23/09/22 : La compagnie aérienne des capitales régionales européennes Volotéa enregistre une progression de 24% du nombre de ses vols par rapport à l'an dernier. A Bordeaux, 195 000 passagers ont été transportés entre juin et août soit une hausse de 27%.

19/09/22 : Dans le cadre d'Octobre rose, la Chambre de métiers et de l’artisanat de Nouvelle-Aquitaine et les Chambres départementales se mobilisent au côté de la Ligue contre le cancer. 250 agents sont inscrits à différentes courses organisées dans la région.

16/09/22 : L’incendie dans le secteur de Saumos est fixé depuis jeudi après-midi. La surface brûlée est réévaluée à 3400 hectares. Les personnes n'habitant pas sur les zones brûlées, 1700 sur plus de 1800 évacuées, ont pu regagner leur domicile.

15/09/22 : L'incendie de Saumos n'a pas progressé dans la nuit de mercredi à jeudi stagnant à plus 3700 ha. En raison d'une très faible visibilité due aux fumées et au brouillard, la préfecture appelle les automobilistes du secteur à la prudence.

14/09/22 : A Saumos, le feu a légèrement progressé cette nuit et dans la matinée, portant la surface totale brûlée à plus de 3600 ha. Jusqu’à 1000 pompiers sont mobilisés au plus fort de la journée ainsi que 6 Canadairs, 3 Dash et 2 hélicos bombardiers d’eau

14/09/22 : L'incendie dans le secteur de Saumos, a continué de progresser dans la journée détruisant plus de 3200 ha. 900 pompiers sont engagés dans ce combat contre le brasier qui a nécessité l'évacuation de 840 personnes et la fermeture de plusieurs routes.+ d'info

13/09/22 : Sur le secteur de Saumos (33), l'incendie démarré hier après-midi a parcouru 1 300 ha cette nuit. Les 340 pompiers déjà engagés vont être rejoints par des renforts d’autres départements. 2 Canadairs, 1 Dash et 3 hélicos bombardiers d’eau interviennent

06/09/22 : L'alerte "baïnes" est confirmé ces 6 et 7 septembre sur le littoral néo-aquitain. En Charente-Maritime, 5 communes sont particulièrement ciblées : Le-Grand-Village-Plage, Saint-Georges-d’Oléron, Saint-Trojan-les-Bains, La Tremblade et Les Mathes.

01/09/22 : Eric Spitz, préfet des Pyrénées-Atlantiques est nommé ce 1er septembre haut-commissaire de la République en Polynésie française. Il est arrivé à Pau en janvier 2019, notamment pour préparer le G7 qui s'est réuni en août 2019 à Biarritz.

31/08/22 : La première rentrée scolaire de l’Institut de formation d’auxiliaires de puériculture (IFAP) a lieu ce mercredi 31 août à l'hôpital Garderose à Libourne. 23 places supplémentaires sont ainsi créées par la région pour accéder à cette formation.

26/08/22 : Le niveau de ressource en eau reste faible en Pyrénées-Atlantiques. 95 communes de l'agglomération Pays basque passent en situation de crise. L'arrosage des terrains de sport et golfs est limité à deux fois par semaine, et interdit par ailleurs.

25/08/22 : En cette année jacquaire 2022, le Département des Pyrénées-Atlantiques et plusieurs associations locales proposent un cycle de huit ciné-débats. Entrée libre et gratuite. Ouverture avec le film « Rosy » au cinéma Le Méliès à Pau, lundi 29 août à 20h30.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/09/22 | L'usine Magna de Blanquefort vendue à un groupe industriel allemand

    Lire

    La section syndicale CGT de l'usine Magna Powertrain (ex Ford) de Blanquefort (Gironde) annonce que la direction a indiqué ce vendredi 23 septembre en réunion extraordinaire du CSE, la vente de l'usine à Mutares, un groupe industriel allemand spécialisé dans le rachat d'entreprises en difficulté. "Ce rachat prend effet au 1er janvier prochain et laisse peu de temps pour agir pour notre avenir" déplore le syndicat qui n'a pas d'autre information. Un nouveau CSE extraordinaire est prévu le 29 septembre.

  • 23/09/22 | Un salon du bien être ce week-end à Périgueux

    Lire

    La 9e édition du salon du bien être, est organisée à la Filature de l'Isle de Périgueux, samedi 24 et dimanche 25 septembre de 10 h à 19 h. Quatre-vingt professionnels pratiquant le yoga, le coaching, la relaxation, la réflexologie sont attendus. Cet événement est dédié aux thérapies brèves et médecines naturelles. Dix-huit conférences et une quarantaine de séances seront proposées pour tester les différentes techniques. Entrée : 4 euros, gratuit pour les moins de 18 ans et les personnes à mobilité réduite.

  • 23/09/22 | Une aide régionale pour la Flow vélo

    Lire

    La Région accompagne les territoires dans la réalisation des aménagements cyclables longues distances favorisant la pratique d'itinérance. Au sein du schéma régional des véloroutes, V92 - Flowvélo est un itinéraire reliant sur 290 km l'Ile d'Aix (17) à Thiviers (24). Sur la section Javerlhac - Nontron (24), le tracé proposé prévoit de réutiliser l'emprise de l'ancienne voie ferrée. Ainsi, sur les 11 km de cette section, 9 km pourront être aménagés en voie verte et permettront de se connecter à la Charente. Ce projet est financé par la Région à hauteur de 247 356,75 euros.

  • 23/09/22 | La CdC La Rochefoucauld Porte du Périgord se végétalise

    Lire

    Afin de préserver et restaurer la biodiversité du territoire, la Communauté de communes La Rochefoucauld Porte du Périgord et ses 27 communes membres vont implanter dans les communes des semences fleuries de la marque « végétal d’origine locale ». Des actions de végétalisation vont aussi être entreprises sur les emprises publiques avec la plantation de haies bocagères ou fruitiers. Des plantations vont être réalisées enfin dans les trouées existantes le long de la Coulée d’Oc, afin d'assurer la continuité écologique de cette voie verte de 21 km.

  • 22/09/22 | Smurfit Kappa va mener des travaux pour son efficacité énergétique

    Lire

    Le groupe Smurfit Kappa, leader mondial dans la fabrication de papier pour emballage, va mener des travaux portant sur la consommation d'énergie fossile de son site de Biganos. En effet, malgré un approvisionnement énergétique d'origine biomasse en très grande majorité (l’entreprise utilise comme matière première les sous-produits de la forêt d'Aquitaine), une consommation importante en gaz naturel demeure dans le four à chaux du site.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Bergonié: Une rencontre pour faire le point sur les cancers de la femme

16/12/2019 | C'est dans le Pôle Josy Reiffers qu'a eu lieu cette rencontre qui a rassemblé plus d'une centaine de médecins.

1

C'est dans le Pôle Josy Reiffers, inauguré le 24 octobre dernier, qu'ont eu lieu les actualités 2019 organisées par l'Institut Bergonié, Centre de Lutte Contre le Cancer (CLCC) de la région Nouvelle-Aquitaine et basé à Bordeaux. Une rencontre dont l'objectif était de transmettre aux praticiens présents un maximum d'informations et à laquelle ont assisté une centaine de médecins, avec pour thématique, cette année, le cancer de la femme : cancer du sein et cancer gynécologique. Un sujet que les intervenants ont abordé notamment au travers de la question de la fréquence du dépistage, de celle du lien entre le traitement hormonal de la ménopause et le cancer du sein et enfin le problème de la surveillance alternée de ce cancer en 2019.

« Où en est cet incroyable feuilleton des années 60 dont le but ambitieux était de réduire la mortalité par cancer du sein de 30% sous réserve d'une participation suffisante des femmes ? », interroge d'emblée le Dr Martine Boisserie-Lacroix, radiologue spécialisée en imagerie médicale à Bergonié. Un taux de participation, qui, comme le rappelle la scientifique, n'a jamais atteint les recommandations européennes et connaît même une baisse généralisée, ce qui risque, à terme, d'altérer son efficacité. En cause ? « les effets potentiellement délétères du dépistage, d'ailleurs difficiles à mesurer », précise le Dr Boisserie-Lacroix. Un dépistage qui doit être organisé et évalué. « Or, le rapport récent de Santé Publique France montre que nos indicateurs sont bons. Le taux de cancers détectés en France est de 7 pour 1000, au delà des recommandations européennes de 5 pour 1000 », poursuit-elle, mentionnant cependant un important bémol : l'impossibilité, en France, d'évaluer la réduction de la mortalité. Une mortalité réévaluée et revue à la baisse mais dont il faudra au moins vingt ans pour apprécier le bénéfice.

Une concertation citoyenne pour le dépistage

Quant au dépistage, il demeure essentiel ; Une concertation citoyenne ayant d'ailleurs été mise en place dans l'Hexagone en 2016 pour des recherches pathologiques plus personnalisées. Dès lors, 500 femmes sont interrogées et deux consultations (à 25 et 50 ans) sont programmées pour établir un risque éventuel. Un dépistage d'ailleurs aujourd'hui régionalisé pour une plus grande homogénéité dans tous les départements et la mise en place de registres nationaux. Restent les questions précisément liées au mode de dépistage. « Les clichés que l'on envoie sont en 2 D. Or les scénographes sont de plus en plus équipés de la tomosynthèse (mammographie en 3D au lieu du 2D classiquement utilisé pour le dépistage du cancer du sein) qui reconstruit en coupes fines de 1 millimètre. Des programmes de dépistage des essais montrent que le taux de détection avec la tomosynthèse est très supérieur au 2D mais elle n'est plus acceptée en raison de la sur-irradiation et du contrôle de qualité qui, bien qu'existant, n'est pas mis en place. Le dépistage continue et les réflexions qui se font sont autour de la révolution sociétale qu'est le numérique. Le débat académique est sans fin et le public veut ''mieux'' plutôt que ''davantage'' », poursuit-elle. C'est dans ce contexte que vient de s'ouvrir une étude américaine sur le dépistage, basée sur la mesure du risque. Son nom ? My Pebs (My Personal Breast Screening). Programmée dans cinq pays (la France, l'Italie, la Belgique, l'Angleterre et Israël), elle concerne 85 000 femmes âgées de 40 à 70 ans, dont 20 000 en France réparties sur 30 départements. « L'intérêt est que cette étude offre un dépistage qui est plus pertinent puisque l'échelle des risques est affinée. Elle permet aussi de réduire les inconvénients du dépistage chez les femmes à faible risque (ne pas faire trop de mammographies) et d'améliorer le rapport bénéfice/risque. Elle permettra des recommandations pour organiser plus efficacement le dépistage en Europe. Cela nous oblige aussi, nous soignants, à communiquer sur le risque et à être persuasifs pour que les femmes adhèrent. », poursuit-elle.

L'influence du traitement hormonal de la ménopause sur le cancer du sein

Autre question et non des moindres, l'influence du Traitement Hormonal de la Ménopause (THM) sur le cancer du sein a également été abordée lors de cette rencontre et ce, au travers de la dernière méta-analyse du Lancet. « Cela fait de nombreuses années que la notion de sur-risque de cancer du sein pour les patientes qui sont sous THM est connue », précise le Professeur Hervé Bonnefoi, oncologue à Bergonié. « De nombreuses études individuelles ont déjà été publiées mais la valeur ajoutée de cette nouvelle méta-analyse, c'est que là, on a un bien plus grand nombre de femmes concernées. Ce qui va nous permettre de mieux étudier l'effet des différents types d'hormonothérapies sur le cancer, ainsi que la durée et l'évolution du risque après arrêt de la THM », poursuit-il. Une étude qui s'est déroulée de 1992 à 2018 et qui incluait 95000 femmes sous THM avec un âge moyen de 50 ans. La durée moyenne du traitement en cours était de 10 ans et la durée moyenne pour celles qui avaient arrêté, de 7 ans. « Pour les patientes qui ont reçu un THM avec œstrogène seul, l'augmentation du risque relatif est de 1,5 point. Pour celles qui ont reçu œstrogènes et progestérone, l’augmentation du risque est un peu au dessus de 2. Quel que soit l'âge de début du traitement, on observe une augmentation statistiquement significative du risque », précise le scientifique.

Autre question : peut-on affiner les résultats selon la durée du THM ?

« quelle que soit la durée du THM, plus il est long, plus le risque est important. Cette augmentation du risque existe pour le THM avec œstrogènes et pour le THM avec œstrogènes et progestérone. Dans le cas d'un traitement avec œstrogènes seuls, le risque relatif est de 1,43 point et dans le cas d'un traitement avec œstrogènes et progestérone, il passe à 2,26 points. », précise-t-il. Un risque qui semble cependant disparaître avec le temps. Reste que « cinq ans de THM (œstrogènes et progestérone) quotidien, c'est un cancer du sein pour 50 femmes traitées. Le même traitement prescrit de façon intermittente provoquant un cancer pour 60 femmes traitées. Dans le cas d'un traitement à base d'œstrogènes seuls, on remarque un cancer du sein pour 200 femmes traités par THM », poursuit-il. Le médecin insistant, au final, sur le fait que la mise en route et la poursuite d'une méta-analyse chez une femme doit être mûrement réfléchie en mettant à chaque fois en balance pour chaque femme et à chaque consultation, les bénéfices attendus et les risques potentiels parmi lesquels, le cancer du sein.

Bergonié

La surveillance alternée des cancers du sein en 2019 : pourquoi et comment ?

Fort de ce constat, reste la question majeure de la surveillance d'un cancer du sein chez une patiente.

Mais pourquoi une surveillance alternée ?

« Dans les années 1990, des publications italiennes ont montré que faire de multiples examens complémentaires dans la surveillance d'un cancer du sein, n'apportait finalement pas de bénéfice pour les patientes, ni n'augmentait leur taux de guérison lorsque les tumeurs étaient trouvées par ce biais », note le Dr Marc Debled, également oncologue à Bergonié. La surveillance étant alors généralement laissée au médecin généraliste. Une étude, au milieu des années 2000, a d'ailleurs montré que les résultats sont équivalents en terme de dépistage métastatique et de survie entre une surveillance faite dans un centre expert et une surveillance confiée au médecin traitant. Une enquète concernant 280 médecins généralistes de Nouvelle-Aquitaine a parallèlement été réalisée au sein de l'Institut Bergonié. « On observe que 100% d'entre eux ont suivi des patientes ayant été traitées pour un cancer du sein et 55% de ces médecins ont plus de 10% de ces femmes dans leur patientèle. Ce qui constitue une importante activité de suivi », note le spécialiste.

Un suivi qui, selon l'étude, se compose d'une surveillance clinique (90%), d'un soutien psychologique (95%), d'un soutien socio-professionnel (50%) et d'une aide quant à l'impact sur l'identité sexuelle (34%). Quant à la fréquence des examens cliniques (mammaires et ganglionnaires) : 48% le font une fois par an, 35% le font plus d'une fois par an et 17%, moins d'une fois par an.

Également réalisée par Bergonié, une seconde étude datant de 2015 s'est chargée d'interroger les patientes après sept ans de suivi. Certaines étant suivies par leur gynécologue seul, d'autres par leur médecin traitant ou leur oncologue seul, d'autres encore par deux d'entre eux ou encore par les trois. Une surveillance au final essentiellement réalisée par les gynécologues (66%), (contre 20% à 25% par les généralistes) et constituée majoritairement d'un examen mammaire (82% des patientes disent qu'on leur en a fait un dans l'année qui s'est déroulée). A noter que sept ans après, les patientes ont toujours des mammographies régulières puisque 85% se la font faire une fois par an.

Mais au final, quelles doivent être, aujourd'hui, les modalités de surveillance ?

« Sur le plan clinique, il faudra, bien sûr, un examen mammaire très important. On va s'alerter devant un type de symptômes particuliers : une douleur que la patiente ne se connaissait pas, qui n'a pas d'explication évidente et qui persiste ou s'aggrave au delà de 15 jours », précise le médecin.

Faut-il faire d'autres examens systématiques ?

« Beaucoup vous diront :" bien sûr ! Ça permettra de limiter l'apparition de symptômes et donc d'éviter que le patient n'arrive à un état très dégradé". Et, c'est vrai qu'il faut surveiller les patientes par des examens complémentaires. Cela dit, des examens de dépistage de la rechute métastatique seront inutiles 8 fois sur 10 car 8 fois sur 10, des patientes traitées pour un cancer du sein, quand elles ne sont pas métastasées au départ, sont guéries. Tous ces examens ne servent donc pas », note le Dr Debled qui précise aussi que les stratégies de dépistage n'ont d'intérêt que si la période de latence pré-symptomatique est longue, permettant ainsi de diagnostiquer des maladies lentement évolutives. « Or, si on fait des examens complémentaires qui vont nous permettre de faire plus tôt le diagnostique de la maladie métastatique à une phase asymptomatique, on est délétère sur un certain plan car on va anticiper l'annonce d'une maladie incurable chez une personne qui n'a pas de symptômes et donc, altérer sa qualité de vie ».

Un point de vue d'ailleurs adopté par certains organismes de santé puisqu'en 2012, la société américaine de cancérologie a recommandé cinq moyens de faire des économies et parmi eux, le fait d'arrêter de faire des examens complémentaires de surveillance d'un cancer du sein opéré.

« Aucune donnée ne dit qu'il faut faire des examens complémentaires autres que ceux dont on a parlé dans la surveillance. Et la patiente doit être avertie qu'on ne fera pas d'examen complémentaire en plus d'un bilan mammaire annuel dont l'objectif est de trouver quelque chose qui est accessible à la guérison. L'essentiel de la consultation de surveillance étant avant tout de rassurer », conclut-il.

Emmanuelle Diaz
Par Emmanuelle Diaz

Crédit Photo : ED

Partager sur Facebook
Vu par vous
8253
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !
Jean-Luc Thévenot, délégué départemental du Refuge a hâte d’ouvrir un leiu d’hébergement. Société | 23/09/2022

Les jeunes LGBT+ pourront trouver refuge dans un appartement à Limoges

Les partenaires du dépistage du cancer du sein organisé en Dordogne Société | 16/09/2022

Le dépistage du cancer du sein, c'est toute l'année

Ter Nouvelle Aquitaine en gare de Bordeaux Société | 14/09/2022

Les tops et les flops estivaux des TER de Nouvelle-Aquitaine

L'équipe du CHU était présente ce lundi pour l'habituelle conférence de presse de rentrée. Société | 13/09/2022

Recrutement, canicule, projets : le CHU de Bordeaux tire un bilan positif de l’été

Déménagement Société | 13/09/2022

Dans les territoires ruraux Sud-Aquitains, on aime déménager !

Emmanuel Macron a fait la promesse devant Rémi, la loi sera débattue en 2023 Société | 13/09/2022

Olivier Falorni : « la loi sur la fin de vie, notre ultime liberté, c’est maintenant »

La 1ère promo de 17 étudiants est ravie des conditions d’accueil Société | 12/09/2022

Santé : Saint-Yrieix-la-Perche accueille sa première promo d'élèves infirmiers

Université de Pau Pays de l'Adour Société | 09/09/2022

Bien-être étudiant : l'Université de Pau Pays de l'Adour tire les leçons de la crise sanitaire

Les élèves sont allés à la rencontre d’exploitants agricoles Société | 08/09/2022

A Limoges, les élèves vétérinaires sensibilisés aux besoins des campagnes

L'équipe d'Into The Ride Société | 07/09/2022

Into The Ride : 3 jeunes landais à vélo pour un tour d'Europe écolo

La façade du nouveau bâtiment est équipé d'un brise soleil pour permettre de conserver une température fraîche, même en période de canicule Société | 06/09/2022

Un internat au collège de l’île de Ré pour enrayer la baisse des effectifs

Inauguration du collège Bordeaux-Lac Société | 06/09/2022

Gironde : Six nouveaux collèges pour répondre à la hausse des effectifs

Anne Bisagni-Faure, Rectrice de l'académie de Bordeaux et Xavier Le Gall, Scrétaire général de l'Académie de Bordeaux Société | 01/09/2022

Rentrée 2022 : Pas de pénurie de profs pour l'Académie de Bordeaux

Le secrétaire général, Philippe Vulliet et Nathalie Malabre, directrice de la DESEN de la Dordogne Société | 01/09/2022

Dans les écoles de Dordogne, de nouveaux personnels auprès des élèves en situation de handicap

 Limoges se positionne parmi les fers de lance du sport santé en Nouvelle-Aquitaine Société | 29/08/2022

A Limoges « 1800 personnes ont pratiqué une activité grâce au sport sur ordonnance »