Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | CNIP à Bordeaux : la question de l'emploi au sens large

18/06/2015 | Devant le Molière Scène d'Aquitaine, les représentants des Coordinations des Intermittents et Précaires interrompent leur atelier le temps d'une photo.

Les participants de la CNIP posent devant le Molière Scène d'Aquitaine

Tous les deux mois environ, la Coordination Nationale des Intermittents et Précaires se retrouve pour réfléchir sur les politiques en cours, et orienter son action future. C'est à Bordeaux que l'organisation s'est donné rendez-vous les 12,13 et 14 juin, à quelques jours de la discussion de la loi Rebsamen « dialogue social et emploi » au Sénat. Au cours des réunions, ateliers de réflexion et débats, la détermination coexiste avec l'inquiétude.

Les coordinations se veulent des mouvements citoyens mixtes, interprofessionnels et intersyndicaux. Apparues un peu partout en France en réaction à la signature controversée de la Convention d'assurance-chômage de l'Unédic, elles constituent des arènes de réflexion et des lieux d'expression pour ceux qui ne sont habituellement que trop peu représentés.

La lutte de la Coordination des Intermittents et Précaires ne concerne pas uniquement le monde du spectacle, ni même les intermittents dans leur ensemble : ce qui se joue ici, c'est la question de l'emploi au sens large. La protection de tous les « travailleurs de la discontinuité » - c'est-à-dire possiblement tous les salariés en CDD, désormais de plus en plus nombreux - constitue en ce sens un idéal.

« Ce que nous défendons, nous le défendons pour tous » affirment les militants présents. «Nous souhaitons montrer ce que nous « intermittents du spectacle » sommes capables d'apporter aux travailleurs sur la question de la précarité ». La création d'un régime spécial, « sanctuarisé » par la législation en vigueur, leur paraît à ce titre très négative. Plus encore, elle pourrait selon eux résulter d'une volonté de les isoler, et de diminuer la puissance de frappe des autres intermittents. De plus, même si ces derniers sont une base solide pour le mouvement, les salariés du monde du spectacle ne sont pas les seuls membres de la CIP. Ce matin, dans le hall du Molière Scène d'Aquitaine qui abrite l'événement, un comédien-clown partage la parole avec une vacataire à l'Ipsos et un « futur bibliothécaire ».

Quelles qu'en aient été les intentions, le résultat de la convention Unédic ne satisfait pas la CIP. L'association dénonce la teneur d'un dialogue social « qui sera principalement mis en œuvre par le MEDEF», de même que la précarisation de certains groupes. Les avancées mises en avant sont en fait en trompe-l’œil. La mise en place des droits rechargeables, « vitrine » du texte, représente ainsi d'après eux une régression dans les faits. Ce nouveau système diminue la visibilité des chômeurs quant à leur avenir, et les plonge dans une situation d'incertitude très douloureuse. Des injustices particulièrement criantes ont, de plus, frappé certains corps de métier. L'annexe 4 du texte a ainsi conduit à une perte sèche de 300 à 400€ d'aides par mois pour certains intérimaires. S'y ajoutent des craintes relatives au projet de loi Rebsamen. Les amendements 8 et 10 du texte pourraient être préjudiciables à nombre de travailleurs.

Une critique constructiveLes militants savent ce qu'ils veulent. Depuis 2003, les analyses des membres actuels de la CIP et de leurs partenaires - qu'ils soient chercheurs ou parlementaires - convergent vers une contre-proposition de plus en plus étayée. Elle se place en critique d'un certain nombre de textes actuels, Convention Unédic et loi Rebsamen en tête. Le « nouveau modèle » a pour ambition de démontrer qu'avec des moyens égaux (voire moindres), une action plus respectueuse des travailleurs peut être mise en place. Ce modèle, qualifié par ses défenseurs de « système solidaire et mutualiste », a par exemple récemment gagné le soutien du sociologue et économiste Bernard Friot.

Une défense cruciale pour les membres de la CIP, selon lesquels « on existe et on se définit par son travail ». Il est pour eux très dangereux de « mettre les gens dans des cases humiliantes ». Comme le confie un décorateur de théâtre actuellement dans la précarité, « J'existe en tant que plasticien, pas en tant que RSA »

Urgence, donc, à « prendre en compte la réalité de la discontinuité du travail » puisque « la règle aujourd'hui, c'est le CDD ». La CIP appelle à lutter contre la criminalisation des précaires, contre la stigmatisation de chômeurs « qu'on contrôle de plus en plus ». Le calendrier mis au point lors de la dernière rencontre est lourd de dates à suivre. Apparitions médiatiques (pour la coordination Nationale, les festivals de cet été restent des occasions de faire entendre leur opposition) se dessinent en parallèle à un travail de fond de plus en plus investi par les militants. Comme l'explique l'un d'entre eux : « les grandes actions ont eu leur temps avant la signature des accords, quand il était fondamental d'être visible. Maintenant on a aussi besoin de fond, de technicité ». Une position qui souligne, à quel point il est difficile au citoyen « classique » de s'insérer dans le débat quand les textes deviennent trop complexes.

Joséphine Duteuil
Par Joséphine Duteuil

Crédit Photo : Joséphine Duteuil

Partager sur Facebook
Vu par vous
1080
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !