Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/21 | Coquelicontes en Creuse et en Corrèze

    Lire

    La 24ème édition du festival Coquelicontes se déroulera du 28 septembre au 10 octobre. Itinérant entre la Creuse et la Corrèze, ce sont près de 74 rendez-vous dans 57 communes qui attendent les spectateurs. Au programme : des balades, des goûters ou encore des veillées autour du conte. L'inauguration se fera le 28 septembre à 20h à la Cité de la Tapisserie d'Aubusson avec le spectacle « Chroniques des bouts du monde » de Kwal. Programme

  • 27/09/21 | Une soirée pour découvrir la Jeune Chambre Economique

    Lire

    Le 28 septembre à 19h30, la Fédération des Jeunes Chambres Economiques de Nouvelle-Aquitaine organise une soirée de présentation de l'association à destination des jeunes de 18 à 40 ans. A Agen, Bergerac, Bordeaux et Niort, la soirée se fera en présentielle mais elle aura également lieu en version dématérialisée. Billetterie et inscription

  • 27/09/21 | Girl's day à Bressuire (79)

    Lire

    Dans le cadre du plan « 1jeune, 1solution » et à l'occasion de la journée de la mixité dans l'emploi, la maison de l'emploi du Bocage dans les Deux-Sèvres, en partenariat avec la SNCF, organise mardi 28 septembre un « Girl's day : journée de la mixité ». Lors de cette journée, toutes les femmes sont invitées à la Cité de la Jeunesse et des Métiers pour découvrir les métiers de la SNCF notamment techniques, souvent considérés comme des métiers « masculins ».

  • 24/09/21 | Salon de l'agriculture de Nouvelle-Aquitaine 2022 : 1ères infos !

    Lire

    Lors de la rentrée de la Chambre régionale d'agriculture, Bruno Millet, Commissaire général du Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine a révélé que si Bordeaux sera le centre physique de la manifestation, des événements auront aussi lieu sur l'ensemble des territoires, en partenariat avec les établissements d'enseignement agricole. Autre "nouveauté" issue de l'expérience de la crise sanitaire, les débats pourront être suivis à distance sur Agriweb tv. Enfin, les animaux seront désormais présents sur toute la durée du Salon, soit du 21 au 29 mai 2022, de même que le Marché de producteurs !

  • 24/09/21 | Le CHU de Bordeaux 2ème meilleur hôpital de France

    Lire

    Selon un palmarès du Point paru le 23 septembre, le CHU de Bordeaux se classe comme 2ème meilleur hôpital public de France. 31 des spécialités du CHU se classe dans les 5 premières places dont 12 relatives à la prise en charge des cancers. Le palmarès s'est appuyé sur une enquête menée auprès d'un millier d'établissements publics ou privés à but non lucratif et d'établissements privés à but commercial. Signe d'excellence, cette position dans le top 3 des hôpitaux français est tenue depuis 19 ans !

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Cool’eurs du monde : bientôt 25 ans d’interculturalité et d’éducation populaire

17/03/2021 | L’association Cool’eurs du monde est une association mêlant citoyenneté, solidarité internationale et éducation populaire aux côtés des jeunes.

1

Accompagner les jeunes qui veulent s’engager pour leur ville ou dans projets internationaux. C’est de cette volonté qu’est née l’association Cool’eurs du monde à Bassens en Gironde il y a maintenant 23 ans. Depuis, Cool’eurs du monde est devenue une association d'ampleur régionale. Ces valeurs d’interculturalité et d’éducation populaire ont été rejointes par l’éducation à la citoyenneté et la solidarité, tout en permettant à des jeunes français et étrangers de découvrir de nouvelles cultures. Portrait avec Jean-Marc Dutreteau, directeur de l’association.

« Tout est parti de quelques jeunes du coin qui voulaient s’épanouir ». Avec un sourire en coin de la bouche, Jean-Marc Dutreteau revient sur les premiers pas de Cool’eurs du monde, en 1998. À l’époque, il était éducateur, directeur régional de la Fondation Léo Lagrange « C’étaient des gamins qui voulaient s’engager avec la commune de Bassens pour mener des projets de solidarité et de mobilité internationale, au Sénégal par exemple », se remémore-t-il. Tout ce qu’on s’est contentés de faire, c’est les écouter et les accompagner. »

« S’épanouir avant tout »

L’animateur, riche des valeurs de l’éducation populaire, a vite noué une confiance avec ces jeunes. « Ils me disaient, "aller à Archachon ça va un moment"… Ils voulaient voir autre chose, alors que déjà partir une semaine sur le Bassin, c’était bien, tout le monde n’avait pas cette chance-là », souligne-t-il. Alors ils sont partis à Biarritz, une demi-journée. Plus tard au Sénégal, tous ensemble. Puis ont réitéré l’opération, au fil des ans.

Dans une association, il n’est pas rare de penser « projet » : projet sportif, projet culturel, projet humanitaire… Pour Cool’eurs du monde, ce n’est pas la priorité. L’important, c’est l’épanouissement des jeunes. « Au début, nous voulions participer à la construction de choses, pas forcément d’école. Puis ça a vite bougé, il fallait que nos jeunes puissent s’épanouir avant tout ». Ainsi, l’association a mis l’accent d’abord sur la mobilité, avant de réfléchir à quoi faire sur place. « Suivant les projets, on préparait quand même à l’avance, mais le plus souvent on donne un coup de main spontanément une fois arrivés », glisse Jean-Marc Dutreteau.

Sortie de l’adolescence

À 23 ans, on peut dire, sans trop prendre de risques, que Cool’eurs du monde est sortie de l’adolescence. Cela s’est peut-être fait en même temps que pour les jeunes qu’elle a reçu. Sûrement même. «  Au début, une seule personne gérait l’asso, alors qu’on avait de la demande dans les villes voisines, ça a vite fait beaucoup. Arrivés au dixième anniversaire de l’association, nous nous sommes dit soit on reste concentrés sur une ou deux villes, soit on se réorganise pour grandir. », affirme Jean-Marc Dutreteau. Cool’eurs du monde a donc suivi la deuxième voie, sans toucher au triptyque Jeunesse-international-éducation populaire qui l’a fait connaître. « La seule chose qui est venue en plus, c’est quand les jeunes sont rentrés du Sénégal : ils voulaient en parler autour d’eux, le partager dans des écoles, dans des foyers »…

De là est née la deuxième activité de Cool’eurs du monde : l’éducation à la citoyenneté internationale et à l’ouverture sur l’autre. Encore une fois « tout part des jeunes, on n’a fait que les accompagner », sourit le directeur de l’association. Ainsi, Cool’eurs du monde, encore aujourd’hui, fait régulièrement des interventions dans les établissements scolaires et organise des ateliers axés sur ces notions de citoyenneté et de solidarité.

« Échange mutuel »

Les jeunes du projet Weccee de Cool'eurs du Monde se sont aussi rendus en GuinéeLes jeunes de Cool'eurs du Monde lors d'un échange en Guinée en 2021©DR

L’association a continué de grandir, jusqu’à proposer de la réciprocité dans les projets de solidarité internationale qu’elle proposait. « L’important, c’est l’échange mutuel », pour Jean-Marc Dutreteau. En 2014, Cool’eurs du monde a rencontré l’Agence nationale du service civique (ASC). « Ça fait des années qu’on envoie des jeunes au Sénégal, mais on n’a jamais fait venir de sénégalais chez nous », relate Jean-Marc Dutreteau… En discutant avec l’Agence du service sivique, les deux entités en arrivent à une idée : intégrer dix jeunes français en service civique dans des structures sénégalaises et réciproquement.

Chaque jeune est en binôme avec son homologue étranger pour mener un projet, qui n’est pas forcément solidaire. « On prend les jeunes tels qu’ils sont. S’ils ont envie de faire du sport, de la culture ou de la solidarité, on les laisse faire ce qu’ils veulent ». Ce projet d’échange, baptisé « Weccee », Juliette Michel, service civique chez Cool’eurs du Monde nous en a déjà parlé à l’occasion de la signature d’une convention entre l’ASC et la Région Nouvelle-Aquitaine, début mars.

Entrée dans l’âge adulte : « association régionale »

La rencontre entre l’Agence du service civique et Cool’eurs du monde a été un tournant pour l’association. En effet, le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine s’est manifesté en 2016, pour proposer à Cool’eurs du monde de mener ses projets d’éducation et de solidarité internationale dans un périmètre plus large ; celui des « zones de coopération » - une sorte de jumelage à l’échelle de la région. « On est devenus une association régionale à partir de là. On s’est retrouvé à envoyer des Rochelais, Châtelleraudais, ou Corréziens en service civique au Vietnam, à Madagascar ou en Roumanie, et recevoir des jeunes volontaires de ces pays », précise Jean-Marc Dutreteau.

Après la Nouvelle-Aquitaine, c’est le Département de la Gironde qui s’est manifesté, proposant la même chose que le Conseil régional. Ainsi, Serbie et Maroc font désormais partie des destinations possibles pour les jeunes de Cool’eurs du monde. Les projets de volontariat avec réciprocité a permis à 300 jeunes français et étrangers de se rencontrer et travailler ensemble, par le biais de Cool’eurs du monde.

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : 4111111111111111

Partager sur Facebook
Vu par vous
6359
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !