Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/10/21 : Pau Béarn Pyrénées Mobilités et ses Partenaires Engagés lancent la 3ème campagne d’Aide à l’achat Vélos, dont l'offre est doublée cette année. Cette 3ème session d’instruction des demandes aura lieu du lundi 1er novembre au mardi 30 novembre 2021.

18/10/21 : Mardi 19 octobre a lieu la 15ème édition du Forum Emploi de Cenon, de 9h à 14h au Rocher de Palmer. Sécurité, commerces, restauration, logistique, sanitaire & social, hygiène, BTP, Industrie, de nombreux postes et formations seront proposées à tous

15/10/21 : Saint-Médard en Jalles poursuit sa concertation sur son futur "Plan vélo et autres mobilités actives" pour déterminer les actions à prévoir en terme d'aménagement, d'éducation, de prévention ou de promotion. Rdv le 18 octobre et le 3 novembre+ d'info

15/10/21 : Rencontres, animations, spectacle, exposition, ciné-débats, atelier, handisport... Du 2 au 16 novembre, la 8ème édition de la Quinzaine de l'Egalité et la Diversité débarque à Bordeaux et dans la métropole. Une fois encore le programme sera riche !+ d'info

15/10/21 : Talence organise samedi 16 octobre de 10h à 19h, une journée consacrée aux sports, mis à l’honneur avec une "Journée olympique" et la "course des 5 et 10 km" : un grand rendez-vous sportif afin de préparer les JO de Paris 2024 et soutenir nos athlètes+ d'info

07/10/21 : À partir du 17 décembre, Volotea proposera une nouvelle ligne au départ de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac à destination de l’aéroport de Lille 2 fois par semaine en décembre et en janvier puis 6 fois par semaine à partir d’avril 2022.

07/10/21 : Dans le cadre des travaux de la déviation du Taillan-Médoc, la section à 2x2 voies de la RD 1215E1, route à grand trafic, sera réduite à 1 voie dans le sens Bordeaux-Le Verdon, du 11/10 au 11/11 et dans le sens Le Verdon-Bordeaux, du 18 au 19 octobre

07/10/21 : Du 1er au 10 octobre, partout en Nouvelle-Aquitaine, la Fête de la science permet à toutes et tous de découvrir la science et les scientifiques avec des rencontres, conférences, cafés-sciences, expositions, ateliers, etc.+ d'info

05/10/21 : L'Etat et la Région ont sélectionné 17 nouveaux lauréats au fonds d’accélération des investissements industriels dans le cadre du plan France Relance. Ces 17 projets représentent 6 M€ de subventions sur un total pour l'heure de 63 M€ et 126 lauréats.+ d'info

05/10/21 : Au 31 juillet 2021, l’État a investi au titre de son plan France Relance 2,75 Mds € en Nouvelle-Aquitaine dont 770 M€ pour le volet transition écologique, 924 M€ pour le volet compétitivité et plus d’1Md pour le volet cohésion sociale et territoriale

01/10/21 : Randonnées découverte en journée ou en soirée de la faune, de la flore, de la géologie, balades contées, expositions, jeux de piste… Ces 2 et 3 octobre, la Région Nouvelle-Aquitaine organise les "48h Nature". Tout le programme sut 48hnature.fr+ d'info

30/09/21 : Jusqu'au 13 octobre, l’asso SOLINUM organise une expo photo à la Halle des Douves à Bordeaux “Clichés d’une hébergée” consacrée au dispositif d’hébergement solidaire Merci pour l’invit destiné aux femmes sans-abri, à travers le parcours de 2 d'entre elles+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/21 | La sûreté de tous au cœur de Kéolis Bordeaux Métropole

    Lire

    Début octobre, Kéolis Bordeaux Métropole et la direction départementale de la sécurité publique de la Gironde (DDSP 33) ont signé une convention de partenariat destinée à faire de TBM un réseau sûr. Au travers de cela, elles vont mettre en place des actions communes pour agir contre la fraude et les incivilités sur le réseau et ainsi rassurer voyageurs et salariés de TBM. Des actions de prévention dans les établissements scolaires et associations seront également menées.

  • 19/10/21 | Entreprises: Oser Reso en Vienne

    Lire

    Le 20 octobre, la CCI de la Vienne organise au Futuroscope, en partenariat avec les Clubs d'Entreprises de la Vienne, la 10ème éditions des Rencontres Economiques des dirigeants de la Vienne. 110 entreprises seront présentes au cours de cette journée qui s'inscrit dans le Plan de Relance des entreprises. Pour la 1ère fois les services Achats seront présents et notamment ceux du CHU, de Sorégies ou de Grand Poitiers.

  • 19/10/21 | Royan Atlantique fête le vélo

    Lire

    Le 24 octobre, l'agglomération de Royan organise le 8ème fête du vélo. Sur un parcours de 50km au départ de Talmont-sur-Gironde, les petits et les grands pourront se balader sur un parcours adapté à tous les âges. De 9h à 10h15, des départs sont prévus toutes les 15 mn. A mi-parcours, à Epargnes, un lieu de pique-nique attend les cyclistes. Les participants peuvent s'inscrire à partir du 8 octobre et jusqu'au 21 sur le site de l'agglomération

  • 18/10/21 | Christophe Bonno, nouveau directeur général de Maïsadour

    Lire

    Le Groupe coopératif Maïsadour annonce la nomination de Christophe Bonno au poste de Directeur Général à compter du 18 octobre 2021. Diplômé d'AgroSup Dijon, il passe par Jean Caby, puis Madrange avant de rejoindre le Groupement Les Mousquetaires-Intermarché en 1999. Dernièrement, il y occupait le poste de Directeur des relations institutionnelles agricoles. Spécialiste des filières agricoles, de l’industrie et de la distribution alimentaire, sa mission sera "d’accélérer le retour à la croissance et de poursuivre la transformation engagée par le Groupe pour répondre aux attentes sociétales et à ses enjeux sectoriels".

  • 18/10/21 | Le "génie écologique" des Pyrénées-Atlantiques récompensé

    Lire

    Le Département 64 a obtenu la mention spéciale "Génie écologique" du concours 2021 "Infrastructures pour la Mobilité, Biodiversité & Paysage". Organisé par l’Institut des Routes des Rues et des Infrastructures pour la Mobilité, il récompense les meilleures initiatives en faveur de la préservation, de la restauration et de la valorisation des écosystèmes et de la biodiversité par les acteurs impliqués dans les projets de requalification et d’exploitation des infrastructures de mobilité. Salué notamment, le programme ANIMO qui vise à protéger certaines espèces animales (sangliers, lièvres, hérissons…) et éviter des collisions avec les véhicules.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Déborah Poyer : de juriste à illustratrice après un burn out

04/03/2021 | Déborah Poyer a fait un burn out il y a de ça trois ans. Aujourd'hui, elle a mis au placard son tailleur de juriste pour enfiler son costume d'artiste.

1

Après un mois de pluie, le soleil perce enfin les nuages bordelais à la mi-mars. Un passage devant le skate Park bondé, sur les quais des Chartrons, et direction rue Boirie. À l’angle de la rue, deuxième étage, la porte est entrouverte. Déborah Poyer, 39 ans - bientôt quarante et pleinement assumés, nous accueille dans son appartement. Un accueil chaleureux, avec un visage rayonnant. Sourire accroché à ses lèvres, elle nous fait rentrer dans son univers.

À droite, dans l’entrée, son espace de travail. Une grande table sur roulette, en bois d’origine, en guise de bureau. Un bouquet de fleurs séchées en son centre. « C’est le bazar », balance Déborah, en regroupant ses affaires. Sur le mur, une quinzaine d’illustrations encadrées. Des grands comme des petits formats, dans des cadres dorés, noirs et blancs. Ses illustrations, évidemment. Sur la gauche, la cuisine, où l’ébullition de la bouilloire se fait entendre. Il suffit de suivre les rainures du parquet des années 70 pour arriver au salon. Des murs blancs, deux grandes fenêtres, deux fauteuils gris, un canapé, deux tables basses gigogne… en clair, de la sobriété ! Sans oublier des vinyles un peu partout, pour cette férue de rock des années 70. S’il y a trois ans en arrière, Déborah était juriste dans un grand groupe de banque assurance, il n’en est plus. « Ça, c’était ma vie d’avant ! », déclare-t-elle, assise dans l’un des deux fauteuils. 

Tomber pour mieux se relever

Aux oubliettes les talons et le tailleur de juriste. Après 10 ans de vie à mille a l’heure, rythmés par le travail, la vie sociale et culturelle - concerts, expositions -, un jour de janvier 2018, tout lâche. « J’ai été terrassée. Je ne pouvais plus marcher, plus voir personne. Je suis passée d’une vie à mille à l’heure, à ne plus pouvoir marcher de mon lit à ma cuisine », raconte-t-elle en montrant la dizaine de mètres qui séparent ces deux espaces. Six mois après le début des symptômes, le diagnostic tombe : burn out. Plus rien n’avait de sens dans la vie de Déborah. Ni son travail, ni sa vie personnelle. « Je passais mon temps à courir après rien », se remémore-t-elle. Un thé entre les mains, elle exprime la peur qui l’a habitée durant ces six mois. De diagnostic en diagnostic, parfois pas simples à encaisser, c’était presque un soulagement d’avoir une réponse. Puis arrive l’heure des interrogations : « Est-ce qu’un jour je vais pouvoir ressortir de chez moi? Remarcher? » Une chose était sûre, le travail en entreprise, c’est terminé ! 

 Deborah Poyer, de juriste à illustratrice

Une robe chasuble en velours marron, des bottines noires brillantes, c’est comme ça que Déborah se sent bien maintenant. Au milieu de son salon rempli de plantes, elle revient sur son combat. Pas de « medoc », mais de la méditation. Grâce à elle, aujourd’hui, son corps, elle le « sent ». « Le burn out m’a appris de me connaître et à pouvoir me poser. C’était inconcevable pour moi de rester un aprem sur un fauteuil, avant. Maintenant, c’est nécessaire et ça me permet de me recentrer. »

Pas de hasard
Pendant les premiers mois, Déborah a été habitée par un sentiment de solitude. « Personne ne comprend. Même mon entourage me disait tout le temps « allez, il faut avancer. » On est dans une société ou on supporte pas les gens qui ont des coups de mou, où il faut toujours prouver qu’on est capable de fonctionner à mille à l’heure », raconte-t-elle, attristée. Mais le sourire revient vite sur son visage. D’ailleurs, il ne le quitte pas souvent, même quand elle raconte des moments durs. Sa positivité reprend toujours le dessus. « À travers moi, ma famille et mes amis ont grandi. Ils ont vu mon évolution. Là où ma famille avant me disait « CDI, sécurité financière », maintenant ils veulent juste que je sois heureuse. » C’est pas peu fière qu’elle nous raconte que désormais, c’est eux qui la poussent à faire ce qu’elle fait. 

Illustration Jim et Debo  

Tous droits réservés à @JimetDebo2021

 « Dans la vie, il n’y a pas de hasard, que des rendez-vous », dit-elle le regard rieur, en laissant apparaître ses fossettes. En fac de droit, Déborah fait la connaissance d’Anne-Sophie Vives, aujourd’hui présidente de l’association L’burn. Des années après, les deux femmes se retrouvent pendant que le projet associatif voyait le jour. « L’association m’a aidée dans ma reconstruction mentale ». Être avec des gens qui vivent la même chose, ça fait du bien !

Une renaissance 

Si ce burn out a eu l’effet d’un « tsunami » après lequel il a fallu tout « réapprendre », aujourd’hui, Déborah est plutôt fière du chemin parcouru. Après avoir accepté et digéré le choc, elle a réussi à « mettre son cerveau en pause ». Elle qui n’avait pas dessiné depuis ses 18 ans, a renfilé son costume d’artiste au premier confinement. « Tout un univers s’est mis en place dans ma tête et j’avais tout le temps envie de mettre en scène Jim et Débo, mes personnages. Je m’étais pas projetée mais ça venait vraiment du fond de moi, j’arrivais pas à contrôler ». Deux personnages qu’elle fait vivre dans des illustrations éponymes : Jim et Debo. Toujours en mettant en avant des choses qu’elle aime : artistes, associations, commerçants, endroits… Sans oublier l’humour, qui anime aussi ses dessins. « J’ai envie de faire sourire les gens, pour changer un peu le quotidien ». Un projet pas décidé donc, et qui pourtant, fonctionne à merveille.

« Débo, c’est clairement moi ! Ce qu’elle fait, je l’ai fait », dit-elle en donnant l’exemple des cours de chant. Dans un univers un peu fantasque, il y a Jim, à ses côtés. « Alors lui, dit-elle en éclatant de rire, c’est un mélange de tout ce que j’aime. » Des projets se dessinent pour l’illustratrice : développer des produits dérivés tels que des coloriages, proposer trois formats d’impressions… et d’autres qui restent encore secrets ! Une reconversion qui réussit plutôt bien à Déborah, qui a le teint rosé après une heure derrière les fenêtres qui ont laissé passer le soleil. « C’est une belle revanche, je suis contente », dit-elle en riant aux éclats.

 

Vous pouvez également retrouver Jim et Debo sur Facebook

Mélanie Philips
Par Mélanie Philips

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
7977
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !