18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Bordeaux Neurocampus, campus d'excellence autour du cerveau

29/09/2017 | Avec le Centre Paul Broca, Bordeaux Neurocampus, la structure fédérative de recherche sur les neurosciences, prend corps. L'affirmation d'une excellence, unique en France et rare dans le monde.

Le Centre Broca, au coeur du Bordeaux Neurocampus

« La recherche passe beaucoup par la rencontre, les échanges et le partage des connaissances », estime Erwan Bézard, Directeur de l'Institut des Maladies Neurodégénératives (IMN). Un Institut désormais abrité au sein du Centre Broca inauguré ce jeudi, au cœur du Campus Carreire, à deux pas du CHU. Or le Centre Broca, qui outre l'IMN accueille aussi l'Institut Interdisciplinaire de Neurosciences (IIMS), possède des passerelles physiques avec deux autres bâtiments voisins abritant d'autres équipes dédiés à la recherche sur le système nerveux et ses maladies : l'Institut François Magendie et le Centre de Génomique Fonctionnelle. Autant de composantes du Bordeaux Neurocampus qui désormais regroupe, en un seul site, donc, près de 650 chercheurs et scientifiques. Une belle cohorte permettant de placer Bordeaux et la Nouvelle-Aquitaine, financeuse projet, dans le top mondial en la matière.

Il aura fallu 3 ans de travaux, 47M€ pour la construction, 20M€ pour dotation du bâtiment en équipements de pointe et en chaires d'excellence pour créé ce Centre Broca, qui sur ses 15000m2 accueille donc les deux instituts IMN et IINS, ainsi qu'une plateforme, le « Bordeaux Imaging Center », possédant 29 microscopes à très haute résolution. Objectif : « observer l'infiniment petit » : les neurones (pour idée, le cerveau humain en compte en moyenne 80 milliards) ou plus petit encore, les synapses (environ 10 000 synapses par neurone...), le tout dans leur environnement vivant. La concrétisation de ce Neurocampus, c'est donc non seulement le rapprochement des chercheurs et scientifiques, mais aussi la mutualisation des équipements, et plateaux de recherche, permettant de faire bénéficier à tous d'un équipement dernier cri. Cette « addition des compétences », ouvre donc large le champ de la recherche « de la cellule à l'homme », précise Erwan Bézard, et ceux dans de multiples champs d'action.

Erwan Bézart, Directeur de l'institut des Maladies Neurodégénératives

Recherche fondamentale, pré-clinique et cliniquesLe Neurocentre Magendie est par exemple spécialisé dans la compréhension des mécanismes des maladies du comportement : la mémoire post-traumatique, l'addiction, l'anxiété ; l'IINS étudie l'activité cérébrale au niveau nanoscopique, et développe des méthodes innovantes d'imageries en super-résolution. L'IMN quant lui, réunit recherche fondamentale, pré-clinique et clinique afin de développer des approches thérapeutiques pour les maladies neurodégénératives telles que la maladie de Parkinson. Mais à Bordeaux, d'autres scientifiques se penchent sur le cerveau. Ils seront eux aussi bientôt à proximité de leur collègues : un quatrième bâtiment s'apprête à sortir de terre, financé cette fois par le Plan Campus. Ceux-là, au sein du laboratoire Nutrineuro, se penchent sur les liens entre alimentation et fonctionnement du cerveau, ou encore, pour les équipe du Sanpsy, sur les troubles du sommeil ou de l'attention. Enfin au sein de l'INCIA, le 6ème institut qui complète le dispositif Neurocampus, les chercheurs analysent les mécanismes et le développement des fonctions motrices au niveau du système nerveux central...
Au total, un éventail de compétences, que seule Bordeaux parvient à réunir, avec l'avantage supplémentaire de l'immédiate proximité du CHU, complété par l'Ecole Bordeaux School of Neuroscience, et un réseau important d'associations de patients. Les chercheurs du Neurocampus ne restent pas en effet enfermé dans les quatre murs de leurs laboratoires, aussi perfectionnés soient-ils. « En plus de la recherche clinique, la relation avec les patients est aussi importante en terme de partage des informations. A la fois pour accélérer le transfert des idées novatrices auprès d'eux et du grand public mais aussi, dans l'autre sens, afin d'orienter nos programmes de recherche à partir des besoins et des réalités quotidiennes qu'ils expriment et que nous n'aurions peut-être pas investis de nous-même », souligne Erwan Bézard.

Imagerie de pointe pour l'observation du cerveau au sein du Bordeaux Imaging Centre, hébergé au sein du Centre Brocas sur le Neurocampus

"Le souci de la valorisation des découvertes par la création d'entreprises "Sortir des murs du laboratoire aussi, pour investir la dimension économique longtemps laisser de côté par la recherche académique. Une question du transfert et de la valorisation économique, désormais prise à bras le corps. « Nous avons un souci de la valorisation des découvertes par la création d'entreprises », confirme le directeur de l'IMN. Pour ce faire un espace pour l'hébergement d'entreprise est donc pensé au sein même du Centre Broca, et avant lui du Neurocentre Magendie. Un Neurocentre où grandit d'ailleurs la société Aelis Farma qui met au point ce qui pourrait constituer la première thérapie contre la dépendance au cannabis. Une idée de lien entre la recherche et l'activité économique qui au delà de l'excellence bordelaise, et d'un environnement plus que propice au développement de cette excellence, est un atout de plus dans l'attractivité du site bordelais. En effet, au niveau mondial, le Neurocampus Bordeaux joue dans la même cour que les grands centres spécialisés de Londres, San Francisco ou encore Toronto...

Le nouveau Centre Broca, s'organise autour d'un espace agora

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2954
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !