Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

17/02/21 : Charente-Maritime : ce jeudi, une intervention dans le cadre des travaux de réparation du pont de la Laisse, situé sur la RD9 à Charron entraînera une fermeture à la circulation entre la RD137 en Vendée et la RN11 en Charente-Maritime, de 9h à 16h.

15/02/21 : La Rochelle : Lutte ouvrière organise une journée à la rencontre mercredi 17 février, de 10h30 à 12h30 puis de 16h à 18h sur le vieux port (cours des Dames) où une structure sera montée, ainsi que dans les rues piétonnes du centre-ville.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/02/21 | Une nouvelle gamme de produits bio et sans sucres dans le Pays Basque

    Lire

    A Bardos (64), Elikatxo produit, transforme et commercialise des jus de fruits et des soupes. Afin d’élargir sa gamme de produits bio et sans sucres, l’entreprise doit créer une ligne de production automatisée. Pour aider la société dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué une subvention de 30 270 euros lors de sa dernière commission permanente.

  • 25/02/21 | Mimizan va accueillir un tiers-lieu

    Lire

    Mimizan, territoire assez isolé en dehors de l’été, a décidé de créer un tiers-lieu, au travers de l’association « Lily dans les étoiles », pour permettre aux habitants de se rencontrer, d’échanger, de travailler mais aussi pour favoriser le lien social. Cette association, constituée d’une quarantaine de professionnels locaux issus de secteurs divers, souhaite avec ce tiers-lieu créer un pont entre le dynamisme économique de la saison estivale et l’activité des résidents à l’année. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet à hauteur de 60 000 euros.

  • 25/02/21 | Dordogne : Rubi Cuir forme tous ses salariés

    Lire

    A Boulazac, Rubi Cuir fabrique des pièces de maroquinerie pour le secteur du luxe. Afin d’acculturer les salariés à ces savoir-faire particuliers, l’entreprise a mis en place un parcours de formation interne afin de professionnaliser rapidement les nouveaux salariés. Les enjeux de développement de l’entreprise portent aussi vers une professionnalisation des formateurs. Pour les aider à cela, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué à l’entreprise une aide de 67 708 euros.

  • 24/02/21 | A Canéjan, Hervé Thermique parie sur le numérique

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir la transformation numérique de la société Hervé Thermique, basée à Canéjan en Gironde. L’entreprise, répartie sur 60 sites en France, a décidé de poursuivre sa stratégie de croissance en améliorant son offre en matière de maintenance. Pour ce faire, elle compte développer un outil numérique innovant autour de la maintenance du bâtiment.

  • 24/02/21 | Cybersécurité: Escape Technologies innove à Biarritz

    Lire

    Créée en septembre 2020, Escape Technologies, basée à Biarritz, se positionne sur le marché de la gestion des vulnérabilités et de l’audit cyber. Elle souhaite aujourd’hui innover et développer le prototype de sa solution de cybersécurité visant la génération des règles de sécurité automatisées et basées sur l’intelligence artificielle pour le cloud. La Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir ce projet à hauteur de 75 000 euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Bègles : Clément Rossignol-Puech alerte sur les squats

16/05/2019 | Bègles, selon un recensement national, est la commune de la métropole comptant le plus de squats et bidonvilles, avec 388 personnes réparties sur 24 sites.

mairie de Bègles

"Un maire en colère". C'est comme ça que s'est présenté ce matin Clément Rossignol-Puech, maire EELV de la ville de Bègles et successeur de Noël Mamère. L'élu a en effet convoqué la presse pour dénoncer la situation des migrants et des squats installés sur une commune particulièrement concernée par le problème sur le territoire de la métropole. Il a demandé à ce qu'une conférence des maires puisse avoir lieu sur le sujet pour que "chacun prenne ses responsabilités". Focus sur les raisons de cet appel du pied et les conséquences qu'il espère susciter.

En avril dernier, la Délégation Interministérielle à l'Hébergement et à l'Accès au Logement (DIHAL) révélait dans une étude l'augmentation forte des squats, friches ou bidonvilles occupés par des migrants sur l'ensemble du territoire français. Avec 13% d'augmentation par rapport à décembre 2017, la Gironde est un département particulièrement concerné par le phénomène puisqu'elle figure à la quatrième place dans le classement des départements ayant constaté l'augmentation la plus importante. La métropole de Bordeaux arrive, elle, en troisième position des métropoles les plus concernées avec 1101 personnes logées dans des squats ou bidonvilles, juste derrière Nantes (1894 personnes) et la métropole d'Aix-Marseille (1236 personnes). Au niveau des villes de la métropole, Bègles arrive en tête avec 388 personnes réparties sur 24 sites, derrière Bordeaux (374 personnes sur 32 sites), Floirac (84 personnes sur sept sites), Mérignac (79 personnes sur 12 sites) ou encore Cenon (48 personnes sur cinq sites). Des villes comme Ambarès, Le Bouscat ou Gradignan accueillent un nombre de personnes bien moins élevé que ces premières villes et ferment la marche. Ces chiffres officiels, "photographie à un instant T d'une situation qui évolue régulièrement sont contestés par plusieurs associations (notamment Médecins du Monde) qui parlent d'une sous-évaluation du nombre réel de personnes domiciliées dans des squats sur le territoire. 

"L'accueil républicain"

Ce jeudi 16 mai, par voie de presse (fait plutôt inhabituel), le maire de Bègles, Clément Rossignol-Puech, a dénoncé cette situation jugée "intenable, bien que nous soyons une ville avec une tradition d'accueil. Nous concentrons 30% des squats de la métropole alors que nous ne représentons que 4% de la population", a précisé l'élu en ouvrant son propos. "Ce que nous demandons fermement, c'est que l'État et la préfecture organisent une conférence des maires avec les 28 maires de l'agglomération, et les présidents de la métropole, du département et de la région pour que chacun, au plus haut niveau, s'investisse personnellement dans cette cause d'accueil digne. La ville de Bègles domicilie les personnes en squat et scolarise plus de 80 enfants dans les écoles de la ville. Certains maires ne le font pas. La préfète doit rappeler les droits et devoirs des maires dans ce domaine pour que chacun prenne sa part. C'est l'accueil républicain, il faut le respecter", a affirmé le maire de Bègles. 

Ce n'est pourtant pas faute d'avoir alerté sur la situation. Dans un courrier daté du 22 avril adressé au Premier Ministre Edouard Philippe, Clément Rossignol-Puech émettait déjà de sérieuses réserves sur le sort des albanais en France, notamment sur l'agglomération bordelaise où la communauté est importante. "J'ai demandé à ce que l'État change sa doctrine vis-à-vis de ce pays. 10% de la population est partie du pays pour des raisons économiques, culturelles ou mafieuses. Il y a des réseaux de traite humaine qui se sont installés, des logements vides ont été squattés, les familles pensaient payer un loyer alors qu'elle alimentaient des réseaux mafieux. Il n'y a aucun outil juridique à notre disposition puisque l'État a décidé de considérer l'Albanie comme un état sûr alors qu'il ne l'est pas. Il faut que ces ressortissants puissent avoir une aide juridique". Dans son courrier, l'élu précise que la ville de Bègles "a su adapter les moyens et le fonctionnement de son Centre Communal d'Action Sociale (C.C.A.S) afin de ne pas déteriorer la qualité de l'accompagnement proposé aux plus précaires domiciliés sur la commune, plus nombreux chaque année, les domiciliations ayant augmenté de 454% en quatre ans passant de 74 en 2014 à 410 en 2018". 

"Nous avons de nombreux hangars et friches industrielles vides, nous sommes une ville de tradition ouvrière. Nous avons des projets urbains à venir mais en attendant leur construction, des associations militantes, qui connaissent très bien la géographie de la ville, procèdent à des ouvertures de squats", a ajouté Clément Rossignol-Puech. En octobre dernier, par exemple, une association a ouvert deux squats dans des maisons à l'abandon dans le quartier des Terres Neuves, à Bègles, pour des familles albanaises et arméniennes. En juillet, soixante-dix personnes (albanais, bulgares et kosovars) ont été évacués par les forces de l'ordre d'anciens locaux de Pôle Emploi et d'un supermarché, terrain appartenant à la Fab Bordeaux Métropole et au groupe Pichet où un incendie s'est déclaré peu après l'évacuation. Plus récemment, dans le quartier des Rives d'Arcins, l'association Dynam'eau a installé un accès à l'eau potable pour 200 personnes (dont 80 enfants) dans un squat installé sur le site d'une ancienne usine de luminaires.

Des actions concrètes mais des moyens insuffisants

Bègles étant la commune de la métropole qui accueille le plus de réfugiés, elle est aussi celle où les expulsions sont les plus nombreuses. Face à ces situations souvent complexes à gérer, la commune tente de combler les trous. Ainsi, le maire assure avoir demandé à la préfecture de ne pas expulser les familles avec enfant avant la fin de l'année scolaire. "Nous sommes aussi en train de recenser des logements vides sur la commune pour reloger des familles avec l'aide d'associations". Il est vrai que ces dernières ont de quoi faire : il y aurait 22 473 logements vacants sur la métropole bordelaise et près de 290 000 en Nouvelle-Aquitaine selon des chiffres de 2015 publiés en juin 2018 par l'INSEE. En 2020, Bègles devrait être l'une des trois communes (aux côtés de Bordeaux et Mérignac) à mettre en place des espaces temporaires d'insertion, dont l'étude a été lancée par la métropole en 2017, à destination d'une dizaine de familles roms. La métropole a mis en place une "mission squats" à destination des publics en logement précaire et recruté cinq médiateurs pour en assurer le fonctionnement. Pour Clément Rossignol-Puech, "c'est un bon début mais ce n'est pas suffisant. J'arrive de la métropole nantaise où il existe un vrai accord des 24 maires de l'agglomération pour que ce soit une priorité. La préfecture doit nommer un sous-préfet dédié à l'habitat spécifique et à la résorption des squats et un délégué au fonds FARU (Fonds d'Aide au Relogement d'Urgence)".

Contactée, la nouvelle préfète de Gironde et de la région Nouvelle-Aquitaine, Fabienne Buccio, (par le biais de sa directrice de communication) a invoqué une période de réserve ne lui permettant pas de communiquer mais a également indiqué ne pas fermer la porte à une éventuelle réunion avec le maire de Bègles dans les semaines à venir. Ce dernier a organisé récemment une table ronde sur le sujet avec des associations et des élus locaux. Si le consensus provoqué par le besoin d'agir est clairement apparu, le manque de moyen pour mettre des actions en oeuvre a également été évoqué. Pour rappel, l'étude de la DIHAL précise que la Nouvelle-Aquitaine est à la cinquième place des régions regroupant le plus de personnes dans des squats et bidonvilles (1257 personnes et 8% des personnes recensées), derrière l'Ile-de-France (33%), la Provence-Alpes-Côte d’Azur (15 %), les Pays de la Loire, (12%) et l’Occitanie (9%), pour un total national de 13 576 personnes.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
5263
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 3 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !