Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/01/19 : Rochefort (17) : la tête d'affiche de la programmation du festival Stéréoparc vient de tomber. Il s'agit du groupe Offenbach, qui jouera le 20 juillet.

17/01/19 : Vendredi 18 janvier, EDF/Dalkia signera un partenariat avec la Ville de Poitiers pour Traversées, l'évènement artistique et culturel du Palais. La signature se fera à 10h en présence du maire de Poitiers et des représentants régionaux d'EDF/Dalkia.

17/01/19 : La Rochelle Université ouvre ses portes samedi 2 février, de 9h30 à 17h. L’accueil de la journée se déroulera au Technoforum (23 avenue Albert Einstein, La Rochelle). avec des stands d’informations de l’Université et de ses partenaires (CROUS, CDIJ, Yélo,

16/01/19 : La Rochelle : la Nuit de la lecture se tient samedi 19 janvier de 14 h à 7 h dimanche à la Médiathèque de Laleu/La Pallice, à la Médiathèque Michel-Crépeau et au Muséum d’Histoire naturelle. Des lectures et des animations variées sont organisées.

16/01/19 : Le lanceur de poids bordelais Jean-Luc Mastromauro a battu le record de France des moins de 50 ans. Il a réalisé 17m19 à Fronton le 13 janvier, améliorant ainsi son propre record de France, établi une semaine plus tôt avec 16m90.

16/01/19 : Dans le cadre du dispositif "Permis de Jardiner" et à l'initiative du collectif Pau Sud, la rue Jacques Terrier sera revégétalisée. La Maison du Jardinier organise le 18 janvier de 14h à 17h une après-midi de plantation participatif.

15/01/19 : le Préfet de la Dordogne a désigné le sous-préfet de Nontron, Frédéric Roussel, référent départemental pour le grand débat national. Il est joignable à l'adresse : pref-granddebat@dordogne.gouv.fr. Plus d'infos : www.granddebat.fr

15/01/19 : Solène Ndama, licenciée au Bordeaux Athlé commence bien la saison. La jeune athlète bordelaise (20ans) réalise la meilleure performance mondiale de la saison au pentathlon (5 épreuves) en salle à Clermont-Ferrand.

14/01/19 : Didier Lallement, préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la Gironde, a nommé Thierry Suquet, secrétaire général de la préfecture de la Gironde, comme référent pour le Grand Débat National en Gironde.

13/01/19 : Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français: Faut-il reconnaître le vote blanc? Faut-il rendre le vote obligatoire? Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques

12/01/19 : GJ.La préfecture de Gironde a fait le point suivant à 19h45: 6000 manifestants, 35 interpellations, pas de blessé du côté des forces de l'ordre, des vitrines et du mobiliers urbains dégradés ainsi que des poubelles brûlées.Dernières dispersions en cours"

11/01/19 : Manifestations du samedi 12 janvier. Alain Juppé, maire de Bordeaux, en accord avec le Préfet, a décidé de fermer les lieux publics. L'opération de parking gratuit sur la place des Quinconces est reconduite ce dimanche 13 janvier.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/01/19 | Eco-Campus : Poitiers exemplaire

    Lire

    L'Université de Poitiers mise en valeur par le ministère de l'Enseignement Supérieur. Dans le cadre d'un séminaire dédié à la valorisation et la vie de campus, le ministère a invité l'Université de Poitiers à présenter son réseau de chaleur. Cette installation a permis une baisse de 500.000 euros de la facture énergétique. L'établissement poitevin est engagé dans une stratégie de développement durable récompensée par l'obtention du label Développement Durable et Responsabilité Sociétale en 2016.

  • 17/01/19 | Gilet jaunes : quel impact sur les commerces girondins ?

    Lire

    Dans une enquête de la Chambre de Commerce et d'Industrie Bordeaux Gironde sur l'évolution de a fréquentation des commerçants girondins sur les samedi du 15 décembre au 5 janvier auprès de 310 d'entre eux, on apprend que 93% des commerçants bordelais ont enregistré une baisse de fréquentation (supérieure à 50% pour plus d'un quart) par rapport à l'an passé et 90% une baisse de leur chiffre d'affaire (supérieure à 50% pour près d'un quart). Sur le reste du département, 69% ont enregistré une baisse de fréquentation et 66% du chiffre d'affaire, avec une Haute Gironde jugée "très fortement impactée".

  • 17/01/19 | Habitat 17 : des actions pour rompre l'isolement des retraités

    Lire

    Afin de rompre l'isolement des personnes âgées, l'association Voisins Solidaires et l'office public Habitat 17 viennent de créer un programme d'actions sur le département, allant du service rendu ponctuel à l'organisation d’événements de voisinage (type fête des voisins), reposant sur un réseau de voisins. 160 seniors isolés de 80 ans et + ont été identifiés. Avec cette action, l'office s'est vu renouveler le label européen du "bailleur social et solidaire", déjà obtenu en 2016 pour trois ans.

  • 17/01/19 | Mérignac : 4e édition de l’opération "Mon sang pour les autres"

    Lire

    Le Rotary Club de Mérignac et l'Association pour le don du sang bénévole de Mérignac s‘unissent au côté de l’Etablissement français du sang (EFS) Nouvelle-Aquitaine en organisant vendredi 18 janvier toute la journée et samedi 19 janvier au matin à la Maison des associations des journées pour donner son sang. Pour ce faire, il suffit d’être majeur et en bonne santé. L’objectif est de mobiliser 180 donneurs lors de cette collecte. Toutes les informations sont à retrouver ici.

  • 17/01/19 | Charente : une nouvelle Maison de Santé en zone rurale

    Lire

    Une nouvelle Maison de Santé sera inaugurée ce samedi à Barbezieux-Saint-Hilaire (23 avenue Charles-Virolleau), sur un territoire en désertification médicale. La MSP de Barbezieux-Saint-Hilaire regroupera 11 professionnels de santé aux fonctions complémentaires : deux médecins, un dermatologue, une sage-femme, deux cabinets d'infirmières, deux ostéopathes, une diététicienne, un psychologue et un réflexologue. Un projet soutenu pat la Région (150 000€) et l'Europe (200 000€).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | CNIP à Bordeaux : la question de l'emploi au sens large

18/06/2015 | Devant le Molière Scène d'Aquitaine, les représentants des Coordinations des Intermittents et Précaires interrompent leur atelier le temps d'une photo.

Les participants de la CNIP posent devant le Molière Scène d'Aquitaine

Tous les deux mois environ, la Coordination Nationale des Intermittents et Précaires se retrouve pour réfléchir sur les politiques en cours, et orienter son action future. C'est à Bordeaux que l'organisation s'est donné rendez-vous les 12,13 et 14 juin, à quelques jours de la discussion de la loi Rebsamen « dialogue social et emploi » au Sénat. Au cours des réunions, ateliers de réflexion et débats, la détermination coexiste avec l'inquiétude.

Les coordinations se veulent des mouvements citoyens mixtes, interprofessionnels et intersyndicaux. Apparues un peu partout en France en réaction à la signature controversée de la Convention d'assurance-chômage de l'Unédic, elles constituent des arènes de réflexion et des lieux d'expression pour ceux qui ne sont habituellement que trop peu représentés.

La lutte de la Coordination des Intermittents et Précaires ne concerne pas uniquement le monde du spectacle, ni même les intermittents dans leur ensemble : ce qui se joue ici, c'est la question de l'emploi au sens large. La protection de tous les « travailleurs de la discontinuité » - c'est-à-dire possiblement tous les salariés en CDD, désormais de plus en plus nombreux - constitue en ce sens un idéal.

« Ce que nous défendons, nous le défendons pour tous » affirment les militants présents. «Nous souhaitons montrer ce que nous « intermittents du spectacle » sommes capables d'apporter aux travailleurs sur la question de la précarité ». La création d'un régime spécial, « sanctuarisé » par la législation en vigueur, leur paraît à ce titre très négative. Plus encore, elle pourrait selon eux résulter d'une volonté de les isoler, et de diminuer la puissance de frappe des autres intermittents. De plus, même si ces derniers sont une base solide pour le mouvement, les salariés du monde du spectacle ne sont pas les seuls membres de la CIP. Ce matin, dans le hall du Molière Scène d'Aquitaine qui abrite l'événement, un comédien-clown partage la parole avec une vacataire à l'Ipsos et un « futur bibliothécaire ».

Quelles qu'en aient été les intentions, le résultat de la convention Unédic ne satisfait pas la CIP. L'association dénonce la teneur d'un dialogue social « qui sera principalement mis en œuvre par le MEDEF», de même que la précarisation de certains groupes. Les avancées mises en avant sont en fait en trompe-l’œil. La mise en place des droits rechargeables, « vitrine » du texte, représente ainsi d'après eux une régression dans les faits. Ce nouveau système diminue la visibilité des chômeurs quant à leur avenir, et les plonge dans une situation d'incertitude très douloureuse. Des injustices particulièrement criantes ont, de plus, frappé certains corps de métier. L'annexe 4 du texte a ainsi conduit à une perte sèche de 300 à 400€ d'aides par mois pour certains intérimaires. S'y ajoutent des craintes relatives au projet de loi Rebsamen. Les amendements 8 et 10 du texte pourraient être préjudiciables à nombre de travailleurs.

Une critique constructiveLes militants savent ce qu'ils veulent. Depuis 2003, les analyses des membres actuels de la CIP et de leurs partenaires - qu'ils soient chercheurs ou parlementaires - convergent vers une contre-proposition de plus en plus étayée. Elle se place en critique d'un certain nombre de textes actuels, Convention Unédic et loi Rebsamen en tête. Le « nouveau modèle » a pour ambition de démontrer qu'avec des moyens égaux (voire moindres), une action plus respectueuse des travailleurs peut être mise en place. Ce modèle, qualifié par ses défenseurs de « système solidaire et mutualiste », a par exemple récemment gagné le soutien du sociologue et économiste Bernard Friot.

Une défense cruciale pour les membres de la CIP, selon lesquels « on existe et on se définit par son travail ». Il est pour eux très dangereux de « mettre les gens dans des cases humiliantes ». Comme le confie un décorateur de théâtre actuellement dans la précarité, « J'existe en tant que plasticien, pas en tant que RSA »

Urgence, donc, à « prendre en compte la réalité de la discontinuité du travail » puisque « la règle aujourd'hui, c'est le CDD ». La CIP appelle à lutter contre la criminalisation des précaires, contre la stigmatisation de chômeurs « qu'on contrôle de plus en plus ». Le calendrier mis au point lors de la dernière rencontre est lourd de dates à suivre. Apparitions médiatiques (pour la coordination Nationale, les festivals de cet été restent des occasions de faire entendre leur opposition) se dessinent en parallèle à un travail de fond de plus en plus investi par les militants. Comme l'explique l'un d'entre eux : « les grandes actions ont eu leur temps avant la signature des accords, quand il était fondamental d'être visible. Maintenant on a aussi besoin de fond, de technicité ». Une position qui souligne, à quel point il est difficile au citoyen « classique » de s'insérer dans le débat quand les textes deviennent trop complexes.

Joséphine Duteuil
Par Joséphine Duteuil

Crédit Photo : Joséphine Duteuil

Partager sur Facebook
Vu par vous
1136
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !