12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

  • 08/12/17 | Les événements nautiques de La Rochelle annoncés au salon Nautic de Paris

    Lire

    Le salon Nautic a été l'occasion pour La Rochelle d'annoncer les événements de 2018. En avril, la ville accueillera L'Hermione avant son départ en méditerranée. En mai, ce sera la première édition des Assises de la plaisance et du nautisme. A partir de juillet, 4 championnats européens de sport de glisse vont se succéder (catamaran, dériveur et forty-niners). Sans oublier les traditionnels rendez-vous de la Semaine du Nautisme ou du Grand Pavois, qui se tiendra du 26 septembre au 1 octobre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Campings et mobile-homes: Pascale Got, députée de la Gironde, veut stopper les abus

04/11/2010 |

Pascale Got, députée de la Gironde, circonscription du Médoc

On l'a beaucoup entendu cet été : « le camping ne connaît pas la crise ». Et grâce aux mobile-homes notamment, c'est même une toute nouvelle forme de tourisme qui se développe. A tel point d'ailleurs que le vide juridique sur le sujet permet à certains gérants de camping mal intentionnés d'en profiter "sur le dos" des propriétaires de mobile-homes. Des dérives que les députés Pascale Got (Gironde) et Jean-Louis Léonard (Charente), tentent d'endiguer dans une série de propositions votées dans un rapport de la Commission des Affaires économiques à la mi-octobre.

Sur les dérives liées aux mobile-homes, Pascale Got ne veut pas faire de généralités : « Il n'y en a pas partout, mais quand il y en a elles sont assez prégnantes ». Première et principale dérive pointée du doigt: les problèmes entre les gestionnaires de camping et les propriétaires de mobile-homes. En effet quand un propriétaire achète son mobile-home déjà installé dans un camping, il peut être victime de clauses abusives dans le contrat qui le lie au gérant du lieu. « Contrat unilatéral, absence de clause sur la durée du contrat, frais excessifs, non renouvellement sans motifs, augmentation abusive des prix... » les exemples fournis par la députée sont nombreux. « Comme un mobile-home est très difficile et couteux à déplacer (uniquement par convoi exceptionnel, ndlr), les propriétaires n'ont d'autres choix que d'accepter les contraintes du gérant du camping » se désole Pascale Got. C'est pourquoi, et c'est là « la proposition majeure du rapport », elle propose de « rendre obligatoire un certain nombre de clauses dans le contrat entre l'exploitant du terrain de camping, et le propriétaire du mobile-home ». Ce contrat « en béton » devrait donc préciser notamment sa durée, les conditions de son renouvellement ou de sa résiliation, les conditions de l'évolution du prix, etc. Une suggestion, qui devant l'urgence de la situation, "va faire l'objet d'une proposition de loi dans l'année à venir", assure la députée.

Interdire les baux de 30 ans
Autres dérives à bannir : les problèmes de terrains. En effet, sur une parcelle privée, un terrain accueillant un mobile-home doit être aménagé, or sur les 250 000 parcelles concernées selon le rapport, près de 80% seraient dans l'illégalité ! Le document préconise également, l'interdiction des baux de plus de 30 ans parfois pratiqués par des gestionnaires de camping peu scrupuleux pour contourner l'interdiction de parcellisation de leur camping (vente des emplacements). Une préconisation, d'ores et déjà votée dans le cadre du Grenelle 2, et dont l'application sera obligatoire à compter du premier trimestre 2011.
Enfin, et parce qu'il est impossible de connaître avec précision le nombre de mobile-homes et leurs emplacements, les députés proposent l'obligation, pour tout propriétaire de mobile home, de le déclarer à la mairie de la commune d'implantation. Une disposition qui va dans le sens d'une responsabilisation des élus locaux sur le contrôle des campings, notamment sur l'habitation de mobile-home en tant que résidence permanente pour des populations précaires. Des situations délicates car interdites par loi mais qui concerneraient actuellement entre 70 000 et 120 000 personnes. Cela dit, dans ces cas, il ne s'agit plus de tourisme, mais bien d'une question sociale que les législateurs devront également un jour prendre à leur compte.  

Solène Méric

Partager sur Facebook
Vu par vous
677
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Solène Méric | 03/12/2010

Bonjour,
Pour éviter tout risque d'amalgames, voici des extraits du rapport d'information évoqué dans l'article sur le sujet de la parcellisation et des baux de très longue durée:
"La multipropriété et l'emphytéose relèvent finalement d'un mélange des genres formellement différent mais fondamentalement identique à la cession de parcelles:en pratique, ces opérations reviennent à créer, pour des hébergements dégradables, des lotissements précaires fondés sur une copropriété sans droit de vote des principaux intéressés.
L'émergence de projets d'aménagement de ce type implique du reste d'importantes conséquences à différents niveaux:baisse de la capacité d'hébergement par la sanctuarisation de l'offre, développement de conflits de divers ordres entre la clientèle "propriétaire" et les exploitants (qui entretient? qui investit? qui paye?), risque de transformation en habitat permanent. Une telle dérive est de nature à hypothéquer à terme la pérennité des terrains de camping."
Eu égard à ces observations, le rapport propose dans sa troisième proposition de : "Modifier la partie réglementaire du code de l'urbanisme pour empêcher la parcellisation des terrains de camping et les pratiques qui s'y apparentent. Préciser que les résidences mobiles de loisirs ne peuvent y être installées que sur des emplacements exploités sous régime hôtelier, ou par location
d'une durée maximale de deux ans,renouvelable."
Pour consulter l'intégralité du rapport :
http://www.assemblee-nationale.fr/13/rap-info/i2826.asp

Solène Méric | 04/11/2010

Bonjour,
Et merci de votre commentaire qui soulève bien toute la difficulté du problème.
Comme vous le relevez, "les campeurs en mobile home [?] préfèrent être propriétaires que locataires" de leur parcelle, ce qui est compréhensible au regard du prix d'un mobile home et du confort qu'il apporte. Pourtant, au regard de la loi, celui-ci n'est censé être qu'un habitat temporaire de loisir installé dans un camping. Si la parcelle devient la propriété du propriétaire du mobile-home, alors le camping risque peu à peu de se transformer en un véritable petit lotissement. Ce qui a pour conséquence de possibles conflits entre gérats de camping et propriétaires de mobile homes (qui entretien ? et surtout qui paye dans cette copropriété qui n'en est pas réellement une?), mais aussi des infractions à l'encontre des normes environnementales (et donc de l?environnement...). Autre risque de cette parcellisation du camping : la diminution à terme de la capacité d'accueil du camping pour les « vrais » touristes... Si le camping que vous citez semble être exemplaire sur la question des relations entre gérants et propriétaires de mobile-homes, les associations de consommateurs constatent quant à elles, de plus en plus de situations conflictuelles, souvent au détriment de ces campeurs pas comme les autres... C?est d?ailleurs ce qui a motivé l'existence de ce rapport: protéger les propriétaires de mobile-homes. Cela dit, il est sûr que la question reste difficile à traiter sans risquée "d?effrayer" une partie de ces mêmes propriétaires...

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 14 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !