Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/11/19 : Charente-Maritime : selon le journal officiel du 7/11, le nouveau préfet Nicolas Basselier, ex préfet de l'Aisne, prendra ses fonctions le 25/11. Il succède à F.Rigoulet-Roze, devenu directeur de cabinet du ministre de la Cohésion des territoires.

13/11/19 : Niort : le festival des films sur smartphone Takavoir lance un appel à candidature pour sa prochaine édition, qui se tiendra les 27 et 28 mars 2020. Les candidats doivent livrer leur film de 3 min max avant le 16 février prochain sur takavoir.fr

13/11/19 : Niort : 32 entreprises ont participé en septembre dernier au Challenge de la mobilité, soit 713 salariés du territoire. 44% ont opté pour le vélo, 12% le bus, 15% le covoiturage, 8% la marche, 8% le train. La remise des prix s'est tenue hier soir.

13/11/19 : Deux-Sèvres : Le salon des professionnels de la filière caprine Caprinov' dont la dernière édition s'est tenue en novembre 2018, reviendra du 25 et 26 novembre 2020 au parc des Expositions de Niort.

13/11/19 : Après plusieurs passages au Festival Musicalarue, Miossec revient à Luxey (40) dans le cadre intimiste de la salle de spectacles “Les Cigales“, samedi 30 novembre à 20h30. Le Brestois viendra présenter son onzième opus "Les Rescapés".

12/11/19 : Les gendarmes et la Guardia civil sont arrivés en nombre au péage de Biriatou en raison de l'opération escargot lancée par Tsunami Democra-tic, le mouvement indépendantiste catalan, relayé localement par Bizi! et Aitzina bloquant la frontière à 18h30

12/11/19 : Charente : un groupe d’étudiants en BTS SAM de CCI Charente Formation, mène un projet sur la gestion citoyenne des déchets depuis 1 an et organisent une journée environnementale ce mercredi A 15h30 au Campus CCI, à l'ex CIFOP de L’Isle d’Espagnac.

08/11/19 : La liquidation judiciaire de la SNEM, société éditrice du quotidien l'Echo, diffusé sur 5 départements, a été confirmée cet vendredi par le Tribunal de commerce de Limoges. Les 42 salariés du journal recevront prochainement leur lettre de licenciement.

08/11/19 : Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Didier Guillaume se rendra ce samedi au salon de l'agriculture basque, Lurrama qui a ouvert ses portes ce matin. Il y rencontrera ses organisateurs et I. Berhocoirigoin, le président? et les exposants

08/11/19 : Dordogne : Dans le cadre du Grenelle des violences conjugales, la préfecture propose le jeudi 14 novembre, à 17 h h à la mairie de Montrem, une rencontre ouverte à tous sur le thème de la prise en charge des violences conjugales en milieu rural.

07/11/19 : Beynac : Samedi 16 novembre, à 10 heures, un rassemblement citoyen sur les allées de Tourny à Périgueux est organisé pour soutenir l’achèvement des travaux du contournement de Beynac et défendre le monde rural.

06/11/19 : Petr Drulák, ambassadeur de Tchéquie en France, sera présent à la Maison de l'Europe à Bordeaux le 14 novembre à 19h pour une conférence autour de l'après Révolution de Velours. L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 13/11/19 | Keolis Bordeaux a un nouveau Directeur général

    Lire

    Eric Moinier a été nommé le 1er novembre Directeur Général de Kéolis Bordeaux. Il succède à Hervé Lefèvre qui a rejoint la SNCF, en vue de sa nomination au poste de directeur régional Nouvelle-Aquitaine à compter de janvier 2020. Agé de 46 ans, Eric Moinier, était depuis 2016, Directeur Général de la filière indienne de Kéolis en charge du lancement puis de l’exploitation du nouveau réseau de métro automatique. A Bordeaux, il aura pour mission de diriger l’exploitation du réseau TBM.

  • 13/11/19 | Les vins de Corrèze conservent leur AOC

    Lire

    En 2014, le Conseil d’État avait interdit la mention « vin paillé » sur les bouteilles de vins corréziennes à la demande de la société de viticulture du Jura. En 2017, les Corréziens avaient contre-attaquer en constituant une AOC de nouveau contestée. Le Conseil d’État vient de rejeter la requête et les vins de Corrèze conservent donc leur AOC !

  • 13/11/19 | Tennis: Llodra, Forget, Clément et bien d'autres font le show à Bordeaux

    Lire

    Michaël Llodra et Lionel Roux, 2 anciens joueurs de tennis professionnels, organisent les 6 et 7 décembre prochains le Bordeaux Mica Challenge, une exhibition de tennis réunissant autour d'eux d'autres grands noms du tennis français: Mansour Bahrami, Arnaud Clément, Guy Forget, Nicolas Mahut et Lucas Pouille. "Quelques sportifs de haut-niveau pas maladroits raquette en main" devraient aussi se joindre à eux, ajoute Mickaël Llodra, soucieux de conserver un peu de suspense... Le rdv est donné au grand public au Palais des sports pour une proximité assurée. Réservations en ligne .

  • 13/11/19 | Beynac :l'association Défendre l'intérêt général en Dordogne interpelle le préfet

    Lire

    Dans une lettre, l'association Défendre l'Intérêt Général en Dordogne a demandé au préfet si la manifestation du 16/11 avait été déclarée et si oui, si sa localisation près de la préfecture, ne posait pas un problème au regard de l'éthique politique. Elle lui aussi demandé qu'elle était la position de l'État qui, selon elle, devrait faire respecter l'État de droit et empêcher les pressions sur la justice. Elle tente toujours d'obtenir une réponse sur l'utilisation du port de l'écharpe tricolore dans de tels rassemblements.

  • 13/11/19 | Beynac : un rassemblement le 16 novembre pour réclamer la reprise des travaux

    Lire

    Le président du Département de la Dordogne, Germinal Peiro, les maires de Périgueux, Bergerac, Nontron et Sarlat, les présidents du Grand Périgueux et de la Communauté bergeracoise, le sénateur PS Claude Bérit-Debat, les patrons des chambres consulaires, une majorité de décideurs économiques appellent les Périgourdins à se joindre au « rassemblement citoyen » organisé le 16 novembre à 10 h, sur les allées Tourny à Périgueux, pour «soutenir l’achèvement des travaux du contournement de Beynac et défendre le monde rural».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Bergerac – Libourne :Le train est vital pour les territoires ruraux de Dordogne et de Gironde

25/10/2019 | Après neuf mois de travaux, Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d'état aux transports a inauguré ce vendredi le retour des trains entre Libourne et Bergerac.

Le secrétaire d'état aux transports, au coté d'Alain Rousset et des présidents de  Département de Dordogne et de Gironde a inauguré la ligne Bergerac Libourne

Ce vendredi 25 octobre, le secrétaire d'état aux transports, Jean-Baptiste Djebbari est monté à bord du TER de 10 h 16 en gare de Bergerac, direction Libourne pour l'inauguration officielle de cette ligne dont la circulation des trains a été interrompue pendant les neuf mois de chantier. La réouverture est intervenue le 30 septembre à la satisfaction des 3000 usagers quotidiens. Pour réaliser les travaux 83,4 millions d’euros ont été investis par l’État, SNCF Réseaux, la Région à hauteur de 42 %, les 14 collectivités concernées par le trajet, et les départements de la Dordogne et de la Gironde.

Jean Baptiste Djebbari, secrétaire d'état aux transports, accompagné d'Alain Rousset, président du Conseil régional,  Germinal Peiro, président du conseil départemental de la Dordogne, de parlementaires et d'élus locaux, sont montés dans le train de 10 h 16 ce vendredi  25 octobre, au départ  de Bergerac  en direction de Libourne afin de lancer la ligne TER rénovée. En gare de Libourne, de nombreux élus du Libournais et Jean Luc Gleyze, le président PS du Département de la Gironde, attendaient cette délégation venue de Dordogne. Car le sauvetage de cette ligne Libourne Bergerac Sarlat, c'est avant tout le résultat de la mobilisation et l'implication financière des collectivités territoriales.

65 kilomètres refaits à neuf pour 83,4 millions d'euros


Ce chantier de neuf mois d'un montant de 83,4 millions d'euros a concerné la rénovation complète de 65 kilomètres de rails, 72 passages à niveau et le ballast refaits à neuf. "Ces travaux, il fallait les faire : c'était une nécessité absolue. Nous avons fait du service public et de l'aménagement du territoire nos priorités. Ces travaux garantissent la pérennisation de cette ligne, vitale pour de nombreux territoires ruraux.  Les trains circulaient à 40 km/h en raison de la vétusté des infrastructures. Dès le 15 décembre, les 3000 usagers de la ligne vont pouvoir assister à un retour à la vitesse de 120 km / h. Grâce à une nouvelle organisation des circulations, 25 minutes seront gagnées entre Bordeaux et Sarlat et 6 minutes sur le trajet Bergerac Libourne. C'est un effort considérable de la Région, nous avons participé à 42 % et fait l'avance de la partie État, explique Alain Rousset, le président du Conseil régional Nouvelle-Aquitaine. 
La ligne a rouvert le 30 septembre dernier à la grande satisfaction des élus des territoires concernés. "Les Bergeracois attendaient la fin du chantier avec impatience. Certains travaillent sur la métropole bordelaise, ou à Libourne. Cette ligne est très fréquentée par de nombreux scolaires, des étudiants, mais aussi de nombreuses personnes qui ont des rendez vous médicaux à Bordeaux. Globalement, c'est une satisfaction même si il y a une demande d'horaires plus tardifs le soir, et le week-end end, souligne le maire de Bergerac, Daniel Garrigue. La ligne Bordeaux-Bergerac-Sarlat est la 6e ligne la plus fréquentée de la région Nouvelle-Aquitaine avec plus de 3 000 usagers par jour (chiffres de 2018).

Des travaux trop chers ?

14 communautés de communes ou d'agglomération ont mis la main au porte-monnaie. "Nous n'avions pas le choix de participer financièrement, sinon, on perdait la ligne, estime Jean-Marie Brunat, maire du Vernon en Bergeracois. Notre communauté de communes a participé à hauteur de 407 000 euros alors que le transport ne fait pas partie de nos attributions. Nous avons privilégié le service à nos populations et le train est un service public vital pour nos villages où la population est vieillissante et n'a plus souvent les capacités physiques de faire de longs trajets en voiture.  Un avis également partagé par son collègue maire de Couze Saint Front. Lors de l'inauguration, de nombreux élus, notamment les présidents du Département de la Gironde et de la Dordogne ont réaffirmé l’importance des infrastructures routières et ferroviaires pour le développement des territoires ruraux, ceux du Pays Foyen, du Libournais ou encore ceux du Bergeracois ou du pays des Bastides, où prédomine souvent le sentiment d'abandon. Jean Luc Gleyze a évoqué à cette occasion, le nécessaire désenclavement du Médoc. 
Certains s'interrogent cependant sur le coût exorbitant du chantier, notamment le président de la Région : "Il va falloir sans doute que la SNCF retravaille son logiciel de travaux. Sur une ligne comme celle ci, où l'on fait passer des TER, on n'a pas peut être pas besoin des travaux aussi coûteux, comme ci on faisait passer des TGV. Elle commence à le faire, car c'est ce qu'on lui demande. Ensuite, il faudrait que la SNCF soit plus flexible sur les horaires. Le réseau est complexe, mais il n'est pas normal qu'il faille de dix-huit mois à deux ans, pour modifier un horaire. On a besoin d'ajuster les horaires au besoin des populations. Il faut qu'on pense également au confort, et à la sécurité, mais aussi désormais à la motorisation électrique, par hydrogène par exemple. C'est l'un des vrais défis de demain," indique Alain Rousset. Le président de la Région a également réagi au rapport de la cour des comptes "On voit dans ce rapport une Cour des comptes qui partage le même avis que les régions, : les travaux coûtent trop chers. Il y a beaucoup de retard sur ces travaux de régénération. Il y a certes des progrès. Ce que l'on doit faire aujourd'hui, me semble t-il c'est qu'on aille jusqu'au bout de la démarche de décentralisation des TER, y compris sur les infrastructures. Le coût d'ingénierie de la SNCF sur les travaux ferroviaires se situe entre 25 % et 40 %,".  C'est aussi ce que pointe le rapport.

Jean-Baptiste Djebari, secrétaire d'état aux transports à bord du TER de 10 h 16 au départ de Bergerac

L'attachement aux petites lignes

Lors cette inauguration, Jean-Baptiste Djebbari, a réaffirmé son attachement aux "petites lignes" rurales mais pas forcément sous le modèle des trains TER. "Il faut être inventif. On va par exemple développer des filères de trains plus légers et moins chers à fabriquer". D'ailleurs, elles existent déjà et elles pourraient être utilisées par exemple sur des lignes telles que Limoges et Brive via Saint-Yriex , a expliqué Jean-Baptiste Djebbari. "Nous allons mener des expérimentations pour voir si elles remplissent leurs fonctions  avec des réponses d’ici dix-huit mois". Pour la ligne Agen-Périgueux, Jean-Baptiste Djebbari confirme qu’elle ne sera pas fermée et "étudie la solution la plus adéquate pour les travaux."

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
3887
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !