nommée à la présidence du CA du lycée maritime et aquacole de La Rochelle. Elle a travaillé 5 ans dans la gestion du port de la Cotinière en qualité de directrice du développement. Elle a créé Odyssée Développement, un bureau d'études en économie maritime en 2000 et en 2008, lauréate du Concours national du ministère de la recherche, une seconde société qui emploie 4 chercheurs sur un système objectif d'évaluation de la fraîcheur des produits de la mer destiné aux criées.

  • 20/04/18 | L'eau, bientôt grande cause du Sud-Ouest français

    Lire

    Pascal Mailhos, Préfet de bassin, Martin Malvy, Président du comité de bassin Adour-Garonne, Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie, et Alain Rousset, Président de la Région Nouvelle-Aquitaine, se sont rencontrés à la Préfecture de bassin à Toulouse pour échanger sur les enjeux de la ressource en eau dans le Grand Sud-Ouest. L'occasion pour eux de rappeler leur « très vive inquiétude » et de fixer un prochain rendez-vous en septembre à Bordeaux, afin de lancer une action commune autour de « l'eau, enjeu de société, grande cause du Sud-Ouest français ».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Au CHU de Bordeaux, la chirurgie ambulatoire et la relation ville-hôpital se développent

18/02/2014 | Vendredi 14 février, un séminaire a été organisé à l'hôpital Xavier Arnozan sur la chirurgie ambulatoire avec des professionnels de santé.

Séminaire sur la chirurgie ambulatoire organisé par le CHU de Bordeaux et l'ARS

Aujourd’hui, plus de 41 % des actes chirurgicaux dans les établissements de santé français sont réalisés en ambulatoire. En 2016, ce sera 50%. Le patient arrive à l’hôpital le matin, est opéré dans la journée et en sort le soir. La chirurgie ambulatoire est en plein essor et suppose une excellente coordination entre l’hôpital et la ville, notamment les infirmiers et médecins libéraux. C’était l’objet d’un séminaire organisé vendredi 14 février par le CHU de Bordeaux et l’Agence régionale de santé (ARS), en partenariat avec Sanofi, à destination des professionnels de santé publics et privés.

Actuellement, en France, plus de 400 types d’interventions chirurgicales (cataracte, chirurgie des varices, amygdales…) peuvent se pratiquer en ambulatoire. Et, la première raison de cet essor, ce sont les progrès de la médecine. Dans les hôpitaux, on sait désormais pratiquer des interventions complexes de façon moins invasive (incision réduite …) et les techniques d’anesthésie sont moins lourdes et permettent un meilleur contrôle de la douleur post-opératoire. Les patients se remettent donc plus vite. Ensuite, « c’est une demande forte des patients, qui, dans la mesure du possible, ne souhaitent pas passer de nuit à l’hôpital», a rappelé Philippe Vigouroux, directeur général du CHU de Bordeaux, lors de ce séminaire. Au CHU de Bordeaux, qui accueille de nombreuses personnes avec des pathologies lourdes du fait de sa renommée, la chirurgie ambulatoire devrait passer de 24% à 32% en 2016. Au niveau national, l’objectif est fixé à 50% à cette échéance.

5 milliards d’économiesPour y parvenir, il va falloir une excellente coordination entre l’hôpital et la ville. « Ce travail a déjà été entamé avec les médecins libéraux en ville », a indiqué Philippe Vigouroux. Il faudra également regrouper les séjours ambulatoires dans des unités ayant la taille pour les accueillir, fermer des unités d’hospitalisation classique, redistribuer le personnel au sein de l’hôpital. Une réorganisation, qui se fera progressivement en formant le personnel. « Nous avons déjà un mode d’emploi de la chirurgie ambulatoire issu de la pratique de 20 établissements pendant 2 ans, réalisé par l’Agence Nationale d'Appui à la performance des Etablissements de santé et médico-sociaux (Anap) », a souligné le Pr Dominique Dallay, président de la commission médicale d’établissement (CME) du CHU de Bordeaux. Au final, la chirurgie ambulatoire sera source d’économies pour l’hôpital public et les comptes de la sécurité sociale : 5 milliards d’économies, selon la cour des comptes. Une nuit à l’hôpital revient aujourd’hui à près de 1 000 euros par patient. « Je crois beaucoup à l’hôtellerie confiée à des associations ou l’hôtel privé près de l’hôpital », a précisé Philippe Vigouroux. Et ce, d’autant plus que certains services comme celui du Pr Vincent Darrouzet, chef du service ORL au CHU de Bordeaux, accueillent près de 52% de patients venant hors de Gironde.

Plus de confort pour le patient et moins d’infections nosocomiales« Tout ceci sans que la qualité des soins aux patients s’en trouve altérée », a souligné le Dr Francis Gadrat, coordinateur de l’unité de chirurgie ambulatoire groupe hospitalier Pellegrin au CHU de Bordeaux. Bien au contraire. « La chirurgie ambulatoire permet de mettre l’usager au centre des dispositifs. Ce sont les professionnels qui s’adaptent au patient », a mis en exergue Nicolas Portolan, directeur de l’offre de soins et de l’autonomie à l’ARS Aquitaine. « Avec la chirurgie ambulatoire, il y a une réduction des risques d’infections nosocomiales* », a fait remarquer le Pr François Sztark, chef du pôle anesthésie-réanimation au CHU de Bordeaux. « La chirurgie ambulatoire n’est pas expérimentale. Ce sont des actes totalement maîtrisés. Cela signifie un renforcement de l’information auprès du grand public afin de ne pas inquiéter la population, notamment les personnes âgées. », a insisté le Pr Marc Beaussier, médecin anesthésiste réanimateur, responsable de l’unité de chirurgie ambulatoire à l’Hôpital Saint-Antoine à Paris.

Vérifier l’environnement social et sanitaire du patientLa relation hôpital-ville sera capitale. Actuellement, « dans plus de 80% des cas, quand il y a un problème après une opération chirurgicale, les patients se tournent vers leur médecin généraliste », a révélé le Dr Hubert Le Hetet, médecin anesthésiste réanimateur à l’hôpital privé Sévigné à Rennes. Cet hôpital a fait des efforts pour développer l’ambulatoire. Et, les patients semblent très satisfaits. Une enquête montre que 86% des patients opérés recommanderaient à leurs proches la même opération de la vésicule biliaire en chirurgie ambulatoire. Tout ceci suppose un important travail en amont pour préparer cette opération et s’assurer que toutes les conditions sont réunies. « Il faut par exemple vérifier l’environnement sanitaire au domicile de la personne pour éviter toute infection, mais aussi s’assurer de l’environnement social pour que le patinent soit accompagné et aidé par ses proches dès sa sortie de l’hôpital », a rappelé Dany Guérin, présidente de l’URPS Aquitaine des médecins libéraux, qui a surtout insisté sur la nécessité de bien s'organiser et de se coordonner en amont de l'opération. « La qualité de la transmission de l’information entre l’hôpital et nous, infirmiers, sera déterminante », a ajouté Françoise Desclaux élue à l’URPS des infirmiers libéraux d’Aquitaine, qui demande une formation spécifique. Les aidants, aussi, auront un rôle important à jouer, surtout à l’heure où la population vieillit. C’est le message qu’a fait passer Jean-Pascal Piermé, administrateur à l’AFCA (Association française de chirurgie ambulatoire) et directeur général de la fondation Bordeaux Bagatelle.
La gestion de l’avant et l’après seront donc cruciaux pour le bon développement de la chirurgie ambulatoire. A cet effet, « des outils comme le chemin clinique et le patient traceur (avec vérification de l’appel de la veille pour rappeler la convocation et le lendemain de l’opération pour s’assurer que tout va bien) doivent être mis en place », a conclu Sophie Zamaron, directrice du département qualité et performance au CHU de Bordeaux.

*Une infection nosocomiale est une infection contractée dans un établissement de santé.

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : NC

Partager sur Facebook
Vu par vous
3876
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !