18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Avis défavorable sur les LGV Bordeaux Dax et Bordeaux Toulouse: les réactions en Aquitaine

01/04/2015 | Suite à la publication du rapport et tout au long de la journée d'hier les réactions, nombreuses et de toutes parts, ne se sont pas faites attendre.

En 2017, les TGV arriveront depuis Paris en passant par Tours, mais pourront-ils en repartir vers Dax et Bordeaux? L'avis défavorable de la commission d'enquête publique a suscitté de nombreuses réactions

Ce lundi 30 mars dans la journée, le rapport de la Commission d'enquête publique sur la création de lignes grande vitesse entre Bordeaux-Dax et Bordeaux-Toulouse a été rendu publique. Verdict: avis défavorable à la Déclaration d'Utilité Publique du projet. Un avis, certes non contraignant, mais qui vient fortement alourdir le suspense quant à la réalisation du projet pour ses promoteurs, et porte pour le camp des "antis" la couleur de la victoire sur une bataille importante de leur longue guerre d'opposition. Autant dire que les réactions suite à ce rapport sont nombreuses, et affirment, pour chaque côté, derrière la satisfaction ou les regrets, que «la mobilisation continue».

Elles sont rares ces déclarations où les grands élus, tous bords confondus décident de communiquer ensemble. Le projet LGV GPSO, il faut le reconnaître, est assez régulièrement de celles-là, et la réaction à l’avis négatif de la Commission d’enquête publique n’a pas fait exception. Une démonstration formelle, de la cohésion sur le fond de ces grands élus. C’est donc dans un message commun qu’Alain Rousset, président du Conseil régional d’Aquitaine, Martin Malvy, président du Conseil régional de Midi-Pyrénées, Alain Juppé, président de Bordeaux Métropole, et Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole, ont pris acte, « avec regret » de l’avis défavorable sur le Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO).

Audiences avec Alain Vidalies pour les défenseurs du projetUn message d’amertume et de colère qui accuse, sans complaisance pour les membres de la Commission d’enquête, un « avis “dans l’air du temps”, défavorable aux grands projets d’investissements » avant de cibler « les arguments d’opportunité qui le fondent (...) et qui prendraient en otage le Sud-Ouest de la France. »
Soulignant leur refus de voir le projet de désenclavement ferroviaire du Sud Ouest de la France tronqué au niveau de Bordeaux, les élus rappellent par ailleurs que « la justification de l’axe Bordeaux Paris, dont les aménagements s’achèvent, passe par son prolongement vers l’Espagne du côté Atlantique comme du côté méditerranée. » En outre, soulignant leur détermination à poursuivre leur action, ils rappellent que « l’actuel gouvernement ayant inscrit la poursuite du projet comme unique perspective nationale à compter de 2018, nous nous refusons d’envisager que l’avis de la commission (…) signifie la remise en cause du projet. » Un rendez-vous a par ailleurs été demandé auprès d’Alain Vidalies, secrétaire d’État aux transports, afin d’envisager avec lui les suites à donner à l’avis rendu par la commission d’enquête, indique le communiqué.

Autre élu annonçant son intention de s’entretenir avec Alain Vidalies, Henri Emmanuelli, le Président du Conseil général des Landes qui lui aussi insiste sur le fait que « les habitants au sud de Bordeaux ne peuvent rester à l’écart des grandes voies de communication les reliant à la capitale. Le développement de l’ensemble de l’Aquitaine, mais aussi de Midi-Pyrénées passe par l’aménagement de nouvelles infrastructures ferroviaires à grande vitesse. Au-delà de la liaison Paris-Province, ce qui est en jeu, c’est bien la création d’une voie de communication internationale, entre le Nord de l’Europe et Madrid, mais aussi entre Bilbao et Toulouse. ». Le landais fraîchement réélu, n’oublie pas non de tacler à son tour la Commission d’enquête publique, considérant avec l’ironie qui le caractérise que celle-ci « ne doit pas avoir connaissance de l’enclavement tarifaire des aéroports de Pau et Biarritz, ni que le Sud Aquitaine et les Landes sont une destination touristique majeure ». Enfin, il tient à rappeler que pour l’heure, « rien ne sert de tirer des conclusions définitives. Ce sera au gouvernement de décider »

Autre réaction dans le camp des soutiens de la réalisation du projet, celles des élus du groupe UMP-NC-CPNT au Conseil régional. Une réaction sous forme d’interrogation : « comment sauver les LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux Espagne ? », soulignant l’argument de la Commission d’enquête publique lié au phasage en 2 temps du GPSO, décidé en octobre 2013 par le gouvernement pour des raisons de financement du projet. « Cette césure en 2 de la LGV vers l’Espagne l’a au contraire gravement compromise puisqu’elle motive pour une large part l’avis défavorable de la commission d’enquête publique pour une partie de son avis défavorable, souligne le groupe d’élus. Pointant que la décision gouvernementale du 23 octobre 2013, a été approuvée par Alain Rousset, les Conseillers régionaux UMP/NC/CPNT, partisans des projets LGV aquitains “demandent solennellement au Président Rousset d’utiliser les liens étroits qu’il entretient avec le Gouvernement de gauche pour obtenir le respect des engagements pris.”

Depuis les Landes, Geneviève Darrieussecq, Maire modem de Mont-de-Marsan, également conseillère régionale et départementale voit dans cet avis "une mauvaise nouvelle" qui "fait craindre une région à plusieurs vitesses et des territoires très différents selon qu'ils sont irrigués par des structures ou ne le seront pas" (mis à jour au 2/04/2015)

Satisfactions autour de “l’inutilité publique” pour les opposants au GPSODans un communiqué, les élus EELV du Conseil régional d’Aquitaine se félicitent de la décision de la commission d’enquête publique. Monique de Marco se réjouit que “la commission d’enquête ait repris tous les arguments à charge sur ce dossier exprimés de longue date par les écologistes”. Pour Bernard Péré cet avis “doit sonner le glas de ce projet d’un autre temps” et se tourner vers les alternatives que sont les réaménagements et modernisations des voies existantes.
Toujours au sein du parti, Clément Rossignol, Porte Parole régional rappelle quant à lui que “les écologistes ont toujours dénoncé l’inutilité et le gaspillage que constitue ce type de chantier, projet très coûteux à l’heure de difficultés budgétaires massives et entraînant des destructions environnementales irréversibles”. En bref pour EELV, “La commission valide le fait que le Grand Projet Ferroviaire du Sud-Ouest est bien un projet d’inutilité publique.” 

Toujours sur les bancs du Conseil régional, c’est avec “grande satisfaction que le groupe Aquitaine Région Citoyenne prend acte de cet avis, conforme à ceux que le groupe et ses élus avaient rendus publics”. Patrick Beauvillard, Président du groupe, souligne que “les motivations de la commission reprennent en grande partie les arguments développés par nos élus, et notamment : l’insuffisante prise en compte des alternatives, la démesure de l’investissement au regard des bénéfices attendus, le coût environnemental, le risque de déséquilibre territorial.” En conséquence de cet avis Aquitaine Région Citoyenne demande “l’abandon du projet et la réorientation des budgets déjà alloués vers la modernisation des lignes existantes et vers le développement économique des territoires intermédiaires.” Autre requête, auprès du Président du Conseil régional, “l’organisation une session plénière pour étudier les décisions modificatives budgétaires qui en découlent.”

Du côté des associations de défense de l’environnement, la SEPANSO, saluant le travail de la commission et “l’indépendance d’esprit des 21 commissaires enquêteurs”, se félicite de l’avis défavorable rendu par la commission “dont elle partage l’essentiel des conclusions, à savoir que ces projets ne correspondent pas à l’intérêt général. (..) et s’associe à la satisfaction de toutes celles et ceux qui refusent ce projet pharaonique et si destructeur de l’environnement.” L’avis de la commission selon l’association s’inscrit dans “la continuité des analyses réalisées précédemment par des instances nationales, qui soulignent toutes la fragilité voire la faillite du modèle économique de la grande vitesse ferroviaire.” Selon elle, “au moment où pour des impératifs budgétaires, il faudra choisir entre la construction de lignes nouvelles dédiées à la grande vitesse, utilisées par une élite, et l’entretien du réseau ferré existant, utilisé quotidiennement par le plus grand nombre, les citoyens ne comprendraient pas que le gouvernement poursuive dans la voie d’une déclaration d’utilité publique des projets les moins pertinents.”
Quant à la suite de la procédure, la SEPANSO dit avoir “toute confiance en la clairvoyance et en la rigueur de Madame la Ministre de l’Environnement pour résister aux fortes pressions dont elle sera l’objet de la part des lobbies partisans des grands chantiers inutiles imposés. La survie du système ferroviaire français en dépend.”, conclue-t-elle.

Mais au-delà des associations purement environnementales, des acteurs économiques comme les vignerons de Sauternes et Barsac, ont également fait savoir leur opposition au projet lors de l’enquête publique. Suite à l’avis de la commission, et dans un communiqué de réaction, c’est déjà au passé qu’il évoque la LGV. “Le projet de ligne à grande vitesse Bordeaux-Dax constituait une réelle menace pour les appellations Sauternes et Barsac par la coupure en plus de trois endroits de la rivière du Ciron, responsable du micro climat sauternais et de l’apparition du botrytis. Plus de 170 propriétés viticoles étaient ainsi menacées par ce tracé. Au-delà de l’impact désastreux pour le monde viticole, le tracé imaginé par R.F.F traversait une zone classée Natura 2000, riche de plus de 4800 hectares de terres agricoles et de forêts.” Aujourd’hui, Les vignerons de Sauternes et Barsac “se félicitent de cette première avancée favorable, mais restent mobilisés.”

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
5273
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !