Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/04/21 : Un centre de vaccination de grande capacité va ouvrir ses portes au Parc des Expositions de Poitiers le 20 avril prochain.

13/04/21 : 264 196 311,23 euros c'est le montant des subventions votées ce 12 avril lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. 244 délibérations ont été votées par des élus régionaux sous la présidence d'Alain Rousset.

12/04/21 : Philippe Dubourg, Maire d'Illats depuis 1977, est décédé le 11 avril dernier. Plusieurs élus locaux, dont Christophe Duprat, Maire de Saint-Aubin du Médoc, saluent la mémoire d'un « élu de terrain attaché à son territoire ».

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/04/21 | Traille transforme la laine des brebis basques

    Lire

    Actuellement les propriétés de la laine de brebis sont peu exploitées et au Pays Basque, 2 000 tonnes de laines sont jetées, brûlées ou enfouies chaque année. Pour palier à cela, la société Traille, basée à Biarritz, recherche des solutions innovantes de transformation de laine afin de fournir des matières naturelles, locales et traçables aux marques textiles. La Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de les soutenir lors de la commission permanente du 12 avril à hauteur de 60 000 euros.

  • 23/04/21 | L’ADAPEI 79 va produire des masques de protection

    Lire

    L’ADAPEI 79, qui a pour vocation de soutenir l’identification et la consolidation du projet professionnel de salariés en situation de handicap, a décidé d’investir dans une chaîne polyvalente de fabrication industrielle de masques de protection. Elle va donc pour cela créer 3 emplois. La Région Nouvelle-Aquitaine a décidé lors de sa dernière commission permanente du 12 avril de soutenir ce projet à hauteur de 50 000 euros.

  • 23/04/21 | Limoges et Ajaccio reliées cet été

    Lire

    Dès le 3 juillet et jusqu’au mois d’octobre, Volotéa proposera une liaison hebdomadaire, les samedis, au départ de l’aéroport de Limoges jusqu’à Ajaccio. Pour le directeur de l’aéroport, c’est « une excellente nouvelle pour notre clientèle.[…] Nous sommes ravis de participer au développement du réseau domestique de la compagnie Volotéa et souhaitons lisser avec celle-ci un partenariat sur le long terme ».

  • 22/04/21 | Une nouvelle matière 100% biodourcée développée en Vienne

    Lire

    Luc Ménétrey, opticien et créateur de lunettes à Vivonne dans la Vienne, a inventé en 2008 une nouvelle matière polymère cohérente écologiquement pour remplacer les plastiques à usage unique. Après 3 ans de R&D, Greenfib est née. 100 % biosourcée, durable, résistante, sans concurrence avec l’alimentation humaine et recyclable, Greenfib vient d’obtenir la certification alimentaire en multi-usages et haute température. Aujourd’hui, son créateur souhaite y intégrer de nouvelles fonctionnalités pour élargir son panel d’applications et générer de nouveaux débouchés commerciaux.

  • 22/04/21 | Un supermarché coopératif et participatif à Bayonne

    Lire

    A Bayonne, l’association Otsokop, née en 2015, souhaite rendre accessible une alimentation de qualité, respectueuse de l’humain et de son environnement. Elle vient de créer un supermarché coopératif et participatif qui propose des produits de qualité à moindre coût. Conjointement à cela, elle mène des actions de sensibilisation autour de l’alimentation et a adhéré à l’Eusko, la monnaie basque, qui représente aujourd’hui 25 % de son chiffre d’affaire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Déborah Poyer : de juriste à illustratrice après un burn out

04/03/2021 | Déborah Poyer a fait un burn out il y a de ça trois ans. Aujourd'hui, elle a mis au placard son tailleur de juriste pour enfiler son costume d'artiste.

Deborah Poyer, de juriste à illustratrice

Après un mois de pluie, le soleil perce enfin les nuages bordelais à la mi-mars. Un passage devant le skate Park bondé, sur les quais des Chartrons, et direction rue Boirie. À l’angle de la rue, deuxième étage, la porte est entrouverte. Déborah Poyer, 39 ans - bientôt quarante et pleinement assumés, nous accueille dans son appartement. Un accueil chaleureux, avec un visage rayonnant. Sourire accroché à ses lèvres, elle nous fait rentrer dans son univers.

À droite, dans l’entrée, son espace de travail. Une grande table sur roulette, en bois d’origine, en guise de bureau. Un bouquet de fleurs séchées en son centre. « C’est le bazar », balance Déborah, en regroupant ses affaires. Sur le mur, une quinzaine d’illustrations encadrées. Des grands comme des petits formats, dans des cadres dorés, noirs et blancs. Ses illustrations, évidemment. Sur la gauche, la cuisine, où l’ébullition de la bouilloire se fait entendre. Il suffit de suivre les rainures du parquet des années 70 pour arriver au salon. Des murs blancs, deux grandes fenêtres, deux fauteuils gris, un canapé, deux tables basses gigogne… en clair, de la sobriété ! Sans oublier des vinyles un peu partout, pour cette férue de rock des années 70. S’il y a trois ans en arrière, Déborah était juriste dans un grand groupe de banque assurance, il n’en est plus. « Ça, c’était ma vie d’avant ! », déclare-t-elle, assise dans l’un des deux fauteuils. 

Tomber pour mieux se relever

Aux oubliettes les talons et le tailleur de juriste. Après 10 ans de vie à mille a l’heure, rythmés par le travail, la vie sociale et culturelle - concerts, expositions -, un jour de janvier 2018, tout lâche. « J’ai été terrassée. Je ne pouvais plus marcher, plus voir personne. Je suis passée d’une vie à mille à l’heure, à ne plus pouvoir marcher de mon lit à ma cuisine », raconte-t-elle en montrant la dizaine de mètres qui séparent ces deux espaces. Six mois après le début des symptômes, le diagnostic tombe : burn out. Plus rien n’avait de sens dans la vie de Déborah. Ni son travail, ni sa vie personnelle. « Je passais mon temps à courir après rien », se remémore-t-elle. Un thé entre les mains, elle exprime la peur qui l’a habitée durant ces six mois. De diagnostic en diagnostic, parfois pas simples à encaisser, c’était presque un soulagement d’avoir une réponse. Puis arrive l’heure des interrogations : « Est-ce qu’un jour je vais pouvoir ressortir de chez moi? Remarcher? » Une chose était sûre, le travail en entreprise, c’est terminé ! 

 Deborah Poyer, de juriste à illustratrice

Une robe chasuble en velours marron, des bottines noires brillantes, c’est comme ça que Déborah se sent bien maintenant. Au milieu de son salon rempli de plantes, elle revient sur son combat. Pas de « medoc », mais de la méditation. Grâce à elle, aujourd’hui, son corps, elle le « sent ». « Le burn out m’a appris de me connaître et à pouvoir me poser. C’était inconcevable pour moi de rester un aprem sur un fauteuil, avant. Maintenant, c’est nécessaire et ça me permet de me recentrer. »

Pas de hasard
Pendant les premiers mois, Déborah a été habitée par un sentiment de solitude. « Personne ne comprend. Même mon entourage me disait tout le temps « allez, il faut avancer. » On est dans une société ou on supporte pas les gens qui ont des coups de mou, où il faut toujours prouver qu’on est capable de fonctionner à mille à l’heure », raconte-t-elle, attristée. Mais le sourire revient vite sur son visage. D’ailleurs, il ne le quitte pas souvent, même quand elle raconte des moments durs. Sa positivité reprend toujours le dessus. « À travers moi, ma famille et mes amis ont grandi. Ils ont vu mon évolution. Là où ma famille avant me disait « CDI, sécurité financière », maintenant ils veulent juste que je sois heureuse. » C’est pas peu fière qu’elle nous raconte que désormais, c’est eux qui la poussent à faire ce qu’elle fait. 

Illustration Jim et Debo  

Tous droits réservés à @JimetDebo2021

 « Dans la vie, il n’y a pas de hasard, que des rendez-vous », dit-elle le regard rieur, en laissant apparaître ses fossettes. En fac de droit, Déborah fait la connaissance d’Anne-Sophie Vives, aujourd’hui présidente de l’association L’burn. Des années après, les deux femmes se retrouvent pendant que le projet associatif voyait le jour. « L’association m’a aidée dans ma reconstruction mentale ». Être avec des gens qui vivent la même chose, ça fait du bien !

Une renaissance 

Si ce burn out a eu l’effet d’un « tsunami » après lequel il a fallu tout « réapprendre », aujourd’hui, Déborah est plutôt fière du chemin parcouru. Après avoir accepté et digéré le choc, elle a réussi à « mettre son cerveau en pause ». Elle qui n’avait pas dessiné depuis ses 18 ans, a renfilé son costume d’artiste au premier confinement. « Tout un univers s’est mis en place dans ma tête et j’avais tout le temps envie de mettre en scène Jim et Débo, mes personnages. Je m’étais pas projetée mais ça venait vraiment du fond de moi, j’arrivais pas à contrôler ». Deux personnages qu’elle fait vivre dans des illustrations éponymes : Jim et Debo. Toujours en mettant en avant des choses qu’elle aime : artistes, associations, commerçants, endroits… Sans oublier l’humour, qui anime aussi ses dessins. « J’ai envie de faire sourire les gens, pour changer un peu le quotidien ». Un projet pas décidé donc, et qui pourtant, fonctionne à merveille.

« Débo, c’est clairement moi ! Ce qu’elle fait, je l’ai fait », dit-elle en donnant l’exemple des cours de chant. Dans un univers un peu fantasque, il y a Jim, à ses côtés. « Alors lui, dit-elle en éclatant de rire, c’est un mélange de tout ce que j’aime. » Des projets se dessinent pour l’illustratrice : développer des produits dérivés tels que des coloriages, proposer trois formats d’impressions… et d’autres qui restent encore secrets ! Une reconversion qui réussit plutôt bien à Déborah, qui a le teint rosé après une heure derrière les fenêtres qui ont laissé passer le soleil. « C’est une belle revanche, je suis contente », dit-elle en riant aux éclats.

 

Vous pouvez également retrouver Jim et Debo sur Facebook

Mélanie Philips
Par Mélanie Philips

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5093
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !