Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

05/08/20 : Jean-Baptiste Irigoyen, le maire de Saint-Jean-Luz a fait savoir en début de soirée que sa ville rejoignait le club des villes du littoral basque exigeant le port du masque dans le centre-ville et notamment la rue piétonne Gambetta hyper fréquentée

05/08/20 : L'Agence régionale de santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine, organise un dépistage COVID-19 à Biarritz, ce jeudi 6 août, de 9h à 13h sur l’Esplanade du Casino Municipal; un acte gratuit. Se présenter avec sa pièce d’identité, et carte vitale

04/08/20 : A compter du 05 août et jusqu'à nouvel ordre, le département de la Gironde et du Lot-et-Garonne sont placés en vigilance orange pour le risque "feux de forêt". Le département des Landes a cette vigilance depuis le 29 juillet dernier.

30/07/20 : Le maire d'Anglet Claude Olive, après entretien avec le préfet, a pris la même décision que Maïder Arosteguy et fermera ses 4,5km de plage de 22 h à 6 h à partir du 4 août. Une décision logique en raison de la proximité des deux stations balnéaires.

30/07/20 : En Dordogne, aucun record de température n'est tombé ce jeudi 30 juillet. Météo France a enregistré un maximal de 39 degrés aux Eyzies, dans la vallée de la Vézère. Le département est placé en vigilance jaune jusqu’au samedi 1er août à 12 heures.

30/07/20 : 600 millions d'euros, c'est l'enveloppe annoncée par le premier ministre au président des Régions de France Renaud Muselier dans le cadre d'un "accord de méthode" signé à Matignon pour préserver leur capacité d'investissements après la crise du Covid

30/07/20 : Albin Chalandon,l'une des figures de la V° république et du gaullisme, qui occupa plusieurs postes ministériels dont celui de Garde des Sceaux mais fut aussi PDG du groupe Elf-Aquitaine est décédé à l'âge de cent ans.

30/07/20 : A Pau, le départ de la course cycliste féminine « Donnons des ailes au vélo » sera donné le 6 août à 8 heures au Tour des Géant Stade Tissié. Cette course reprend les 21 étapes du Tour de France parcourues par les cyclistes masculins.

30/07/20 : Ce jeudi, sur la Côte basque, Biarritz devrait battre ses records de chaleur avec 41°, soyons fous, selon les spécialistes, ressenti 47°. Bref la Côte basque flirtera avec sa concurrente d'Azur, voire en matière de culture assumée, sa cousine, la Corse.

29/07/20 : Surf, longboard, bodyboard, Stand-up paddle... les meilleurs surfeurs du département des Landes sont attendus les 1er et 2 août à Labenne Océan pour le Championnat des Landes Open et Junior.

29/07/20 : A mi-parcours de la saison estivale, avec 64 destinations et une évolution très positive des flux de voyageurs, l’Aéroport de Bordeaux va rouvrir le Hall B au public, à compter du jeudi 30 juillet.

29/07/20 : En concertation avec les SDIS, Météo France et la DFCI, les préfètes de la Gironde, des Landes et du Lot-et-Garonne élèvent la vigilance "risque feux de forêt" au niveau orange (vigilance élevée/niveau 3 sur 5) dans leur département, du 29/07 au 2/08

21/07/20 : Le 17 juillet dernier, la Commission Permanente du Conseil régional a décidé d’attribuer un montant de 11 592 542 euros à SNCF Réseau pour le financement des travaux de régénération de la ligne Angoulême-Beillant.

20/07/20 : L'agglo de Pau propose un service de location gratuite de broyeur ainsi que 8 formations préalables à l’obtention d’une carte de prêt. Ces formations se tiendront les 6, 10, 18 et 28 août, puis les 3, 15, 17 et 24 septembre.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 04/08/20 | Agglomération du Niortais : le délai du fonds de soutien de proximité est prolongé

    Lire

    Les entreprises et associations du territoire, dont l’activité économique a été impactée par la crise du Covid-19, ont un mois supplémentaire pour demander à bénéficier du fonds de soutien de proximité mis en place par Niort Agglo. Le délai est prolongé jusqu’au 31 août 2020.Cette aide a pour objectif de répondre aux besoins de trésorerie des Petites et Moyennes Entreprises et des associations du territoire de la Communauté d’agglomération du Niortais.

  • 04/08/20 | Un marché nocturne à Guéret (23)

    Lire

    Actions Quartiers, en partenariat avec la Ville de Guéret, organise le vendredi 21 août un marché nocturne de producteurs et artisans. De 18h à 22h, des animations musicales et des stands de producteurs locaux attendent les visiteurs qui pourront aussi se restaurer sur place. Les producteurs souhaitant y participer ont jusqu’au 14 août pour s’inscrire

  • 04/08/20 | A Cenon, un imprimeur spécialiste des notices pharmaceutiques

    Lire

    A Cenon, l'Imprimerie Lestrade se distingue par son activité d'impression et de pliage de notices pharmaceutiques et cosmétiques. Une activité très spécifique utilisant les papiers les plus minces et des technologies de pliage au savoir-faire unique. L'entreprise qui maîtrise l'impression offset sur ce papier très fin souhaite désormais ajouter de la couleur à la notice grâce à l'impression numérique, gage de valeur ajoutée aux notices notamment pour les produits cosmétiques. Pour lui permettre de s'équiper, et ainsi créer 3 emplois, la Région soutient ce projet à hauteur de 75 000€

  • 04/08/20 | L’artiste Monique Peytral est décédée

    Lire

    L’artiste Monique Peytral, ayant entre autres engagé son talent dans la création du fac-similé de Lascaux II, est décédée. Le président du Conseil Départemental de la Dordogne, Germinal Peiro, a tenu à rappeler l’importance de l’artiste pour le patrimoine de la Dordogne, « cette artiste attachante aura joué un rôle primordial dans l’histoire de Lascaux. C’est grâce à son travail, à son engagement remarquable, à son talent, à son ingéniosité aussi, que le premier fac-similé de l’histoire de l’art rupestre a pu voir le jour il y a près de 40 ans ».

  • 03/08/20 | Charente-Maritime : un foyer de contamination à La Rochelle

    Lire

    Plusieurs personnes ont été testées positives, jeudi, au centre de loisirs de Port-Neuf, un quartier de La Rochelle. Les cas ont été découverts suite à des symptômes chez un animateur. Après des tests sur le personnel, deux autres animateurs se sont révélés contaminés, ainsi que trois enfants. L'ARS précise que ces personnes présentent peu ou pas de symptômes et que leur santé ne présente pas d'inquiétude. Le centre va fermer temporairement quelques jours. Les contaminés sont en quarantaine.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde : une distribution estivale 2.0

21/07/2020 | Cette année, crise sanitaire oblige, la distribution estivale de l'antenne girondine de la banque alimentaire se fera dans des poches, préparées à l'avance.

Banque Alimentaire été

Cet été, comme chaque année, la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde met en place, jusqu'à la fin du mois d'août, une distribution estivale de denrées alimentaires. Elle le fait toutefois dans des conditions différentes. Crise sanitaire oblige, la distribution en vrac sera remplacée par des poches, préparées à l'avance des ses hangars bordelais par des bénévoles, et distribués avec les gestes barrière de rigueur. Un dispositif qui pourrait bien perdurer au-delà de l'après Covid, qui n'est pas sans inquiéter le président de la structure face à une précarité toujours plus forte.

Mardi 21 juillet, 10h30. À la Banque alimentaire de Bordeaux et de la Gironde, on s'affaire. Les sachets de denrées, qui remplacent le traditionnel vrac de la distribution d'été, se remplissent vite. Les visages sont plus jeunes qu'à l'accoutumée. Certains sont venus se porter volontaires pour remplir les poches, mais pas les leur. Magali, elle, est une habituée. Bénévole depuis dix ans, elle participe pour la première fois à l'organisation et à la distribution estivale. Pour la journée de demain au Parc de Mussonville, à Bègles, ce sera un sachet de produits secs (chocolat en poudre, purée, riz et deux boîtes de conserve, petit pois et chili au bœuf) et un autre de produits frais (fruits et légumes essentiellement). L'ancienne dessinatrice textile n'a pas vraiment eu l'occasion d'aider la structure pendant le confinement, puisqu'elle était, on s'en souvient, en service "dégradé". "Comme tout le monde, j'ai été sidérée, je me suis sentie un peu inutile, d'autant qu'on sait qu'il y avait de plus en plus de demandes". 

Choc social

Pour la banque alimentaire, cette augmentation est plus que tangible. "Sur les trois derniers mois, on a eu environ 20 à 25% de distribution en plus, en moyenne 18 000 bénéficiaires chaque semaine au niveau des associations, qu'elles soient déjà partenaires ou nouvelles", confirme le président de la Banque, Gilles Dupuy. Même si les Restos du Cœur restent ouverts pendant l'été (842 000 repas distribués depuis mars en Gironde selon la président des restos), les stocks en baisse de la banque l'ont obligé à demander des aides publiques pour l'achat de denrées, un processus auquel elle a dû s'adapter. La collecte auprès de la grande distribution n'ayant repris que partiellement, elle a aussi décidé de lancer une collecte dématérialisée dans une vingtaine de magasins du département. "C'est un premier test qui a bien marché mais qu'il faut amplifier dans son organisation. "On a calculé que nos besoins étaient de 450 000 à 500 000 euros pour le renouvellement de nos stocks".

Si la région, le département, la métropole et la ville ont bien mis la main au portefeuille, Gilles Dupuy, ne faisant pas exception, s'inquiète de l'augmentation des besoins dans les mois à venir. "En règle générale, on a environ un tiers des bénéficiaires liés à des problèmes de chômage. A partir du moment où cette non-activité va se développer, il est évident que les demandes vont être supérieures. Nous y ferons face dans la mesure où, bien évidemment, les dons suivent. Il va falloir maintenir cette aide à l'achat ainsi que le don des industriels de l'agro-alimentaire et des chambres d'agricultures pour recevoir ce que nous ne pouvons pas toujours prendre de la même manière au niveau des grandes surfaces. Le point d'interrogation reste l'importance de cette augmentation des bénéficiaires, même si on nous dit tous les jours que ce sera un choc social très important". 

Revoir les besoins

En attendant d'en voir les retombées réelles, le système de poches, distribuées aux bénéficiaires en fonction de leurs besoins et grâce à une carte qu'ils peuvent obtenir auprès du Centre Communal d'Action Sociale le plus proche ou d'une association partenaire de la banque, est un héritier direct. Celui d'une opération lancée chaque jeudi depuis le début du confinement avec l'aide du Crous : la distribution de poches alimentaires aux étudiants, un public qui a lui aussi connu une grande précarité pendant la période. "On a complètement repensé la distribution. D'abord parce que nous savons que les contraintes sanitaires font que mettre des produits en vrac et échanger entre personnes au moment de la distribution n'était pas possible, compte tenu des règles à respecter. Ensuite parce que nous avons eu ces derniers mois l'expérience de la distribution aux étudiants. On préparait des poches ici pour les distribuer ensuite sur les différents sites des campus, on a touché environ 1000 étudiants chaque semaine avec cette opération" (contre environ la moitié aujourd'hui).

La distribution estivale, elle, vise environ 4000 personnes chaque semaine. Elle est répartie sur trois sites de 9h à 13h : le mardi et le vendredi salle Amédée Larrieu à Bordeaux, le mercredi au Parc de Mussonville de Bègles et le jeudi à l'Orangerie de Pessac. Le tout, évidemment, avec les gestes barrière de rigueur, port du masque en premier lieu. "On porte des gants, on met du gel et des masques. Pour l'instant, ça s'est très bien passé", confirme Magali. Le 10 juillet dernier, elle et les autres bénévoles présents (dont certains étaient aussi des bénéficiaires) ont préparé 1242 poches pour la première journée de préparation de la distribution d'été, ce qui donne un ordre d'idée du volume distribué. 

L'opération à destination des étudiants se poursuit en parallèle de la distribution d'été, à Bordeaux Bastide et dans un restaurant universitaire de Pessac, tous les jeudis entre 12 et 15 heures (en plus de l'arrivée, dès la rentrée, d'une réduction tarifaire des repas universitaires). La collecte dématérialisée, tout comme les poches, pourrait rester de rigueur. "La période nous a appris énormément de choses", termine Gilles Dupuy. "En tant qu'ancien chef d'entreprise, je vois que la banque a une flexibilité d'organisation impressionnante. On est capables de changer nos process de mise en place de la distribution. Nous garderons très certainement un certain nombre d'entre eux.  Ce qu'on faisait auparavant, c’est-à-dire tout le tri de ce qu'on recevait de la grande distribution, ou une partie n'était pas vraiment consommable et distribuable, n'est plus aussi important aujourd'hui. La production des poches le remplace. On n'a repris que partiellement la ramasse et avec des opérateurs qui nous fournissaient des produits pratiquement en l'état pour être redistribués. On va vers une période ou le tri va reprendre, des organisations vont reprendre leur façon de faire et on devra retrouver ce partenariat plus dense avec les grandes surfaces. Il y aura probablement toujours besoin de sélectionner, l'idée étant d'aller vers une amélioration qualitative de ce qui nous est donné par la grande distribution. Ça ne va pas être simple mais ce sera opérationnellement très important pour nous. Si les besoins augmentent dans les mois à venir, il est évident qu'il va falloir revoir nos besoins".

Selon un rapport d'activité national paru en 2018, 43% des denrées collectées par le réseau de banques alimentaires cette année-là provenaient des GMS et des grossistes, 22% des producteurs agricoles et de l'agroalimentaire, 24% des programmes de l'Europe (FEAD) et de l'État (CNES) et 11% de la collecte. Sans surprise, on peut s'attendre à ce que l'après covid vienne aussi sensiblement chambouler ces chiffres. Mais le changement d'organisation en interne devra aussi compenser la hausse prévisible de la demande. Selon les dernières données de la Banque Mondiale, entre 1990 et 2015, le "nombre d'habitants vivant dans l'extrême pauvreté" (soit au-dessous du seuil de 1,9 dollars par jour) est passé de 1,9 milliards à 700 millions de personnes. Pourtant, au niveau national, une étude de l'INSEE parue en 2019 montrait qu'en 2018 déjà, le taux de pauvreté est passé de 0,2 points à 14,3%, soit la plus forte progression de l'indice depuis 2010. S'il faudra donc attendre encore avant de pouvoir tirer un bilan social réel (et plus localisé) de la crise sur la pauvreté, gageons que les milliers de poches alimentaires distribuées par la BABG cet été, c'est certain, ne seront pas de trop. 

L'info en plus : la campagne de distribution estivale se poursuit jusqu'à la fin du mois d'août et tous les bras sont les bienvenus. Toutes les infos sur la page Facebook de la BABG.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
26374
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 7 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !