18/08/22 : Eric, fondateur de Rediv à Hastingues (Landes), interviendra au cours de l'émission Capital, dimanche 28 aout à 21 h 10 sur M6. Une émission consacrée aux discounteurs qui bénéficient du boom de l'occasion, un marché qui devrait doubler d'ici 2025.

18/08/22 : Des travaux de nuit sont réalisés sur la rocade Sud de Bergerac jusqu'au 9 septembre pour réfection de la chaussée entre le giratoire de la Route d’Eymet et le giratoire « des sardines » (piscine AQUALUD). Les travaux se déroulent entre 20h et 6h.

18/08/22 : En quelques jours, Poitiers a perdu deux serviteurs. Henri Chevalier, premier président du CSC des 3 Cités et engagé au Stade Poitevin et au sein de l’OMS. André Guisiano, Zézé, joueur, entraineur et président du Stade Poitevin Rugby.

18/08/22 : Les urgences de la Polyclinique Bordeaux rive droite interrompent l'activité de nuit, du 19 au 28 août, de 20h à 8h, pour personnel médical insuffisant. Une infirmière orientera le patient en relation avec le 15. Le service reprendra le 28 août.

17/08/22 : StarClass et l’armateur Amasus Shipping ont opéré un chargement exceptionnel sur le site portuaire du Verdon. Deux yachts, signés Jeanneau mesurant 15 et 25 m, ont été chargés à bord du navire EEMSLIFT HENDRIKA. Direction salon du Yachting à Cannes.

16/08/22 : 8000 personnes évacuées en Gironde dans le contexte des incendies ont pu regagner leur domicile pendant le week-end. Même tendance dans les Landes. Les retours des personnes hébergées en foyer de vie ont lieu ce mardi à Moustey et Saugnacq-et-Muret.

12/08/22 : Dans les Landes et en Gironde, la vigilance incendie est renforcée jusqu’à lundi. Les véhicules sont interdits sur les pistes et chemins. Les activités ludiques et sportives sont interdites sauf en bases de loisirs et sur les plans plages.

12/08/22 : Jeudi 25 août de 16h à 23h30, les cinq clubs de haut niveau de l'agglomération font leur rentrée place Clemenceau. A 16h, animations sportives avec les joueurs et joueuses. A 19h, présentation des équipes des cinq clubs, puis soirée dansante à 20h.

12/08/22 : À Bordeaux, Parc Rivière, jeudi 25 août, Esprit Dog, spécialisé dans l'éducation canine, organise un rassemblement de passionnés de chiens. L’événement gratuit et solidaire consiste en une distribution de croquettes et des cours d'éducation canine.+ d'info

11/08/22 : "Jamais autant de moyens aériens n'ont été mobilisés sur un incendie. On va continuer de s'adapter grâce à la solidarité européenne. Mais il n'y a pas que les moyens aériens," indique Elisabeth Borne depuis Hostens, en Gironde.

11/08/22 : Pendant qu'Elisabeth Borne, Première ministre est en visite sur les incendies à Hostens en Gironde, le Président, Emmanuel Macron, annonce que l'Allemagne, la Grèce, la Pologne, la Roumanie et l'Autriche vont venir en aide à la France.

11/08/22 : Elisabeth Borne et Gérald Darmanin sont attendus ce jeudi à Hostens en Sud Gironde: 6 800 ha de forêt ont été détruits par le feu depuis mardi après midi. 1100 pompiers sont mobilisés et 10 000 personnes ont du quitter leur domicile.

10/08/22 : Le député RN de Gironde, Grégoire de Fournas, dépose ce mercredi une proposition de loi instaurant une peine plancher de 10 ans pour les incendiaires. "La plupart des incendies sont d'origine criminelle. Or les pyromanes ne sont condamnés qu'à du sursis."

10/08/22 : Face aux incendies en Gironde et dans les Landes, le Ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin indique sur Tweeter qu'il a "décidé de renforcer les moyens mobilisés : plus de 1000 pompiers, 9 avions et 2 hélicoptères bombardiers d’eau sont engagés."

10/08/22 : Pour cause de reprise des incendies dans le Sud Gironde et le Nord des Landes, la circulation est interdite depuis mercredi 11 h, dans les deux sens sur l'autoroute A63 reliant Bordeaux à Bayonne. Les poids lourds sont déviés par Pau.

10/08/22 : Bordeaux est une des villes qui compte le plus de pâtisseries. Son score est de 4 pour 100 000 habitants, autant que Lyon, plus que Paris et Toulouse, mais moins que Strasbourg. Podium établi par Hellofresh, leader des boxs à cuisiner.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/08/22 | Grêle : des mesures pour les agriculteurs sinistrés

    Lire

    À la suite des violents orages en Dordogne le 2 et le 20 juin, un fonds national d’urgence en faveur des exploitants sinistrés avec une enveloppe de 900 000 euros est débloquée pour la Dordogne, soit une aide de trésorerie exceptionnelle, pour un montant maximum de 5 000 euros par exploitant, qui sera versée dans les prochaines semaines. Des dégrèvements de taxe sur les propriétés foncières non bâties (TFNB) sont également prévues, charge aux propriétaires de les répercuter aux locataires fermier.

  • 18/08/22 | Les anciens de Chatellerault tricotent déjà pour octobre rose

    Lire

    En prévision de la marche Octobre rose du 15 octobre, 9 h 30, place Emile Zola à Châtellerault (Vienne),les résidents des maisons de retraite, foyers logements et EHPAD de la ville, se mobilisent pour tricoter des ouvrages en laine rose qui viendront garnir le tronc des arbres du boulevard Blossac. Cette participation à une action internationale relayée par le club Soroptimist revalorise les personnes âgées et les liens intergenerationnels et stimulent les nouvelles générations à se faire dépister.

  • 18/08/22 | Douzième édition des vergers ouverts sur les coulisses de la pomme

    Lire

    Les pomiculteurs engagés font découvrir les coulisses des pommes écoresponsables. L’Association Nationale Pommes Poires (ANPP) regroupe 300 adhérents représentant 1 400 producteurs. Les vergers à visiter les 27 et 28 août : Scea La Californie, Acharf Essabiri 5480 route des Vergers Grun-Bordas (24) ouvert le 28 août ; Earl de Chantegrolle - SARL Gargouil Éric Gargouil Chantegrolle à Charroux (86) Verger ouvert les 27 et 28 août; Verger de Peyreton Christine Pizzinato, Peyreton Sainte-Bazeille (47) Verger ouvert les 27 et 28 août. http://www.lapomme.org/vergers-ecoresponsables/les-vergers-ouverts

  • 17/08/22 | Grippe aviaire: avance remboursable pour les transformateurs

    Lire

    A la suite de l’épizootie d‘influenza aviaire H5N1, les entreprises ayant une activité significative d’abattage, de transformation, de conditionnement d’œufs ou de services à la filière, touchées par la diminution de production peuvent bénéficier d'une aide sous forme d’avances de trésorerie remboursables. Cette aide s’inscrit en complément des efforts que doivent consentir les financeurs privés de l’entreprise (banques et actionnaires). Les demandes sont à déposer via le téléservice de FranceAgrimer avant le 09 septembre à 14h00. pad.franceagrimer.fr/pad-presentation/vues/publique

  • 17/08/22 | Fabriquer des dortoirs à osmies (abeilles) à Villenave d'Ornon

    Lire

    Villenave-d’Ornon (Gironde) organise un atelier participatif de fabrication de dortoirs à osmies, le samedi 27 août, de 14 h à 16 h 30, au Square Torres Vedras (7 rue des Peupliers). L’osmie est une abeille sauvage, « abeille maçonne », qui se différencie de sa cousine productrice de miel par son caractère solitaire et inoffensif. Elle fait son apparition très tôt dans la saison, elle est l’un des premiers insectes pollinisateurs d'où son importance. Gratuit, inscription obligatoire (05 56 75 69 85), l'atelier sera animé par l’association « Tous aux abris ».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Bordeaux vise la Robocup

14/03/2018 | Accueillir cette compétition internationale de robotique, c'est l'ambition de Bordeaux en 2020. Elle réfléchit actuellement à la stratégie à mettre en place pour y parvenir.

1

C'était en 2016 et 2017 : l'équipe bordelaise Rhoban (portée par le LaBRI, le CNRS et l'Enseirb-Matmeca) remportait le titre de championne du monde dans la ligue de football humanoïde. À partir d'un simple tweet, l'idée d'organiser la Robocup à Bordeaux naît de l'une de ces victoires. Trois ans plus tard, la théorie est passée à la pratique. Hier soir, une présentation "officielle" a été l'occasion de constater que l'écosystème local s'organise pour faire de Bordeaux la ville officielle de cette manifestation en 2020. Même si le chemin sera encore long, la candidate dévoile ses atouts.

Objectif 2020

Comme nous avons déjà pu le constater en décembre dernier, la Robocup est, en plus de mobiliser une somme de travail importante pour l'enseignant-chercheur Olivier Ly, un vrai boulot de passionné. En 2017, l'équipe du LaBRI a donc remporté 4 à 0 la coupe du monde de foot de robots humanoïdes face à une équipe chinoise à Nagoya, au Japon. Cette internationalisation est évidemment importante au moment de constater que de nombreux acteurs bordelais de la recherche, des entreprises et des institutions publiques, supportent déjà la candidature de la ville pour accueillir la manifestation en 2020. Car la Robocup n'est évidemment pas uniquement une compétition de foot robotique. Née en 1996 du cerveau d'un scientifique japonais, Hiroaki Kitano, afin de mettre en avant le monde de la recherche robotique, elle a depuis gagné en dimension : 450 équipes de chercheurs, entreprises, ou étudiants issues de 45 pays s'y affrontent au travers de 5000 robots, dont Rhoban n'est que l'un des maillons. Les robots sauveteurs, l'aide à la personne ou la logistique industrielle en forment, au travers d'autant de ligues constituées) les autres disciplines. À ses débuts déjà, elle visait un objectif assez dingue : rendre une équipe de robots capables de vaincre les champions du monde de foot... humains, ce qui implique évidemment une avancée considérable dans la recherche et dans la formation de l'écosystème local pour rendre ces petits robots totalement autonomes.

Sans brûler les étapes, disons simplement que les victoires de l'équipe bordelaise ont donné des envies à l'écosystème local, dont la plus ambitieuse est évidemment de se porter candidate à l'organisation de la Robocup en 2020, censée accueillir chaque année environ 40 000 visiteurs. Pour rendre cette ambition possible, il fallait d'abord parler au nom d'un comité officiel. C'est chose faite : depuis la fin du mois de janvier, la fédération internationale a validé la création de Robocup France, ce qui a évidemment pour but de rendre le comité français piloté par Dominique Duhaut (professeur à l'Université de Bretagne-Sud, membre fondateur du comité international et déjà organisateur de la Robocup en 1998 à Paris) et Olivier Ly un peu plus légitime. Le 15 février dernier, le comité a déposé officiellement son dossier de candidature : chargé de montrer Bordeaux sous ses plus beaux atours, ce livret de 124 pages révèle les premiers plans et schémas logistiques du projet local, censé être déployé au Parc des Expositions sur quatre jours pour ce qui est des compétitions ouvertes au public et à l'Université pour le symposium terminant traditionnellement la manifestation. Le tout pourrait se dérouler sur les derniers jours de juin (entre le 23 et le 29). "Elle va bientôt statuer. On ne sait pas encore qui sont nos concurrents, on est un peu anxieux. Mais ça nous pousse à développer une vraie communauté" confirme Olivier Ly.

Lobbying national

Aussi belle que soit la promesse, Bordeaux ne pourra bien entendu pas concourir seule dans cette aventure. Bien consciente de la chose, elle s'est adjoint de nombreux partenaires et soutiens, financiers ou non, le comité organisateur étant actuellement en sérieuse phase de recherche pour les multiplier et faire pencher la balance en leur faveur. Localement, la Région Nouvelle Aquitaine, Bordeaux Métropole et l'ensemble des acteurs de l'Université de Bordeaux (l'IUT, le LaBRI, Bordeaux INP et on en passe) se sont déjà engagés : l'enveloppe financière des partenaires publics, pour l'instant, se monterait entre 150 et 200 000 euros selon Alexandre Fruchet, co-pilote des différentes manifestations organisées par l'Université. "Pour le moment, 80% du financement provient des institutionnels. L'objectif à atteindre, c'est que ce soit équitable". Car les partenaires industriels privés sont aussi les bienvenus : EDF, Clairsienne ou Enedis ont déjà signé en tant que "parrains" officiels de la candidature bordelaise à différents palliers, qui peuvent atteindre les 100 000 euros pour des partenaires "majeurs", comme on le voit dans le dossier de partenariat

Les ambitions nationales sont également de la partie du côté des institutionnels : L'Université de Bretagne Sud, celle de Toulon, de Rouen ou Polytech Lille font déjà partie des soutiens affichés. Toutes ont un intérêt à y participer, qui passe notamment par l'organisation des premiers évènements censés fédérer cette nouvelle communauté ayant 2020 dans son viseur : un "Open Humanoid Soccer" en avril à Brest, un open "Home" (robots domestiques) à Grenoble en novembre ou encore la participation d'équipes françaises au Robocup German Open fin avril. Dans le dossier de candidature, une lettre datant du 9 février 2018 et signée par le Secrétaire d'État chargé du Numérique, Mounir Mahjoubi, précise d'ailleurs que le "développement d'une filière robotique fait partie des objectifs de la Solution Objets Intelligents de la Nouvelle France Industrielle (NFI), en raison des enjeux en termes de marché estimé à 100 milliards d'euros en 2020  par la Commission Européenne mais aussi en termes de compétitivité et de réponses aux défis sociétaux de demain dans de multiples secteurs". Vous l'avez sans doute compris, les robots français ne courent pas que derrière un ballon.

Des robots pour les juniors

Le dernier défi à relever n'est pas des moindres : réussir à constituer des équipes juniors capables de participer et réussir, pourquoi pas, à transformer cette participation en vocation. "La Robocup est à la fois un support et un prétexte pour intéresser les jeunes aux sciences", souligne d'ailleurs Jérôme Laplace, fondateur de Génération Robots, entreprise reconnue au niveau Européen dans le domaine de la vente en ligne de robots programmables. Une opération "tout bénef'" pour le Rectorat et les acteurs de l'éducation, suscitant même des propositions, comme celle d'Alain Turby, conseiller délégué à Bordeaux Métropole en charge du numérique, qui ne cache pas vouloir proposer aux "mairies qui ont des compétences en matières d'école un socle commun de connaissances robotiques et des manoeuvres incitative pour y faire participer les jeunes".

Pour cela, Bordeaux mise déjà sur un premier coup d'essai : l'organisation d'une première "Robocup Junior" du 3 au 5 mai, au sein de laquelle 500 enfants ont déjà constitué une soixantaine d'équipes au sein d'une vingtaine de collèges et cinq lycées sur tout le territoire de l'ancienne Aquitaine, avant de déployer l'idée jusqu'aux nouvelles frontières régionales : "les douze départements de Nouvelle Aquitaine doivent être associés à cette démarche", souhaite d'ailleurs Bernard Uthurry, vice-président régional en charge du développement économique. La constitution des équipes juniors s'est d'ailleurs déjà dotée d'un "plan de développement", visant la formation de 400 équipes à l'horizon 2030 et d'une centaine en 2020. Cette "Open Robocup" académique se déroulera à l'Enseirb-Matmeca de Talence et mènera les trois meilleures équipes à participer à la véritable Robocup, déjà programmée du 18 au 22 juin à Montréal, au Canada. Cette émulation suffira-t-elle à faire de Bordeaux la lauréate de l'édition 2020 ? Le verdict sera donné par le comité international le 22 juin prochain. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
15780
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !