24/10/17 : Charente-Maritime : les élus du Département ont voté une motion contre les dernières mesures envisagées par l'Etat concernant la baisse des APL, hier lors de la session d'automne.

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Comment mieux informer et parler des violences faites aux femmes ?

28/11/2012 | François Hollande a décidé d'engager un plan global pour les femmes victimes de violences

Le 3919, le numéro gratuit pour les victimes de violences conjugales

A l’occasion de la journée internationale de lutte contre la violence à l’égard des femmes, l’Apafed, un centre d’accueil, d’écoute et d’hébergement d’urgence pour les femmes victimes de violences conjugales et leurs enfants, a organisé une conférence au Rocher de Palmer à Cenon mardi 27 novembre avec des professionnels de santé, des médias et des campagnes de sensibilisation. Au cœur des débats : comment mieux informer et communiquer sur cette problématique sensible ? Un événement, qui a réuni pas moins de 80 personnes.

400 000 femmes. C’est le nombre de victimes de violences conjugales déclarées au cours des deux dernières années selon une enquête menée entre 2008 et 2012 par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales auprès de 66 920 personnes. Un chiffre, qui sous-estime forcément la réalité. Combien sont-elles à se taire ? Comment leur venir en aide ? Par exemple, phénomène méconnu, la grossesse est une période à risque. Mais, "c’est également un moment propice pour repérer les violences conjugales", souligne Laetitia Franquet, sociologue bordelaise, spécialiste de ces questions.

Des professionnels de santé mal formés à la détection de violences conjugalesProblème, "les professionnels de santé ne sont pas formés à la détection", regrette le Dr Hélène Maillet, obstétricienne à la polyclinique des quatre pavillons à Lormont. "On ne sait pas comment réagir, à qui s’adresser", rapporte-t-elle. Ceci étant, certains signes peuvent éveiller les soupçons. "Les vomissements graves de la grossesse sont souvent liés à des problèmes psychologiques", explique le Dr Hélène Maillet. Elle n’hésite donc pas à interpeller la femme sur sa situation de couple lorsqu’elle suspecte des violences conjugales. Mais, ce "réflexe" est loin d'être le cas de la majorité des praticiens. En 2000, une enquête révélait que sur 60% des médecins interrogés déclarant avoir reçu en consultation au cours des 12 derniers mois, des patientes de plus de 18 ans, battues, violées ou victimes de violences de la part de leur conjoint, seulement 7,7 % d’entre eux ont effectué un dépistage actif. "La principale difficulté pour intervenir est la dissimulation par la femme de sa situation, ou encore le refus de la patiente d’être aidée", précise le Dr Hélène Maillet, qui se retrouve parfois impuissante. "En augmentant de un euro le budget des politiques de prévention des violences conjugales, l’État, l’assurance maladie ou encore les collectivités locales pourraient économiser jusqu’à 87 euros de dépenses sociétales, dont 30 euros de dépenses directes", a mis en avant une étude de Marc Nectoux en 2006. Le coût des violences est estimé à 2,5 milliards d'euros par an.

Comment mieux médiatiser les violences conjugales ?Autre enjeu majeur : la médiatisation. "En période de médiatisation les appels passés auprès du 3919 (numéro national d’écoute sur les violences conjugales) doublent et le profil des appelants est conditionné par l’orientation des messages des campagnes de prévention", met en exergue Jean-Louis Roux Salembien, directeur de l’Apafed. Problème, les médias ne parlent guère des violences conjugales en dehors des deux journées événement de l'année sur le sujet le 8 mars et le 25 novembre. "Les médias fonctionnent beaucoup avec des marronniers. Pour faire en sorte que le sujet soit retenu, il faut une dimension d’originalité ou d’exemplarité", justifie Claudia Courtois, correspondante du Monde et du Point en Gironde. La donne pourrait changer. Dimanche dernier, le président de la République, François Hollande, a promis un "plan global" pour les femmes victimes de violences visant à la fois à mieux prendre en charge les auteurs, "informer" et accompagner les victimes.

 

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : Fédération nationale solidarité femmes

Partager sur Facebook
Vu par vous
1534
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !