12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

  • 08/12/17 | Les événements nautiques de La Rochelle annoncés au salon Nautic de Paris

    Lire

    Le salon Nautic a été l'occasion pour La Rochelle d'annoncer les événements de 2018. En avril, la ville accueillera L'Hermione avant son départ en méditerranée. En mai, ce sera la première édition des Assises de la plaisance et du nautisme. A partir de juillet, 4 championnats européens de sport de glisse vont se succéder (catamaran, dériveur et forty-niners). Sans oublier les traditionnels rendez-vous de la Semaine du Nautisme ou du Grand Pavois, qui se tiendra du 26 septembre au 1 octobre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Béarn : il retrouve les « poilus » oubliés par nos monuments

20/12/2016 | Passionné de généalogie, un retraité béarnais s’attache à retrouver les soldats tués pendant la guerre de 1914-1918 et dont les noms ne figurent sur aucun monument aux morts

Georges Péron : un travail de fourmi qui a fini par payer

Plus de 10 000 Béarnais ont été tués lors des combats livrés au cours de la première guerre mondiale. Environ 400 d’entre eux ne sont cités sur aucun monument aux morts. Parce que leur décès n’a pas été mentionné sur le bon registre, ou bien parce qu’aucun élu ne s’en est vraiment préoccupé. Un peu comme si on les avait tués deux fois. Un retraité d'Asson, membre d’une association de généalogistes a décidé de réparer cette injustice. Patiemment, méthodiquement, il fouille Internet et retrouve l’histoire de ces soldats oubliés, sortis de notre mémoire. Puis, de manière bénévole, il écrit aux maires en les invitant à redonner sinon un visage, du moins un nom, à ces jeunes tombés pour défendre leur pays.

Voici quelques années, le virus de la généalogie a emporté Georges Péron, corps et âme. Cet ancien technicien de TIGF, qui est aujourd’hui en retraite, souhaitait connaitre ses racines familiales. Car, explique-t-il, il avait dû attendre l’âge de 42 ans pour apprendre qu’il était un enfant adopté.

Les Hercule Poirot du vieux papier

Basé aux archives départementales, à Pau, le Centre généalogique des Pyrénées-Atlantiques cherchait justement des bénévoles. Cette association rassemblant près de 350 passionnés fait feu de tout bois.

Par exemple pour retrouver la trace des Béarnais ayant émigré à partir de 1850 en Argentine, afin d’y faire fortune le plus souvent dans l’agriculture et l’élevage. Des Hercule Poirot du document ancien, capables de retrouver dans les registres du port de Bordeaux les noms des bateaux à bord desquels leurs ancêtres sont montés, et le prix qu’ils ont payé pour effectuer la traversée. Des Nestor Burma de la farfouille, rompus pour certains d’entre eux aux arcanes des archives religieuses espagnoles réputées pour leurs labyrinthes, leurs voies sans issue et leurs chausse-trappes.

 Bref, il faut bien le dire, d’aimables fous furieux du vieux papier. Ce qui ne les empêche pas d’utiliser tous les ressorts d’Internet pour faire aboutir leurs recherches. Car, ainsi que l’assure Georges Péron,  80% de ce que l’on peut dénicher se trouve sur la «toile ». Il suffit de savoir chercher, voilà tout.

Sa quête familiale a ainsi amené le retraité à s’intéresser à un grand oncle tué dans l’Aisne en 1916. Un lointain parent sur lequel il a établi une fiche circonstanciée : nom, métier, régiment, date d’incorporation, lieu et cause du décès. Tout cela accompagné d’un extrait d’acte de naissance, de la copie du livret militaire et de la fiche de matricule.

D’autres sources permettent de se renseigner sur le lieu d’inhumation, précise-t-il. « Un site Internet,  « Mémoire des hommes », s’intéresse ainsi à tous les combattants tués depuis les guerres napoléoniennes ».

Par suite d'erreur ou de négligenge

Pourquoi en rester là ? « De fil en aiguille, je me suis intéressé aux 49 « poilus » de Navailles-Angos et je me suis rendu compte que le nom d’un soldat, originaire de la commune et tué au front, ne figurait pas sur le monument aux morts. Je l’ai signalé au maire, qui l’a fait rajouter sur l’édifice ».

Le pli était pris. En s’appuyant sur le livre « Poilus du Béarn » publié par l’association des Amis de Nay et de la Batbielle, le retraité a continué ses recherches. En essayant retrouver la trace des nombreux locaux, morts entre 1914 et 1918, qui se trouvaient dans la même situation.

« A l’époque, les décès étaient innombrables et les erreurs administratives fréquentes. Un nom pouvait ne pas avoir été retranscrit. Après le conflit,  un maire pouvait aussi choisir, pour diverses raisons, de ne pas le faire graver sur un monument. Il a fallu attendre une loi de 2012 pour obliger les communes à citer le nom de chaque soldat mort pour la France ! »

Les maires contactés

Le travail de fourmi et de détective mené par Georges Péron a fini par payer. Pas moins de 120 identités perdues et ne figurant sur aucun marbre de la mémoire collective ont été sorties de l’oubli . Dans la foulée, le généalogiste s’est empressé d’avertir les maires concernés.

Celui de Laroin, modeste commune des environs de Pau, a ainsi appris ces jours derniers que le nom de certains soldats de la commune ne figurait pas sur le monument au pied duquel les écoliers viennent déposer une gerbe de fleurs chaque année.

C'est le cas d’un cocher de 33 ans, Jean-Baptiste Laborde, disparu à Sedd-Ul-Bahr, en Turquie, lors de l’offensive des Dardanelles. Mais aussi celui d’un domestique, Pierre Labat, ayant servi comme artilleur et mort en 1916 à la suite de problèmes cardiaques. Trois autres jeunes nés à Laroin voient pour leur part leur nom figurer sur les monuments aux morts de villages voisins, comme cela arrive souvent.

« Dans les courriers que j’adresse aux communes, j’en suis à la lettre « L » indique le retraité. « Pour le moment, j’ai eu une trentaine de réponses de maires, toutes très chaleureuses. Je pense que beaucoup d’élus rajouté les noms qui manquaient à leurs monuments aux morts » ajoute-t-il. Avant de rappeler qu’une subvention peut être accordée par l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre pour la construction d’un monument aux morts ou la réfection d’une plaque.

Une chose est certaine à ses yeux. « Pour un village, cela doit être une fierté de pouvoir retrouver ainsi l’un des siens ».

Pour en savoir plus :

perongeorges@orange.fr   

ONACVG : http://www.onac-vg.fr/fr/missions/monuments-aux-morts/

Centre généalogique des Pyrénées-Atlantiques : http://cgpa64.free.fr/joomla/index.php

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
6696
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !