Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/01/20 : Ancien ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot a accepté de parrainer la 36e édition du Biarritz Quiksilver Maïder Arosteguy du 10 au 13 avril et placée sous le signe de l'Environnement. De nombreux invités dont Justine Dupont.

23/01/20 : A Montignac (24), le maire sortant Laurent Mathieu (ex UMP) et le conseiller départemental socialiste Christian Teillac ont décidé de faire liste commune pour les prochaines élections municipales. Ils étaient adversaires lors du scrutin de 2014.

23/01/20 : Elu sénateur en 2008, le socialiste Claude Bérit-Debat a annoncé lors de ses voeux qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat en septembre. Il a été maire de Chancelade de 1992 à 2009 et a présidé l'agglomération de Périgueux de 2001 à 2014.

22/01/20 : L'élu EELV et adjoint PS à la mairie de Mérignac Gérard Chausset a annoncé son ralliement à la liste du maire sortant, Alain Anziani, dans la course aux municipales. Il entraîne avec lui une dizaine de personnes, dont des anciens EELV.

22/01/20 : Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Economie et des Finances, visitera deux sites industriels à Pessac jeudi 23 janvier avant de signer à Bordeaux le protocole d’accord « Territoires d’industrie » de la Région.

22/01/20 : Le maire de Bayonne et président de la Communauté territoriale Pays basque aux 158 communes Jean-René Etchegaray, 67 ans, avocat, a annoncé ce mardi, qu'il repartait pour un nouveau mandat municipal. Avec une nouvelle donne.

20/01/20 : Charente: La DDT organise une réunion d’information sur les aides animales de la PAC, en présence de l’ensemble des partenaires, ce mercredi à 10h à l'amphithéâtre de la communauté de communes Charente Limousine, rue fontaine des jardins à Confolens.

20/01/20 : La Rochelle se classe 3e du classement des villes et villages où il fait bon vivre par l'association éponyme, paru dans le JDD hier.

19/01/20 : La candidate socialiste aux municipales de Périgueux, Delphine Labails multiplie les soutiens nationaux : elle accueillera deux anciens ministres, Najat Vallaud Belkacem, le 22 janvier et l'ancien premier ministre Bernard Cazeneuve, le 8 février

17/01/20 : Le conseiller départemental PS Sébastien Saint-Pasteur a annoncé ce mercredi sa candidature aux prochaines municipales à Pessac, où il conduira la liste "Réinventons Pessac". La composition de sa liste est attendue pour février.

16/01/20 : A partir du 27 janvier, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine centralise ses lignes téléphoniques pour proposer un numéro unique pour tous les départements : 09 69 37 00 33 afin de proposer "une réponse plus efficace et plus personnalisée

16/01/20 : Suite au courrier de réponse de la Garde des Sceaux, "courrier qui ne répond nullement aux attentes des avocats", le Conseil de l'Ordre de Bordeaux a décidé la reconduction de la grève avec un rassemblement le 17 janv à 10h30 devant la Cour d'Appel

16/01/20 : Angoulême: le festival international de la BD a dévoilé les 3 noms en lice pour le grand prix : Emmanuel Guibert, Catherine Meurisse et Chris Ware, suite au vote des professionnels organisé entre le 7 et le 12/01. Le lauréat sera connu le 29 janvier.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/01/20 | Relance du projet de liaison routière entre La Rochelle et La Roche-sur-Yon

    Lire

    Les présidents et sénateurs des départements de Vendée et de Charente-Maritime ont rencontré ce jeudi Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d'Etat en charge des Transports, rappeler les engagements de l'Etat pris par Vals en 2015 pour accompagner la création d'une nouvelle liaison autoroutière entre Fontenay le Comte et Rochefort. Djebbari a proposé d'étudier 2 options : un projet autoroutier ou un tracé reprenant prioritairement les itinéraires existants. Une réunion est prévue d'ici fin mars.

  • 25/01/20 | Niort : Jérome Baloge retourne en campagne.

    Lire

    Le maire Jérôme Baloge (PRG) a annoncé vendredi soir qu'il était candidat à sa succession aux prochaines municipales. Il dévoilera les grandes lignes de son projet dans un courrier à ses administrés et à travers des réunions publiques à partir de début février. Une inauguration de sa permanence est prévue ce mardi 28 janvier. Le 15 mars prochain, sa liste "Niort tous ensemble" affrontera dans les urnes une liste RN, une PS "Niort en +", une EELV "Niort Citoyenne, écologique et solidaire".

  • 24/01/20 | Retraites: mobilisation toujours importante en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Septième journée de manifestations contre la réforme avec une mobilisation élevée en Nouvelle-Aquitaine : 7500 personnes à Bordeaux selon la préfecture, 2000 à Périgueux, 3000 à La Rochelle, un millier à Saintes, 750 à Rochefort, 1500 à Angoulême gilets jaunes en tête, 3000 à Bayonne, 4000 à Pau, 1500 à Mont de Marsan, un millier à Agen, 2000 à Niort, 3000 à Poitiers 600 à Châtellerault, 1200 à Brive, 700 à Guéret.

  • 24/01/20 | Les magasins C&A de Boulazac (24), Pessac et Villenave d'Ornon (33) menacés de fermeture

    Lire

    La direction de C&A a annoncé 30 fermetures de magasins en France lors d’un comité central d’entreprise. Force Ouvrière a communiqué la liste des magasins qui devraient fermer. Trois sont situés dans la région, Pessac et Villenave d’Ornon et celui de Boulazac (24). Installé sur la zone du Ponteix, le magasin de Boulazac fait partie des enseignes historiques de cette zone. Il a ouvert ses portes en 2004. En avril dernier, 14 magasins de l'enseigne avaient déjà fermé en France.

  • 24/01/20 | Ouverture des inscriptions pour Biblio Gironde

    Lire

    Biblio Gironde organise avec 50 bibliothèques du département "Lire, élire...2020". Ainsi, les jeunes âgés de 6 à 16 ans, s'ils le souhaitent, sont invités à s'inscrire avant le 31 janvier pour voter du 2 au 21 juin prochain. Ce concours a pour objectif d'inciter les jeunes à la lecture. Les participants recevront un chèque lire. La sélection des livres est à retrouver ici

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Bergerac – Libourne :Le train est vital pour les territoires ruraux de Dordogne et de Gironde

25/10/2019 | Après neuf mois de travaux, Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d'état aux transports a inauguré ce vendredi le retour des trains entre Libourne et Bergerac.

Le secrétaire d'état aux transports, au coté d'Alain Rousset et des présidents de  Département de Dordogne et de Gironde a inauguré la ligne Bergerac Libourne

Ce vendredi 25 octobre, le secrétaire d'état aux transports, Jean-Baptiste Djebbari est monté à bord du TER de 10 h 16 en gare de Bergerac, direction Libourne pour l'inauguration officielle de cette ligne dont la circulation des trains a été interrompue pendant les neuf mois de chantier. La réouverture est intervenue le 30 septembre à la satisfaction des 3000 usagers quotidiens. Pour réaliser les travaux 83,4 millions d’euros ont été investis par l’État, SNCF Réseaux, la Région à hauteur de 42 %, les 14 collectivités concernées par le trajet, et les départements de la Dordogne et de la Gironde.

Jean Baptiste Djebbari, secrétaire d'état aux transports, accompagné d'Alain Rousset, président du Conseil régional,  Germinal Peiro, président du conseil départemental de la Dordogne, de parlementaires et d'élus locaux, sont montés dans le train de 10 h 16 ce vendredi  25 octobre, au départ  de Bergerac  en direction de Libourne afin de lancer la ligne TER rénovée. En gare de Libourne, de nombreux élus du Libournais et Jean Luc Gleyze, le président PS du Département de la Gironde, attendaient cette délégation venue de Dordogne. Car le sauvetage de cette ligne Libourne Bergerac Sarlat, c'est avant tout le résultat de la mobilisation et l'implication financière des collectivités territoriales.

65 kilomètres refaits à neuf pour 83,4 millions d'euros


Ce chantier de neuf mois d'un montant de 83,4 millions d'euros a concerné la rénovation complète de 65 kilomètres de rails, 72 passages à niveau et le ballast refaits à neuf. "Ces travaux, il fallait les faire : c'était une nécessité absolue. Nous avons fait du service public et de l'aménagement du territoire nos priorités. Ces travaux garantissent la pérennisation de cette ligne, vitale pour de nombreux territoires ruraux.  Les trains circulaient à 40 km/h en raison de la vétusté des infrastructures. Dès le 15 décembre, les 3000 usagers de la ligne vont pouvoir assister à un retour à la vitesse de 120 km / h. Grâce à une nouvelle organisation des circulations, 25 minutes seront gagnées entre Bordeaux et Sarlat et 6 minutes sur le trajet Bergerac Libourne. C'est un effort considérable de la Région, nous avons participé à 42 % et fait l'avance de la partie État, explique Alain Rousset, le président du Conseil régional Nouvelle-Aquitaine. 
La ligne a rouvert le 30 septembre dernier à la grande satisfaction des élus des territoires concernés. "Les Bergeracois attendaient la fin du chantier avec impatience. Certains travaillent sur la métropole bordelaise, ou à Libourne. Cette ligne est très fréquentée par de nombreux scolaires, des étudiants, mais aussi de nombreuses personnes qui ont des rendez vous médicaux à Bordeaux. Globalement, c'est une satisfaction même si il y a une demande d'horaires plus tardifs le soir, et le week-end end, souligne le maire de Bergerac, Daniel Garrigue. La ligne Bordeaux-Bergerac-Sarlat est la 6e ligne la plus fréquentée de la région Nouvelle-Aquitaine avec plus de 3 000 usagers par jour (chiffres de 2018).

Des travaux trop chers ?

14 communautés de communes ou d'agglomération ont mis la main au porte-monnaie. "Nous n'avions pas le choix de participer financièrement, sinon, on perdait la ligne, estime Jean-Marie Brunat, maire du Vernon en Bergeracois. Notre communauté de communes a participé à hauteur de 407 000 euros alors que le transport ne fait pas partie de nos attributions. Nous avons privilégié le service à nos populations et le train est un service public vital pour nos villages où la population est vieillissante et n'a plus souvent les capacités physiques de faire de longs trajets en voiture.  Un avis également partagé par son collègue maire de Couze Saint Front. Lors de l'inauguration, de nombreux élus, notamment les présidents du Département de la Gironde et de la Dordogne ont réaffirmé l’importance des infrastructures routières et ferroviaires pour le développement des territoires ruraux, ceux du Pays Foyen, du Libournais ou encore ceux du Bergeracois ou du pays des Bastides, où prédomine souvent le sentiment d'abandon. Jean Luc Gleyze a évoqué à cette occasion, le nécessaire désenclavement du Médoc. 
Certains s'interrogent cependant sur le coût exorbitant du chantier, notamment le président de la Région : "Il va falloir sans doute que la SNCF retravaille son logiciel de travaux. Sur une ligne comme celle ci, où l'on fait passer des TER, on n'a pas peut être pas besoin des travaux aussi coûteux, comme ci on faisait passer des TGV. Elle commence à le faire, car c'est ce qu'on lui demande. Ensuite, il faudrait que la SNCF soit plus flexible sur les horaires. Le réseau est complexe, mais il n'est pas normal qu'il faille de dix-huit mois à deux ans, pour modifier un horaire. On a besoin d'ajuster les horaires au besoin des populations. Il faut qu'on pense également au confort, et à la sécurité, mais aussi désormais à la motorisation électrique, par hydrogène par exemple. C'est l'un des vrais défis de demain," indique Alain Rousset. Le président de la Région a également réagi au rapport de la cour des comptes "On voit dans ce rapport une Cour des comptes qui partage le même avis que les régions, : les travaux coûtent trop chers. Il y a beaucoup de retard sur ces travaux de régénération. Il y a certes des progrès. Ce que l'on doit faire aujourd'hui, me semble t-il c'est qu'on aille jusqu'au bout de la démarche de décentralisation des TER, y compris sur les infrastructures. Le coût d'ingénierie de la SNCF sur les travaux ferroviaires se situe entre 25 % et 40 %,".  C'est aussi ce que pointe le rapport.

Jean-Baptiste Djebari, secrétaire d'état aux transports à bord du TER de 10 h 16 au départ de Bergerac

L'attachement aux petites lignes

Lors cette inauguration, Jean-Baptiste Djebbari, a réaffirmé son attachement aux "petites lignes" rurales mais pas forcément sous le modèle des trains TER. "Il faut être inventif. On va par exemple développer des filères de trains plus légers et moins chers à fabriquer". D'ailleurs, elles existent déjà et elles pourraient être utilisées par exemple sur des lignes telles que Limoges et Brive via Saint-Yriex , a expliqué Jean-Baptiste Djebbari. "Nous allons mener des expérimentations pour voir si elles remplissent leurs fonctions  avec des réponses d’ici dix-huit mois". Pour la ligne Agen-Périgueux, Jean-Baptiste Djebbari confirme qu’elle ne sera pas fermée et "étudie la solution la plus adéquate pour les travaux."

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
4752
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !