Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/09/20 | Bordeaux célèbre Mauriac

    Lire

    À l’occasion du 50ème anniversaire de la disparition de François Mauriac, les bibliothèques de Bordeaux proposent tout au long de l’automne une saison dédiée à l'écrivain, journaliste et Prix Nobel de la littérature. Conférences, expositions, projections et match d'improvisation exploreront les résonances contemporaines des engagements de François Mauriac, au travers de documents rarement montrés voire pour certains inédits. Point d’orgue de la saison, l’exposition "Écrire, c’est agir", à la bibliothèque Mériadeck du 5 novembre 2020 au 17 janvier 2021. http://mauriac2020.bordeaux.fr

  • 25/09/20 | Angoulême : vers un festival de la BD en deux temps

    Lire

    Au vu du contexte sanitaire, les organisateurs du FIBD s'orientent vers un festival en deux temps. Un premier temps, une version modifiée avec des événements à Angoulême et hors les murs sur les dates initiales du 28 au 3& janvier), "répondant aux contingences en vigueur imposées par la pandémie". Un deuxième temps en présentiel à Angoulême, à la période printemps-été, pour rassembler plus de monde. Le contenu du projet sera présenté dans les prochaines semaines.

  • 25/09/20 | Nouvelle-Aquitaine : le don entre particuliers boosté par la crise sanitaire

    Lire

    L'application de dons bordelaise Geev a réalisé un classement des régions les plus actives en matières de dons entre particuliers. « Si le don a le vent en poupe ces dernières années, il a connu un essor particulier pendant la crise sanitaire », affirme la société. Ainsi, la société a dénombré les dons par régions entre février et juillet. La Nouvelle-Aquitaine est quatrième du classement "dons d'objets" avec 126 000 dons, derrière l'Île de France (458 000), les Hauts de France (171 000) et l'Auvergne-Rhône Alpes (143 000).

  • 24/09/20 | Covid-19: après les premiers tests, l'UPPA reste vigilante

    Lire

    Dans la matinée du mardi 22 septembre 2020, le Laboratoire Bio-Pyrénées a réalisé sur le campus de Pau une campagne de 200 tests de dépistage à la Covid-19 auprès des étudiants. Celle-ci a révélé 6 cas positifs à la Covid-19 sur les 107 prélévements nasopharyngés analysés par PCR, soit 5,6 % des étudiants testés. Un résultat qui incite l'Université "à rester vigilante" au regard de la moyenne au niveau nationale du taux de positivité (6.2 % au 23/09/20 à 14h) et des moyennes départementales publiées le 17/09/20 : Pyrénées-Atlantiques (4.2%), Landes (4.8 %) et Hautes-Pyrénées (3.1%).

  • 24/09/20 | Charente-Maritime : premier bilan de la tornade du 23 septembre

    Lire

    Mercredi vers 16h30, une tornade s'est abattue d'un coup sur le sud de l'île d'Oléron. Elle a ensuite traversé le pertuis pour remonter par Marennes, Port-des-Barques, Fouras et Saint-Laurent-de-la-Prée avant de perdre en intensité à l'intérieur des terres. Renforcés par le SDIS de Charente, les pompiers ont effectué une soixantaine d'interventions. Hormis deux blessés légers la tornade a fait de nombreux dégâts matériels : véhicules retournés, tuiles ou toitures arrachées, arbres à terre...

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Tourisme à la ferme: Bienvenue à Agerria !

02/08/2020 | Prolonger le séjour des touristes dans la vallée de l'Arbéroue au Pays basque est une des belles ambitions de la Ferme Agerria, pour qui "agritourisme" n'est pas un vain mot!

Jean-Claude et Bernadette Pochelu, propriétaires de la Ferme Agerria

Porcs Kintoa ici, brebis Manech à tête rousse là, vertes collines tout autour et, ce jour de juillet, temps gris et légèrement pluvieux... Mais pluie ou soleil, pas de doute, nous sommes bien au pays basque ! Plus précisément à Saint-Martin d'Arberoue sur la ferme Agerria, tenue par Jean-Claude et Bernadette Pochelu. Tout deux sourire aux lèvres et regard bienveillant, ils n'étaient pas peu fiers, début juillet, d'accueillir chez eux l'assemblée générale de Bienvenue à la Ferme 64. Il faut dire qu'en tant qu'adhérents, Jean-Claude et Bernadette, collectionnent les agréments : produits fermiers, ferme découverte, accueil de campings car ou même hébergement avec un gîte... Bref, l'accueil ça les connaît, et quand ils prononcent à leur tour ces quelques mots « Bienvenue à la ferme ! », on ne peut douter de leur sincérité. Une invitation au partage et à la découverte de leur ferme et de leurs produits, mais aussi avec quelques voisins, de leur vallée.

Pour la présentation des lieux, c'est Jean-Claude qui s'y colle. « Je me suis installé sur la propriété familiale en 1986 et Bernadette m'a rejoint en 2005, c'est à son arrivée que nous nous sommes lancés dans la transformation fromagère, les visites de la ferme et les ateliers. » Sur les 25 hectares de surface agricole de l'exploitation, 16 sont en prairie et 9 en culture. Des terres indispensables pour leurs élevages de races typiques de ces coteaux basques : le porc Kintoa, et la brebis Manech Tête-Rousse.

Jambon de Kintoa, pâtés, chichons, ventrêches...
Aidés dans leurs activités par une apprentie et un salarié à plein temps, le couple élève 96 cochons Kintoa ( l'emblématique porc basque à pie noir) à l'année. Ils arrivent sur la ferme à 3 mois et 30 kilos et repartent environ 120 kilos plus tard, soit autour de 150 kilos, après une vie tranquille et en plein air sur les coteaux voisins de la ferme. Ils ont droit aussi, lorsque c'est la saison de la fabrication des fromages, au petit lait des brebis dont ils se régalent. Autrement dit, des porcs comme des coqs en pâte...

Pour ce qui est des produits de l'élevage, « les jambons sont envoyés au séchoir collectif des Aldudes pendant 24 mois et les carcasses partent chez un boucher charcutier pour la confection de différents produits, mais avec nos recettes ! » insiste l'éleveur. Résultat, outre du jambon affiné de Kintoa, la jolie boutique de la ferme hume dès, qu'on y entre, la bonne odeur des saucissons pendus, et régale les yeux de toute une variété appétissante de pâtés, chichons, ventrèches, confits de porc ou autres chorizo.

Dans la boutique de la Ferme Agerria, jambons et saucissons de Kintoa ainsi que fromages de brebis Ossau Iraty sont en vente au côté d'autres productions locales

Une cave d'affinage un peu comme un trésor
Une boutique moderne et élégante, qui à travers un mur de verre laisse voir l'autre production de la maison : les fromages marqués du sceau de l'Ossau Iraty, en train de patienter dans les rayonnages de la cave d'affinage de l'exploitation. Le visiteur consommateur découvre ainsi, un peu comme un trésor, un des secrets de fabrication du fromage, son affinage. Question origine, qualité et gourmandise on est bien loin des tranches de fromage emballées des frigos aseptisés des supermarchés...

A l'année, la ferme Agerria produit 5 tonnes de ces précieux fromages grâce à un troupeau de brebis « de 220 mères, mais aussi 60 agnelles et 10 beliers », compte Jean-Claude. La nourriture des ovins assurée de manière locale à l'exception d'un seul « ingrédient » que lors de ses visites de la ferme, Bernadette s'amuse, graines en main, à faire deviner à ses hôtes. « C'est une céréale qui n'est pas produite localement, et c'est un vrai regret pour nous, mais c'est un véritable plus pour nos fromages. Ca change vraiment quelque chose sur la matière grasse et le goût. Désormais nous ne pouvons plus nous en passer ! », commente Bernadette. Quant à nous, nous garderons aussi le secret de cet "ingrédient" mystère... le mieux est après tout, d'aller voir et goûter, sur place !

"Agerria tout un art" ou le choix du collectif
La dégustation des produits, l'élevage porcin et ovin, les agnelages, la traite, la tonte ou encore la fabrication du fromage sont autant de sujets de découverte pour les touristes de passage par la Ferme, mais l'ambition de Jean-Claude et Bernadette, amoureux de leur territoire, est de penser plus loin que la notoriété de leur seule ferme. Ils se sont lancés il y a peu dans un nouveau projet qui vient diversifier et compléter son offre tout en valorisant le travail d'uautres acteru locaux: « Agerria tout un art ». « Nous proposons une salle d'exposition et de ventes des oeuvres d'une artiste du village qui travaille sur le recyclage des matériaux, et nous avons aussi pour projet de finir d'aménager notre grange pour permettre aux touristes de passage d'y déguster nos produits préparés par le food truck local », expliquent-ils. Quelques tables de pique-nique sont, évidemment, déjà à disposition.

Une initiative qui s'inscrit aussi dans un projet collectif parallèle, porté par plusieurs acteurs du village, visant à développer « un tourisme tranquille » sur la destination de Saint-Martin d'Arberou. Figurent notamment dans cette dynamique en cours de lancement, mais quelque peu ralentie par la crise sanitaire : les grottes d'Isturitz et d'Oxocelhaya classées Monument Historique, les balades à poneys avec Ttipientzat, plusieurs artisans et artistes du village ou encore des balades avec un raconteur de pays à partir de sentiers au départ de la ferme Agerria. « Tous les ans nous menons des actions communes pour accueillir les touristes, mais petit à petits, nous voudrions accueillir des groupes et proposer des prestations sur un ou deux jours », précise Bernadette.
Et pour l'hébergement ce n'est pas vraiment un problème rassure Jean-Claude : « sur les deux villages de Saint-Martin d'Arberoue et de Saint-Esteben tout proche, il y a 25 gîtes ! ». Au total, un collectif et une vallée à fort potentiel dans les lesquels la Ferme Agerria compte bien tenir son rôle !

Le gîte de la ferme Agerria labellisé ''Bienvenue à la ferme''


Site internet et boutique en ligne : www.agerria.fr

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
45492
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !