Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Bordeaux : la Manif pour Tous cible la Procréation médicalement assistée

05/10/2014 | Bordeaux après Paris...La Manif pour tous, un rendez vous régional

Environ 7000 personnes se sont réunies dimanche à Bordeaux dans le cadre de la Manif Pour Tous. Les associations et collectifs ont battu le pavé contre la procréation médicalement assistée, la gestation pour autrui et la loi du genre. Alors que Marisol Touraine a récemment accusé la droite d’ « instrumentaliser la Manif Pour Tous », les cortèges de Paris et Bordeaux ont à nouveau fait entendre leur voix.

« Les masquent tombent ». Les mots sont forts et signés des organisateurs de la « Manif pour Tous ». Ce dimanche, de nombreux syndicats et associations ont défilé dans la rue à Paris et à Bordeaux autour de la place des Quinconces. Selon les derniers chiffres, entre 5000 et 15 000 personnes étaient attendues (4000 selon la police, 15000 espérées par les organisateurs), plus d’un an après l’adoption de la loi sur le mariage homosexuel. Et elles viennent de partout en France : Tarn et Garonne, Gers, Charente Maritime… Leurs revendications étaient cette fois centrées sur la procréation médicalement assistée et la gestation pour autrui. Huit mois après leur dernier défilé à Paris et à Lyon qui avait rassemblé près de 100 000 manifestants, les drapeaux et les slogans étaient à nouveau de sortie. « Hollande, ta loi, on en veut pas », « L’humain n’est pas une marchandise », pouvait-on lire sur les bannières des différents cortèges qui ont défilé en ville.

« On joue aux apprentis sorciers »Selon un récent sondage IFOP pour l’association des familles homoparentales, 43% des français sont favorables à l’abrogation de la loi sur le mariage gay. Mais 6 français sur 10 considèrent les familles homoparentales comme « des familles à part entière », et seulement 31% d’entre eux sont partisans de la MPT. Pour Olivier Hugues, membre de l’association IDEH (Initiatives pour le développement humain), l’objectif reste clair : « Les homosexuels et les familles homoparentales nous voient comme un danger, ce qui aboutit forcément à un clivage. Mais nous ne sommes pas dans une position de contre. Nous respectons les droits des homosexuels, mais nous opposons à leur promotion », explique-t-il.

Khadija Aït Hammou, porte parole de « Familles musulmanes de la Gironde », dénonce : « On est en train de déstructurer la famille, c’est une forme de sous-traitance de la reproduction. On est là aujourd’hui parce qu’on veut que les gens prennent conscience qu’ils ont quelque chose à perdre. Le progrès ne nous autorise pas à devenir des apprentis sorciers », assène t-elle.

Une tension toujours viveUne porte-parole d’Alliance Vita, quand à elle, refuse la casquette anti-homo : « Beaucoup d’entre eux sont ici, à manifester avec nous, parce qu’ils luttent pour les mêmes choses. Programmer l’abandon d’un enfant, c’est tout sauf une évolution ».

Pourtant, la contestation était bel et bien à l’ordre du jour. Près de 400 manifestants se sont également réunis place de la Victoire, et leur mot d’ordre était clair : « Non au discours de haine véhiculé par la Manif pour tous ». Le mouvement, qui s’était fait discret ces 6 derniers mois, s’est donc un peu essoufflé mais reste bien présent. « Nous n’avons jamais arrêté. On s’organise sur les réseaux sociaux, on a jusqu’à 200 sentinelles qui veillent chaque jour devant le Palais de Justice », déclare la porte-parole.

Récemment qualifiée de « vitrine de la droite extrême Bordelaise » par le site d’infos Rue 89, la Manif pour tous divise toujours. Parmi les officiels, de nombreux élus du Front National étaient tout de même présents, notamment Louis Alliot ou Marion Maréchal Le Pen. Dans le camp de l’exécutif, l’heure est à l’apaisement. Vendredi dans une interview pour La Croix, Manuel Valls a réaffirmé que la GPA « est et sera interdite en France », précisant qu’il excluait toujours d’autoriser « la transcription automatique des actes de filiation d’enfants nés par mère porteuse à l’étranger ».

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo :

Partager sur Facebook
Vu par vous
1411
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
teychonneau | 06/10/2014

C'était une belle réunion, familiale et festive. Est ce être de droite que de vouloir conserver les valeurs de la famille en donnant à l'enfant la place qui lui revient.
On ne loue pas un ventre comme un objet de consommation.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !