aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

25/01/17 : Chômage en Charente-Maritime : au 31 décembre, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A était de 33 376, soit +1,5% par rapport à novembre 2016. Toutes catégories confondues, ils sont 55 964 inscrits, un chiffre qui a augmenté de 1,5% en un an.

24/01/17 : Primaires de la gauche : en Charente-Maritime, Benoît Hamon arrive en tête de ce premier tour avec 35,8% des voix, devant Manuel Valls avec 32,8% et Arnaud Montebourg avec17,4% des voix.

23/01/17 : Benoît Hamon-Manuel Valls: ce sera donc le second tour de la primaire de la gauche dimanche 29. Arrivé 3° loin derrière Valls, Arnaud Montebourg a annoncé on soutien à Hamon tandis que Valls joue la carte du seul candidat vraiment présidentiable

22/01/17 : L'Académie Ravel de Saint-Jean-de-Luz propose un cycle de six conférences musicales à l'auditorium Ravel. La première, par Alexandre de la Cerda, a lieu ce lundi 23 janvier à 18 heures: "itinéraire musical européen de Saint Petersbourg à Bayonne.

21/01/17 : Un projet d'implantation de huit éoliennes (investissement: 24 millions d'euros) dans la vallée d'Ostibarret, dans la région d'Iholdy au Pays basque est menacé de ne jamais voir le jour. La raison? La présence de trois espèces protégées de vautours.

20/01/17 : L'accès à la station de ski de fond du Somport par la RN 134 sera possible le samedi 21 janvier à partir de 12 h, dans les Pyrénées-Atlantiques. La route menant au col du Somport sera en effet rouverte à partir des Forges d'Abel.

20/01/17 : La mortalité routière est en hausse en Charente-Maritime, avec 59 décès dans des accidents de la route en 2016. Le préfet du département Eric Jalon a donc décidé de faire de la sécurité routière la grande cause départementale de l'année 2017.

20/01/17 : La délinquance est en baisse en Charente-Maritime, selon le TGI et la Prefecture 17 : les vols avec violence sont en recul de 12%, de 17% avec arme(s), et les violences à caractère non crapuleux de -5%. Les vols de voiture ont augmenté de 7%.

19/01/17 : Alain Rousset a posé la 1ère pierre du Centre de Formation des Apprentis à La Rochelle. La Région investit 11 M€ dans la construction et l'équipement de ce site, en partenariat avec la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Charente-Maritime.

17/01/17 : Dans un courrier adressé à Dominique Bussereau, la ministre de la santé Marisol Touraine donne son aval au centre hospitalier de Royan (Vaux-sur-Mer) pour la construction d'un bâtiment en vue d'accueillir un IRM spécialisé en ostéo articulaire.

17/01/17 : La RN 134 a été rouverte à la circulation en vallée d'Aspe, ce mardi, par le préfet des Pyrénées-Atlantiques. Si l'accès au tunnel du Somport est rétabli, ce n'est par contre pas le cas de celui menant au col du Somport.

17/01/17 : Le plan "grand froid" est de nouveau activé en Charente-Maritime, depuis hier soir. Des températures allant jusqu'à -10 degrés étant attendues la nuit d'ici vendredi. Les 175places supplémentaires créées lors de la 1re vague de froid sont maintenues.

16/01/17 : En raison de la météo et du risque d'avalanche, la RN 134 est fermée aux poids lourds en vallée d'Aspe (64) dans le sens France-Espagne à partir de Gurmençon, et aux véhicules légers à partir d'Urdos. L'accès au col et au tunnel du Somport est fermé.

16/01/17 : La Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne/CIED vous invite à vivre une soirée à l'heure allemande, le vendredi 27 janvier à la Maison de l’Europe à Agen. Une soirée présentée par Katharina, une jeune allemande en service volontaire européen

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/01/17 | Le "faucheur de chaises" à la BNP relaxé par le tribunal de Dax

    Lire

    Pour protester contre l'évasion fiscale, Jon Palais et ses amis ont "réquisitionné" des chaises dans des agences bancaires en 2015. Pour une de ces actions dans une agence parisienne de la BNP, le militant altermondialiste a été relaxé ce lundi par le tribunal de Dax, quinze jours après un procès très médiatisé avec son avocate Eva Joly, et des soutiens comme José Bové, Yannick Jadot (EELV) ou Philippe Poutou (NPA). "C'est un grand désaveu pour la BNP", s'est félicité Jon Palais.

  • 23/01/17 | J.-R. Etchegaray, premier président de l'agglomération Pays basque

    Lire

    Jean-René Etchegaray a été élu à la présidence de la Communauté d’agglomération Pays Basque lors du premier Conseil communautaire, ce lundi 23 janvier. Trois candidats étaient en lice et au terme d’un vote à bulletin secret, le maire de Bayonne a été élu à la majorité absolue par 157 voix sur 231 votants (dont 17 votes blancs ou nuls). Il présidera la nouvelle Communauté d’Agglomération Pays Basque, née le 1er janvier de la fusion de 10 intercommunalités du Pays Basque et représentant 158 communes et plus de 300 000 habitants.

  • 20/01/17 | Deux nouvelles gares de desserte sur la ligne La Rochelle-Poitiers

    Lire

    Deux nouvelles gares, à La Jarie et à Aigrefeuille-Le Thou, ont été inaugurées jeudi. Après avoir été fermées en 1987 et 1993, ces deux dessertes de la ligne La Rochelle-Poitiers, via Niort, ont été rouvertes à l'occasion d'une réhabilitation des voies par la SNCF pour des relèvements de vitesse de TGV. La Région, les agglomérations de La Rochelle et de l'Aunis, le Département et l'Europe ont investi 7,1M€ pour la création des quais et l'aménagement des abords, dont des parkings.

  • 19/01/17 | Le plan grand froid à Périgueux

    Lire

    La Préfecture de la Dordogne a activé le plan grand froid. A Périgueux, en plus des 54 places d'hébergement déjà existantes, un centre d'hébergement d'urgence de nuit est prévu salle du Rio. Il est équipé de lits, couvertures, d’un point hygiène, de tables sur lesquelles sont mises à disposition les boissons chaudes. La Croix Rouge y met à disposition 50 lits et y assure l'accueil et la surveillance. Les places sont attribuées par le « 115 » en fonction des remontées des appels reçus et des maraudes.

  • 19/01/17 | Bûche d'Hiver: appel "Grand Froid"

    Lire

    Née il y a 40 ans la Bûche d'hiver( 73 Av Thiers Bordeaux) vient en aide à quelques 500 familles en Gironde et a besoin de soutien pour son dispositif "grand froid" qui permet aux services sociaux et associations partenaires d'obtenir une réponse à des dossiers urgents et aux fournisseurs (gaz en cuve, fuel, bois, charbon) d'être réglés afin qu'il n'y ait pas de coupure dans le chauffage ou qu'elle soit la plus courte possible. Dans une partie de la Gironde et le sud Charente Maritime, la Bûche peut livrer du bois de chauffage, grâce au partenariat avec la tonnellerie Nadalié depuis 5 ans. Déduction fiscale 75% du don

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Commission de surendettement: pauvreté et "real politique"

15/02/2016 | 5248 dossiers ont été déposés en 2015 auprès de la Commission de surendettement de la Gironde, soit une augmentation de + 1,48%.

Jean-Claude Bach, Dir; Banque de France en Aquitaine, David Duriez (Banque de France) Isabelle Pantèbre (déléguée Préfet) Irène Pillon (DDFP)

Si l'augmentation du nombre de dossiers déposés auprès de la Commission de surendettement de Gironde est moindre que les années précédentes (+2,3 en 2014), c'est une hausse tout de même dans un contexte national et régional, affichant, à l'inverse, une tendance baissière. Une hausse qu'Isabelle Pantèbre, Déléguée du Préfet, explique d'une part par « l'attractivité démographique de la Gironde pour toute les catégories de personnes, y compris les plus pauvres », et d'autre part en raison « du coût du logement relativement plus élevé que dans des départements moins urbanisés ». Dans ces dossiers girondins la valeur moyenne de la dette s'établit à 40 993 € sur 8 à 9 types de dettes différentes. Des dettes que la Commission de surendettement, qui présentait son rapport d'activité pour 2015 ce 12 février, a vocation à réaménager, voire à effacer pour toute ou partie d'entre elles.

« Face à un dossier de surendettement, trois options s'offrent la Commission de surendettement », explique David Duriez, Responsable du Service des particuliers à la Banque de France. Soit une solution amiable est trouvée avec le créancier, permettant ainsi un étalement de la dette sur un maximum de 8 ans ((13,25% des cas en 2015), soit, l'étalement se fait de manière imposée (toujours sur un délai de 8ans), soit enfin, la Commission peut préconiser auprès d'un juge d'instance, l'effacement partiel ou total de la dette si la personne est en situation d'insolvabilité. «Près de 31% des dossiers en 2015, ont ainsi donné lieu à des effacements de dettes par le juge», indique David Duriez. Soit un chiffre comparable à celui de 2014.

420 dossiers pour 100 000 habitantsConcernant par contre, les résolutions de dossiers à l'amiable, leur nombre, en diminution significative (-18,98%), est compensé par une nette augmentation des mesures imposées. Un phénomène qui traduit en réalité, l'impact de la loi bancaire de 2013 qui permet, en l'absence de capacité de remboursement et de patrimoine immobilier, d'établir directement des mesures imposés immédiates, sans passer par la case « amiable », qui dans ces cas précis, n'aurait pour seul résultat que de ralentir la procédure et aggravé la situations des personnes, l'accord n'étant jamais trouvé avec les créanciers. Au total 42,76% des dossiers girondins ont donc fait l'objet de mesures obligatoires imposés.
Si en Gironde, la commission reçoit 420 dossiers pour 100 000 habitants, ce sont dans les deux tiers des cas des personnes seules (66%) et pour un peu plus de la moitié des dossiers, sans personne à charge. Si toutes les catégories d'âges sont touchées par le surendettement, les 35-54 restent la catégorie la plus représentée.
Autres caractéristiques des ménages endettés, ils sont à 76,6% locataires, bien que « la part des propriétaires, encore relativement faible, progresse notamment du côté des primo-accédants », note David Duriez.

Le phénomène des travailleurs pauvresSur le profil professionnel des personnes qui recourt à la Commission de surendettement, si 28,6% sont au chômage, environ 40% sont en situation d'emploi, dont 32,2% en CDI... En outre, dans les trois quart des cas, les ressources sont inférieures à 2000 € et pour un peu plus de la moitié (51,3% des dossiers) elles sont inférieures ou égales au SMIC. Des chiffres qui en disent long sur le phénomène des travailleurs pauvres dont le revenu ne permet pas de faire face aux charges quotidiennes...
Car en effet, au regard d'un dossier moyen, qui s'élève à environ 41 000 € répartis sur 8 à 9 dettes différentes, dans 86% des cas, figurera un crédit à la consommation, et dans près de 80% des cas, des dettes de charges courantes telles que le loyer, l'électricité, les assurances... « Des dettes de charges courantes, qui sont de plus en plus présentes dans les dossiers, là où les dettes de crédits bancaires apparaissent de moins en moins fréquemment, ce qui traduit dans les faits des situations des personnes de plus en plus dégradées » note le responsable.

Parvenir à maintenir les personnes dans leur logementSi le secrétariat de la Commission de surendettement est assuré par la Banque de France, c'est un travail collégial qui est mené au sein de cette commission présidée par le Préfet, en partenariat avec la Direction départementale des Finances Publiques, des représentants du secteur bancaire, des représentants d'associations de consommateurs et des familles, et un juriste. « Derrière tous ces chiffres, il n'y a pas que de l'administratif. Dans cette commission sont réunis différentes sensibilités, pour trouver les solutions les plus humaines possibles. C'est de la ''real politique'' » insiste le Directeur de la Banque de France pour l'Aquitaine Jean-Claude Bach. Et, à ce titre « un des soucis importants de la Commission est de parvenir à maintenir les personnes dans leur logement. Si on oblige les personnes à vendre ou à quitter leur habitation, c'est quasiment les mettre en situation d'exclusion sociale. Le logement est le facteur principal d'insertion, il faut tenter de le conserver ».
Et c'est d'ailleurs bien le sens de la loi que de faciliter cela depuis la loi ALUR, qui a posé un principe de coordination entre la Commission de surendettement et la Commission de coordination des actions de prévention des actions d'expulsion, jusqu'à la loi Hamon (loi sur la consommation) applicable au 1er juillet, qui réduira la durée légale des mesures (qu'elles soient amiables ou imposées) de 8 à 7 ans, sauf en ce qui concerne les biens immobiliers. En effet, afin d'éviter la cession de la résidence principale des ménages, la loi permettra de ce cas de prolonger cette durée sans limitation pour rembourser l'intégralité de la dette, qu'elles soit immobilière ou pas.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
16061
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !