Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

05/08/20 : Dès aujourd'hui, le port du masque est obligatoire dans les secteurs piétonniers d'Hossegor.

05/08/20 : Jean-Baptiste Irigoyen, le maire de Saint-Jean-Luz a fait savoir en début de soirée que sa ville rejoignait le club des villes du littoral basque exigeant le port du masque dans le centre-ville et notamment la rue piétonne Gambetta hyper fréquentée

05/08/20 : L'Agence régionale de santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine, organise un dépistage COVID-19 à Biarritz, ce jeudi 6 août, de 9h à 13h sur l’Esplanade du Casino Municipal; un acte gratuit. Se présenter avec sa pièce d’identité, et carte vitale

04/08/20 : A compter du 05 août et jusqu'à nouvel ordre, le département de la Gironde et du Lot-et-Garonne sont placés en vigilance orange pour le risque "feux de forêt". Le département des Landes a cette vigilance depuis le 29 juillet dernier.

30/07/20 : Le maire d'Anglet Claude Olive, après entretien avec le préfet, a pris la même décision que Maïder Arosteguy et fermera ses 4,5km de plage de 22 h à 6 h à partir du 4 août. Une décision logique en raison de la proximité des deux stations balnéaires.

30/07/20 : En Dordogne, aucun record de température n'est tombé ce jeudi 30 juillet. Météo France a enregistré un maximal de 39 degrés aux Eyzies, dans la vallée de la Vézère. Le département est placé en vigilance jaune jusqu’au samedi 1er août à 12 heures.

30/07/20 : 600 millions d'euros, c'est l'enveloppe annoncée par le premier ministre au président des Régions de France Renaud Muselier dans le cadre d'un "accord de méthode" signé à Matignon pour préserver leur capacité d'investissements après la crise du Covid

30/07/20 : Albin Chalandon,l'une des figures de la V° république et du gaullisme, qui occupa plusieurs postes ministériels dont celui de Garde des Sceaux mais fut aussi PDG du groupe Elf-Aquitaine est décédé à l'âge de cent ans.

30/07/20 : A Pau, le départ de la course cycliste féminine « Donnons des ailes au vélo » sera donné le 6 août à 8 heures au Tour des Géant Stade Tissié. Cette course reprend les 21 étapes du Tour de France parcourues par les cyclistes masculins.

30/07/20 : Ce jeudi, sur la Côte basque, Biarritz devrait battre ses records de chaleur avec 41°, soyons fous, selon les spécialistes, ressenti 47°. Bref la Côte basque flirtera avec sa concurrente d'Azur, voire en matière de culture assumée, sa cousine, la Corse.

29/07/20 : Surf, longboard, bodyboard, Stand-up paddle... les meilleurs surfeurs du département des Landes sont attendus les 1er et 2 août à Labenne Océan pour le Championnat des Landes Open et Junior.

29/07/20 : A mi-parcours de la saison estivale, avec 64 destinations et une évolution très positive des flux de voyageurs, l’Aéroport de Bordeaux va rouvrir le Hall B au public, à compter du jeudi 30 juillet.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 05/08/20 | L’appel à organisation des Voisinades niortaises est lancé !

    Lire

    La Ville de Niort organise la 5e édition des Voisinades niortaises le 18 septembre prochain. Les habitants qui souhaitent organiser ce temps fort convivial entre voisins dans leur quartier doivent s’inscrire jusqu’au 4 septembre auprès du service Proximité et Relations aux citoyens. Les particuliers, organisateurs, bénéficieront d’un accompagnement personnalisé. La Ville offrira aussi un kit apéro constitué de produits locaux.

  • 05/08/20 | Un mois de juillet positif pour la Cité du Vin

    Lire

    La Cité du Vin de Bordeaux dresse un premier bilan de l’activité du mois de juin plutôt positif. Si les chiffres de fréquentation des visiteurs étrangers enregistrent une forte baisse à cause du Covid-19, la fréquentation des visiteurs locaux, elle, bondit. 61% de visiteurs bordelais supplémentaires par rapport à 2019 sont venus admirer et visiter l’emblématique musée bordelais.

  • 05/08/20 | L'appelation Sainte-Foy Côtes de Bordeaux ouvre ses Châteaux

    Lire

    Dimanche 9 août, les vignerons de Sainte-Foy Côtes de Bordeaux organisent leurs premières portes ouvertes. Objectif : "dynamiser notre territoire et notre appellation ; offrir des activités aux visiteurs, touristes et locaux" explique Christiane Deffarge, présidente de l’appellation. Les huit propriétés participantes proposeront des animations diverses et variées : visite, initiation à la dégustation, accords mets et vins, atelier pédagogique pour les enfants, balade à la découverte des cépages… Et une tombola ouverte à ceux qui auront visité au moins 3 propriétés dans la journée.

  • 04/08/20 | Agglomération du Niortais : le délai du fonds de soutien de proximité est prolongé

    Lire

    Les entreprises et associations du territoire, dont l’activité économique a été impactée par la crise du Covid-19, ont un mois supplémentaire pour demander à bénéficier du fonds de soutien de proximité mis en place par Niort Agglo. Le délai est prolongé jusqu’au 31 août 2020.Cette aide a pour objectif de répondre aux besoins de trésorerie des Petites et Moyennes Entreprises et des associations du territoire de la Communauté d’agglomération du Niortais.

  • 04/08/20 | Un marché nocturne à Guéret (23)

    Lire

    Actions Quartiers, en partenariat avec la Ville de Guéret, organise le vendredi 21 août un marché nocturne de producteurs et artisans. De 18h à 22h, des animations musicales et des stands de producteurs locaux attendent les visiteurs qui pourront aussi se restaurer sur place. Les producteurs souhaitant y participer ont jusqu’au 14 août pour s’inscrire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Banque Alimentaire : l'art de l'optimisme inquiet

19/06/2019 | En 2018, la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde a récolté plus de 400 tonnes de denrées alimentaires, soit 10% de plus qu'en 2017 sur la même période.

Banque Alimentaire

C'est ce mardi 18 juin que s'est déroulée l'Assemblée Générale annuelle de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde. Elle a été l'occasion de revenir sur une année singulière, avec une collecte en hausse malgré les mouvements sociaux démarrés en France fin novembre. Elle a également permis de dégager de nouvelles pistes de diversification de l'aide alimentaire, actuellement confrontée à une baisse prévisionnelle du Fonds Européens d'Aide aux Démunis, renouvelé fin 2020. 35 ans après sa création, la BABG perdure et se lance donc de nouveaux défis à venir. On fait le point sur la situation avant la distribution d'été, qui se tiendra du 16 juillet au 30 août.

200 000 personnes en Gironde, dont 43 000 sur la métropole bordelaise, vivent en dessous du seuil de pauvreté. Ces deux chiffres, très parlants, ont servi de propos introductifs à Pierre Pouget, Président de la BABG, pour la présentation du rapport d'activité 2018 de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde et les nombreux bénévoles qui la composent, aussi surnommés les "gilets oranges". Il faut dire que l'année a été marquée par une collecte nationale en hausse (+10,84%) avec 409 tonnes récoltées entre le 30 novembre et le 2 décembre 2018, alors même que les dons ont connu un recul historique de 4,2% à la fin 2018 selon un "baromètre de la générosité" édité par France générosités. Les 3000 bénévoles de la Banque Alimentaire mobilisés pendant la collecte hivernale, qui craignaient des perturbations en raisons des mouvements sociaux et du mouvement des "gilets jaunes", ont donc été globalement rassurés. "Il n'y a pas eu d'altération de la fluidité, cette fluidité dont on a besoin pour conduire au mieux notre ramasse annuelle", confirme le président de l'antenne locale, Pierre Pouget. Les gilets jaunes qu'on a croisés ont été compréhensifs avec les publics qui se rendaient dans les grandes surfaces. Au final, on a pu récolter 10% de plus que l'année précédente".

Vers de nouvelles pistes

Dans ce contexte, la BABG tente aussi de se diversifier, pour ne pas être simplement identifiée comme un des principaux "canaux de distribution" de l'aide alimentaire dans le département. Comme l'a fait remarquer Alain de Brugière, président de la délégation girondine du Secours Catholique et membre du collectif CAUSE (notamment composé du Diaconat de Bordeaux, du Foyer Fraternel, de la Cimade ou de Médecins du Mondeà l'occasion d'un débat organisé dans le cadre de l'assemblée générale de la BABG ce mardi 18 juin, "les associations doivent initier d'autres voies pour ne pas créer d'autoroutes de l'aide alimentaire. Il faut davantage faire participer les gens au travers de différentes formules comme, par exemple, les jardins partagés. Ce sont aussi des lieux de croisements culturels et de liens sociaux forts, nos voix se retrouvent, il faut faire attention à cette notion d'assistanat qui peut parfois s'y glisser sournoisement". Vente aux enchères publiques de bouteilles de bin, ouverture le 23 janvier dernier d'un camion/épicerie itinérante (qui a fonctionné pour la première fois en août dernier à Sainte-Foy-la-Grande), activité auprès des étudiants du campus bordelais, traversée de la Banque à l'occasion du premier Vélotour, participation au Marathon de Bordeaux ou au festival Chahuts le 13 juin dernier… les rendez-vous pour faire parler de l'association n'ont pas manqué, et cette dernière a toujours des projets en tête. "On est en discussion avec des lycées pour faire en sorte qu'en Gironde et en Nouvelle-Aquitaine, des ateliers de transformation puissent être ponctuellement mis à disposition des banques alimentaires. Ca existe aujourd'hui au lycée des Vaseix en Haute-Vienne, ça pourrait exister demain dans un lycée agricole de Bressuire dans les Deux-Sèvres et on espère que d'autres établissements pourront se joindre à cette expérimentation", affirme Pierre Pouget.

Contexte sensible

Tout, en revanche, n'est pas forcément toujours très rassurant. C'est le cas, par exemple, d'une première expérimentation effectuée en mars dernier pour une seconde collecte annuelle. À entrendre le président de la Banque Alimentaire, on ne peut pas vraiment dire que le résultat a été mirobolant. "La seconde collecte annuelle s'est mise en place sur huit hypermarchés de la métropole bordelaise dans le but de tester l'opération. On est déçus du montant récolté :  25 tonnes environ, contre les 400 et quelques tonnes de la collecte hivernale. Il y a plusieurs raisons à cela : d'abord, on n'a fait ça que dans huit hypers, sur une journée, avec une température de 27 degrés au milieu de la journée donc les bordelais étaient ailleurs, et enfin Bordeaux était en mode "rideaux fermés" (plus précisément "ville morte", opération décrétée par le nouveau maire alors fraîchement en poste, Nicolas Florian). Avec 25 tonnes, on peut servir pendant deux ou trois jours de la restauration à 18 ou 19 000 personnes. La reconduite dépendra du bilan de la collecte de novembre prochain : si elle est encore en progression, on verra si on rempile en mars". Malgré de bons résultats sur la collecte annuelle, quelques incertitudes et inquiétudes demeurent pour l'association, dont la collecte représente 9% de la source totale des différents approvisionnements.

La première, c'est une chute du ramassage quotidien auprès des grandes et moyennes surfaces de l'agglomération, qui représente tout de même 43% du total. Selon l'association, la baisse serait de l'ordre de 400 tonnes sur ces trois dernières années, soit quasiment le total de la collecte hivernale. Le deuxième, c'est ce fameux F.E.A.D (Fonds Européen d'Aide aux Démunis) qui ne manque pas d'alerter les associations face à un budget attendu pour fin 2020 qui pourrait passer de 3,8 à 3 milliards d'euros, soit une baisse de 20%. "En 2018 pour la BABG, la dotation européenne, de l'ordre de 880 000 euros, a permis de mobiliser environ 1400 tonnes de ressources alimentaires, soit près de 30% des ressources entrantes. La fin de l'actuel programme, fin 2020, suscite de profondes inquiétudes".

De rapports en reports

L'aide alimentaire et son financement, le Sénat s'en était déjà emparé en octobre 2018 dans un rapport très détaillé dans lequel l'institution précisait que cette dernière avait bénéficié "à 5,5 millions de personnes en 2017, représentant une masse financière estimée à près de 1,5 milliards d'euros, dont un tiers de financements publics". Tout en lui reconnaissant une gestion "efficiente", ce même rapport avait souligné sa "fragilisation par la gestion française du FEAD", dont le montant total lors de l'exercice 2014-2020 était de 587,4 millions d'euros. La valorisation du bénévolat, elle, représentait près de 500 millions d'euros, soit près du tiers du coût total du dispositif de l'aide alimentaire en France. Ce rôle prépondérant du bénévolat reste problématique pour la BABG, constamment en manque de bras : la mise en place au niveau du réseau national dans une dizaine de villes d'un dispositif de transformation des produits carnés en plats préparés est ainsi difficilement réalisable sur le territoire girondin, principalement à cause de ce déficit de personnel. Son importance, au-delà-même de la distribution et de la collecte, a d'ailleurs été souligné lors d'un très récent rapport du CSA, effectué tous les deux ans à la demande de la Direction Générale de la Cohésion Sociale. Il présente des résultats intéressants, notamment sur le profil des bénéficiaires (que l'on peut croiser avec le rapport annuel du Secours Catholique  pour en observer les points communs et les différences, nombreuses).

Ainsi, le bénéficiaire "moyen" de l'aide alimentaire en France a 47 ans, 67% d'entre eux ont au moins un enfant, 88% n'ont pas fait d'études supérieures, 84% ont un logement "stable" et 17% ont un emploi. En dehors de ces données sociologiques, c'est surtout le besoin d'être accompagnés qui se fait particulièrement ressentir : "53% considèrent l’aide alimentaire comme une aide essentielle dont ils ne peuvent pas se passer" et " 76% des bénéficiaires déclarent que l’aide alimentaire leur permet d’avoir une alimentation équilibrée". 67% des bénéficiaires se font d'ailleurs accompagner par une assistante sociale, une statistique en hausse de trois points par rapport à l'enquête précédente. Enfin, 65% restent plutôt optimistes pour leur avenir, et un peu plus d'un quart ont participé à des activités organisées par l'association d'aide alimentaire, dont les "sorties" et les "ateliers cuisine" sont clairement les plus demandées. En 2018, la Banque Alimentaire a organisé près de 340 ateliers cuisines réunissant 1438 participants, dont 355 nouveaux venus. En attendant de savoir si ce succès se confirme, les petites mains de la BABG se préparent déjà à une distribution alimentaire estivale dont le succès semble devoir perdurer. L'an dernier, sur sept semaines et quatre sites (Bègles, Bordeaux, Lormont et Pessac), 188 tonnes ont été distribuées à plus de 6000 bénéficiaires.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
2405
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 7 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !