30/09/22 : Des rassemblements Vivons Vélo au bénéfice de l'Institut Pasteur sont organisés samedi 8 octobre, à Libourne, Carbon-Blanc, Cestas (33) et Idron (64). Au programme: pédaler pendant une trentaine de kilomètres, en partenariat avec les clubs locaux.+ d'info

30/09/22 : La Semaine de la Forme, accessible à tous, se déroule du 1 au 9 octobre. Un large panel d'activités et de tests est proposé aux enfants, adultes ou seniors, pour connaître son état de forme. Une association sportive participe près de chez vous. + d'info

28/09/22 : Tout est gratuit pour les moins de 22 ans au cours de la nouvelle saison de l'Orchestre du Pays Basque. Des concerts dans 25 villes et villages pour voyager entre musique classique, chant, musiques traditionnelles, actuelles ou expérimentales. + d'info

28/09/22 : La Cité du vin propose plusieurs rendez-vous en octobre avec deux conférences, des ateliers de dégustation et des animations dans le cadre des Journées nationales de l’architecture et du Fascinant Week-end du réseau Vignobles & Découvertes.+ d'info

26/09/22 : A vos agendas: Bordeaux Fête le Vin s'annualise et revient donc dès 2023, du 22 au 25 juin. Comme pour son édition 2022, l'évènement se vivra dès le 15 juin en Avant-Première. Bordeaux Fête le Fleuve cède quant à lui sa place.

23/09/22 : La compagnie aérienne des capitales régionales européennes Volotéa enregistre une progression de 24% du nombre de ses vols par rapport à l'an dernier. A Bordeaux, 195 000 passagers ont été transportés entre juin et août soit une hausse de 27%.

19/09/22 : Dans le cadre d'Octobre rose, la Chambre de métiers et de l’artisanat de Nouvelle-Aquitaine et les Chambres départementales se mobilisent au côté de la Ligue contre le cancer. 250 agents sont inscrits à différentes courses organisées dans la région.

16/09/22 : L’incendie dans le secteur de Saumos est fixé depuis jeudi après-midi. La surface brûlée est réévaluée à 3400 hectares. Les personnes n'habitant pas sur les zones brûlées, 1700 sur plus de 1800 évacuées, ont pu regagner leur domicile.

15/09/22 : L'incendie de Saumos n'a pas progressé dans la nuit de mercredi à jeudi stagnant à plus 3700 ha. En raison d'une très faible visibilité due aux fumées et au brouillard, la préfecture appelle les automobilistes du secteur à la prudence.

14/09/22 : A Saumos, le feu a légèrement progressé cette nuit et dans la matinée, portant la surface totale brûlée à plus de 3600 ha. Jusqu’à 1000 pompiers sont mobilisés au plus fort de la journée ainsi que 6 Canadairs, 3 Dash et 2 hélicos bombardiers d’eau

14/09/22 : L'incendie dans le secteur de Saumos, a continué de progresser dans la journée détruisant plus de 3200 ha. 900 pompiers sont engagés dans ce combat contre le brasier qui a nécessité l'évacuation de 840 personnes et la fermeture de plusieurs routes.+ d'info

13/09/22 : Sur le secteur de Saumos (33), l'incendie démarré hier après-midi a parcouru 1 300 ha cette nuit. Les 340 pompiers déjà engagés vont être rejoints par des renforts d’autres départements. 2 Canadairs, 1 Dash et 3 hélicos bombardiers d’eau interviennent

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 03/10/22 | Une filière locale de soja en développement

    Lire

    A Pamproux dans les Deux-Sèvres, Alicoop est spécialisée dans la fabrication d'aliments pour animaux de ferme. 4 de ses 5 usines sont en Nouvelle-Aquitaine. Pour pallier à la forte dépendance de l'alimentation animale aux importations de soja provenant de zones déforestées, la société souhaite mettre en place de nouveaux produits à partir de productions locales en développant notamment une filière locale de soja. Elle va ainsi investir dans une ligne de trituration de soja et une ligne de micro-nutrition.

  • 03/10/22 | Trois événements à Limoges pour la nuit du droit le 4 octobre

    Lire

    Pour célébrer la nuit du droit, trois animations sont organisées à Limoges : un débat « Le crime en Limousin : fiction ou réalité, hier ou aujourd’hui, immersion dans les enquêtes locales » de 18h à 20h30 par la Cour d’appel (Inscriptions lanuitdudroit.calimoges@ justice.fr); une table ronde sur « La lenteur de la justice : vertu ou défaut ? » de 20h à 22h à la cité judiciaire (accès libre dans la limite des places) et « Le Droit : une force sans les armes » de 17h à 22h à la Maison de la Région.

  • 03/10/22 | Un taux de chômage de 6,5% historiquement bas

    Lire

    L’économie se porte plutôt bien en Nouvelle-Aquitaine, avec 36 000 emplois créés au cours de la dernière année, soit 110 000 depuis dix ans. Le taux de chômage est historiquement bas à 6,5%, plus bas qu'au plan national, alors que le contexte régional est à la croissance démographique. "Le défi à relever porte sur les tensions de recrutement qui touchent tous les secteurs," indique la préfète de région Fabienne Buccio.

  • 30/09/22 | Magna Blanquefort : les salariés pas vraiment rassurés

    Lire

    Les salariés de l’usine Magna restent inquiets après l’annonce du rachat du site de Blanquefort (Gironde) par le fonds d’investissement allemand Mutares. « Quelles garanties supplémentaires offrent Mutares par rapport à Magna pour faire aboutir de nouveaux projets ? » Le repreneur fait valoir la poursuite du contrat avec Ford jusqu’en 2026, la fabrication d’un robot pour une start-up bordelaise, l’assemblage de batteries pour deux-roues ou la production de chargeurs de batteries.

  • 30/09/22 | Le Thouarsais préserve la biodiversité

    Lire

    La Communauté de communes du Thouarsais vient de lancer un projet afin de renforcer la prise de conscience autour des enjeux de préservation de la biodiversité. Elle va établir un diagnostic naturaliste afin de dégager des actions en faveur de la biodiversité et de sa préservation. La CdC va acquérir des parcelles afin de préserver des continuités écologiques ou encore créer ou restaurer une quinzaine de mares. Toutes ces actions vont être accompagnées d'animations à destination des habitants et des scolaires.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Bayonne accueille l'hôpital mobile déployé par le CHU de Toulouse

10/11/2020 | Cette unité mobile polyvalente Europe Occitanie a été installée près des urgences du Centre hospitalier basque

1

Le patron du SAMU 31, Vincent Bounes, ne mâchait pas ses mots pour présenter, pour la première fois, l'hôpital mobile que le CHU de Toulouse a déployé pour renforcer l'accueil de certains patients souffrant du Covid-19. Cet équipement, module de gestion de crise constituant un poste médical avancé, à la base destiné à pouvoir intervenir en urgence sur une situation d'attentat, va être utilisé des deux côtés de la frontière et peut accueillir jusqu’à 18 patients. Il a en effet été développé et conçu dans le cadre du projet Européen de coopération transfrontalière Espagne - France - Andorre (POCTEFA) EGAL-URG.

Cela fait trois ans que le CHU de Toulouse travaillait sur ce projet. Sa présentation aurait dû avoir lieu en juin dernier, mais la crise sanitaire a bouleversé le calendrier. C'est donc ce lundi que Vincent Bounes et ses équipes du SAMU 31 l'ont présenté pour la première fois et surtout pour le mettre au service des patients. "C'est comme une réanimation dépliable", décrivait depuis Toulouse le patron du SAMU 31. "Imaginez un gros camion mobile capable de se déplier en 20 minutes une fois sur place, et d'offrir alors cinq salles hospitalières permettant d'accueillir jusqu'à 18 patients."

Le camion le transportant a donc été accueilli à proximité du service des urgences du Centre hospitalier de Bayonne avant d'être déployé comme un jeu de construction lundi en début d'après-midi en présence du maire et président de la Communauté d'agglomération, Jean-René Etchegaray, Sylvie Durruty, adjointe au maire, conseillère régionale, présidente du Conseil de surveillance du Centre hospitalier de Bayonne, le sous-préfet Hervé Jonathan et bien entendu le docteur Glanes, directeur de ce Centre hospitalier de Bayonne.

Le Centre hospitalier de Bayonne était devenu une priorité 

Hopital mobile Bayonne2

Pourquoi Bayonne et le Pays basque? En fait ce sont les chiffres du développement de l’épidémie COVID-19, dans le département des Pyrénées-Atlantiques, à l’heure actuelle la zone géographique la plus impactée en Nouvelle-Aquitaine au niveau des taux de positivité et d’incidence, qui ont fait la décision. Ces derniers, extrêmement élevés, laissent présager une augmentation des hospitalisations en Pays Basque dans les prochains jours et semaines alors que ce nombre est déjà supérieur à celui de la première vague. Cette augmentation de patients hospitalisés COVID-19 peut entrainer des problématiques de capacités d’accueil et d’hospitalisations au sein du Centre Hospitalier de la Côte Basque. 

Afin d’anticiper et d’être prêtes à faire face à cette problématique, les équipes médicales et les Directions du Centre Hospitalier de la Côte Basque et du Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse se sont accordées, sous l’égide des deux ARS de Nouvelle-Aquitaine et d’Occitanie, sur la mise à disposition d’un hôpital mobile. Cet équipement permettra, à titre transitoire, de renforcer le service des urgences en augmentant les capacités d’accueil pour les patients atteints de la COVID-19, tout en maintenant une capacité de prise en charge de patients non COVID-19.

Des deux côtés des Pyrénées
Cet équipement, module de gestion de crise constituant un poste médical avancé, à la base destiné pour pouvoir intervenir en urgence sur une situation d'attentat, va donc être utilisé des deux côtés de la frontière et peut accueillir jusqu’à 18 patients. Il a été développé et conçu dans le cadre du projet Européen de coopération transfrontalière Espagne - France - Andorre (POCTEFA) EGAL-URG.

Il s'agit d'un réseau européen de coopération visant à améliorer les soins de santé dans les communautés isolées, les urgences et les catastrophes des deux côtés des Pyrénées. Ce projet est porté par le CHU de Toulouse et ses partenaires : le Centre de Recherche Biomédicale Navarrabiomed, le Centre Hospitalier de Navarre, le SEM de Barcelone et le Centre Hospitalier de la Côte Basque à Bayonne. Au travers de cette collaboration transfrontalière, sont menées des actions de préparation aux grands rassemblements, de gestion de ressources informatiques communes, de développement de nouvelles formations et protocoles de soin, et la création de technologies innovantes qui seront déployées sur le pourtour du territoire pyrénéen.

C’est dans le cadre de ce réseau européen, dont les deux centres hospitaliers sont deux membres très actifs, que la mise à disposition de cette unité mobile peut être réalisée. En effet, le CHU de Toulouse et le Centre Hospitalier de la Côte Basque ont été partenaires en termes de conception et de réalisation de cet hôpital mobile. Les équipes médicales des deux établissements se connaissent et cette collaboration ancienne facilite le premier déploiement opérationnel de cet équipement à Bayonne, sous l’égide des ARS de Nouvelle-Aquitaine et d’Occitanie.

Une unité hospitalière mobile complètement autonome

 Cette Unité mobile polyvalente Europe Occitanie (UPMEO) conçue par l’entreprise française Cegelec Défense, à l’initiative des équipes d’urgences et du SAMU 31 du CHU de Toulouse, dans le cadre du Centre de Réponse à la Catastrophe, est mise à disposition du Centre Hospitalier de la Côte Basque à titre transitoire. Elle peut être réinstallée, dans un délai très court et dans des conditions similaires, dans un autre établissement de santé de Nouvelle-Aquitaine ou d’Occitanie en cas de besoin. Elle est enfin dotée d’une distribution d’énergie électrique, d’une distribution réseau (informatique et électrique) et d’un pré-aménagement destiné à accueillir 18 brancards catastrophes ainsi que tout le matériel nécessaire à son déploiement (batteries, eau, gaz à usage médical et équipement médical. Mais elle est aussi et surtout...la bienvenue.

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : DR

Partager sur Facebook
Vu par vous
7544
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 5 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !