18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Bordeaux rive gauche : deux foyers jeunes travailleurs ouvriront en septembre

17/06/2013 | La préservation de l'environnement naturel a été une priorité dans la construction de la résidence pour jeunes à Blanquefort.

La résidence habitat jeunes de Blanquefort en construction

A l'occasion de la semaine des HLM, qui s'est déroulée du 8 au 16 juin, l'entreprise de constructions sociales Clairsienne a ouvert les portes du futur foyer jeunes travailleurs qu'elle bâtit à Blanquefort, et qui devrait accueillir ses premiers locataires en septembre. Deux autres structures sont également prévues à Mérignac. Lancés par l'association Technowest logement jeunes, ces projets ont pour but de combler l'absence de structures d'hébergements pour les jeunes dans les communes de la rive gauche de Bordeaux.

La hausse du prix des loyers (+40% entre 1998 et 2008 selon l'Observatoire des inégalités) mais aussi la multiplication des parcours "éclatés" des jeunes : c'est ce qui conduirait à une plus difficile accession au logement chez les jeunes, affirme Julie Broner, directrice de l'association Technowest logement jeunes. Créée en 2004, cette structure a pour but de favoriser l'accès au logement pour tous les jeunes de 16 à 30 ans, afin d'aider ceux "qui ont évolué dans leur étape de vie et ne vivent plus chez les parents". En Aquitaine, 12 autres structures comme celle-ci existent, mais sont essentiellement concentrées sur Bordeaux, la rive droite ou dans d'autres départements. En revanche, les communes de l'ouest de la ville du port de la lune sont peu pourvues de ce type d'hébergements. C'est à partir de ce constat qu'est né, il y a dix ans, le projet de construire trois foyers jeunes travailleurs : deux à Mérignac, dont l'un ouvrira en septembre, l'autre en 2015, et un à Blanquefort, qui ouvrira également pour la rentrée 2013. Et si le projet a mis une décennie à sortir de terre, c'est que la conciliation avec les différentes communes a été long à mettre en place. 12 communes sur les 16 que couvre l'association participent au projet. Le financement est lui assuré par de multiples acteurs : l'Etat, le Conseil régional d'Aquitaine, le Conseil général de Gironde, la Cub (Communauté urbaine de Bordeaux), les collecteurs du 1% logement (Cilso et Cilgere) et les communes.

Loger des jeunes au parcours chaotique

Pour accéder à ces logements sociaux, la condition, en plus d'avoir moins de 30 ans, est de ne pas dépasser le plafond de ressources fixé pour les logements PLAI (prêt locatif aidé d'intégration), qui correspond à la catégorie de logements sociaux destinés aux ménages les plus modestes. Une condition que la plupart des jeunes en début de parcours remplissent, confie la directrice de l'association. La résidence pourra accueillir 70 personnes à Blanquefort, 26 à Mérignac en septembre, tandis que 78 autres places devraient voir le jour en 2015. Pour l'instant, le site de Blanquefort a reçu une soixantaine de dossiers, mais la jeune directrice affirme ne pas être inquiète sur le taux de remplissage de la structure : à Bordeaux, "en moyenne, les associations sont obligées de refuser trois demandes sur quatre qui correspondent pourtant aux critères" confie-t-elle. Car si les résidences étudiantes sont nombreuses, les jeunes, qui ne sont pas tous étudiants, ont souvent des parcours éclatés, alternant entre période de formation et d'emploi, changeant de fait leur statut et compliquant leur accès au logement.

Habiter le territoire : l'éducation populaire au coeur du projet

Mais au-delà de la question du logement, l'association et les partenaires ont souhaité insuffler au projet une dimension citoyenne et socio-éducative. Les foyers ont ainsi été renommés "résidence habitat jeunes". Des ateliers avec les partenaires ont été organisés le 13 juin, afin de tracer les grandes lignes de cette politique éducative. Robert Hourcq, président de l'Urhaj (union régionale pour l'habitat des jeunes Aquitaine) a ainsi affirmé l'importance de la notion "d'habiter un territoire" et non seulement celle de se loger. 

Dans la pratique, tout a été conçu pour privilégier les échanges : une salle commune, aménagée de façon à ce que les habitants passent devant pour rentrer chez eux, comprendra une grande cuisine afin de préparer des repas de groupe, une pièce principale pouvant servir à visionner des films et une salle d'études avec l'accès à Internet. Des éducateurs socio-éducatifs devraient également être recrutés. En prenant exemple sur des initiatives venues d'autres foyers, le but est que les jeunes puissent organiser des actions collectives, du simple débat de société au projet d'Amap. Ce projet rejoint donc la philospohie de l'éducation populaire, c'est-à-dire "l'accès à l'éducation pour tous et par tous", explique Hubert George, président de l'association Technowest logements jeunes et conseiller municipal à Mérignac. La participation des jeunes reste cependant libre, "ils ne doivent pas subir le collectif" précise Julie Broner, glissant toutefois que si "les jeunes ont un peu peur de cet engagement collectif" au départ, cette implication a été pour bon nombre d'entre eux l'occasion de faire des connaissances et développer du lien social, une dimension primordiale pour cette ancienne animatrice de foyers jeunes travailleurs. Au-delà, Hubert George voit dans ce projet l'occasion de donner aux jeunes les moyens humains et matériels pour "éduquer la population à savoir ce qu'est la jeunesse. On va leur demander qu'ils viennent nous embêter pour qu'ils nous apportent leurs connaissances et leurs richesses". Une annonce plutôt rare à l'heure où les jeunes subissent plutôt, pour bon nombre d'entre eux, les effets discriminants de leur âge.

Elodie Souslikoff
Par Elodie Souslikoff

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2016
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !