Devenez actionnaire d'aqui.fr

17/01/22 : Le 22 mars, c'est à Cognac en Charente que se tiendra la première cérémonie des nouveaux étoilés du Guide Michelin en région. L'occasion, selon le guide rouge, de mettre en lumière “une ville et un territoire qui témoignent de l’excellence française”.

12/01/22 : Ce 12 janvier, le centre de vaccination de Pau ouvre 2 lignes de vaccination pour les enfants de 5 à 11 ans. Soit une capacité de 60 rendez-vous pédiatriques journaliers. La présence d'un des 2 parents est obligatoire pour répondre au questionnaire médica+ d'info

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge crues depuis hier. Les tronçons du Gave d'Oloron, Gave de Pau Béarnais ou encore du Saison risquent de vivre ce lundi des crues comparables voire supérieures à celles, record, de décembre 2021.

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge pluies et inondations depuis hier. Entre dimanche et lundi, on attend des cumuls de 50 à 80 mm en plaine, 100 à 130 mm sur les premiers contreforts, vallées et piémont, 150 à 250 mm en montagne.

07/01/22 : Football: le Bergerac Périgord Football club, dernier club aquitain en lice, devra se délocaliser pour recevoir l’AS Saint-Étienne en 8es de finale de la Coupe de France. Le match aura lieu au stade Francis-Rongiéras de Périgueux, le 30 janvier.

06/01/22 : START-UP : Les acteurs technologiques et innovants de Nouvelle-Aquitaine ont levé plus de 280 millions d'euros en 2021. Un record historique confirmé au 4ème trimestre avec 11 opérations et un peu plus de 28M€ levés.

06/01/22 : Le musée des Beaux-Arts de Libourne annonce une bonne nouvelle en ce début d'année : l'exposition "Toulouse-Lautrec, la naissance d’un artiste" qui aurait du s'achever au 9 janvier, joue les prolongation jusqu’au 16 janvier 2022 ! A voir!+ d'info

06/01/22 : Pyrénées-Atlantiques - Céline Dumerc, manager générale et ancienne capitaine de l’équipe de France féminine de basket vient d'être nommée Chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur au titre de la promotion civile du 1er janvier 2022.

02/01/22 : Coupe de France : Bergerac est en huitièmes de finales de Coupe de France de football. Les Bergeracois ont remporté leur match face à Créteil aux tirs au but (5 à 4). Au tour précédent, ils avaient battu Metz pensionnaire de ligue 1 aux tirs au but.

20/12/21 : En concertation avec les Maires, la préfète de Gironde rend obligatoire le port du masque dans les centres-villes des communes touristiques d’Arcachon et de Saint-Emilion durant les vacances scolaires de Noël, tous les jours de 12H00 à 19H00.

16/12/21 : Suite aux intempéries dans les Pyrénées-Atlantiques et les Landes, Alain Rousset, président de la Région Nouvelle-Aquitaine, se rend ce jeudi à Laruns, puis à Peyrehorade et Hastingues pour rencontrer les acteurs locaux, exprimer le soutien de la Région.

10/12/21 : Alors que l'alerte ROUGE vigilance crues et inondations est en cours à Bayonne, l’autoroute A63 est coupée entre les sorties 6 de Bayonne Nord et 5 de Bayonne Sud vers Espagne, et entre les sorties 5 Bayonne Sud et 7 d’Ondres, dans l'autre sens.

09/12/21 : Le département des Pyrénées-Atlantiques est placé en vigilance météo ORANGE pluie-inondation, à compter de ce jeudi 9 décembre 2021 à 15h00 jusqu’au vendredi 10 décembre 2021 à 10h00 au moins. La préfecture appelle à la vigilance.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/01/22 | Pfizer choisit Mourenx pour produire le principe actif d'un traitement contre la Covid-19

    Lire

    Le groupe américain Pfizer a choisi le laboratoire Novasep à Mourenx, en Béarn, pour la fabrication du principe actif de son médicament contre le Covid-19, le Paxlovid. La production devrait débuter au second trimestre 2022, avec notamment le recrutement de 40 employés supplémentaires pour ce nouveau projet. Ce traitement oral contre la Covid-19 « réduirait de 89% le risque d’hospitalisation ou de décès dans les 3 jours suivant l’apparition de symptômes » selon les résultats de phase 2/3, indique le labo américain.

  • 17/01/22 | Le Festival de la Bande dessinée d'Angoulême reportée en mars

    Lire

    Au regard de la situation sanitaire, le Festival de la BD d’Angoulême a décidé de reporter son édition 2022 qui était initialement prévue à la fin du mois. Les nouvelles dates ont été communiquées : ce sera du 17 au 20 mars. "L’ambition reste par conséquent totalement intacte de proposer à tous les amateurs de bande dessinée une édition comparable, par sa richesse et la diversité de son offre culturelle, à celles qui ont précédé la pandémie", ont précisé les organisateurs du Festival.

  • 17/01/22 | Brive lit la nuit !

    Lire

    Le 22 janvier de 17h à 22h, la médiathèque de Brive participe aux Nuits de la lecture sur le thème « Aimons toujours ! Aimons encore ! ». Au cours de cette nuit, les enfants dès 3 ans pourront participer à un atelier autour de la découverte des émotions, des quizz, un blind test musical mais aussi assister au spectacle « La potion de Pétram ». Ce conte médiéval-fantastique mêle théâtre et magie.

  • 17/01/22 | Marquage routier photoluminescent : le Département des Landes demande l’avis des usagers

    Lire

    Depuis le 13 octobre 2021, un dispositif de marquage routier photoluminescent est installé sur la route départementale 29, entre Dax et Saint-Pandelon, afin d’être expérimenté. Pour évaluer au mieux ce marquage à la fois sécuritaire et éco-durable, le Département des Landes a publié un questionnaire à l’attention des usagers, disponible du 10 janvier au 4 février sur landes.fr.

  • 15/01/22 | H5N1 : L'épizootie se poursuit dans les Landes

    Lire

    L’influenza aviaire hautement pathogène de type H5N1 continue de progresser à partir de foyers apparus dans la commune de Malaussanne (64) puis Mant (40). Au 14 janvier, 110 foyers ont été confirmés H5N1 et 33 suspicions d’influenza aviaire sont en attente de confirmation de leur caractère hautement pathogène par le Laboratoire National de Référence. À ce jour, près de 170 000 volailles et 115 000 palmipèdes ont été abattus au sein des exploitations, auxquels il faut ajouter 260 000 palmipèdes et 60 000 volailles euthanasiés au titre du dépeuplement préventif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Cédric Césarini : sportif et barman altruiste

14/03/2019 | Cedric Césarini a fondé le Be Wine en janvier 2017. La cave à bières et vins est située à Bègles, dans le quartier Terres Neuves.

1

Cédric Cesarini est un Béglais pur souche. Sa famille s’est installée à Bègles dans les années 90. Aujourd’hui, et depuis plus d’un an et demi, il tient une cave à bières dans le quartier de Terres Neuves à côté des Boulevards. A la base sportif, puis entraîneur, il s’est ensuite dirigé vers un métier qui tient plus du managérat avec une grosse dose d’humanité quand même. Cédric revient sur son parcours, du sport, si important pour lui, à l’ouverture de son bar. Rencontre avec un gérant qui sait ce qu’il veut.

Quand votre carrière sportive définit l’homme que vous êtes. C’est le cas de Cédric, tennisman, puis athlète et footballeur avant de terminer handballeur. Il a notamment joué à Libourne, en Nationale 1, puis aux Girondins de Bordeaux Handball. « J’évoluais à un certain niveau, sourit-il, et je gagnais un peu d’argent, 700€, ce n’est pas grand-chose mais c’est déjà ça ». Sa carrière sportive l’a d’ailleurs en quelque sorte préparé au métier de gérant, qu’il exerce depuis. En effet, il évoluait au poste de demi-centre, qui nécessite un bon contact humain avec le reste des joueurs, tout en gardant une certaine vision d’ensemble de ce qu’il se passe sur le terrain.

Garder un pied dans le sport

Après des études de STAPS (Sciences et Techniques des activités Physiques et Sportives) à Bordeaux en spécialisation entraînement et des diplômes de préparation physique Cédric Césarini a ouvert une salle de Sport à Talence en 2007. « Je ne voulais pas être prof d’EPS, précise Cédric, même s’il y a des choses intéressantes dans ce métier : le confort, la sécurité de l’emploi… mais j’aspirais à autre chose, je ne me voyais pas faire ça toute ma vie ».

L’ouverture de cette salle de sport a demandé un gros investissement à Cédric, qui disposait « d’un petit pécule », grâce son côté peu dépensier « je me souviens quand j’étais gamin j’économisais déjà pour mon premier scooter, s’amuse-t-il, après je sais ce que je veux donc j’ai saisi l’opportunité d’ouvrir une salle 100% féminine ». Cette dernière était située place du Forum à Talence, et comptait près de 350 clientes. « Je trouvais le marché porteur, explique Cédric, parce que dans une salle de sport classique c’est toujours compliqué quand vous êtes une femme, vous vous faites draguer, et puis dans ma salle, les clientes ne recherchaient pas forcément la performance, c’était plus une pratique occasionnelle, ou pour la perte de poids ». Ce qui plaisait à Cédric quand il gérait sa salle de sport, c’était le côté relationnel, toujours mettre l’humain en avant.

Premiers boulots et belles rencontres

Et l’humain justement, il ressort beaucoup lorsque Cédric se rappelle de ses premières expériences professionnelles. L’été, il était animateur de colonie, il allait parfois travailler chez sa tante dans un salon de thé puis il a travaillé à l’Ibérique, un bar sportif à la Victoire, en parallèle de ses études. Un côté proche des clients qu’il alimentait dans sa salle de sport, mais aussi avec les gérants de La Parcelle, un bar voisin qui a ouvert presque en même temps que lui. « Je me suis immédiatement bien entendu avec l’équipe du bar, raconte Cédric. Par rapport à ce que j’avais vécu à la Victoire, c’était un public bien plus posé et moins alcoolisé. En plus dans un bar à vin comme ça, tu finis plus tôt, tu peux avoir une vie derrière… »

« Tu es riche des gens que tu rencontres »

De cette rencontre avec l’équipe de La Parcelle est née une idée dans l’esprit de Cédric, qui est très attaché aux produits de la région. Et pourquoi ne pas ouvrir son bar lui aussi après tout ? « Je me suis dit que ça pouvait être pas mal, précise le gérant. Mais pour vendre un produit, il faut pouvoir en parler ». Cédric Cesarini s’est donc lancé dans un Diplôme Universitaire d’Initiation à l’œnologie à l’ISVV (Institut des Sciences de la Vigne et du Vin de Bordeaux-Aquitaine) qui lui a donné quelques bases et qu’il a trouvé très enrichissant. « J’aurais pu m’arrêter là mais je suis ensuite parti sur le DUAD – Diplôme Universitaire d’Aptitude à la Dégustation – qui prend juste sur dossier. Ils [l’ISVV] ont vu que j’étais motivé, et en plus j’avais un projet professionnel derrière, donc ça s’est fait très naturellement ». Cédric souligne également le fait que la majorité de ses camarades du DUAD étaient issus du milieu du vin, « certains se faisaient payer ça par leur entreprises ou parce qu’ils reprennent l’exploitation familiale, alors que moi c’était à titre personnel que je le faisais. Ça m’encourageait beaucoup plus à travailler, en plus j’y ai rencontré des interlocuteurs que j’ai adorés et qui se mettaient à notre hauteur, comme Denis Dubourdieu ou Axel Marchal… »

Après le DUAD, Cédric Césarini a mis du temps à ouvrir son bar, à Bègles. « Le quartier Terres Neuves continue à se développer, et je pense qu’il ne fallait pas être là trop tôt non plus ». Le choix de Bègles était évident pour celui qui s’y est installé trente ans plus tôt. Il a également été appuyé par la biennale d’architecture Agora, et son idée rentrait dans le cadre du projet de rénovation urbaine Euratlantique. « En plus, dans ce quartier il y a beaucoup de mixité sociale, et moi j’adore ça », ajoute Cédric, qui regrette s’être mis à voyager sur le tard, « c’est une des choses qui m’a fait découvrir et apprécier l’autre. Au départ j’étais vraiment ancré sur ma région bordelaise mon handball, et je n’en sortais pas, alors qu’aujourd’hui dès que j’ai un moment je bouge, parce que t’es riche des gens que tu rencontres ».

Ouverture du bar après une période compliquée

Le Be Wine

C'est de cet amour de l'autre que l’idée d’ouvrir le Be Wine a germé dans la tête de Cédric Césarini deux ans avant de vendre sa salle de sport. Il se souvient de la période qui a suivi la vente de cette dernière, en 2015 : « c’était compliqué, parce que tu sors d’un statut de gérant, tu n’as droit à rien. J’étais bien content d’habiter chez mon amie, parce que sinon je me serais retrouvé à la rue ». Cédric explique avoir fait une demande de RSA, qui lui a été refusée « j’avais vendu ma salle 72 000 euros, précise-t-il,  et je n’ai pas eu le RSA à cause de ça. Alors que je leur expliquais que l’argent de la vente me servait pour travailler demain, le réinvestir et créer de l’emploi, c’était quand même non ». Le jeune entrepreneur en a presque été découragé : « pendant la première année et demi à la salle, je ne me suis pas versé de salaire, et c’était pareil les deux dernières années, parce qu’il fallait faire vivre les employés, et en plus derrière ça, on te dit que tu n’as le droit à rien, c’est une aberration. Je me suis demandé si ça valait vraiment le coup de retenter quelque chose après, et de se mettre en difficulté ».

Peu de temps après, Cédric s’est séparé de son amie et s’est retrouvé confronté à des difficultés de logement. « Tu peux vite te retrouver à la rue, se remémore-t-il, mais heureusement que je connais du monde, parce qu’avec 72 000 euros tu ne peux pas acheter, et je ne pouvais pas louer parce que je n’ai pas de garant, je ne vois plus mes parents, et en plus je n’avais pas de revenus réguliers ». Cédric s’est débrouillé pendant ces deux années de transition à travers plusieurs postes en intérim avant d’enfin réussir à ouvrir son bar, le Be Wine en janvier 2017.

« Il y a un peu de moi partout dans ce bar »

Cédric Césarini est très superstitieux, malgré son côté cartésien « dû à mes études en filière scientifique », s’amuse-t-il. Cette superstition apparaît dans son bar : « mon numéro de maillot c’était le 17 j’ai ouvert en 2017, sourit Cédric, je suis né le 13 juin, il y a treize bancs, six luminaires…». Marion, la serveuse, ajoute en riant « en plus, la soirée d’inauguration a commencé à 17h13 », « mes deux chiffres fétiches, précise Cédric, et en plus je suis né un vendredi 13 (rires) »… 

Au-delà de l’aspect superstitieux, le bar lui-même est disposé à l’image de son gérant : une borne d’arcade, une Game Boy et un baby-foot, choses auxquels il jouait dans sa jeunesse. Sur un mur au fond du bar sont accrochées des photos lui rappelant son enfance. Cédric raconte : « Quand j’étais à l’école primaire, entre midi et deux on allait manger au Radis, une petite brasserie attenante au Stade Musard, fréquentée par une population sportive et de travailleurs. C’était notamment là ou se retrouvaient les rugbymen béglais mais aussi les Girondins de Bordeaux Handball, qui rayonnaient à l’époque.  Et je me souviens on allait manger avec eux, alors je voyais les Gimbert, Laporte, Moscato, Simon… » En clin d’œil à cette époque, au-delà des photos, Cédric Césarini a appelé sa société ‘Ravanello’, qui signifie radis en italien. « Il y a un peu de moi dans ce bar, dès que j’ai pu mettre une petite note de ce que j’ai été ou de ce que je suis devenu, j’en ai profité », explique Cédric ému.

Le gérant du Be Wine met un point d’honneur à partager un moment avec ses clients, en dehors de la simple conversation autour d’un verre de vin ou de bière. Il organise ainsi des tournois de baby-foot le premier vendredi du mois, où des soirées à thèmes à l’image de la soirée handball du 09 mars dernier. Il souhaite également mettre en valeur les artistes locaux en organisant des soirées « scène ouverte », où des groupes viennent se produire gratuitement en échange du repas et la boisson. La première « scène ouverte » a lieu le jeudi 14 mars.

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : Yoan Denéchau

Partager sur Facebook
Vu par vous
10118
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !