Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

17/02/21 : Charente-Maritime : ce jeudi, une intervention dans le cadre des travaux de réparation du pont de la Laisse, situé sur la RD9 à Charron entraînera une fermeture à la circulation entre la RD137 en Vendée et la RN11 en Charente-Maritime, de 9h à 16h.

15/02/21 : La Rochelle : Lutte ouvrière organise une journée à la rencontre mercredi 17 février, de 10h30 à 12h30 puis de 16h à 18h sur le vieux port (cours des Dames) où une structure sera montée, ainsi que dans les rues piétonnes du centre-ville.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/02/21 | Une nouvelle gamme de produits bio et sans sucres dans le Pays Basque

    Lire

    A Bardos (64), Elikatxo produit, transforme et commercialise des jus de fruits et des soupes. Afin d’élargir sa gamme de produits bio et sans sucres, l’entreprise doit créer une ligne de production automatisée. Pour aider la société dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué une subvention de 30 270 euros lors de sa dernière commission permanente.

  • 25/02/21 | Mimizan va accueillir un tiers-lieu

    Lire

    Mimizan, territoire assez isolé en dehors de l’été, a décidé de créer un tiers-lieu, au travers de l’association « Lily dans les étoiles », pour permettre aux habitants de se rencontrer, d’échanger, de travailler mais aussi pour favoriser le lien social. Cette association, constituée d’une quarantaine de professionnels locaux issus de secteurs divers, souhaite avec ce tiers-lieu créer un pont entre le dynamisme économique de la saison estivale et l’activité des résidents à l’année. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet à hauteur de 60 000 euros.

  • 25/02/21 | Dordogne : Rubi Cuir forme tous ses salariés

    Lire

    A Boulazac, Rubi Cuir fabrique des pièces de maroquinerie pour le secteur du luxe. Afin d’acculturer les salariés à ces savoir-faire particuliers, l’entreprise a mis en place un parcours de formation interne afin de professionnaliser rapidement les nouveaux salariés. Les enjeux de développement de l’entreprise portent aussi vers une professionnalisation des formateurs. Pour les aider à cela, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué à l’entreprise une aide de 67 708 euros.

  • 24/02/21 | A Canéjan, Hervé Thermique parie sur le numérique

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir la transformation numérique de la société Hervé Thermique, basée à Canéjan en Gironde. L’entreprise, répartie sur 60 sites en France, a décidé de poursuivre sa stratégie de croissance en améliorant son offre en matière de maintenance. Pour ce faire, elle compte développer un outil numérique innovant autour de la maintenance du bâtiment.

  • 24/02/21 | Cybersécurité: Escape Technologies innove à Biarritz

    Lire

    Créée en septembre 2020, Escape Technologies, basée à Biarritz, se positionne sur le marché de la gestion des vulnérabilités et de l’audit cyber. Elle souhaite aujourd’hui innover et développer le prototype de sa solution de cybersécurité visant la génération des règles de sécurité automatisées et basées sur l’intelligence artificielle pour le cloud. La Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir ce projet à hauteur de 75 000 euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Cenon : La Zone Libre évacuée et déjà disparue

11/02/2021 | Les tractopelles ont commencé à démanteler le bâtiment du 125 rue Camille Pelletan dès la fin de matinée, ce jeudi 11 février.

Le démantèlement de la Zone Libre par les tractopelles a commencé en fin de matinée

Telle une épée de Damoclès, voilà plusieurs mois que la menace d'une expulsion par la force publique planait lourdement sur les 300 habitants (chiffre associations) du squat dit de « La Zone Libre » dans le Haut Cenon. L'opération de police diligentée par la Préfecture a été mise à exécution ce jeudi 11 février autour de 6 heures du matin. La nouvelle s'étant répandue depuis la veille au soir, une centaine de squatteurs sans papier n'étaient déjà plus là à l'arrivée des camions de Gendarmerie. Avec eux, 9 bus destinés à acheminer les habitants vers des places d'hébergements situées dans diverses villes de la Région dont Bordeaux mais aussi Guéret, Limoges, Angoulême et Agen.

C'est en novembre 2019, que les premiers habitants de « la Zone Libre » ont investi les appartements de l’ancienne résidence pour personnes âgées Paul-Ramadier qui jouxte la zone commerciale de La Morlette à Cenon. Ce sont 80 familles, pour la majorité en situation régulière sur le territoire français, qui y ont trouvé refuge : étrangers malades, demandeurs d’asile, salariés et étrangers autorisés à résider en France, listent les associations qui les accompagnent. Et avec eux une centaine d'enfants dont environ 80 seraient scolarisés de l'école primaire au lycée. Du côté de l'Etat, les chiffres sont moindres, puisque ce sont 120 personnes qui ont été évacuées ce 11 février du 125, rue Pelletan à Cenon. Masques, gel hydroalcoolique et paniers repas leur ont été distribués, précise-t-on du côté de la préfecture.

 

« Ce n'était pas nécessaire ! »
Après deux premières alertes en juin et octobre derniers, l'évacuation de ce matin a été menée, selon la Préfecture, en application de l’ordonnance de janvier 2020 qui casse la trêve hivernale « au vu de l’urgence de la situation » et notamment « des risques en termes de sécurité et de santé ». Les lieux étant encerclés par les camions de police, l'évacuation s'est globalement déroulée dans le calme, même si des militants associatifs présents pour l'occasion ont essuyé quelques gazages au lacrymogène afin de leur empêcher l'accès au lieu.

Des militants qui, tout comme un certain nombre de représentants politiques (EELV, PCF et LI notamment), sont vent debout contre cette opération d'évacuation. « C'est d'une violence terrible. Ca intervient en plein milieu d'année scolaire, pendant l'hiver. Les gamins qui sont partis vont devoir interrompre leur scolarité. Les conditions dans lesquelles ça se fait sont particulièrement indignes. Ce n'était pas nécessaire ! », estime Bernard Broustet, délégué régional de Médecin du Monde présent ce mercredi à l'Athénée Municipal de Bordeaux, ouvert en urgence par la Ville pour accueillir les personnes sans solution d'hébergement.
Joint par téléphone dans le cadre d'une émission de radio sur le logement, réalisée en partenariat par Aqui.fr, O2Radio et l'Écho des Collines, Pascal Paoli, de la Fondation Abbé Pierre, a réagi à cette évacuation. « Si les habitants de la Zone Libre en ont été réduits à cette situation, c'est qu'ils n'avaient pas d'autres solutions. L'expulsion démontre la faillite de l'État quand aux dispositifs d'urgence sociale, dont le 115 », a lancé le directeur régional de la FAP.

Car si une partie des habitants ont accepté les propositions d'hébergement faites par l'Etat, 58 selon la Préfecture, un certain nombre restent sans solution ou ont refusé ces propositions de mise à l'abri parfois lointaines. Leur accueil « pour la journée », précise la mairie de Bordeaux, vise à prendre en charge ces hommes, femmes et enfants, arrivés sur le parvis de la cathédrale dans la matinée. L'objectif étant de parvenir à trouver des solutions « acceptables » avant le couvre-feu de 18h.

Des conditions météo et sanitaires « favorables » à l'évacuation

Les associations en lien avec la Zone Libre s'interrogent sur la temporalité de cette expulsion (trêve hivernale prolongée jusqu'à août) et le contexte épidémique. Delphine Balsa, directrice de cabinet de la Préfecture de Région a jugé ce jeudi matin devant la Zone Libre que « c'était le moment adéquat » pour procéder à l'expulsion. « Il ne fait pas froid ce matin et les indicateurs de la Covid-19 en Gironde et en Nouvelle-Aquitaine sont en baisse [...] », a-t-elle argumenté. Des propos qui ont fait bondir le directeur régional de la Fondation Abbé Pierre. « Il n'y avait aucune raison juridique, économique et sociale valable pour expulser ces gens, peu importe qu'il fasse beau ou pas », s'ulcère Pascal Paoli.

Libérée de ces occupants, et de leurs biens, l'ancienne résidence pour personnes âgées a été rendue à son propriétaire, SA Logévie. Dès la fin de matinée, cordon policier de sécurité toujours en place, les tractopelles étaient déjà à l'oeuvre pour la destruction du site. Une manière radicale d'empêcher toute nouvelle intrusion. Et de faire place nette au promoteur Pichet en charge d'une large restructuration du centre commercial de la Morlette tout proche... Circulez, il n'y a (plus) rien à voir au 125 rue Pelletan.

Yoan Denéchau et Solène Méric
Par Yoan Denéchau et Solène Méric

Crédit Photo : YD

Partager sur Facebook
Vu par vous
2984
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !