24/10/17 : Charente-Maritime : les élus du Département ont voté une motion contre les dernières mesures envisagées par l'Etat concernant la baisse des APL, hier lors de la session d'automne.

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Ciné-débat de La Cimade : contre la « chosification » des migrants.

24/06/2015 | C'était il y a peu à l'Utopia à Bordeaux, la projection des Messagers introduit l'intervention de Christiane Restier et Pierre Coulon sur les migrants et réfugiés en France.

Les Messagers

A Melilla, enclave espagnole au Maroc, des migrants prêts à tout se heurtent aux portes de l'Europe. Les hommes et les femmes qui témoignent dans Les Messagers disent la perte de leurs proches, la détermination sans faille de ceux qui veulent traverser, et l'attitude parfois inhumaine des gardes-frontières qui ont pour devoir de les refouler. Rejetés encore et encore, souvent avec violence, les migrants se débattent avec le sentiment d'être traités comme des objets ou des bêtes ; « chosifiés », comme martèle un homme qui dit avoir longtemps cherché le bon mot dans le dictionnaire.

La projection du documentaire de Lætitia Tura et Hélène Crouzillat, Prix du Jury documentaire au Festival Regards sur le cinéma du monde de Rouen, est l'occasion pour la Cimade d'engager le débat sur le sort des migrants qui atteignent la France. Les intervenants s'élèvent contre la dureté des conditions de vie des demandeurs d'asile. « Malgré leurs revendications, les réfugiés n'ont pas le droit de travailler. Ils sont prisonniers d'une situation verrouillée"

Une situation perçue comme hypocrite par la Cimade : « Aujourd'hui , on demande à l'étranger de se montrer intégré... sans lui donner les moyens de le faire. Économiquement, nous avons besoin des migrants. On revient toujours à cette image de forteresse assiégée, alors même que nous sommes dans une économie mondialisée. Il est temps de se poser sincèrement la question des échanges ».

Deux projets de loi sont justement en préparation. La loi « Asile » est aujourd'hui en discussion ; le projet « Immigration » lui succédera bientôt. Les espoirs sont forts, même s'il est pour l'instant difficile de prévoir la teneur finale des textes. Les intervenants relèvent cependant un certain paradoxe. « La France a complètement dissocié les questions de l'immigration et de l'asile» On appartient généralement à la première catégorie avant de rejoindre la deuxième. Le fait de trop insister sur cette distinction pourrait s'avérer nocif.

Comme si seuls les réfugiés étaient légitimes. Au delà de cela même, comme s'il était possible - c'est ce que certains discours reflètent - de différencier « bons réfugiés » - généralement des réfugiés politiques, menacés par le régime dans leur pays d'origine - et « faux demandeurs d'asile ». Le glissement est dangereux. Les raisons de demander l'asile (extrême pauvreté ou épidémie, entre autres choses) sont multiples ; est-il vraiment nécessaire d'être persécuté par les autorités politiques de son pays pour être crédible ?

L 'association dénonce les malentendus qui entourent la question des migrants. Les concepts de « droit du sol » et de « droit du sang » sont par exemple souvent déformés – quand ils ne sont pas tout bonnement instrumentalisés à des fins de communication. « Le droit du sol en tant que tel n'existe pas en France » explique Christiane Restier. Malheureusement, une fois diffusées dans l'opinion, ces idées fausses sont tenaces. « En un sens, c'est normal » concède l'intervenante «Les simplifications proposées dans les médias ou en politique sont bien plus faciles à retenir. Comment voulez-vous expliquer simplement à l'opinion publique des notions excessivement complexes ? »

Les glissements sémantiques qui alimentent le discours n'arrangent rien. Même s'il est compliqué de les éviter, leur impact est souvent dommageable. Il est d'autant plus difficile de prendre conscience des problèmes quand les mots qui les désignent sont de plus en plus abstraits. Quand la prison devient un « lieu de privation de liberté », la compréhension se fait moins immédiate. La compassion aussi.

Joséphine Duteuil
Par Joséphine Duteuil

Crédit Photo : Hélène Crouzillat et Laetitia Tura

Partager sur Facebook
Vu par vous
3628
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !