Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/02/19 : « Ça suffit » : La Fédération du PS de Gironde appelle à rejoindre le rassemblement contre l’antisémitisme du mardi 19 février à 19 heures, Place de la République à Bordeaux. Ce rassemblement est devenu au fil des heures un "Front républicain"

19/02/19 : Concert du pianiste Fazil Say à l'Auditorium de l'Opéra de Bordeaux les 21 et 22 février. Au programme : le Concerto n° 21 de Mozart mais aussi sous la direction musicale de Paul Daniel, l'ONBA jouera la nouvelle symphonie du pianiste baptisée "Hope"

18/02/19 : Dans la nuit de samedi et dimanche 500 hectares sont partis en fumées au dessus des vallées de Saint-Jean-Pied-de-Port et de Saint-Etienne de Baigorry, premiers résultats récurrents des écobuages traditionnels. Ils ont été interdits jusqu'à ce jour.

18/02/19 : La ville de Poitiers appelle à un rassemblement contre l'antisémitisme et le racisme le mardi 19 février à 19h place Leclerc.

18/02/19 : Charente-Maritime : Saint-Jean-d'Angély organise son grand débat national le vendredi 1er mars à 18h, salle Aliénor-d’Aquitaine. Cette réunion d’initiative locale aura pour thème « Vers une nouvelle ruralité », en présence du député J-P Ardouin.

18/02/19 : Charente : Frédérique Bredin, Présidente du CNC, se rendra au Pôle Image Magelis à Angoulême demain, pour aborder notamment les questions du crédit d’impôt international qui favorise les tournages de films étrangers en France.

16/02/19 : Quelques 2 à 3.000 personnes à Saint Vincent de Cosse en bord de Dordogne ce samedi en présence de nombreux maires et du président du département pour soutenir le contournement de Beynac dont les travaux sont suspendus après l'arrêt du Conseil d'Etat

16/02/19 : Charente : le rectorat a annoncé hier douze fermetures d'écoles et vingt trois fermetures de classes, particulièrement en milieu rural, pour la rentrée 2019. A Voulgezac/Plassac-Rouffiac, c'est carrément le groupe scolaire qui disparaît.

15/02/19 : La Rochelle : Réunion publique dans le cadre du grand débat national « Transition écologique, un devoir laïc, démocratique et citoyen » Salle de l’Oratoire, ce dimanche à 14h.

15/02/19 : Charente-Maritime : la mairie de Clavette, près de La Rochelle, organise un Grand Débat national sur le thème de la fiscalité, mardi 26 février à 19h à la salle des fêtes.

15/02/19 : La Rochelle : suite à un nouvel appel à manifestation sur les réseaux sociaux, non déclaré en préfecture, cette dernière a renforcé son dispositif de sécurité et réitéré son arrêté interdisant la vente et la détention de produits chimiques.

15/02/19 : Suite à une AG extraordinaire qui s’est tenue ce jour, le Frac Aquitaine change de nom. En référence à la dimension territoriale de ses missions et au nouveau bâtiment qu'il intégrera d'ici juin, il se nomme désormais Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA.

Juppé : une démission lourde de sens

Il a tourné la page entre émotion et lassitude...Emotion lorsque la voix s'est brisée à l'évocation du couple qu'il formait avec la ville, lassitude lorsqu'il a esquissé les raisons de fond qui l'ont décidé à ne pas briguer un mandat supplémentaire, le « mandat de trop » que l'on n'allait pas tarder à lui jeter à la figure. Oui, ce qui nous a semblé le plus révélateur du choix d'Alain Juppé de renoncer à se représenter et à accepter, en 24 heures, la proposition qu'on lui a faite, c'est ce sentiment que le combat n'en valait plus forcément la peine, en tout cas pas sur la place publique, dans un contexte où, il l'a souligné, l'esprit public « est devenu délétère ». Et de pointer la haine, la violence, les mensonges qui envahissent les réseaux sociaux et ces affirmations péremptoires sur le mode « élus tous pourris et élites stigmatisées »... D'aucuns railleront ces propos et, déjà, sans sourciller égrènent les moments les plus rudes d'un parcours politique, longtemps dévoué à Jacques Chirac. C'est tout juste s'il ne faudrait pas s'excuser, aujourd'hui, d'accorder un peu d'attention aux propos d'un homme de droite qui n'a jamais placé ses désaccords au-dessus des valeurs de la République. Un républicain qui a claqué la porte d'un parti qui n'a plus rien à voir, sous Wauquiez, avec ce qui fut naguère l'UMP, l'Union pour un mouvement populaire. Désormais tenu à un vrai devoir de réserve, dans quelques semaines, au sein du Conseil constitutionnel, il exprimera des points de vue dont on peut penser qu'ils ne seront pas inutiles à un président qui va devoir, justement, ouvrir le chantier des réformes institutionnelles.


- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/02/19 | Les femmes à l'honneur au festival Des Elles à La Rochelle

    Lire

    Le festival Des Elles à La Rochelle propose plusieurs dizaines de rendez-vous pour valoriser les talents, les actions et les parcours de femmes aux univers et origines divers, à travers des ateliers, des débats, des projections, des spectacles et expositions en mars. Un Salon des livres d’auteures francophones se déroulera samedi 2 mars de 14h à 18h et dimanche 3 mars de 10h à 18h, Salle de l’Oratoire à La Rochelle, inauguré par la championne de planche à voile Charline Picon, marraine de l’opération.

  • 19/02/19 | Ouverture d'un point numérique à Rochefort

    Lire

    En local, les préfectures et les sous-préfectures sont le visage de l’État. En 2017, pour plus d’efficacité et de simplicité, la dématérialisation de la délivrance des titres a été engagée. Après l’ouverture des points numériques en préfecture mais aussi dans les sous-préfectures de Jonzac, Saint-Jean-d’Angély et de Saintes, un nouvel espace ouvre ses portes à la sous-préfecture de Rochefort du lundi au vendredi. Un agent est présent pour aider dans l’utilisation de ce point numérique.

  • 19/02/19 | 10e Concours français de la harpe à Limoges

    Lire

    La ville de Limoges et le conservatoire organisent les 22, 23 et 24 février prochains le 10e Concours français de la harpe. Pour l'occasion, plus d'une centaine de harpistes français et internationaux seront réunis à l'auditorium du conservatoire pour décrocher les Prix 2019. Les épreuves sont ouvertes au public. Le vendredi 22 février, à 20h, un concert exceptionnel à la mairie de Limoges accueillera Shamim Minoo, 1er Prix 2018 et Isabelle Moretti, concertiste internationale. Réservation obligatoire : crr_reservations@ville-limoges.fr

  • 19/02/19 | Vacances scolaires : une Caravane des Sports dans la Vienne

    Lire

    La Caravane des Sports parcourra les routes de la Vienne durant les vacances scolaires pour les jeunes de 8 à 16 ans. Au programme : escrime, boxe, basket, badminton et même secourisme. La Caravane sera le mardi 19 à Monts-sur-Guesnes, le mercredi 20 à Tercé, le jeudi 21 à Valdivienne et le vendredi 22 à Naintré. Activités gratuites, inscriptions sur place le jour même, de 10h à 11h et de 13h30 à 14h30.

  • 19/02/19 | Salon de l'Agriculture : la Corrèze à l'honneur

    Lire

    L'agriculture corrézienne sera mise à l'honneur lors du Salon de l'Agriculture de Paris (23 février - 03 mars)."S'installer en Corrèze" le 24 février, est une journée dédiée aux porteurs de projets agricoles. Ce moment d'échange symbolise l'engagement de la Chambre d'Agriculture de Corrèze en faveur des nouvelles générations d'agriculteurs. L'autre temps fort proposé par les Corréziens sera le lancement de nouveaux points de retrait "Drive Fermier" le 1er mars.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Centre hospitalier de Bayonne: une inauguration empreinte de symboles

04/03/2014 | Le Centre hospitalier est aujourd’hui en pointe avec son plateau technique d'imagerie : 2 scanners, 3 IRM et dans le domaine de la médecine nucléaire.

Le centre hospitalier de Bayonne

"Il y a 4 ans que je suis ici, et si par l'inauguration de ce Centre hospitalier général et psychiatrique de la Côte basque de Bayonne rénové et réorganisé après plus de 10 ans de travaux, je suis celui qui a marqué l'essai, je dois dire que celui qui a déclenché l'action s'appelle Jean Grenet." C'est en ces termes que, vendredi après-midi Michel Glanes, son directeur général, après l'aurresku et la traditionnelle coupure du ruban par les autorités locales et départementales, a salué ce renouveau d'un établissement désormais deuxième de l'Aquitaine après le CHU de Bordeaux.

A ses côtés étaient présents le docteur Martineau, président de la commission médicale de l'établissement, Pierre-André Durand, préfet des Pyrénées Atlantiques, Sylvie Durruty, présidente du Conseil de surveillance, Michel Laforcade, directeur général de l'Agence régionale de santé d'Aquitaine, et Colette Capdevielle, députée de la circonscription.

"Un étonnant défi que celui d'avoir choisi de restructurer l'hôpital dans le site actuel en pleine ville quand des hopitaux étaient construits dans ces années 90 en pleine campagne. Un centre hospitalier qui n'a cessé de fonctionner pendant toutes ces années de travaux. Il faut rendre hommage aux patients et au personnel qui ont souvent vécu au rythme des marteaux piqueurs. Un lieu qui a accueilli plus de 40 000 personnes, comme si toute  la population de Bayonne était venue à ce  centre hospitalier dont le coût de rénovation, une opération initialement prévue à 140 M€, s'élève finalement à 248 945 000 € dont une aide de l'Etat et de l'Agence régionale de santé complétée par beaucoup d'emprunts. Un lieu qu'il faut certes payer mais qui, grâce aux installations de pointe et aux pôles dont il est doté, est désormais opérationnel  pour des dizaines d'années et s'inscrit dans une vaste zone de territorialité, du sud des Landes au Pays basque et jusque outre Bidassoa."

L'étonnante métamorphose de l'hôpital Saint-LéonLa première pierre de cet hopital du quartier Saint-Léon, fort reconnaissable grace à son revêtement de briques anglaise, est posée en 1864 et inauguré en 1868. Il accueille son premier bloc opératoire en 1902 avant de faire son premier lifting dansles années 50. Mais rien à voir avec le chantier de ce centre hospitalier général qui est décidé en 1995 par le maire Jean Grenet, lui même chirurgien, et dont le directeur général est Jean-jacques Romatet.

Le docteur Martineau, Pierre-André Durand, Sylvie Durruty, Michel Laforcade, directeur général de l'Agence régionale de santé d'Aquitaine et Colette Capdevielle.

Dans l'édifice historique en travaux, les patients, pour gagner les services, suivent un long dédale marqué au sol à la peinture. Premier acte, la maternité et les urgences en 2008. A cela s'ajoute un bâtiment de six niveaux en forme de demi lune qui porte à 72 000 m2 le "néo CHG" construit ou restructué. Au total, 122 mois de travaux, d'octobre 2003 à décembre 2013 et l'emploi de 250 personnes.
Le résultat se lit dès l'entrée, une vaste et haute rue couverte et claire où les patients, tant de médecine générale que de chirurgie, gériatrie ou psychiatrie, sont accueillis. Au rez-de-chaussée on trouve les espaces de consultation,  la radiologie,  la médecine nucléaire. Le premier étage est consacré au service de médecine, le second étage au service de chirurgie, le troisième étage au service de cardiologie (public et privé), et le quatrième étage à la cancérologie et à lhématologie. Les sous-sols concernent la pharmacie et la chirurgie.

Le Centre hospitalier est aujoud'hui en pointe avec son plateau technique d'imagerie : 2 scanners, 3 IRM ainsi que dans le domaine de la médecine nucléaire. Enfin, pour être complet, précisons que ce vaste vaisseau compte 1 261 lits, 3 243 salariés dont 243 médecins parmi lesquels 210 praticiens, et qu'il a enregistré  361 337 journées d'hospitalisation et 41 542 entrées en 2013.

Jean Grenet a bouclé sa boucleCette inauguration a conclu les innombrables du genre qu'a connu le maire Jean Grenet pendant ses mandats mais celle ci avait une saveur particulière dans la mesure ou, après son père Henri chirurgien aussi, il a permis à la ville de Bayonne d'être toujours en pointe en matière de médecine et de chirurgie.
Le Centre hospitalier est un peu son enfant. "En 1995, lorsque j'ai arrêté la chirurgie pour la médecine de ville, je suis parti avec l'idée qu'il fallait réorganiser tout cela. A côté de ce que vous avez fait pour l'hôpital, il fallait regrouper toutes les cliniques privées, ces petits pôles, dont la mienne. Si vous ne le faîtes pas vous en subirez les conséquences. Et aujourd'hui, à côté d'un grand pôle public qui voit le jour aujourd'hui répond un grand pôle privé. Aujourd'hui avec l'hôpital qui représente 43% de l'activité, il y a une mutualisation du privé  qui en assure 57%. Je peux dire que je suis un enfant gâté dans ma vie de chirurgien comme dans ma vie publique. Si j'ai un message à laisser à ce qui me suivront est de suivre ses convictions. Comme disait mon père, il faut avoir la force chevillée au corps pour aller plus loin et aider les autres à mieux vivre."

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F.D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
2380
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !