Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

08/04/20 : Charente-Maritime : la Ville de Royan a pris un arrêté municipal ce 8 avril pour obliger le port du masque ou d'un "dispositif nasal et buccal" lors des déplacements dans l'espace public, "pour les personnes de plus de 10 ans", jusqu'au 15 avril.

08/04/20 : L’épidémie poursuit sa progression dans notre région avec 101 nouveaux cas recensés par l'ARS, ce qui porte le total à 2 539 cas confirmés depuis le début de l’épidémie (hors personnes non testées Covid-19 identifiées par la médecine de ville).

07/04/20 : Un décret de la Ville de Biarritz a interdit aux promeneurs, la station assise d’une durée de plus de deux minutes sur un banc ou sur un espace assimilable. Une disposition qui a tellement fait rire jaune et le buzz que le maire l'a annulée dans l'après-m

07/04/20 : Charente-Maritime : Le site internet de la ville de La Rochelle www.larochelle.fr a ouvert une page spéciale Entraide et solidarité dans la rubrique "Toutes les informations relatives au COVID-19" pour ceux qui veulent apporter leur aide.

07/04/20 : Suite à la demande du ministère de la Santé, le Département de Charente-Maritime s'est engagé à dépister "dans les meilleurs délais" ses 8 500 résidents et 5 000 employés d'EHPAD, en coordination avec l'ARS et le laboratoire Qualyse.

07/04/20 : Charente-Maritime : à la date du 6 avril, plus de 8 000 entreprises ont fait une demande d’activité partielle, soit près de la moitié des entreprises du département. Plus de 57 000 salariés sont concernés. 14 agents travaillent sur les dossiers.

07/04/20 : Déjà présente sur Facebook et Twitter, l’Agence Régionale de Santé ouvre sa page LInked-In afin de relayer au monde professionnel ses communiqués de presse quotidien ainsi que des informations et actualités autour de la crise sanitaire coronavirus.

06/04/20 : Coronavirus : 833 décès en France en 24 heures, 8911 morts au total, selon le ministre de la santé ce soir. Soit 65 nouveaux cas confirmés recensés en Nouvelle-Aquitaine, ce qui porte le total à 2 426 cas confirmés depuis le début de la crise.

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 09/04/20 | Près de 3 000 volontaires néo-aquitains inscrits sur Renforts-Covid

    Lire

    Le 30 mars, l’ARS a lancé l’opération #Renforts-Covid pour mettre en relation des professionnels de santé volontaires avec des établissements de santé néo-aquitains en besoin de renfort dans le cadre de la gestion de l’épidémie de Covid-19. En 10 jours: 2 985 professionnels de santé se sont portés volontaires en s’inscrivant sur la plateforme, 336 demandes de missions ont été postées par les établissements de santé, 91 volontaires ont déjà été mis à disposition des établissements en demande de renfort avec majoritairement des aides-soignants (48%) et des agents des services hospitaliers (23%).

  • 09/04/20 | Surveillance sanitaire des troupeaux : les priorités dans le 64

    Lire

    En cette période d'épidémie, la direction départementale de la protection des populations et le Groupement Sanitaire de Défense 64 ont posé comme priorité la surveillance sanitaire des cheptels transhumants qui devront être à jour de leurs prophylaxies annuelles pour monter en estive. Pour les non-transhumants et autres espèces (porcs notamment), les prophylaxies pourront être maintenues sous réserve de disponibilité des vétérinaires et respect des mesures de protection. Selon l’évolution de la situation la fin des campagnes pourra être reportée par la Préfecture, sans pour autant renoncer aux dépistages.

  • 09/04/20 | Charente-Maritime : des masques pour les aidants

    Lire

    A partir du 10 avril, le Département 17 met à disposition, dans les pharmacies, des masques pour les professionnels employés directement par une personne bénéficiaire de l'APA ou de la PCH, pour leurs interventions à domicile. Il leur suffit de se présenter à la pharmacie et de présenter l’attestation transmise par l’ACOSS/CESU, indiquant le nombre de masques attribués, complétée (nom de l’employé et de l’employeur) et signée par l'aide à domicile ainsi que sa carte d’identité.

  • 09/04/20 | Hébergements touristiques : 4 aides régionales dans les Landes

    Lire

    Dans le cadre de sa politique de rénovation des hébergements touristiques et de structuration de la filière du tourisme, le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté ce lundi 6 avril 4 aides dans le territoire landais. 3 aides pour la création de 3 gîtes de grande capacité : 37 500€ à François Dubedout, à Doazit ; 34 425€ au Domaine de Bouhemy, à Mimizan ; et 37 500€ à la commune de Pimbo. Une aide de 100 000€ a aussi été votée pour la modernisation de l'hôtel-restaurant "Les Pyrénées" à Mont-de-Marsan. Parce qu'un jour promis, on pourra à nouveau de sortir de chez nous et partir en vacances.

  • 09/04/20 | 200 000 masques distribués dans les Landes

    Lire

    Suite à la commande groupée avec le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine fin mars, ce sont 200 000 masques chirurgicaux qui sont distribués par les services du Département des Landes ces 8 et 9 avril. Coordonnées par l’ARS, cette distribution va permettre de fournir les établissements collectifs pour personnes handicapées ou âgées dont tous les EHPAD, les services d’aide à domicile et les accueillants familiaux de personnes âgées. Une nouvelle commande de masques, cette fois achetée avec les collectivités locales, est attendue pour ces prochains jours.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Comment parler aux jeunes de santé ?

26/09/2019 | Le jeudi 26 septembre, l’ARS et Santé publique France ont organisé une journée de table-ronde autour de la santé des jeunes, à l’Athénée municipal à Bordeaux…

Rencontres régionales de santé publique

« La santé des jeunes, un défi d’actualité ». Tel était le thème des Rencontres régionales de santé publique organisées par l’Agence Régionale de Santé et Santé Publique France, qui se sont tenues le jeudi 26 septembre à l’Athénée municipal à Bordeaux. Pendant une journée, les professionnels du secteur ont débattu autour de ce sujet grâce à des tables-rondes portant sur « la sensibilisation des jeunes à la santé sexuelle », « le développement des compétences psychosociales des jeunes », « l’accompagnement des jeunes à la vaccination » ou encore « la manière avec laquelle communiquer et intervenir efficacement auprès d’eux ».

« La santé des jeunes est un défi ! » Eric Le Grand est sociologue et professeur affilié à l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP). Ce fut également l’animateur de la première table-ronde portant sur « Comment communiquer et intervenir efficacement auprès des jeunes en matière de santé ? » qui s’est tenue le 26 septembre au matin, à l’Athénée municipal de Bordeaux, dans le cadre des Rencontres régionales de santé publique.
Pour ce dernier, « les jeunes ont des choses à dire sur la santé. Pour eux, il n’existe pas de tabou et ils détiennent un fort degré de connaissance en la matière. » Pour le sociologue, et d’après des études menées auprès de 400 jeunes, les campagnes de communication ne sont pas efficaces pour différentes raisons. « En matière de prévention, les jeunes se trouvent stigmatisés. Quand on parle de jeunes et de santé, on parle de cigarette, d’alcool et de sexe. Or, ils nous ont bien expliqué qu’ils ne buvaient pas, ne fumaient pas et ne baisaient pas tout le temps ! Nous devons donc adopter une autre approche. Il nous faut changer notre vision de la jeunesse. » Le risque est qu’ils n’aient plus confiance dans les acteurs du territoire et qu’ils ne se rendent plus dans les structures qui leur sont dédiées. « Les jeunes doivent être pris dans leur globalité car ils représentent une très grande diversité. »
Durant son introduction, Éric Le Grand a souhaité mettre l’accent également sur les engagements des jeunes d’aujourd’hui. « Certes, ils se désengagent des formes classiques de représentations, mais lorsque prédomine une question centrale, ce sont eux qui s’y engagent avant nous tous exemple avec l’environnement ou encore la précarité menstruelle ». Le numérique et l’omniprésence des réseaux sociaux sont également des éléments à ne pas négliger dans la mise en place d’une nouvelle communication avec les jeunes. « En effet, l’espace numérique est devenu un véritable lieu d’apprentissage. Il n’est pas que démoniaque. Travailler sur l’identité sociale par ce biais est donc indispensable. »

Eric LE GRAND, Daniel HABOLD, Philippe CASTERA, Céline TURCOT, Elisabeth DEVAINE, Selim KANCAL, Pierre ARWIDSON, François ALLA


Des données probantes
Aujourd’hui, aux quatre coins de l’hexagone, près de 20 000 actions liées à la santé des jeunes ont été mises en place. « Mais il est très compliqué d’analyser les résultats de ces interventions, déplore François Alla, professeur de santé publique à l’Université de Bordeaux/ISPED, alors que la santé chez les jeunes est un véritable sujet de recherche ! Aujourd’hui, moins de cinq travaux de recherche sur cette thématique sont financés. Or, nous avons besoin de collecter des données afin que les politiques fondent leur action sur des données probantes ». Même son de cloche du côté de Pierre Arwidson, responsable du département environnement, populations et cycles de vie à Santé publique France. « Vu que nous n’avons pas les moyens d’évaluer toutes ces interventions, servons-nous des outils qui ont déjà été évalués et déterminés comme probants ». En prenant la parole Daniel Habold, directeur de la santé publique à l’ARS Nouvelle-Aquitaine a tenu à rappeler qu’il ne fallait pas oublier la cible. « Pensons à notre public, les jeunes, afin d’éviter l’échec d’une intervention. Ces derniers sont hyper sensibles, prenons cette donnée en compte ». Selim Kancal, chef de pôle à la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale pense qu’il faudrait « des personnes ressource sur le territoire, bien identifiées comme acteur de la santé afin que les jeunes se dirigent automatiquement vers eux. » Elisabeth Devaine, infirmière conseillère technique du Recteur du Limousin souligne que « l’éducation et la santé sont interdépendantes. A l’Education nationale, nous avons une approche globale et systémique. Le jeune est au cœur du projet. Une action ponctuelle de santé publique est bien entendu inefficace. Je pense qu’il est souhaitable de construire un véritable projet, ce qui se passe du reste dans certains établissements scolaires. Et nous devons y associer les jeunes pour qu’ils soient acteurs, ressources mais aussi référents ».

Des projets à adapter
Philippe Castera, coordinateur médical chez AGIR 33, lui déplore les opérations « one shot » dans les établissements scolaires. « Une intervention va durer une matinée, puis plus rien. Elle ne va pas s’inscrire dans la durée et c’est dommage car son efficacité ne peut pas être optimale. Mais certainement des actions du même type existent ailleurs et sont inscrites davantage dans la durée afin de suivre le jeune sur plusieurs mois. Il faut s’en inspirer ! » Et pour connaître les actions probantes « nous devrions mettre en place un centre de ressources qui compile toutes ces données afin de piocher des idées lorsque nous en avons besoin », ajoute Pierre Arwidson. Pour Céline Turcot de l’IREPS Nouvelle-Aquitaine, l'instance régionale d'éducation et de promotion de la santé pour tous, « ces données probantes sont une plus-value. L’idée n’est pas de reprendre un projet et de faire copier-coller mais bien de s’en inspirer et de le remodeler pour coller au mieux à son public et à son territoire ». Et c’est bien là aussi tout l’enjeu d’une communication efficace, « connaître et comprendre l’environnement dans lequel ces jeunes évoluent mais aussi leur montrer leur utilité sociale et leur impact. Et à partir de ce moment-là, nous mettons toutes les chances de notre côté pour avoir un langage commun, un partage ». Même discours du côté de François Alla. « L’adaptation est primordiale ! Un projet qui marche à un endroit doit être réadapté, recontextualisé pour un autre lieu. En effet, pourquoi parler de nutrition et d’alimentation variée dans un établissement où les parents des jeunes n’ont pas les moyens de bien se nourrir. C’est incohérent ! Ou encore, pourquoi parler d’hygiène dans un établissement qui ne fournit pas de savon pour se laver les mains ! Aujourd’hui donc nous devons retravailler nos stratégies d’actions. »

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : SR

Partager sur Facebook
Vu par vous
3201
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 11 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !
Côté Ô Société | 08/04/2020

Vague de solidarité dans les campings du groupe Côté Ô

Distribution du Collectif Solidarité-Continuité Alimentaire Bordeaux Société | 08/04/2020

Précarité étudiante: entre chômage partiel et difficultés alimentaires, le confinement s'avère difficile

Hubert Herbreteau évêque d'Agen Société | 07/04/2020

« Cultivons notre espace intérieur en cette période de confinement » Hubert Herbreteau, évêque d’Agen

L'ESSCA Société | 06/04/2020

Confinement : l’innovation dans l’enseignement à distance des Ecoles supérieures

Sport à la maison Société | 05/04/2020

A Bordeaux, les acteurs du sport s’adaptent au confinement

Opération de contrôle à l'entrée de l'île d'Oleron le 3 avril 2020 pour éviter l'affluence des touristes Société | 04/04/2020

Covid-19 : En Charente-Maritime, les vacanciers ne sont pas les bienvenus

Aurélien Leroy Pôle Emploi Société | 03/04/2020

Covid-19 : pour Aurélien Leroy, responsable régional de Pôle Emploi, il faudra "continuer à s'adapter"

Entrée de l’hôpital de La Rochelle Société | 02/04/2020

Covid-19 : La Rochelle ouvre ses premiers centres de consultation publiques

Angélique, infirmière libérale en milieu rural à l'heure du Covid 19 Société | 01/04/2020

Angélique, infirmière libérale en milieu rural : « Nous acceptons toute l'aide que l'on nous propose ! »

Banque Alimentaire 2020 Société | 31/03/2020

Face à l'épidémie du Covid-19, la distribution alimentaire se réorganise en Nouvelle-Aquitaine

masques Société | 31/03/2020

Solidarité et masques en tissu : nouveau combat dans des communes en Gironde

Hopital de Bayonne Société | 30/03/2020

Le Plan blanc Aquitaine s'étend jusqu'au Pays basque

Les supporters de l'UBB célèbrent la victoire Société | 29/03/2020

Union Bordeaux-Bègles : l'histoire fait la force

"Construire un lieu différent qui serait le lieu des possibles pour les jeunes porteurs de TSA et leur famille », tel est l'objectif du Conseil départemental des Landes, en partenariat avec le milieu associatif et les différentes institutions Société | 28/03/2020

"Chacun sa vie, chacun sa réussite", l'ambitieux projet landais pour les jeunes autistes

Hall centre hospitalier Bayonne Société | 27/03/2020

Un appel du Centre hospitalier de Bayonne qui... interpelle