Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

11/01/21 : Le 18/01 à 18h le MEF 33, le Centre Europe Direct Bordeaux-Aquitaine et les Jeunes Européens Bordeaux organisent un webinaire le "Plan de Relance et budget européens: Où va l'Europe?" Commission et Parlement européens, et la Région seront représentés+ d'info

08/01/21 : Influenza aviaire - la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques annonce désormais 159 communes en zone réglementée en lien avec 2 foyers dans des élevages de palmipèdes à Baigts-de-Béarn et Préchacq-Navarrenx et 4 suspicions fortes à Arget, Lichos et Garlin

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

19/12/20 : Le Biarrot Jacques Lajuncomme-Hirigoyen, 64 ans, est le nouveau président de la Fédération française de surf. Il succède à Jean-Luc Arassus, élu en 2005 . Il sera le président qui inaugurera l'entrée du surf à Tokio, mais aussi aux JO 2024 à Teahupoo.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/01/21 | Lot-et-Garonne : la Maison de l'Europe fête l'amitié franco-allemande

    Lire

    Du 18 au 29 janvier, la Maison de l'Europe du Lot-et-Garonne célèbre l'amitié franco-allemande. 18 ans après la création de la Journée franco-allemande par Jacques Chirac et Gerhard Schröder en 2003, cette amitié entre les deux pays est célébrée chaque 22 janvier. L'évènement organisé par la Maison de l'Europe 47 prévoit diverses animations, parmi lesquelles des quizz en ligne, de la culture et un jeu concours qui sera lancé le 22 janvier prochain.

  • 16/01/21 | L'Opéra National de Bordeaux annule 30 dates

    Lire

    En raison des « contraintes sanitaires persistantes », l'Opéra National de Bordeaux annule toutes ses dates jusqu'au 20 février et deux productions lyriques - Falstaff (6-14 mars) et Figures Humaines (17-20 juin). Les publics concernés par ces annulations seront contactés par l'ONB. L'institution tient tout de même à conserver le lien avec son public par le biais de captations de répétitions ou de publications sur les réseaux sociaux, en espérant pouvoir rouvrir le plus tôt possible.

  • 15/01/21 | Covid-19: Couvre-feu à 18h pour au moins 15 jours

    Lire

    Suite à l intervention du Premier Ministre, Jean Castex et d'une partie du Gouvernement ce jeudi soir, la Nouvelle-Aquitaine à l'image de l ensemble du territoire français se voit désormais appliquer un couvre-feu dés 18h, à compter de ce samedi 16 janvier. En outre, face aux variants du virus, il a été annoncé un renforcement des protocoles dans les cantines scolaires, lieux les plus sensibles pour la transmission du virus. Le mode hybride est quant à lui prolongé dans les lycées au-delà du 20 janvier. La vaccination des plus de 75 ans et des personnes sensibles restent maintenue au 18 janvier.

  • 15/01/21 | « Mon quartier s’anime » et occupe les enfants à Périgueux

    Lire

    La Ville de Périgueux propose durant les vacances d’hiver des activités sportives, culturelles et de loisirs à destination des jeunes de 6 à 15 ans. Du 8 au 19 février, les enfants pourront profiter d’ateliers artistiques, de mini-tournois sportifs ou encore de jeux d’enquêtes. Toutes ces activités sont gratuites, et les activités sportives se font sur inscription préalable sur le site de la Ville.

  • 15/01/21 | Opération recyclage des pneus agricoles

    Lire

    Les Chambres d’Agriculture de Charente-Maritime et des Deux-Sèvres organisent une collecte de pneus usagés. Les agriculteurs ou éleveurs intéressés par cette démarche, intitulée « Ensivalor » et qui a pour objectif de recycler les pneus à un coût abordable, doivent se faire connaître sur le site de la Chambre d’Agriculture avant le 19 mars 2021.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde : une distribution estivale 2.0

21/07/2020 | Cette année, crise sanitaire oblige, la distribution estivale de l'antenne girondine de la banque alimentaire se fera dans des poches, préparées à l'avance.

Banque Alimentaire été

Cet été, comme chaque année, la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde met en place, jusqu'à la fin du mois d'août, une distribution estivale de denrées alimentaires. Elle le fait toutefois dans des conditions différentes. Crise sanitaire oblige, la distribution en vrac sera remplacée par des poches, préparées à l'avance des ses hangars bordelais par des bénévoles, et distribués avec les gestes barrière de rigueur. Un dispositif qui pourrait bien perdurer au-delà de l'après Covid, qui n'est pas sans inquiéter le président de la structure face à une précarité toujours plus forte.

Mardi 21 juillet, 10h30. À la Banque alimentaire de Bordeaux et de la Gironde, on s'affaire. Les sachets de denrées, qui remplacent le traditionnel vrac de la distribution d'été, se remplissent vite. Les visages sont plus jeunes qu'à l'accoutumée. Certains sont venus se porter volontaires pour remplir les poches, mais pas les leur. Magali, elle, est une habituée. Bénévole depuis dix ans, elle participe pour la première fois à l'organisation et à la distribution estivale. Pour la journée de demain au Parc de Mussonville, à Bègles, ce sera un sachet de produits secs (chocolat en poudre, purée, riz et deux boîtes de conserve, petit pois et chili au bœuf) et un autre de produits frais (fruits et légumes essentiellement). L'ancienne dessinatrice textile n'a pas vraiment eu l'occasion d'aider la structure pendant le confinement, puisqu'elle était, on s'en souvient, en service "dégradé". "Comme tout le monde, j'ai été sidérée, je me suis sentie un peu inutile, d'autant qu'on sait qu'il y avait de plus en plus de demandes". 

Choc social

Pour la banque alimentaire, cette augmentation est plus que tangible. "Sur les trois derniers mois, on a eu environ 20 à 25% de distribution en plus, en moyenne 18 000 bénéficiaires chaque semaine au niveau des associations, qu'elles soient déjà partenaires ou nouvelles", confirme le président de la Banque, Gilles Dupuy. Même si les Restos du Cœur restent ouverts pendant l'été (842 000 repas distribués depuis mars en Gironde selon la président des restos), les stocks en baisse de la banque l'ont obligé à demander des aides publiques pour l'achat de denrées, un processus auquel elle a dû s'adapter. La collecte auprès de la grande distribution n'ayant repris que partiellement, elle a aussi décidé de lancer une collecte dématérialisée dans une vingtaine de magasins du département. "C'est un premier test qui a bien marché mais qu'il faut amplifier dans son organisation. "On a calculé que nos besoins étaient de 450 000 à 500 000 euros pour le renouvellement de nos stocks".

Si la région, le département, la métropole et la ville ont bien mis la main au portefeuille, Gilles Dupuy, ne faisant pas exception, s'inquiète de l'augmentation des besoins dans les mois à venir. "En règle générale, on a environ un tiers des bénéficiaires liés à des problèmes de chômage. A partir du moment où cette non-activité va se développer, il est évident que les demandes vont être supérieures. Nous y ferons face dans la mesure où, bien évidemment, les dons suivent. Il va falloir maintenir cette aide à l'achat ainsi que le don des industriels de l'agro-alimentaire et des chambres d'agricultures pour recevoir ce que nous ne pouvons pas toujours prendre de la même manière au niveau des grandes surfaces. Le point d'interrogation reste l'importance de cette augmentation des bénéficiaires, même si on nous dit tous les jours que ce sera un choc social très important". 

Revoir les besoins

En attendant d'en voir les retombées réelles, le système de poches, distribuées aux bénéficiaires en fonction de leurs besoins et grâce à une carte qu'ils peuvent obtenir auprès du Centre Communal d'Action Sociale le plus proche ou d'une association partenaire de la banque, est un héritier direct. Celui d'une opération lancée chaque jeudi depuis le début du confinement avec l'aide du Crous : la distribution de poches alimentaires aux étudiants, un public qui a lui aussi connu une grande précarité pendant la période. "On a complètement repensé la distribution. D'abord parce que nous savons que les contraintes sanitaires font que mettre des produits en vrac et échanger entre personnes au moment de la distribution n'était pas possible, compte tenu des règles à respecter. Ensuite parce que nous avons eu ces derniers mois l'expérience de la distribution aux étudiants. On préparait des poches ici pour les distribuer ensuite sur les différents sites des campus, on a touché environ 1000 étudiants chaque semaine avec cette opération" (contre environ la moitié aujourd'hui).

La distribution estivale, elle, vise environ 4000 personnes chaque semaine. Elle est répartie sur trois sites de 9h à 13h : le mardi et le vendredi salle Amédée Larrieu à Bordeaux, le mercredi au Parc de Mussonville de Bègles et le jeudi à l'Orangerie de Pessac. Le tout, évidemment, avec les gestes barrière de rigueur, port du masque en premier lieu. "On porte des gants, on met du gel et des masques. Pour l'instant, ça s'est très bien passé", confirme Magali. Le 10 juillet dernier, elle et les autres bénévoles présents (dont certains étaient aussi des bénéficiaires) ont préparé 1242 poches pour la première journée de préparation de la distribution d'été, ce qui donne un ordre d'idée du volume distribué. 

L'opération à destination des étudiants se poursuit en parallèle de la distribution d'été, à Bordeaux Bastide et dans un restaurant universitaire de Pessac, tous les jeudis entre 12 et 15 heures (en plus de l'arrivée, dès la rentrée, d'une réduction tarifaire des repas universitaires). La collecte dématérialisée, tout comme les poches, pourrait rester de rigueur. "La période nous a appris énormément de choses", termine Gilles Dupuy. "En tant qu'ancien chef d'entreprise, je vois que la banque a une flexibilité d'organisation impressionnante. On est capables de changer nos process de mise en place de la distribution. Nous garderons très certainement un certain nombre d'entre eux.  Ce qu'on faisait auparavant, c’est-à-dire tout le tri de ce qu'on recevait de la grande distribution, ou une partie n'était pas vraiment consommable et distribuable, n'est plus aussi important aujourd'hui. La production des poches le remplace. On n'a repris que partiellement la ramasse et avec des opérateurs qui nous fournissaient des produits pratiquement en l'état pour être redistribués. On va vers une période ou le tri va reprendre, des organisations vont reprendre leur façon de faire et on devra retrouver ce partenariat plus dense avec les grandes surfaces. Il y aura probablement toujours besoin de sélectionner, l'idée étant d'aller vers une amélioration qualitative de ce qui nous est donné par la grande distribution. Ça ne va pas être simple mais ce sera opérationnellement très important pour nous. Si les besoins augmentent dans les mois à venir, il est évident qu'il va falloir revoir nos besoins".

Selon un rapport d'activité national paru en 2018, 43% des denrées collectées par le réseau de banques alimentaires cette année-là provenaient des GMS et des grossistes, 22% des producteurs agricoles et de l'agroalimentaire, 24% des programmes de l'Europe (FEAD) et de l'État (CNES) et 11% de la collecte. Sans surprise, on peut s'attendre à ce que l'après covid vienne aussi sensiblement chambouler ces chiffres. Mais le changement d'organisation en interne devra aussi compenser la hausse prévisible de la demande. Selon les dernières données de la Banque Mondiale, entre 1990 et 2015, le "nombre d'habitants vivant dans l'extrême pauvreté" (soit au-dessous du seuil de 1,9 dollars par jour) est passé de 1,9 milliards à 700 millions de personnes. Pourtant, au niveau national, une étude de l'INSEE parue en 2019 montrait qu'en 2018 déjà, le taux de pauvreté est passé de 0,2 points à 14,3%, soit la plus forte progression de l'indice depuis 2010. S'il faudra donc attendre encore avant de pouvoir tirer un bilan social réel (et plus localisé) de la crise sur la pauvreté, gageons que les milliers de poches alimentaires distribuées par la BABG cet été, c'est certain, ne seront pas de trop. 

L'info en plus : la campagne de distribution estivale se poursuit jusqu'à la fin du mois d'août et tous les bras sont les bienvenus. Toutes les infos sur la page Facebook de la BABG.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
29853
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !