30/09/22 : Des rassemblements Vivons Vélo au bénéfice de l'Institut Pasteur sont organisés samedi 8 octobre, à Libourne, Carbon-Blanc, Cestas (33) et Idron (64). Au programme: pédaler pendant une trentaine de kilomètres, en partenariat avec les clubs locaux.+ d'info

30/09/22 : La Semaine de la Forme, accessible à tous, se déroule du 1 au 9 octobre. Un large panel d'activités et de tests est proposé aux enfants, adultes ou seniors, pour connaître son état de forme. Une association sportive participe près de chez vous. + d'info

28/09/22 : Tout est gratuit pour les moins de 22 ans au cours de la nouvelle saison de l'Orchestre du Pays Basque. Des concerts dans 25 villes et villages pour voyager entre musique classique, chant, musiques traditionnelles, actuelles ou expérimentales. + d'info

28/09/22 : La Cité du vin propose plusieurs rendez-vous en octobre avec deux conférences, des ateliers de dégustation et des animations dans le cadre des Journées nationales de l’architecture et du Fascinant Week-end du réseau Vignobles & Découvertes.+ d'info

26/09/22 : A vos agendas: Bordeaux Fête le Vin s'annualise et revient donc dès 2023, du 22 au 25 juin. Comme pour son édition 2022, l'évènement se vivra dès le 15 juin en Avant-Première. Bordeaux Fête le Fleuve cède quant à lui sa place.

23/09/22 : La compagnie aérienne des capitales régionales européennes Volotéa enregistre une progression de 24% du nombre de ses vols par rapport à l'an dernier. A Bordeaux, 195 000 passagers ont été transportés entre juin et août soit une hausse de 27%.

19/09/22 : Dans le cadre d'Octobre rose, la Chambre de métiers et de l’artisanat de Nouvelle-Aquitaine et les Chambres départementales se mobilisent au côté de la Ligue contre le cancer. 250 agents sont inscrits à différentes courses organisées dans la région.

16/09/22 : L’incendie dans le secteur de Saumos est fixé depuis jeudi après-midi. La surface brûlée est réévaluée à 3400 hectares. Les personnes n'habitant pas sur les zones brûlées, 1700 sur plus de 1800 évacuées, ont pu regagner leur domicile.

15/09/22 : L'incendie de Saumos n'a pas progressé dans la nuit de mercredi à jeudi stagnant à plus 3700 ha. En raison d'une très faible visibilité due aux fumées et au brouillard, la préfecture appelle les automobilistes du secteur à la prudence.

14/09/22 : A Saumos, le feu a légèrement progressé cette nuit et dans la matinée, portant la surface totale brûlée à plus de 3600 ha. Jusqu’à 1000 pompiers sont mobilisés au plus fort de la journée ainsi que 6 Canadairs, 3 Dash et 2 hélicos bombardiers d’eau

14/09/22 : L'incendie dans le secteur de Saumos, a continué de progresser dans la journée détruisant plus de 3200 ha. 900 pompiers sont engagés dans ce combat contre le brasier qui a nécessité l'évacuation de 840 personnes et la fermeture de plusieurs routes.+ d'info

13/09/22 : Sur le secteur de Saumos (33), l'incendie démarré hier après-midi a parcouru 1 300 ha cette nuit. Les 340 pompiers déjà engagés vont être rejoints par des renforts d’autres départements. 2 Canadairs, 1 Dash et 3 hélicos bombardiers d’eau interviennent

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 03/10/22 | Une filière locale de soja en développement

    Lire

    A Pamproux dans les Deux-Sèvres, Alicoop est spécialisée dans la fabrication d'aliments pour animaux de ferme. 4 de ses 5 usines sont en Nouvelle-Aquitaine. Pour pallier à la forte dépendance de l'alimentation animale aux importations de soja provenant de zones déforestées, la société souhaite mettre en place de nouveaux produits à partir de productions locales en développant notamment une filière locale de soja. Elle va ainsi investir dans une ligne de trituration de soja et une ligne de micro-nutrition.

  • 03/10/22 | Trois événements à Limoges pour la nuit du droit le 4 octobre

    Lire

    Pour célébrer la nuit du droit, trois animations sont organisées à Limoges : un débat « Le crime en Limousin : fiction ou réalité, hier ou aujourd’hui, immersion dans les enquêtes locales » de 18h à 20h30 par la Cour d’appel (Inscriptions lanuitdudroit.calimoges@ justice.fr); une table ronde sur « La lenteur de la justice : vertu ou défaut ? » de 20h à 22h à la cité judiciaire (accès libre dans la limite des places) et « Le Droit : une force sans les armes » de 17h à 22h à la Maison de la Région.

  • 03/10/22 | Un taux de chômage de 6,5% historiquement bas

    Lire

    L’économie se porte plutôt bien en Nouvelle-Aquitaine, avec 36 000 emplois créés au cours de la dernière année, soit 110 000 depuis dix ans. Le taux de chômage est historiquement bas à 6,5%, plus bas qu'au plan national, alors que le contexte régional est à la croissance démographique. "Le défi à relever porte sur les tensions de recrutement qui touchent tous les secteurs," indique la préfète de région Fabienne Buccio.

  • 30/09/22 | Magna Blanquefort : les salariés pas vraiment rassurés

    Lire

    Les salariés de l’usine Magna restent inquiets après l’annonce du rachat du site de Blanquefort (Gironde) par le fonds d’investissement allemand Mutares. « Quelles garanties supplémentaires offrent Mutares par rapport à Magna pour faire aboutir de nouveaux projets ? » Le repreneur fait valoir la poursuite du contrat avec Ford jusqu’en 2026, la fabrication d’un robot pour une start-up bordelaise, l’assemblage de batteries pour deux-roues ou la production de chargeurs de batteries.

  • 30/09/22 | Le Thouarsais préserve la biodiversité

    Lire

    La Communauté de communes du Thouarsais vient de lancer un projet afin de renforcer la prise de conscience autour des enjeux de préservation de la biodiversité. Elle va établir un diagnostic naturaliste afin de dégager des actions en faveur de la biodiversité et de sa préservation. La CdC va acquérir des parcelles afin de préserver des continuités écologiques ou encore créer ou restaurer une quinzaine de mares. Toutes ces actions vont être accompagnées d'animations à destination des habitants et des scolaires.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Confinement et femmes victimes de violences : que faire contre l’intolérable ?

25/03/2020 | Le confinement pousse à une aggravation des violences conjugales. Que faire face à cela ? Quelles sont les structures qui agissent en Nouvelle-Aquitaine ?

1

La crise sanitaire que nous traversons actuellement pousse à adopter des mesures de confinement strictes. « Restez-chez vous ! ». Un précepte qui peut paraître simple, mais qui peut également virer au cauchemar pour de nombreuses femmes, victimes de violences conjugales. Prisonnières d’un foyer où règnent la peur et les coups, pour ces femmes victimes, se faire aider devient de plus en plus compliqué. En Nouvelle-Aquitaine, comme partout en France, associations, instances régionales, forces de l’ordre et psychologues s’attachent à ne pas oublier cette problématique.

« Le confinement à domicile peut, hélas, générer un terreau propice aux violences conjugales », a expliqué Marlène Schiappa, ministre chargé des Droits des femmes. Depuis le premier janvier 2020, 19 féminicides ont déjà eu lieu. Un chiffre aberrant qui montre qu’en France, les violences conjugales ne sont pas des cas isolés. Depuis le mardi 17 mars, ces femmes, comme l’ensemble de la population française, sont contraintes de rester chez elles. La promiscuité et l’ennui sont des facteurs qui augmentent énormément la violence au sein d’un foyer. Les coups sont multipliés, les femmes ne peuvent plus sortir : la crise sanitaire liée au COVID-19 donne naissance à une autre crise toute aussi meurtrière.

Au niveau national, les numéros d’écoute (comme le 39 19) sont toujours opérationnels, les hébergements d’urgence restent ouverts, les procès au pénal contre les maris violents sont maintenus et les plateformes gouvernementales (arretonslesviolences.gouv.fr) restent également actives. Sophie Buffeteau, Directrice régionale aux droits des femmes et à l'égalité explique que les consignes nationales sont claires : « la protection des femmes victimes de violences conjugales reste une priorité dans tout le pays, que cela soit pour les forces de l’ordre, la justice ou pour les associations ».

Les associations néo-aquitaines restent à l’affut 

Association Maison D'Ella

« Du fait du confinement, pour l’instant, nous avons vérifié que toutes les structures existantes continuent de fonctionner en Nouvelle-Aquitaine. C’est le cas et elles fonctionnent aujourd’hui en télétravail avec un système de déportation des numéros fixes sur les portables. Que ce soit les centres d’hébergement ou les associations : les dispositifs actuels continuent de fonctionner » rassure Sophie Buffeteau. En Gironde par exemple, l’APAFED héberge des femmes victimes de violences avec les gestes barrières et ont remplacé les entretiens physiques par des téléphoniques. Le centre continue de fonctionner normalement avec les femmes et les enfants qui y sont hébergés.

A Bordeaux, de nombreuses associations font preuve de bonne volonté malgré les mesures de confinement. Le CIDFF (Centre Information sur les Droits des Femmes et des Familles) assure pour sa part des entretiens téléphoniques de soutien psychologique sur rendez-vous au 05 56 48 40 62. Le CIDFF a également mis en place des permanences juridiques téléphoniques au 05 56 44 30 30 du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h. Par ailleurs, la Maison d'Ella assure des permanences téléphoniques aux heures d'ouverture au 06 31 05 85 78 et poursuit les consultations psychologiques et les entretiens de soutien par téléphone, WhatsApp ou Skype. La Maison des Femmes assure aussi la continuité des accueils violences par téléphone sur la ligne habituelle au 05.56.51.30.95.

Une situation très inquiétante

« Ce que nous remontent les associations en général, confie Sophie Buffeteau, c’est moins d’appel. C’est extrêmement inquiétant. En particulier car il y a beaucoup de femmes qui appelaient régulièrement, mais qui n’avaient pas encore franchi le pas de partir. Ces femmes là, elles n’ont plus de contact aujourd’hui. Cela reflète aussi ce qui se passe au national car le 39 19 reçoit beaucoup moins d’appel également » Muriel Bichaud, éducatrice spécialisée et co-fondatrice de la Maison d’Ella, partage cet avis avec angoisse. A la Maison d’Ella le téléphone ne sonne plus. « C’est justement d’après nous très inquiétant, explique Muriel Bichaud. On imagine que la période de confinement ne permet pas aux femmes d’avoir un petit moment personnel pour faire des démarches. Nous sommes toujours sollicités à la Maison d’Ella et d’habitude le téléphone sonne sans arrêt. Mais là, il ne sonne pas.... ».

Ce silence perturbant vient s’ajouter à l’inquiétude qui anime les associations pour la santé physique et mentale de ces femmes qui doivent rester chez elles. Bien plus qu’un mauvais moment à passer, pour ces femmes violentées le confinement est synonyme de véritable calvaire. Comment se protéger physiquement ? Comment ne pas perdre la tête dans un environnement malsain ? Muriel Bichaud énumère quelques idées qui ont été développées à la Maison d’Ella : « nous continuons les suivis thérapeutiques. Nous avons aussi créé un « kit de soutien au confinement » que l’on envoie par mail avec des petits exercices de brain gym pour respirer un peu. Ce sont des outils pour s’apaiser car c’est très anxiogène pour ces femmes d’être enfermées. Notre psychologue danseuse a enregistré des séances de méditation que l’on transmet par mail, en plus d’offrir une écoute attentive et un soutien fort en cas d’urgence. »

Quelles solutions pour les victimes ? 

Violences conjugales

En plus des numéros d’écoute, toujours fonctionnels en cette période inédite, d’autres solutions sont mises en place. Face à cette baisse significative des appels dans les centres spécialisés, des propositions alternatives s’ajoutent à l’aide psychologique par téléphone. Des plateformes permettent de signaler une situation dangereuse par exemple. Sur le site national « arretonslesviolences.gouv.fr », il est possible de signaler en ligne une violence. Il n’est en effet pas toujours possible de téléphoner lorsqu’on est constamment enfermée avec un mari violent. L’écriture en ligne vient donc comme un autre recours, plus discret, plus rassurant.

Muriel Bichaud, de la Maison d’Ella, rappelle : « le conseil reste le même : appeler le 17. Ce qui est primordial c’est la mise en sécurité de la femme et des enfants. J’ai contacté la semaine dernière le service d’aide aux victimes du commissariat de Bordeaux, qui a répondu dans l’instant par mail. Ils sont très réactifs. » Sophie Buffeteau soutient également cette idée : «  Le commissariat de Bordeaux a une adresse dédiée sur internet (victime-bordeaux@interieur.gouv.fr) où les femmes peuvent envoyer un mail avec une réponse dans les 24h… ».  Se confiner pour une femme en danger n’est pas la priorité absolue : il faut avant tout qu’elle soit en sécurité.

Mais est-il possible de fuir lorsque la situation devient critique et malgré l’interdiction de sortir ? « On peut fuir, cela m’a été confirmé par la police, répond la Directrice régionale aux droits des femmes et à l’égalité. Les femmes peuvent fuir, aller porter plainte et les forces de l’ordre doivent prendre leurs plaintes. ». 

La responsabilité de chacun

La solidarité. Un mot qui prend tout son sens dans des situations de crise. En période de confinement, les femmes ne peuvent peut être plus téléphoner mais elles peuvent être entendues par les voisins. La parole des témoins est encore plus précieuse en ces jours.  « Si on entend des cris, des pleurs, des bruits, qui dépassent le simple cadre de la dispute, il faut le signaler : soit en composant le 17 ou le 39 19 »  explique Sophie Buffeteau. Si les associations ne peuvent plus accompagner à 100% ces femmes victimes, c’est aux citoyens de prendre le relais. « Depuis le confinement, la semaine dernière, nous avons appelé le 17 une fois pour des violences sur une femme », confie Muriel Bichaud. La cruauté ne connaît pas le repos.

Affiche Nous Toutes

La mobilisation va encore plus loin. Le mouvement de lutte contre les violences sexistes et sexuelles, NousToutes, mené par Christine De Haas, a lancé une pétition adressée à Emmanuel Macron. Son nom : « Confinement : protégeons les femmes victimes de violences #Coronavirus ». Cette pétition en ligne demande 5 choses, au gouvernement français, pour une protection optimale de ces femmes battues : l’envoi d’une consigne immédiate à tous les services de police ;  la mise en place (comme en Espagne) d’un service d'alerte ouvert 24h sur 24h par messagerie instantanée avec une fonction de géolocalisation ; le maintien des places d’hébergement existantes ; lenvoi d’une circulaire à tous les juges aux affaires familiales pour leur demander d’être réactifs sur la délivrance des ordonnances de protections et enfin la mise en place d’une assistance psychologique, juridique et sociale aux victimes.

En plus de cet engagement politique fort, le collectif NousToutes apporte chaque jour des conseils sur ses réseaux sociaux (site internet et instagram). Par exemple, l’organisation conseille d’imprimer une affiche d’information contre les violences et de la coller dans le couloir de son immeuble. Il est aussi possible de partager un visuel de prévention sur ses réseaux sociaux. Chaque geste compte dans des périodes critiques comme celle que nous traversons.

Affiche Nous Toutes

La bonne volonté de chacun est un début, mais pas une vraie fin en soi. D’autres solutions doivent être envisagées, si le confinement se prolonge, notamment. Beaucoup d’associations girondines engagées dans la lutte contre les violences (Planning Familial, Maison des Femmes, Apafed, etc) ont évoqué une nouvelle solution : réquisitionner des chambres d’hôtel pour aider les femmes qui veulent fuir leur foyer. « Cette idée concernant les chambres d’hôtel vides nous a été transmise tout récemment au niveau de la Région. Nous commençons à travailler dessus… » avoue Sophie Buffeteau. Affaire à suivre, de très près, même si, à cette heure, la situation nous pousse à rester loin les uns des autres. 

Lucile Bonnin
Par Lucile Bonnin

Crédit Photo : Pixabay

Partager sur Facebook
Vu par vous
7007
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 5 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !