Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/04/18 : Dans le cadre du championnat de France du jeu d'échecs jeunes qui se tient à Agen, Anatoli Karpov, champion du monde de cette discipline de 1975 à 1985 et de 1993 à 1999, sera reçu à l'Hôtel de ville d'Agen le samedi 21 avril à 19 h.

19/04/18 : La Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne/CIED est à la recherche d'un service civique à compter du mois de mai pour une mission de huit mois à raison de 30h/semaine. Plus d'infos : 05 53 66 47 59

17/04/18 : Le comité d'engagements du conseil d'administration de SNCF réseau a validé ce mardi l'opération de réhabilitation de la ligne ferroviaire Libourne-Bergerac, déjà concernée par des travaux régionaux achevés en 2013.

17/04/18 : L'Assemblée Nationale a adopté à la majorité en première lecture (454 voix contre 80) le projet de loi "nouveau pacte ferroviaire", à l'origine des grèves qui secouent la SNCF depuis début avril. La ministre des Transports a salué "une étape décisive".

13/04/18 : Charente-Maritime : L'Hermione est arrivée dans le port de Marseille hier soir, où elle sera visible tout le week-end.

12/04/18 : Charente-Maritime : depuis le 9 avril et jusqu’au 21 avril, Keolis organise un test grandeur nature sur la ligne 3 du réseau Les Mouettes, effectuant la liaison La Rochelle-Île de Ré avec un nouveau modèle de car électrique, soutenu par la Région.

12/04/18 : Le Pôle Agri Sud-Ouest Innovation vient de renouveler son conseil d’administration, son bureau et sa gouvernance pour assurer sa représentativité sur l’ensemble des territoires couverts. Daniel Segonds a été réélu à la présidence du Pôle.

12/04/18 : Le nouveau président de la Président de la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique, est Guillaume Riou, agriculteur bio de Deux-Sèvres, anciennement président d'Agrobio Poitou-Charentes de 2012 à 2015.

10/04/18 : Pascal Bellenger a été nommé Directeur des Affaires Contractuelles Partenariats de recherche de la SATT Aquitaine. Sa mission principale : développer les activités de recherche partenariale pour le compte de l'Université de Bordeaux et Bordeaux INP.

10/04/18 : En Gironde, Andréa Kiss, Maire du Haillan, quitte le P.S. pour rejoindre Génération.s. Un choix qui "n'affecte pas la pérennité de l’organisation socialiste locale", assure T. Trijoulet, le premier secrétaire fédéral.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/04/18 | L'eau, bientôt grande cause du Sud-Ouest français

    Lire

    Pascal Mailhos, Préfet de bassin, Martin Malvy, Président du comité de bassin Adour-Garonne, Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie, et Alain Rousset, Président de la Région Nouvelle-Aquitaine, se sont rencontrés à la Préfecture de bassin à Toulouse pour échanger sur les enjeux de la ressource en eau dans le Grand Sud-Ouest. L'occasion pour eux de rappeler leur « très vive inquiétude » et de fixer un prochain rendez-vous en septembre à Bordeaux, afin de lancer une action commune autour de « l'eau, enjeu de société, grande cause du Sud-Ouest français ».

  • 20/04/18 | Création d’un pôle ressources jeunesse à Villeneuve/Lot

    Lire

    Lors du Conseil communautaire du 12 avril dernier, les élus de l’Agglomération du Grand Villeneuvois ont voté la création d’un Pôle Ressources Jeunesse et son implantation en centre-ville de Villeneuve-sur-Lot, dans le quartier prioritaire Bastide. Ce Pôle accueillera la Mission locale du Pays Villeneuvois, l’Espace Métiers Aquitaine ainsi qu’un espace numérique.

  • 20/04/18 | Réduction des déchets: quelles sont vos pratiques ?

    Lire

    Emballages plastiques, biodéchets, déchets verts, déchets d'équipements électriques et électroniques et tarification incitative, voilà les 5 items sur lesquels la Région interroge ses habitants, via une enquête en ligne, dans le cadre de l'élaboration d'un Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchet. En application de la loi NOTRe, le but est de définir, avec les acteurs locaux et les citoyens: « une véritable stratégie territoriale, qui pose des ambitions et des orientations porteuses d'une dynamique en faveur de la transition écologique par l'économie circulaire ».

  • 20/04/18 | "Action Coeur de Ville" se décline à Rochefort

    Lire

    Rochefort fait partie des 222 villes retenues par l’État pour intégrer le dispositif « Action Cœur de Ville » qui lui permettra d’engager un plan de réhabilitation de l’habitat de son centre urbain en obtenant 25 millions € sur 5 ans. La municipalité, avec le concours des services de l’État, s’est déjà saisie du sujet en engageant un Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du centre historique, dont elle présentera une première ébauche à la population lundi 23 avril à 18 h au Palais des Congrès.

  • 20/04/18 | Nouveau service chez Keolis Agen : le ticket de bus par SMS

    Lire

    Pressé, sans monnaie sur vous et vous souhaitez prendre le bus, pas de panique, Keolis Agen en collaboration avec l’Agglomération d’Agen vient de lancer un nouveau service de paiement par SMS. C’est simple et très rapide. Tout d’abord, envoyez 1v au 93047 par SMS. Ainsi, vous recevrez votre ticket sur votre mobile et vous pourrez voyager une heure sur le réseau TEMPO.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Sécurité Puissance 2 pour des demi-Fêtes de Bayonne

21/07/2016 | Le préfet des Pyrénées Atlantiques Pierre-André Durand, le maire de Bayonne Jean-René Etchegaray ont dévoilé une sécurité très renforcée.Pour dévoiler le lendemain un programme très allégé

Fêts de Bayonne

Une semaine après le carnage de Nice, le préfet des Pyrénées-Atlantiques Pierre-André Durand, en présence du maire de Bayonne Jean-René Etchegaray de la sous-préfète Catherine Seguin et du procureur de la République de Bayonne, Samuel Vuelta Simon ont détaillé les mesures de sécurité qui seront prises durant les cinq jours des fêtes, du 27 au 31 juillet. 1900 personnes seront en charge de la sécurité et de l'aide aux personnes. Cet après-midi, La Commission des Fêtes a présenté un contenu sérieusement allégé et dépouillé des manifestations à risque comme l'ouverture et la Journée des enfants.

Les chiffres parlent tout seuls. L'an dernier, environ 500 policiers, 180 gendarmes, une compagnie de CRS et 180 agents d'une société privée avaient été mobilisés pendant ces cinq jours et cinq nuits, a comparé le préfet. Cette année, les Fêtes de Bayonne s'entourent d'une sécurité puissance 2. Avec des entrées de véhicules qui ne se feront plus qu'autour de quatre entrées sécurisées, au lieu de sept auparavant. L'expérience dramatique du 14 juillet oblige, pourrait-on penser? Ce serait gommer le nombre de réunions qui ont eu lieu auparavant. Nice a simplement posé la question du maintien ou pas des Fêtes. Dur dilemme qui semble avoir trouvé sa réponse.

Le préfet et le maire savent que les Fêtes de Bayonne font partie de l'ADN de générations de festayres, qu'ils soient d'origine intra muros - Bayonnais - Basques de la Côte ou de l'intérieur et de touristes qui en ont fait leur sanctuaire festif. Mais voilà, le jeudi noir de Nice a changé la donne. Et après l'ingestion – et le chagrin — du drame niçois, les réseaux sociaux, ce nouveau thermomètre des fièvres sociétales, s'emballait: Bayonne dans une quinzaine de jours, serait-il  atteint à son tour par l'épidémie mortelle s'interrogeait une armée d'internautes? De quoi semer le doute, jusqu'au sommet du département qui a fait remonter les interrogations...jusqu'au Ministère de l'Intérieur.

Vanessa a basculé dans l'adolescence avec ses copains et ses copines aux Fêtes de Bayonne. "Dès que j'ai eu connaissance de ce qui s'était passé à Nice j'ai aussitôt pensé aux Fêtes. Un feu d'artifice est une des premières sorties familiales avec les enfants, pendant les vacances. S'attaquer à cela comble d'effroi. Je pense que si ces Fêtes sont maintenues je limiterai les sorties. Et pourtant ce sont nos fêtes."

Cette gargantuesque Peña Baiona, c'est d'abord l'ouverture depuis le balcon de la mairie au pied duquel les Festayres par dizaines de milliers en "uniforme" rouge et blanc attendent le lancer des clés de la ville, ce sont les rues du Petit et Grand Bayonne prises d'assaut; c'est aussi le lendemain, la Journée des enfants enrichie d'un pique-nique géant. Car Henri Lauqué, le président de la commission extra municipale des Fêtes et le maire de Bayonne, Jean-René Etchegaray enrichissent chaque année ce rendez-vous en ajoutant à la course de vachettes de remarquables animations diurnes destinées aux familles. Exit l'image sacrée de déambulations nocturnes et avinées dédiées aux dieux Bacchus et Dyonisos réunis. Au total, c'est près d'un million de personnes qui se rendent à ces fêtes pendant ces cinq jours, soit les populations de Marseille et de Lille réunies.

Après la douche glacée, le dilemme était redoutable...Que faire alors? Annuler ce rendez-vous qui fait de Bayonne la quatrième ville européenne de rassemblement populaire et qui a réussi jusqu'à présent à les maîtriser? S'il n'est pas dans les gênes de Catherine, la fille de Philippe Seguin de renoncer, la nouvelle sous-préfète du département se serait bien passée de ce cadeau empoisonné pour son arrivée au Pays basque. Il est vrai que le dilemme est compliqué car Nice est un scénario que personne n'aurait imaginé.

Selon certains cafetiers, l'annulation ne pourra empêcher les gens de se rendre à Bayonne et c'est aussi ce qu'ils craignent le plus, des fêtes sauvages qui transformerait la ville en Foire aux jambons sans sécurisation. "On imagine mal le nombre de familles qui ont bloqué leurs réservations pour cette époque, nous dit l'un d'entre eux. On va leur interdire le centre-ville? La solution passerait par une réduction de la voilure et des concentrations populaires comme l'ouverture de ces Fêtes. Ce qui en retirerait une certaine saveur. Pour d'autres, il faut les maintenir et renforcer la sécurité en augmentant ses effectifs, rendre bien visible la présence de CRS ajouter des postes de sécurité et de secours, doubler, voire tripler les rangées de barrières qui interdisaient déjà l'accès des véhicules au centre-ville.

...Le programme, très allégé, l'est tout autant

Prévue à 12 heures ce vendredi au restaurant la Txunga, en bordure du quai de la Nive, la conférence de presse du contenu du programme par le maire et la Commission extramunicipale des Fêtes présidée par Henri Lauqué était reportée, deux heures auparavant, à 17 heures. Il se chuchottait que des problèmes sécuritaires invitaient, on s'en doutait, à des réajustements du programme. En premier lieu, l'ouverture qui dans un premier temps est avancée de 22 h à 19 heure, et dans un second touche à la tradition: il n'y aura pas le traditionnel lancer de clés depuis le balcon, pas plus que la mascleta qui suit. Dans la symbolique: le roi Léon apparaitra sur le balcon...et s'y sentira bien seul. Qui dit Léon, dit les enfants. La somptuseuse journée qui leur était dédiée le lendemain a été également annulée. Il faut dire que la Poterne, entre remparts bayonnais, est un lieu difficilement sécurisable. Un monticule depuis les Allées Paulmy surplombe des allées en contrebas et un vaste espace vert dans lequel se pressent des milliers de familles pour pique-niquer. Très difficile à protéger. "Plus que le risque d'attentats, ce sont des réactions de panique que nous craignons, a souligné le maire Jean-René Etchegara; le départ d'un pétard, courant lors des Fêtes, peut créer des mouvement de panique préjudiciables." Enfin, si le Feu d'artifice de clôture est maintenu, en revanche la cérémonie rituelle de clôture du départ de Léon depuis le balcon accompagné de l'hymne de la Peña Baiona sera réduit à sa plus simple expresssion.

Voilà ce que seront -ou ne seront pas- les Fêtes de Bayonne épurées en grande partie de leur saveur, de leur culture, de cette fraternité festive qui faisaient le charme du quatrième rendez-vous festif européen, ce lien social aux codes rouge et blanc. Il ne faut pas le dissimuler, le spectre d'un déficit d'affluence et une intense déception accompagneront acteurs et festayres. Qui démontrera qu'il y avait un Bayonne d'avant, fait d'inscouciance et de bonheur éphémère et un Bayonne d'après. Plus grave, qui vous rendent plus vulnérables. Comme ces virus qui viennent altérer des corps nobles et sains. Et les virus semblent s'installer dans le temps.

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : Photo DR

Partager sur Facebook
Vu par vous
8949
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !