Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

11/01/21 : Le 18/01 à 18h le MEF 33, le Centre Europe Direct Bordeaux-Aquitaine et les Jeunes Européens Bordeaux organisent un webinaire le "Plan de Relance et budget européens: Où va l'Europe?" Commission et Parlement européens, et la Région seront représentés+ d'info

08/01/21 : Influenza aviaire - la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques annonce désormais 159 communes en zone réglementée en lien avec 2 foyers dans des élevages de palmipèdes à Baigts-de-Béarn et Préchacq-Navarrenx et 4 suspicions fortes à Arget, Lichos et Garlin

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

19/12/20 : Le Biarrot Jacques Lajuncomme-Hirigoyen, 64 ans, est le nouveau président de la Fédération française de surf. Il succède à Jean-Luc Arassus, élu en 2005 . Il sera le président qui inaugurera l'entrée du surf à Tokio, mais aussi aux JO 2024 à Teahupoo.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/01/21 | Divagation d'ours : le tribunal de Pau annule 20 arrétés municipaux

    Lire

    A l'automne 2018, 20 maires des Pyrénées-Atlantiques ont pris des arrêtés interdisant la divagation des ours sur le territoire de leur commune. Déférés devant le tribunal administratif de Pau, ces arrêtés viennent d'être annulés par le juge considérant d'une part qu'"aucune circonstance particulière ne mettait en évidence les dangers auxquels les personnes ou les biens seraient exposés en raison de la présence d’ours sur le territoire" et d'autre part que ces arrêtés "ne précisaient pas les mesures susceptibles d’être prises dans l’hypothèse où, malgré l’interdiction, la divagation d’ours serait néanmoins constatée".

  • 20/01/21 | Rive droite bordelaise : les élus demandent un deuxième centre de vaccination

    Lire

    Les maires du Grand Projet des Villes rive droite - Bassens, Cenon, Floirac et Lormont - estiment que « le centre de vaccination de la clinique Bordeaux Tondu à Floirac ne suffira pas si on veut proposer un service efficace ». Selon eux, la problématique des transports pourrait dissuader les habitants de Bassens, Carbon-Blanc, Ambès ou encore Ambarès-et-Lagrave. Ainsi, les élus demandent l'ouverture d'un centre de vaccination à Lormont, « permettant aussi de soulager les soignants ».

  • 20/01/21 | La MONA change de gouvernance

    Lire

    Après son directeur pendant l'été 2020, la Mission des Offices de Tourisme de Nouvelle-Aquitaine (MONA) change de président. En effet, Nicolas Martin, directeur de l'office de tourisme du Pays Basque a pris cette fonction ce mardi 19 janvier. Il succède à la landaise Frédérique Dugény, présidente de la Mona dix-sept ans durant. Mona est un réseau de 171 organismes de tourisme, représentant plus de 1 400 salariés.

  • 20/01/21 | Gironde : le Département a lancé sa campagne de vaccination

    Lire

    Elle a débuté le 18 janvier. Le Conseil départemental de Gironde commence à vacciner les personnels soignants et les publics prioritaires à la Maison du Département de la Promotion de la Santé (2 Rue du Moulin Rouge, à Bordeaux). Ainsi, les personnels soignants de plus de 50 ans, ceux présentant des signes de comorbidité et les personnes de 75 ans et plus peuvent s'inscrire sur Doctolib pour se faire vacciner dans l'établissement public, « dans l'attente de la mise en place d'autres centres de vaccination sur la Métropole et le département », indique la collectivité.

  • 19/01/21 | L'UIMM Adour organise une semaine de l'apprentissage dans l'industrie

    Lire

    Du 25 au 30 janvier, les pôles formations de l'Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie ouvrent leurs portes du 25 au 30 janvier pour inviter à découvrir les métiers de l'industrie. L'UIMM Adour met ainsi ses métiers en valeur, alors même que l'État a lancé le programme 1 jeune 1 solution dans le cadre de France Relance pour aider les entreprises à recruter des apprentis. Au Pôle formation Adour, 580 apprentis ont choisi la filière industrie pour un taux d'insertion de 86%.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Bergonié: Une rencontre pour faire le point sur les cancers de la femme

16/12/2019 | C'est dans le Pôle Josy Reiffers qu'a eu lieu cette rencontre qui a rassemblé plus d'une centaine de médecins.

Bergonié une

C'est dans le Pôle Josy Reiffers, inauguré le 24 octobre dernier, qu'ont eu lieu les actualités 2019 organisées par l'Institut Bergonié, Centre de Lutte Contre le Cancer (CLCC) de la région Nouvelle-Aquitaine et basé à Bordeaux. Une rencontre dont l'objectif était de transmettre aux praticiens présents un maximum d'informations et à laquelle ont assisté une centaine de médecins, avec pour thématique, cette année, le cancer de la femme : cancer du sein et cancer gynécologique. Un sujet que les intervenants ont abordé notamment au travers de la question de la fréquence du dépistage, de celle du lien entre le traitement hormonal de la ménopause et le cancer du sein et enfin le problème de la surveillance alternée de ce cancer en 2019.

« Où en est cet incroyable feuilleton des années 60 dont le but ambitieux était de réduire la mortalité par cancer du sein de 30% sous réserve d'une participation suffisante des femmes ? », interroge d'emblée le Dr Martine Boisserie-Lacroix, radiologue spécialisée en imagerie médicale à Bergonié. Un taux de participation, qui, comme le rappelle la scientifique, n'a jamais atteint les recommandations européennes et connaît même une baisse généralisée, ce qui risque, à terme, d'altérer son efficacité. En cause ? « les effets potentiellement délétères du dépistage, d'ailleurs difficiles à mesurer », précise le Dr Boisserie-Lacroix. Un dépistage qui doit être organisé et évalué. « Or, le rapport récent de Santé Publique France montre que nos indicateurs sont bons. Le taux de cancers détectés en France est de 7 pour 1000, au delà des recommandations européennes de 5 pour 1000 », poursuit-elle, mentionnant cependant un important bémol : l'impossibilité, en France, d'évaluer la réduction de la mortalité. Une mortalité réévaluée et revue à la baisse mais dont il faudra au moins vingt ans pour apprécier le bénéfice.

Une concertation citoyenne pour le dépistage

Quant au dépistage, il demeure essentiel ; Une concertation citoyenne ayant d'ailleurs été mise en place dans l'Hexagone en 2016 pour des recherches pathologiques plus personnalisées. Dès lors, 500 femmes sont interrogées et deux consultations (à 25 et 50 ans) sont programmées pour établir un risque éventuel. Un dépistage d'ailleurs aujourd'hui régionalisé pour une plus grande homogénéité dans tous les départements et la mise en place de registres nationaux. Restent les questions précisément liées au mode de dépistage. « Les clichés que l'on envoie sont en 2 D. Or les scénographes sont de plus en plus équipés de la tomosynthèse (mammographie en 3D au lieu du 2D classiquement utilisé pour le dépistage du cancer du sein) qui reconstruit en coupes fines de 1 millimètre. Des programmes de dépistage des essais montrent que le taux de détection avec la tomosynthèse est très supérieur au 2D mais elle n'est plus acceptée en raison de la sur-irradiation et du contrôle de qualité qui, bien qu'existant, n'est pas mis en place. Le dépistage continue et les réflexions qui se font sont autour de la révolution sociétale qu'est le numérique. Le débat académique est sans fin et le public veut ''mieux'' plutôt que ''davantage'' », poursuit-elle. C'est dans ce contexte que vient de s'ouvrir une étude américaine sur le dépistage, basée sur la mesure du risque. Son nom ? My Pebs (My Personal Breast Screening). Programmée dans cinq pays (la France, l'Italie, la Belgique, l'Angleterre et Israël), elle concerne 85 000 femmes âgées de 40 à 70 ans, dont 20 000 en France réparties sur 30 départements. « L'intérêt est que cette étude offre un dépistage qui est plus pertinent puisque l'échelle des risques est affinée. Elle permet aussi de réduire les inconvénients du dépistage chez les femmes à faible risque (ne pas faire trop de mammographies) et d'améliorer le rapport bénéfice/risque. Elle permettra des recommandations pour organiser plus efficacement le dépistage en Europe. Cela nous oblige aussi, nous soignants, à communiquer sur le risque et à être persuasifs pour que les femmes adhèrent. », poursuit-elle.

L'influence du traitement hormonal de la ménopause sur le cancer du sein

Autre question et non des moindres, l'influence du Traitement Hormonal de la Ménopause (THM) sur le cancer du sein a également été abordée lors de cette rencontre et ce, au travers de la dernière méta-analyse du Lancet. « Cela fait de nombreuses années que la notion de sur-risque de cancer du sein pour les patientes qui sont sous THM est connue », précise le Professeur Hervé Bonnefoi, oncologue à Bergonié. « De nombreuses études individuelles ont déjà été publiées mais la valeur ajoutée de cette nouvelle méta-analyse, c'est que là, on a un bien plus grand nombre de femmes concernées. Ce qui va nous permettre de mieux étudier l'effet des différents types d'hormonothérapies sur le cancer, ainsi que la durée et l'évolution du risque après arrêt de la THM », poursuit-il. Une étude qui s'est déroulée de 1992 à 2018 et qui incluait 95000 femmes sous THM avec un âge moyen de 50 ans. La durée moyenne du traitement en cours était de 10 ans et la durée moyenne pour celles qui avaient arrêté, de 7 ans. « Pour les patientes qui ont reçu un THM avec œstrogène seul, l'augmentation du risque relatif est de 1,5 point. Pour celles qui ont reçu œstrogènes et progestérone, l’augmentation du risque est un peu au dessus de 2. Quel que soit l'âge de début du traitement, on observe une augmentation statistiquement significative du risque », précise le scientifique.

Autre question : peut-on affiner les résultats selon la durée du THM ?

« quelle que soit la durée du THM, plus il est long, plus le risque est important. Cette augmentation du risque existe pour le THM avec œstrogènes et pour le THM avec œstrogènes et progestérone. Dans le cas d'un traitement avec œstrogènes seuls, le risque relatif est de 1,43 point et dans le cas d'un traitement avec œstrogènes et progestérone, il passe à 2,26 points. », précise-t-il. Un risque qui semble cependant disparaître avec le temps. Reste que « cinq ans de THM (œstrogènes et progestérone) quotidien, c'est un cancer du sein pour 50 femmes traitées. Le même traitement prescrit de façon intermittente provoquant un cancer pour 60 femmes traitées. Dans le cas d'un traitement à base d'œstrogènes seuls, on remarque un cancer du sein pour 200 femmes traités par THM », poursuit-il. Le médecin insistant, au final, sur le fait que la mise en route et la poursuite d'une méta-analyse chez une femme doit être mûrement réfléchie en mettant à chaque fois en balance pour chaque femme et à chaque consultation, les bénéfices attendus et les risques potentiels parmi lesquels, le cancer du sein.

Bergonié

La surveillance alternée des cancers du sein en 2019 : pourquoi et comment ?

Fort de ce constat, reste la question majeure de la surveillance d'un cancer du sein chez une patiente.

Mais pourquoi une surveillance alternée ?

« Dans les années 1990, des publications italiennes ont montré que faire de multiples examens complémentaires dans la surveillance d'un cancer du sein, n'apportait finalement pas de bénéfice pour les patientes, ni n'augmentait leur taux de guérison lorsque les tumeurs étaient trouvées par ce biais », note le Dr Marc Debled, également oncologue à Bergonié. La surveillance étant alors généralement laissée au médecin généraliste. Une étude, au milieu des années 2000, a d'ailleurs montré que les résultats sont équivalents en terme de dépistage métastatique et de survie entre une surveillance faite dans un centre expert et une surveillance confiée au médecin traitant. Une enquète concernant 280 médecins généralistes de Nouvelle-Aquitaine a parallèlement été réalisée au sein de l'Institut Bergonié. « On observe que 100% d'entre eux ont suivi des patientes ayant été traitées pour un cancer du sein et 55% de ces médecins ont plus de 10% de ces femmes dans leur patientèle. Ce qui constitue une importante activité de suivi », note le spécialiste.

Un suivi qui, selon l'étude, se compose d'une surveillance clinique (90%), d'un soutien psychologique (95%), d'un soutien socio-professionnel (50%) et d'une aide quant à l'impact sur l'identité sexuelle (34%). Quant à la fréquence des examens cliniques (mammaires et ganglionnaires) : 48% le font une fois par an, 35% le font plus d'une fois par an et 17%, moins d'une fois par an.

Également réalisée par Bergonié, une seconde étude datant de 2015 s'est chargée d'interroger les patientes après sept ans de suivi. Certaines étant suivies par leur gynécologue seul, d'autres par leur médecin traitant ou leur oncologue seul, d'autres encore par deux d'entre eux ou encore par les trois. Une surveillance au final essentiellement réalisée par les gynécologues (66%), (contre 20% à 25% par les généralistes) et constituée majoritairement d'un examen mammaire (82% des patientes disent qu'on leur en a fait un dans l'année qui s'est déroulée). A noter que sept ans après, les patientes ont toujours des mammographies régulières puisque 85% se la font faire une fois par an.

Mais au final, quelles doivent être, aujourd'hui, les modalités de surveillance ?

« Sur le plan clinique, il faudra, bien sûr, un examen mammaire très important. On va s'alerter devant un type de symptômes particuliers : une douleur que la patiente ne se connaissait pas, qui n'a pas d'explication évidente et qui persiste ou s'aggrave au delà de 15 jours », précise le médecin.

Faut-il faire d'autres examens systématiques ?

« Beaucoup vous diront :" bien sûr ! Ça permettra de limiter l'apparition de symptômes et donc d'éviter que le patient n'arrive à un état très dégradé". Et, c'est vrai qu'il faut surveiller les patientes par des examens complémentaires. Cela dit, des examens de dépistage de la rechute métastatique seront inutiles 8 fois sur 10 car 8 fois sur 10, des patientes traitées pour un cancer du sein, quand elles ne sont pas métastasées au départ, sont guéries. Tous ces examens ne servent donc pas », note le Dr Debled qui précise aussi que les stratégies de dépistage n'ont d'intérêt que si la période de latence pré-symptomatique est longue, permettant ainsi de diagnostiquer des maladies lentement évolutives. « Or, si on fait des examens complémentaires qui vont nous permettre de faire plus tôt le diagnostique de la maladie métastatique à une phase asymptomatique, on est délétère sur un certain plan car on va anticiper l'annonce d'une maladie incurable chez une personne qui n'a pas de symptômes et donc, altérer sa qualité de vie ».

Un point de vue d'ailleurs adopté par certains organismes de santé puisqu'en 2012, la société américaine de cancérologie a recommandé cinq moyens de faire des économies et parmi eux, le fait d'arrêter de faire des examens complémentaires de surveillance d'un cancer du sein opéré.

« Aucune donnée ne dit qu'il faut faire des examens complémentaires autres que ceux dont on a parlé dans la surveillance. Et la patiente doit être avertie qu'on ne fera pas d'examen complémentaire en plus d'un bilan mammaire annuel dont l'objectif est de trouver quelque chose qui est accessible à la guérison. L'essentiel de la consultation de surveillance étant avant tout de rassurer », conclut-il.

Emmanuelle Diaz
Par Emmanuelle Diaz

Crédit Photo : ED

Partager sur Facebook
Vu par vous
5464
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !