30/09/22 : Des rassemblements Vivons Vélo au bénéfice de l'Institut Pasteur sont organisés samedi 8 octobre, à Libourne, Carbon-Blanc, Cestas (33) et Idron (64). Au programme: pédaler pendant une trentaine de kilomètres, en partenariat avec les clubs locaux.+ d'info

30/09/22 : La Semaine de la Forme, accessible à tous, se déroule du 1 au 9 octobre. Un large panel d'activités et de tests est proposé aux enfants, adultes ou seniors, pour connaître son état de forme. Une association sportive participe près de chez vous. + d'info

28/09/22 : Tout est gratuit pour les moins de 22 ans au cours de la nouvelle saison de l'Orchestre du Pays Basque. Des concerts dans 25 villes et villages pour voyager entre musique classique, chant, musiques traditionnelles, actuelles ou expérimentales. + d'info

28/09/22 : La Cité du vin propose plusieurs rendez-vous en octobre avec deux conférences, des ateliers de dégustation et des animations dans le cadre des Journées nationales de l’architecture et du Fascinant Week-end du réseau Vignobles & Découvertes.+ d'info

26/09/22 : A vos agendas: Bordeaux Fête le Vin s'annualise et revient donc dès 2023, du 22 au 25 juin. Comme pour son édition 2022, l'évènement se vivra dès le 15 juin en Avant-Première. Bordeaux Fête le Fleuve cède quant à lui sa place.

23/09/22 : La compagnie aérienne des capitales régionales européennes Volotéa enregistre une progression de 24% du nombre de ses vols par rapport à l'an dernier. A Bordeaux, 195 000 passagers ont été transportés entre juin et août soit une hausse de 27%.

19/09/22 : Dans le cadre d'Octobre rose, la Chambre de métiers et de l’artisanat de Nouvelle-Aquitaine et les Chambres départementales se mobilisent au côté de la Ligue contre le cancer. 250 agents sont inscrits à différentes courses organisées dans la région.

16/09/22 : L’incendie dans le secteur de Saumos est fixé depuis jeudi après-midi. La surface brûlée est réévaluée à 3400 hectares. Les personnes n'habitant pas sur les zones brûlées, 1700 sur plus de 1800 évacuées, ont pu regagner leur domicile.

15/09/22 : L'incendie de Saumos n'a pas progressé dans la nuit de mercredi à jeudi stagnant à plus 3700 ha. En raison d'une très faible visibilité due aux fumées et au brouillard, la préfecture appelle les automobilistes du secteur à la prudence.

14/09/22 : A Saumos, le feu a légèrement progressé cette nuit et dans la matinée, portant la surface totale brûlée à plus de 3600 ha. Jusqu’à 1000 pompiers sont mobilisés au plus fort de la journée ainsi que 6 Canadairs, 3 Dash et 2 hélicos bombardiers d’eau

14/09/22 : L'incendie dans le secteur de Saumos, a continué de progresser dans la journée détruisant plus de 3200 ha. 900 pompiers sont engagés dans ce combat contre le brasier qui a nécessité l'évacuation de 840 personnes et la fermeture de plusieurs routes.+ d'info

13/09/22 : Sur le secteur de Saumos (33), l'incendie démarré hier après-midi a parcouru 1 300 ha cette nuit. Les 340 pompiers déjà engagés vont être rejoints par des renforts d’autres départements. 2 Canadairs, 1 Dash et 3 hélicos bombardiers d’eau interviennent

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 03/10/22 | Une filière locale de soja en développement

    Lire

    A Pamproux dans les Deux-Sèvres, Alicoop est spécialisée dans la fabrication d'aliments pour animaux de ferme. 4 de ses 5 usines sont en Nouvelle-Aquitaine. Pour pallier à la forte dépendance de l'alimentation animale aux importations de soja provenant de zones déforestées, la société souhaite mettre en place de nouveaux produits à partir de productions locales en développant notamment une filière locale de soja. Elle va ainsi investir dans une ligne de trituration de soja et une ligne de micro-nutrition.

  • 03/10/22 | Trois événements à Limoges pour la nuit du droit le 4 octobre

    Lire

    Pour célébrer la nuit du droit, trois animations sont organisées à Limoges : un débat « Le crime en Limousin : fiction ou réalité, hier ou aujourd’hui, immersion dans les enquêtes locales » de 18h à 20h30 par la Cour d’appel (Inscriptions lanuitdudroit.calimoges@ justice.fr); une table ronde sur « La lenteur de la justice : vertu ou défaut ? » de 20h à 22h à la cité judiciaire (accès libre dans la limite des places) et « Le Droit : une force sans les armes » de 17h à 22h à la Maison de la Région.

  • 03/10/22 | Un taux de chômage de 6,5% historiquement bas

    Lire

    L’économie se porte plutôt bien en Nouvelle-Aquitaine, avec 36 000 emplois créés au cours de la dernière année, soit 110 000 depuis dix ans. Le taux de chômage est historiquement bas à 6,5%, plus bas qu'au plan national, alors que le contexte régional est à la croissance démographique. "Le défi à relever porte sur les tensions de recrutement qui touchent tous les secteurs," indique la préfète de région Fabienne Buccio.

  • 30/09/22 | Magna Blanquefort : les salariés pas vraiment rassurés

    Lire

    Les salariés de l’usine Magna restent inquiets après l’annonce du rachat du site de Blanquefort (Gironde) par le fonds d’investissement allemand Mutares. « Quelles garanties supplémentaires offrent Mutares par rapport à Magna pour faire aboutir de nouveaux projets ? » Le repreneur fait valoir la poursuite du contrat avec Ford jusqu’en 2026, la fabrication d’un robot pour une start-up bordelaise, l’assemblage de batteries pour deux-roues ou la production de chargeurs de batteries.

  • 30/09/22 | Le Thouarsais préserve la biodiversité

    Lire

    La Communauté de communes du Thouarsais vient de lancer un projet afin de renforcer la prise de conscience autour des enjeux de préservation de la biodiversité. Elle va établir un diagnostic naturaliste afin de dégager des actions en faveur de la biodiversité et de sa préservation. La CdC va acquérir des parcelles afin de préserver des continuités écologiques ou encore créer ou restaurer une quinzaine de mares. Toutes ces actions vont être accompagnées d'animations à destination des habitants et des scolaires.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Banque Alimentaire : l'art de l'optimisme inquiet

19/06/2019 | En 2018, la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde a récolté plus de 400 tonnes de denrées alimentaires, soit 10% de plus qu'en 2017 sur la même période.

1

C'est ce mardi 18 juin que s'est déroulée l'Assemblée Générale annuelle de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde. Elle a été l'occasion de revenir sur une année singulière, avec une collecte en hausse malgré les mouvements sociaux démarrés en France fin novembre. Elle a également permis de dégager de nouvelles pistes de diversification de l'aide alimentaire, actuellement confrontée à une baisse prévisionnelle du Fonds Européens d'Aide aux Démunis, renouvelé fin 2020. 35 ans après sa création, la BABG perdure et se lance donc de nouveaux défis à venir. On fait le point sur la situation avant la distribution d'été, qui se tiendra du 16 juillet au 30 août.

200 000 personnes en Gironde, dont 43 000 sur la métropole bordelaise, vivent en dessous du seuil de pauvreté. Ces deux chiffres, très parlants, ont servi de propos introductifs à Pierre Pouget, Président de la BABG, pour la présentation du rapport d'activité 2018 de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde et les nombreux bénévoles qui la composent, aussi surnommés les "gilets oranges". Il faut dire que l'année a été marquée par une collecte nationale en hausse (+10,84%) avec 409 tonnes récoltées entre le 30 novembre et le 2 décembre 2018, alors même que les dons ont connu un recul historique de 4,2% à la fin 2018 selon un "baromètre de la générosité" édité par France générosités. Les 3000 bénévoles de la Banque Alimentaire mobilisés pendant la collecte hivernale, qui craignaient des perturbations en raisons des mouvements sociaux et du mouvement des "gilets jaunes", ont donc été globalement rassurés. "Il n'y a pas eu d'altération de la fluidité, cette fluidité dont on a besoin pour conduire au mieux notre ramasse annuelle", confirme le président de l'antenne locale, Pierre Pouget. Les gilets jaunes qu'on a croisés ont été compréhensifs avec les publics qui se rendaient dans les grandes surfaces. Au final, on a pu récolter 10% de plus que l'année précédente".

Vers de nouvelles pistes

Dans ce contexte, la BABG tente aussi de se diversifier, pour ne pas être simplement identifiée comme un des principaux "canaux de distribution" de l'aide alimentaire dans le département. Comme l'a fait remarquer Alain de Brugière, président de la délégation girondine du Secours Catholique et membre du collectif CAUSE (notamment composé du Diaconat de Bordeaux, du Foyer Fraternel, de la Cimade ou de Médecins du Mondeà l'occasion d'un débat organisé dans le cadre de l'assemblée générale de la BABG ce mardi 18 juin, "les associations doivent initier d'autres voies pour ne pas créer d'autoroutes de l'aide alimentaire. Il faut davantage faire participer les gens au travers de différentes formules comme, par exemple, les jardins partagés. Ce sont aussi des lieux de croisements culturels et de liens sociaux forts, nos voix se retrouvent, il faut faire attention à cette notion d'assistanat qui peut parfois s'y glisser sournoisement". Vente aux enchères publiques de bouteilles de bin, ouverture le 23 janvier dernier d'un camion/épicerie itinérante (qui a fonctionné pour la première fois en août dernier à Sainte-Foy-la-Grande), activité auprès des étudiants du campus bordelais, traversée de la Banque à l'occasion du premier Vélotour, participation au Marathon de Bordeaux ou au festival Chahuts le 13 juin dernier… les rendez-vous pour faire parler de l'association n'ont pas manqué, et cette dernière a toujours des projets en tête. "On est en discussion avec des lycées pour faire en sorte qu'en Gironde et en Nouvelle-Aquitaine, des ateliers de transformation puissent être ponctuellement mis à disposition des banques alimentaires. Ca existe aujourd'hui au lycée des Vaseix en Haute-Vienne, ça pourrait exister demain dans un lycée agricole de Bressuire dans les Deux-Sèvres et on espère que d'autres établissements pourront se joindre à cette expérimentation", affirme Pierre Pouget.

Contexte sensible

Tout, en revanche, n'est pas forcément toujours très rassurant. C'est le cas, par exemple, d'une première expérimentation effectuée en mars dernier pour une seconde collecte annuelle. À entrendre le président de la Banque Alimentaire, on ne peut pas vraiment dire que le résultat a été mirobolant. "La seconde collecte annuelle s'est mise en place sur huit hypermarchés de la métropole bordelaise dans le but de tester l'opération. On est déçus du montant récolté :  25 tonnes environ, contre les 400 et quelques tonnes de la collecte hivernale. Il y a plusieurs raisons à cela : d'abord, on n'a fait ça que dans huit hypers, sur une journée, avec une température de 27 degrés au milieu de la journée donc les bordelais étaient ailleurs, et enfin Bordeaux était en mode "rideaux fermés" (plus précisément "ville morte", opération décrétée par le nouveau maire alors fraîchement en poste, Nicolas Florian). Avec 25 tonnes, on peut servir pendant deux ou trois jours de la restauration à 18 ou 19 000 personnes. La reconduite dépendra du bilan de la collecte de novembre prochain : si elle est encore en progression, on verra si on rempile en mars". Malgré de bons résultats sur la collecte annuelle, quelques incertitudes et inquiétudes demeurent pour l'association, dont la collecte représente 9% de la source totale des différents approvisionnements.

La première, c'est une chute du ramassage quotidien auprès des grandes et moyennes surfaces de l'agglomération, qui représente tout de même 43% du total. Selon l'association, la baisse serait de l'ordre de 400 tonnes sur ces trois dernières années, soit quasiment le total de la collecte hivernale. Le deuxième, c'est ce fameux F.E.A.D (Fonds Européen d'Aide aux Démunis) qui ne manque pas d'alerter les associations face à un budget attendu pour fin 2020 qui pourrait passer de 3,8 à 3 milliards d'euros, soit une baisse de 20%. "En 2018 pour la BABG, la dotation européenne, de l'ordre de 880 000 euros, a permis de mobiliser environ 1400 tonnes de ressources alimentaires, soit près de 30% des ressources entrantes. La fin de l'actuel programme, fin 2020, suscite de profondes inquiétudes".

De rapports en reports

L'aide alimentaire et son financement, le Sénat s'en était déjà emparé en octobre 2018 dans un rapport très détaillé dans lequel l'institution précisait que cette dernière avait bénéficié "à 5,5 millions de personnes en 2017, représentant une masse financière estimée à près de 1,5 milliards d'euros, dont un tiers de financements publics". Tout en lui reconnaissant une gestion "efficiente", ce même rapport avait souligné sa "fragilisation par la gestion française du FEAD", dont le montant total lors de l'exercice 2014-2020 était de 587,4 millions d'euros. La valorisation du bénévolat, elle, représentait près de 500 millions d'euros, soit près du tiers du coût total du dispositif de l'aide alimentaire en France. Ce rôle prépondérant du bénévolat reste problématique pour la BABG, constamment en manque de bras : la mise en place au niveau du réseau national dans une dizaine de villes d'un dispositif de transformation des produits carnés en plats préparés est ainsi difficilement réalisable sur le territoire girondin, principalement à cause de ce déficit de personnel. Son importance, au-delà-même de la distribution et de la collecte, a d'ailleurs été souligné lors d'un très récent rapport du CSA, effectué tous les deux ans à la demande de la Direction Générale de la Cohésion Sociale. Il présente des résultats intéressants, notamment sur le profil des bénéficiaires (que l'on peut croiser avec le rapport annuel du Secours Catholique  pour en observer les points communs et les différences, nombreuses).

Ainsi, le bénéficiaire "moyen" de l'aide alimentaire en France a 47 ans, 67% d'entre eux ont au moins un enfant, 88% n'ont pas fait d'études supérieures, 84% ont un logement "stable" et 17% ont un emploi. En dehors de ces données sociologiques, c'est surtout le besoin d'être accompagnés qui se fait particulièrement ressentir : "53% considèrent l’aide alimentaire comme une aide essentielle dont ils ne peuvent pas se passer" et " 76% des bénéficiaires déclarent que l’aide alimentaire leur permet d’avoir une alimentation équilibrée". 67% des bénéficiaires se font d'ailleurs accompagner par une assistante sociale, une statistique en hausse de trois points par rapport à l'enquête précédente. Enfin, 65% restent plutôt optimistes pour leur avenir, et un peu plus d'un quart ont participé à des activités organisées par l'association d'aide alimentaire, dont les "sorties" et les "ateliers cuisine" sont clairement les plus demandées. En 2018, la Banque Alimentaire a organisé près de 340 ateliers cuisines réunissant 1438 participants, dont 355 nouveaux venus. En attendant de savoir si ce succès se confirme, les petites mains de la BABG se préparent déjà à une distribution alimentaire estivale dont le succès semble devoir perdurer. L'an dernier, sur sept semaines et quatre sites (Bègles, Bordeaux, Lormont et Pessac), 188 tonnes ont été distribuées à plus de 6000 bénéficiaires.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4281
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 5 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !