Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

30/10/20 : Suite au nouvel attentat perpétré ce matin à Nice, la Ville de Périgueux annonce que ses agents et élus observeront une minute de silence ce jour à 17 h, dans le respect des mesures sanitaires

30/10/20 : Ambassade et vitrine de la région à Paris, la Maison de la Nouvelle-Aquitaine ferme ses portes aujourd'hui le temps du confinement. Elle assure néanmoins un drive de produits régionaux pour les parisiens le mercredi 4 novembre, sur réservation.

29/10/20 : Suite aux annonces faites par Emmanuel Macron, le World Impact Summit, organisé à Bordeaux, maintient sa première journée ce jeudi 29 octobre, avec un protocole sanitaire renforcé. Du fait du confinement, la journée de vendredi est annulée.

28/10/20 : Le Festival international du Film d’Histoire de Pessac annonce l'annulation de sa 31ème édition aux dates initialement prévues du 16 au 23 novembre. Des réflexions sont en cours sur les modalités de valorisation des films sélectionnés en compétition.

28/10/20 : Le département des Landes est placé en état de vigilance jaune "Vagues Submersion" pour l’ensemble des communes du littoral du 28 octobre 13h00 au 29 octobre 18h00, entre forte houle, vagues puissantes, érosion dunaire et submersions locales...

28/10/20 : "Priorité à la protection sanitaire". Alors que le Festival Novaq devait s'ouvrir demain à la Rochelle, la Région Nouvelle-Aquitaine, organisatrice de cet évènement dédié à l'innovation, annonce son annulation. Un nouveau format est en réflexion.

26/10/20 : Dominique Bussereau président du département de Charente-Maritime et de l'ADF vient d'annoncer que le Congrès des Départements de France qui devait avoir lieu lieu les 5 et 6 novembre à La Rochelle est ajourné compte tenu de la situation sanitaire

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/10/20 | Confinement: l'Aéroport de Bordeaux s'adapte

    Lire

    L'Aéroport de Bordeaux réenclenche les mesures adaptées de son plan de continuité de service, qui lui permet d'assurer ses missions prioritaires dans le maintien des conditions sanitaires renforcées. La desserte aérienne programmée jusqu'à la fin de ce week-end est à ce jour inchangée. A compter du 2 novembre, le traitement des vols sera opéré intégralement dans le Hall A. Seront maintenus le service de navette entre le parc P4 et l'aérogare, la Navette 30'Direct entre la gare Saint-Jean et l'Aéroport, le bus Liane 1 qui relie le centre de Bordeaux, les locations de véhicules, un service minimum de commerces autorisés.

  • 30/10/20 | LISEA s'engage avec l'Office Français de la Biodiversité

    Lire

    Le 29 octobre, lors du World Impact Summit à Bordeaux, le concessionnaire de la LGV Sud Europe Atlantique a conforté son engagement pour la préservation de la biodiversité. L'Office Français de la Biodiversité porte le programme "Act4Nature France", qui rassemble 80 entreprises pour enrayer l'érosion de la biodiversité. En rejoignant ce programme, LISEA s'engage à créer, restaurer et gérer des sites naturels favorables aux espèces protégées à proximité de la LGV. Selon Hervé le Caignec, Président de LISEA, "c'est une action supplémentaire qui montre notre engagement pour la protection des territoires traversés par la ligne".

  • 30/10/20 | Un tiers-lieu hybride dans les Deux-Sèvres

    Lire

    La Colporteuse à Argentonnay dans les Deux-Sèvres est depuis 13 ans un lieu d’expérimentation du vivre ensemble et de la citoyenneté. Elle a décidé de développer de nouveaux services avec la mise en place d’un espace de coworking afin de répondre aux nouvelles formes de travail. La Région Nouvelle-Aquitaine s’associe à ce projet et apporte une aide de 60 000 euros afin de permettre le développement de ce lieu.

  • 30/10/20 | La Région soutient le laboratoire départemental de recherche de la Dordogne

    Lire

    La Région a attribué 24 545 euros au Laboratoire Départemental d'Analyse et de Recherche de la Dordogne (Coulounieix-Chamiers) pour des investissements en matériels. La collectivité a souhaité initier un réseau sentinelle de suivi de stations d'épuration en zones touristique pour anticiper une reprise de l'épidémie en période estivale. Le Laboratoire de la Dordogne a souhaité intégrer la démarche et a sollicité la Région pour l'achat d'une ultracentrifugeuse et d'un congélateur permettant le stockage des échantillons avant analyses.

  • 30/10/20 | La manufacture d’Artoria se dote d’équipements numériques

    Lire

    Grâce au soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine, à hauteur de 55 255 euros, la manufacture d’Artoria fabriquant des contenants et flaconnages en porcelaine en Haute-Vienne, va lancer une plateforme multilingue pour accroître sa visibilité à l’international. Cela va aussi lui permettre de capitaliser sur son savoir-faire en créant une marque de produits spéciaux « made in Limoges » en direction du grand public.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Bruno Danet, itinéraire d'un homme de réseaux... au sens noble du terme

30/09/2012 | Pour Bruno Danet le mot réseau est bien une question de trafic ! Sa priorité consistant, avant tout, à bien vous mener d'un point à un autre, en Tram, en Bus ou en VCub.

Bruno Danet ou l'itinéraire d'un homme de réseaux

Bruno Danet est le directeur de Keolis Bordeaux, délégataire de service public pour le compte de la Communauté urbaine de Bordeaux depuis le 1er mai 2009. L'entreprise qui exploite le réseau Tbc, les trams et les bus de la Cub et qui joue de plus en plus sur l’intermodalité bus, tram, vélo, autopartage et bientôt navettes fluviales, est sous sa gouverne. Rencontre avec un homme qui, tout au long de sa vie a beaucoup bougé et qui considère qu'il est originaire d'un peu partout. Fêter son 17ème déménagement à 43 ans quand on en a 48, vous donne une certaine légitimité en matière de mobilité.

C'est le lot de nombreux enfants de militaires que de déménager régulièrement et de devoir refaire sa vie, retisser des liens et s'adapter à une autre ville, voire un autre continent. C'est en tout point, l'enfance qu'aura connue Bruno Danet, d'ascendance mi-bretonne, mi-ariégeoise, né en 1964, à Fianarantsoa, une ville située au sud-est de l'ile de Madagascar. Pourtant ce quasi "nomadisme" ne lui laissera ni regrets, ni traumatismes : "Bouger m'a donné une grande ouverture d'esprit et le goût de la relation humaine. Je n'ai pas subi, au contraire, avec le recul ça m'a enrichi. Même si à l'annonce du départ, la première réaction est de se dire qu'on va quitter ses copains. Très vite ce sentiment a disparu".

De l'Afrique à KeolisQuestion vocation, Bruno Danet veut être vétérinaire. Un rêve fortement influencé par la série américaine Daktari, qui raconte le quotidien de Marsh Tracy, un vétérinaire dirigeant un centre d'études sur le comportement des animaux, à Wameru, quelque part en Afrique. Une série dont les véritables héros sont Judy, une guenon impertinente et Clarence, un lion nonchalant doté d'un fort strabisme. "Ma passion des animaux et ma vie en Afrique m'ont aiguillé vers cette image d'un groupe qui n'a probablement jamais réellement existé. Mais les études de vétérinaire demandaient un niveau en sciences que je n'avais pas. Le principe de réalité m'a alors orienté vers une prépa HEC". Une voie qu'il ne regrettera jamais. "Je me suis complètement épanoui dans les matières abordées et le côté pragmatique qui donnaient du sens à ce que je faisais". C'est donc avec un esprit plus cartésien que créatif, qu'en 1988 il se posera la question que se posaient, avec plus ou moins d'enthousiasme, tous les jeunes hommes de l'époque aux portes de l'âge adulte : "comment vais-je effectuer mon service militaire?". Monsieur Danet père est un homme ouvert, qui accepte que son fils fasse un service national volontaire en entreprise, en Guinée. Entre plusieurs opportunités, il choisira d'intégrer la Générale de Transport et d'Industrie (G.T.I), également nommée VIA-GTI, ancêtre de Keolis, pour contribuer à mettre en oeuvre un réseau de transport dans la ville de Conakry, la capitale Guinéenne. Pour lui qui n'avait jamais joué ni au train, ni aux petites voitures, le transport était vraiment "terra incognita". Dans le cadre de cette mission, il assurera la formation de cadres guinéens à la gestion et à la comptabilité, transfert de compétences en vue de leur émancipation. Son retour vers le continent, Bruno Danet le fera avec 2 amis, en 4X4, et traversera la Guinée, le Mali, le Niger, l'Algérie, le Maroc, le Haut Atlas en prenant le temps et en multipliant les rencontres. "A l'époque, je n'avais pas conscience de vivre une aventure fabuleuse. Je n'ai que 3 photos comme trace, mais tout est dans ma tête. On vivait le moment présent sans se projeter, sans savoir que deux ans plus tard, notre périple serait littéralement impossible". Arrivé en France, c'est avec "son véhicule chargé comme un mulet, qu'il prendra contact avec le siège, à la Défense".

Le droit au transportNous sommes dans les années 90, le transport en commun est en pleine révolution. Pour la première fois on parle de "Droit au transport"et le marketing pointant son nez, l'usager est en passe de devenir un client, qui, de captif va pouvoir choisir. Nommé à Lyon, le plus gros réseau du groupe, il devient responsabe du contrôle de gestion, une discipline très transversale où il apprend le commerce, le marketing, la maintenance, l'exploitation et les ressources humaines. Puis ce sera Paris et l'international. Quand Bruno Danet et son épouse décident de migrer en province, le couple se retrouve à Alès, dans une petite entreprise où le directeur fait tout et où trois projets vont lui incomber : les 35 heures, la restructuration du réseau et la mise en oeuvre de la billettique. Il mettra en place le premier réseau à expérimenter le système de "la carte sans contact". Ayant fait le tour de sa fonction, il prend le poste de secrétaire général à Rennes et participera au lancement du métro autonome de type VAL. Six années au cours desquelles il aura ses deux enfants. Puis en 2007, le groupe Keolis lui propose la direction de la Région Sud Ouest, où Bordeaux a lancé un appel d'offre. Exit Veolia, Keolis prendra le relais avec une prise en main début 2009. Et là les souvenirs émergent, Bruno Danet raconte : "En 1992, alors que j'y faisais un court séjour, je m'étais juré de ne jamais vivre à Bordeaux. Je trouvais la ville sale, triste et noire. Puis je pars à Lyon que j'adore, déjà requalifiée, avec une qualité architecturale admirable, de vrais quartiers et son Plan Lumière. C'est alors qu' en 2006, ma femme et moi décidons de visiter deux villes en B. Barcelone et Bordeaux. Une semaine dans chaque. J'avais entendu dire que la ville avait évolué. Nous avons déposé notre voiture, puis avons passé 8 jours sans la prendre, à nous balader pour découvrir les quais métamorphosés et tout le reste. Et là ! Nous avons été bluffés ! Un an plus tard, d'un commun accord et sans préméditation, le destin aidant, nous nous y installions.

Décloisonnement et transversalité"Le premier chantier auquel je me suis attelé est de développer une organisation la plus transversale possible dans une entreprise composée de 2 500 personnes dont 1 500 conducteurs, mais qui intègre beaucoup d'autres métiers. Tout est interdépendant, si on ne le fait pas, on ne peut pas mettre les choses en place en 9 mois. Ce qui tue notre société, c'est le cloisonnement et le monolithique. Au-delà de ça, il faut être conscient que nous sommes sur un secteur d'enjeux globaux importants pour la planète où les transports en commun ont un rôle à jouer et doivent fonctionner dans la complémentarité, avec notamment, celle jamais travaillée de la marche". Rendre le Bus aussi attractif que le Tram est également au programme d'une année 2013 qui compte la mise en oeuvre du pont Bacalan Bastide et des navettes fluviales, des extensions de lignes de tram et l'équipement en bus hybrides. A l'évidence, Bruno Danet, est loin d'avoir fait le tour de sa fonction en terre Aquitaine, d'autant plus que pour lui : "à Bordeaux, nous sommes dans un territoire un peu béni des dieux, sur lequel on développe un attachement très rapide.. ". Entre a priori et à posteriori, comme il aime à le dire, il devrait se poser encore un peu avant de repartir vers d'autres réseaux. A moins que conquis, il ne veuille plus bouger...

Isabelle Camus
Par Isabelle Camus

Crédit Photo : Keolis

Bordeaux Métropole 2030Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
5328
Aimé par vous
5 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !