Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

10/12/19 : Charente-Maritime : 2300 personnes ont manifesté aujourd'hui à La Rochelle, 1100 à Saintes et 700 à Rochefort, selon la préfecture.

10/12/19 : La Rochelle : Entre 16h et 17, les bretelles de sortie de la rocade à Lagord avaient été fermées dans les deux sens par précaution. Les manifestants sont restés sur leur parcours. La manifestation est désormais terminée et la circulation normale.

10/12/19 : A Poitiers, mobilisation moins importante ce mardi après-midi contre la réforme des retraites. Le cortège est parti de Rebeillau à 14h pour rejoindre la Porte de Paris. Selon la police, il y avait 2 900 manifestants, la CGT en recensait 7 à 8 000.

10/12/19 : La CGT revendique plusieurs opérations de coupure de courant en Haute-Vienne : la préfecture, 2 banques, le magasin FNAC et le secteur Libération à Limoges.

10/12/19 : A Agen, 3000 personnes ont participé à la manifestation contre la réforme des retraites. Ils étaient 2000 à Bayonne et 5000 à Limoges (chiffres police).

10/12/19 : A Guéret, dans la Creuse, les quelque 300 participants à la manifestation contre les réformes, ont circulé sur une zone commerciale donnant lieu à des blocages partiels aux ronds-points.

10/12/19 : Entre 9 et 10 000 personnes ont participé ce mardi 10 décembre à la manifestation contre la réforme des retraites à Bordeaux, à la veille du discours du Premier Ministre Edouard Philippe ce mercredi 11 décembre à midi.

10/12/19 : A Pau, le cortège des manifestants a suivi ce 10 décembre le même parcours que jeudi dernier mais le nombre de participants est peu ou prou divisé par deux ce mardi. Entre 4000 et 6000 manifestants, contre environ 10 000 jeudi dernier.

10/12/19 : Dans l'académie de Poitiers, les taux de participation à la grève du 10 décembre sont moins importants que ceux du 5 décembre. Ce mardi, 14,29 % des enseignants sont grévistes (1er degré 11,80 %, 2d degré 19,57 %) et de 3,81 % des autres personnels.

10/12/19 : Beynac : la cour administrative d'appel de Bordeaux vient de confirmer l'annulation des travaux du contournement. Le Département de la Dordogne doit procéder à la démolition des éléments construits et remettre le site en état dans un délai d'un an.

10/12/19 : Coupe de France de football : Le football Trélissac club (N2) rencontrera en 32e de finales l'Olympique de Marseille. Les Périgourdins ont déjà affronté les Olympiens par deux fois, en 2010 et 2016. Le match devrait avoir lieu les 4 ou 5 janvier.

10/12/19 : À Châtellerault (86), plus de 1000 personnes ont manifesté contre la réforme des retraites ce mardi 10 décembre. Le cortège a défilé de la salle omnisports vers le centre ville. Plus tôt dans la matinée, le dépôt des bus châtelleraudais a été bloqué.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 11/12/19 | Noël: les libraires de la région vous conseillent !

    Lire

    Pour la 2ème année, les libraires indépendants et passionnés de Nouvelle-Aquitaine ont sélectionné leurs coups de cœur de Noël et regroupé au sein d'un catalogue dédié plus de 100 livres à offrir ou à s'offrir. Une sélection pour tous et pour chacun en littérature, mais aussi jeunesse, BD, etc. Le catalogue "Noël en librairie indépendante" est distribué gratuitement dans plus de 100 librairies membres de l’association, de Limoges à Biarritz, en passant par La Rochelle, Pau, Bordeaux, Poitiers... mais il peut aussi être feuilleté en ligne !

  • 11/12/19 | Bordeaux vous est contée à l'Espace Mably

    Lire

    La maison d'édition Les Dossiers d'Aquitaine, organise du 12 décembre au 12 janvier, l'exposition "Bordeaux leur doit sa liberté d'esprit". D'Ausone à Mauriac en passant par Aliénor d'Aquitaine, Vital Carles ou encore les députés girondins, l'exposition regroupant à l'Espace Mably, à Bordeaux, de nombreux tableaux, documents, vidéos, biographies, cartes postales, livres et albums, retrace 2000 ans d'histoire bordelaise. Une histoire à travers les personnages qui se sont engagés pour que vivent libres Bordeaux et la Guienne (l'Aquitaine). Ouvert tous les jours de 13h à 19h.

  • 10/12/19 | Un exercice de sécurité civile attentat mercredi à Sarlat

    Lire

    Un exercice de sécurité civile "attentat Orsec Novi" se déroulera mercredi 11 décembre de 14 h à 20 h au lycée Pré de Cordy de Sarlat. Plus de 170 personnes, gendarmes, pompiers, agents de l'état et lycéens, la Croix rouge, la protection civile y participeront. Cet exercice permettra de tester les chaînes d’alerte et de commandement, notamment la réactivité des services et de vérifier que les outils sont opérationnels, la mise en oeuvre du plan organisation des secours nombreuses victimes.

  • 10/12/19 | Aucun train ne circule en Dordogne ce 10 décembre

    Lire

    Aucun TER ne circule ce mardi 10 décembre en Dordogne. La SNCF met en place des liaisons par bus sur les trajets les plus fréquentés. Sur la ligne Périgueux-Bordeaux, au départ de Périgueux, les prochains bus partent à 17h35 et 18h30. Sur la ligne Périgueux-Limoges, les prochains bus sont à 17h17, 18h30, 19h50. Sur la ligne Périgueux-Brive, un seul bus à 17h. Sur la ligne Agen-Sarlat, un bus est prévu en fin de journée à 17h45. La SNCF recommande aux voyageurs de reporter leurs déplacements.

  • 10/12/19 | Exercice de sécurité autour du barrage hydraulique Saint-Marc (87)

    Lire

    La préfecture de la Haute-Vienne organise jeudi 12 décembre un exercice de sécurité civile simulant la rupture du barrage Saint-Marc situé à Saint-Martin Terressus. Au cours de cet exercice les sirènes d’alerte, signe d'un péril imminent, seront déclenchées à Saint-Priest Taurion, Panazol, Limoges, Isle, Bosmie-l’Aiguille, Aixe-sur-Vienne et Saint-Junien. Objectif: tester la mise en œuvre du Plan particulier d’intervention (PPI) du barrage afin de renforcer l’efficacité des dispositifs face aux risques que représente un ouvrage hydraulique en cas de rupture et informer la population sur les consignes comportementales à adopter.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Bruno Danet, itinéraire d'un homme de réseaux... au sens noble du terme

30/09/2012 | Pour Bruno Danet le mot réseau est bien une question de trafic ! Sa priorité consistant, avant tout, à bien vous mener d'un point à un autre, en Tram, en Bus ou en VCub.

Bruno Danet ou l'itinéraire d'un homme de réseaux

Bruno Danet est le directeur de Keolis Bordeaux, délégataire de service public pour le compte de la Communauté urbaine de Bordeaux depuis le 1er mai 2009. L'entreprise qui exploite le réseau Tbc, les trams et les bus de la Cub et qui joue de plus en plus sur l’intermodalité bus, tram, vélo, autopartage et bientôt navettes fluviales, est sous sa gouverne. Rencontre avec un homme qui, tout au long de sa vie a beaucoup bougé et qui considère qu'il est originaire d'un peu partout. Fêter son 17ème déménagement à 43 ans quand on en a 48, vous donne une certaine légitimité en matière de mobilité.

C'est le lot de nombreux enfants de militaires que de déménager régulièrement et de devoir refaire sa vie, retisser des liens et s'adapter à une autre ville, voire un autre continent. C'est en tout point, l'enfance qu'aura connue Bruno Danet, d'ascendance mi-bretonne, mi-ariégeoise, né en 1964, à Fianarantsoa, une ville située au sud-est de l'ile de Madagascar. Pourtant ce quasi "nomadisme" ne lui laissera ni regrets, ni traumatismes : "Bouger m'a donné une grande ouverture d'esprit et le goût de la relation humaine. Je n'ai pas subi, au contraire, avec le recul ça m'a enrichi. Même si à l'annonce du départ, la première réaction est de se dire qu'on va quitter ses copains. Très vite ce sentiment a disparu".

De l'Afrique à KeolisQuestion vocation, Bruno Danet veut être vétérinaire. Un rêve fortement influencé par la série américaine Daktari, qui raconte le quotidien de Marsh Tracy, un vétérinaire dirigeant un centre d'études sur le comportement des animaux, à Wameru, quelque part en Afrique. Une série dont les véritables héros sont Judy, une guenon impertinente et Clarence, un lion nonchalant doté d'un fort strabisme. "Ma passion des animaux et ma vie en Afrique m'ont aiguillé vers cette image d'un groupe qui n'a probablement jamais réellement existé. Mais les études de vétérinaire demandaient un niveau en sciences que je n'avais pas. Le principe de réalité m'a alors orienté vers une prépa HEC". Une voie qu'il ne regrettera jamais. "Je me suis complètement épanoui dans les matières abordées et le côté pragmatique qui donnaient du sens à ce que je faisais". C'est donc avec un esprit plus cartésien que créatif, qu'en 1988 il se posera la question que se posaient, avec plus ou moins d'enthousiasme, tous les jeunes hommes de l'époque aux portes de l'âge adulte : "comment vais-je effectuer mon service militaire?". Monsieur Danet père est un homme ouvert, qui accepte que son fils fasse un service national volontaire en entreprise, en Guinée. Entre plusieurs opportunités, il choisira d'intégrer la Générale de Transport et d'Industrie (G.T.I), également nommée VIA-GTI, ancêtre de Keolis, pour contribuer à mettre en oeuvre un réseau de transport dans la ville de Conakry, la capitale Guinéenne. Pour lui qui n'avait jamais joué ni au train, ni aux petites voitures, le transport était vraiment "terra incognita". Dans le cadre de cette mission, il assurera la formation de cadres guinéens à la gestion et à la comptabilité, transfert de compétences en vue de leur émancipation. Son retour vers le continent, Bruno Danet le fera avec 2 amis, en 4X4, et traversera la Guinée, le Mali, le Niger, l'Algérie, le Maroc, le Haut Atlas en prenant le temps et en multipliant les rencontres. "A l'époque, je n'avais pas conscience de vivre une aventure fabuleuse. Je n'ai que 3 photos comme trace, mais tout est dans ma tête. On vivait le moment présent sans se projeter, sans savoir que deux ans plus tard, notre périple serait littéralement impossible". Arrivé en France, c'est avec "son véhicule chargé comme un mulet, qu'il prendra contact avec le siège, à la Défense".

Le droit au transportNous sommes dans les années 90, le transport en commun est en pleine révolution. Pour la première fois on parle de "Droit au transport"et le marketing pointant son nez, l'usager est en passe de devenir un client, qui, de captif va pouvoir choisir. Nommé à Lyon, le plus gros réseau du groupe, il devient responsabe du contrôle de gestion, une discipline très transversale où il apprend le commerce, le marketing, la maintenance, l'exploitation et les ressources humaines. Puis ce sera Paris et l'international. Quand Bruno Danet et son épouse décident de migrer en province, le couple se retrouve à Alès, dans une petite entreprise où le directeur fait tout et où trois projets vont lui incomber : les 35 heures, la restructuration du réseau et la mise en oeuvre de la billettique. Il mettra en place le premier réseau à expérimenter le système de "la carte sans contact". Ayant fait le tour de sa fonction, il prend le poste de secrétaire général à Rennes et participera au lancement du métro autonome de type VAL. Six années au cours desquelles il aura ses deux enfants. Puis en 2007, le groupe Keolis lui propose la direction de la Région Sud Ouest, où Bordeaux a lancé un appel d'offre. Exit Veolia, Keolis prendra le relais avec une prise en main début 2009. Et là les souvenirs émergent, Bruno Danet raconte : "En 1992, alors que j'y faisais un court séjour, je m'étais juré de ne jamais vivre à Bordeaux. Je trouvais la ville sale, triste et noire. Puis je pars à Lyon que j'adore, déjà requalifiée, avec une qualité architecturale admirable, de vrais quartiers et son Plan Lumière. C'est alors qu' en 2006, ma femme et moi décidons de visiter deux villes en B. Barcelone et Bordeaux. Une semaine dans chaque. J'avais entendu dire que la ville avait évolué. Nous avons déposé notre voiture, puis avons passé 8 jours sans la prendre, à nous balader pour découvrir les quais métamorphosés et tout le reste. Et là ! Nous avons été bluffés ! Un an plus tard, d'un commun accord et sans préméditation, le destin aidant, nous nous y installions.

Décloisonnement et transversalité"Le premier chantier auquel je me suis attelé est de développer une organisation la plus transversale possible dans une entreprise composée de 2 500 personnes dont 1 500 conducteurs, mais qui intègre beaucoup d'autres métiers. Tout est interdépendant, si on ne le fait pas, on ne peut pas mettre les choses en place en 9 mois. Ce qui tue notre société, c'est le cloisonnement et le monolithique. Au-delà de ça, il faut être conscient que nous sommes sur un secteur d'enjeux globaux importants pour la planète où les transports en commun ont un rôle à jouer et doivent fonctionner dans la complémentarité, avec notamment, celle jamais travaillée de la marche". Rendre le Bus aussi attractif que le Tram est également au programme d'une année 2013 qui compte la mise en oeuvre du pont Bacalan Bastide et des navettes fluviales, des extensions de lignes de tram et l'équipement en bus hybrides. A l'évidence, Bruno Danet, est loin d'avoir fait le tour de sa fonction en terre Aquitaine, d'autant plus que pour lui : "à Bordeaux, nous sommes dans un territoire un peu béni des dieux, sur lequel on développe un attachement très rapide.. ". Entre a priori et à posteriori, comme il aime à le dire, il devrait se poser encore un peu avant de repartir vers d'autres réseaux. A moins que conquis, il ne veuille plus bouger...

Isabelle Camus
Par Isabelle Camus

Crédit Photo : Keolis

Bordeaux Métropole 2030Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
4556
Aimé par vous
5 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !