Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/02/18 : Samedi, Colère 24 signe son retour sur les routes de Dordogne. Le mouvement organise une opération escargot sur la RN 21 et un défilé dans le centre-ville Périgueux. Le premier rassemblement, le 27 janvier, avait mobilisé près de 600 manifestants.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

15/02/18 : Armel de la Bourdonnaye, ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts, a été nommé recteur de l'Académie de Poitiers hier lors du Conseil des ministres. Diplômé de Polytechnique, il a été à la tête de l'ENPC et de Centrale à Nantes.

15/02/18 : Charente-Maritime: la ville de Jonzac a inauguré hier un nouveau concept de passage piéton réalisé en 3D sur la chaussée. L'illusion d'optique donnant un effet de volume aux bandes blanches doit inciter les automobilistes à ralentir,espère la mairie.

14/02/18 : Les agriculteurs béarnais ne décolèrent pas quant à la réforme des zones défavorisées. Après avoir bloqué l'agglomération paloise jeudi 8 et mardi 13 février, 150 tracteurs mènent de nouveau une large opération escargot ce 14 février.+ d'info

14/02/18 : Dans le cadre du partenariat entre la Région et le Bezirk de Moyenne-Franconie (Land de Bavière Allemagne), 20 entreprises néo-aquitaines de l'agriculture bio participent du 14 au 17 février, au grand salon européen «Biofach» à Nuremberg en Allemagne

14/02/18 : Charente-Maritime : Jean Baptiste Dagréou a été réélu à la présidence de la fédération de l'hôtellerie de plein air du département.

13/02/18 : Réforme des zones défavorisées: la FDESA 64 organisera toute la journée du mardi 13 février, une opération escargot dans l'agglomération paloise. "Un mode d'action qui symbolise la rapidité de réaction de l'Etat", commente le syndicat.

13/02/18 : Un bus GNV -Gaz Naturel pour Véhicule- en expérimentation dans l’Agglo d’Agen. Après le bus électrique en avril 2017, cette nouvelle expérimentation « permet de préparer la transition énergétique et répondre aux enjeux environnementaux.

13/02/18 : Quelle Europe pour la jeunesse ? Tel est le titre du café citoyen qu’organise la Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne – CIED, le 15 février à 18h30, au Blue Fox Coffee, rue Montesquieu, à Agen. L’entrée est libre.

13/02/18 : Un numéro inédit de "Des racines et des ailes" consacré au Lot et la Dordogne, tourné cet été, sera diffusé sur France 3 mercredi 14 février à 20 h 55.

08/02/18 : Charente-Maritime : le conseiller départemental du canton de Tonnay-Charente et maire de Soubise, Robert Chatelier, est mort ce matin d'une crise cardiaque.Dominique Bussereau salue un "ardent défenseur de la ruralité et de l'agriculture charentaise"

08/02/18 : Bordeaux - La Maison du Vélo devient la Maison Métropolitaine des Mobilités Alternatives avec un rayon d’action élargi aux 28 communes de la Métropole et une ouverture à la promotion de tous les modes de déplacements doux et non plus seulement du vélo

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

  • 16/02/18 | En Dordogne, le rapport Spinetta sur l'avenir de la SNCF inquiète

    Lire

    Le rapport sur l’avenir de la SNCF préconise la fin des petites lignes ferroviaires. En Dordogne, toutes les lignes seraient peu ou prou concernées. Périgueux-Agen, Périgueux-Brive sont les plus menacées. Les Périgueux-Limoges et Périgueux-Bordeaux le sont moins, affichant des fréquentations honorables. Le président du Département appelle "les élus à se mobiliser contre un projet qui, s’il devait se concrétiser, contribuerait à aggraver l’isolement de la Dordogne et à détériorer les perspectives de développement."

  • 16/02/18 | Internet: 16 collectivités de la région récompensées

    Lire

    Le 8 février dernier, dans le cadre de la 19ème Cérémonie de remise du label national Territoire, Villes et villages internet, la Nouvelle-Aquitaine a vu 16 de ces collectivités récompensées pour leur action dans des politiques publiques numériques engagées. Six d'entre elles se sont particulièrement illustrées en matière de production de services publics numériques locaux, décrochant les 5 @, la plus haute des récompenses. Il s'agit d'Agen (47), de la communauté de communes de Parthenay-Gâtine (79), de Bassens (33), Bayonne (64), Boé (47) et Mérignac (33).

  • 15/02/18 | La justice manifeste à Bordeaux

    Lire

    Ils étaient plusieurs dizaines à se réunir ce jeudi sur les marches du Palais de Justice : les avocats bordelais ont répondu à l'appel national de mobilisation intersyndicale et interprofessionnelle. Principaux sujets d'inquiétude : la refonte de la carte judiciaire, une suppression des tribunaux d'instance et une numérisation accélérée des procédures, trois priorités semblant se dessiner dans le projet de réforme de la justice du gouvernement Macron. Plusieurs audiences ont été renvoyées en signe de protestation. Un mouvement similaire a eu lieu dans la journée devant les marches du tribunal de Libourne.

  • 15/02/18 | Les agriculteurs soutenus à l'unanimité par les élus du 64

    Lire

    Ce 15 février, les élus départementaux des Pyrénées-Atlantiques ont voté à l'unanimité une motion sur la réforme des zones défavorisées adressant ainsi 3 demandes fortes au Ministère de l'Agriculture. D'abord, la prise en compte "des anomalies de la carte établie le 20 décembre". Ensuite "que le zonage final réponde à l'objectif de conforter et pérenniser les exploitations d'élevage et de polyculture-élevage". Enfin, que les communes actuellement reconnues en piémont "préservent, à l'issue de ce chantier de révision, une reconnaissance de leurs handicaps particuliers, avec un niveau de soutien distinct".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Bayonne - Saint-Jean-Pied-de-Port a retrouvé sa voie

24/11/2015 | Lundi matin, la ligne ferroviaire ressuscitée entre la Ville d'entre Nive et Adour et la Basse Navarre a été inaugurée par Alain Rousset, son "pater familia" et l'ensemble des élus régionaux.

Rousset à Saint Jean Pied de Port

Certains en doutaient et pourtant, depuis dimanche, le train siffle à nouveau trois fois entre Bayonne et Saint-Jean-Pied-de Port. Campagne des Régionales oblige, il n'y avait pas d'inauguration officielle, mais le président Rousset, au nom de l'investissement régional avait annoncé qu'il tenait à effectuer un des premiers voyages. Et c'est ainsi qu'outre ses colistiers d'un nouveau bail, trouvait-on Françoise Semavoine, la missi dominici de la liste 64 de Virginie Calmels, Michel Veunac, Max Brisson et Sylvie Durruty qui montaient dans la rame accompagnés... d'une délégation CGT de la SNCF.

Une délégation qui tenait, par l’intermédiaire d’une banderole, à remercier le Conseil régional pour le rétablissement de cette ligne, et, dans le même temps, faisait reproche au propriétaire du port de Bayonne (la Région) la création d’un opérateur ferroviaire de proximité (OFP), partenaire de la Deutsche Bahn. La mise en service par la Région Aquitaine des installations de deux quais du port de Bayonne avait pour but de confirmer la complémentarité logistique recherchés par le port sur ces quais de la rive gauche de l'Adour afin d'accueillir les trains pour les entreprises des Landes ou du Béarn. Ce afin d'accélérer les expéditions/réceptions dans l'estuaire. Le port de Bayonne a constitué avec les industriels un Opérateur ferroviaire de proximité. (OPF), comme il en existe sept autres dans l'hexagone. Ce qui ne convient pas au syndicat CGT de la SNCF qui indique que cette mesure coûtera une quarantaine d'emplois. « Nous avons proposé à la SNCF d’investir 125 000 euros dans ce projet et elle a refusé... » commentait le conseiller régional de Bayonne chargé du port, Mathieu Bergé. Des calicots qui eurent l’heur de contrarier un peu le président Alain Rousset. Peut-être n’attendait-il pas ce genre de retour sur investissement.

Mas en ce lundi hivernal, là n’était pas l’essentiel. Embarquement à 11 h 12 pour Garazi et 76 minutes de voyage pour (re) découvrir les remparts remaniés par Vauban, l’incontournable bâtisseur-défenseur du Pays basque, la porte classée par l’UNESCO, et étape incontournable des pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle qui, au 39 rue de la Citadelle font accréditer leur credential (carnet de route) avant de s’élancer par le « camino » vers les cols de Cize, dont le fameux col de Roncevaux (1057 m). Pour gagner ensuite Pampelune.

Rousset départ de Bayonne

Retour sur ses travaux. Accueillant jusqu’à 2500 voyageurs en été, en 2008, un audit révélait la nécessité pour les 65,2 kms de la ligne de Garazi de travaux importants de sécurisation et d’amélioration sous peine de fermeture dans les deux ans. Le Conseil régional avec l’aide de l’État et de SNCF Reseaux (ex RFF) décidait de se lancer dans cette vaste réhabilitation. Une première tranche était lancée en 2010 entre Bayonne et Cambo-les-Bains (18,5 M d’euros, dont 4,625 de la Région. Pour la deuxième tranche qui a débuté en 2014 et intéressait le tronçon Cambo-Saint-Jean-Pied-de-Port,, l’État s’était engagé dans le cadre des contrats du projet 2007-1013 et du contrat de plan Etat-Region 2015-2020 aux côtés de la Région et de SNCF Région pour financer les travaux de régénération de la ligne sur la base d’une participation de 14,7 pour chacun des partenaires, soit 44 M€ euros, au total.

Les deux vocations du « Bayonne-Garazi » Les Basques sont viscéralement attachés à « la ligne de Garazi [Saint-Jean-Pied-de-Port] », comme ils l’appellent. Qui permet à la population de venir travailler sur la Côte sans aller s’enfermer dans les embouteillages des villes de la grande agglo bayonnaise. Le transfert par autobus a été plus une contrainte qu’un plaisir pour eux, même si on peut penser que la performance du train n’était pas exceptionnelle. Aujourd’hui, à 76 km/h il devrait permettre de relier Bayonne et Garazi en moins d’une heure. « Toutefois, regrette un syndicaliste de la SNCF, “si la Région nous avait écoutés, il y a des tronçons qui, aménagés différemment auraient permis de gagner un peu plus de temps, rendre le train plus performant pour les gens du Pays basque, par exemple, doublement du cadencement en permettant des croisements, passage de la ligne de 70 à 100 kms/h.” Ainsi sur cette mono voie, il est impossible aux trains de se croiser, limitant donc, particulièrement l’été le cadencement.

Qui dit plus de voyageurs, dit des horaires adaptés aux besoins des usagers. Mais la tâche ne sera facile comme le constatait Sylvie Durruty, adjointe au maire de Bayonne : “En effet, les élèves et les enseignants du Lycée de Navarre à Saint-Jean-Pied-de-Port ne peuvent utiliser le train puisque le premier TER arrive à 8 h 25 alors que les cours commencent à 8 h 20 et le soir dernier train à Garazi à 16 h 38.” Et d’ajouter : “Pour voyager en train, une seule solution donc, sécher certains cours ! Quant aux salariés qui voudraient venir travailler à Bayonne en train, ils devront se lever à la fraîche pour un départ à 6 h 10”. Mais rajoutons aussi que Sylvie Durruty se représente aux Régionales sur la liste de... Virginie Calmels.

Un lancement à 5 euros la place ! Il sera toutefois de difficile de résoudre la situation des meilleurs horaires, car ce train doit aussi être en phase horaire avec le TER de Bordeaux qui dessert le Seignanx, comme être le relais avec la ligne Hendaye-Bayonne. Comme il doit être fonctionnel et séduisant pour des touristes — qui apprécieront la possibilité d’amener des vélos — souhaitant aller passer la journée à Garazi.

Voulant montrer la voie, SNCF et Conseil régional ont consenti pour cette réouverture un tarif défiant toute concurrence jusqu’au 20 décembre : 5 euros. Il passera à 10 ensuite. Une aubaine et une belle sortie pour les habitants de la Côte qui seront comme les offices de tourisme, les meilleurs “porte-voix” de cette réhabilitation. Car outre assurer une mobilité sans souci, ce trajet qui remonte la Nive est d’une beauté sublime.

Tourisme à Saint Jean-Pied-de-Port

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : D.R et F. D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
5973
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !