12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

  • 08/12/17 | Les événements nautiques de La Rochelle annoncés au salon Nautic de Paris

    Lire

    Le salon Nautic a été l'occasion pour La Rochelle d'annoncer les événements de 2018. En avril, la ville accueillera L'Hermione avant son départ en méditerranée. En mai, ce sera la première édition des Assises de la plaisance et du nautisme. A partir de juillet, 4 championnats européens de sport de glisse vont se succéder (catamaran, dériveur et forty-niners). Sans oublier les traditionnels rendez-vous de la Semaine du Nautisme ou du Grand Pavois, qui se tiendra du 26 septembre au 1 octobre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Coop-rh : la Coopérative qui "forme" autrement dans tout l'Ouest-Atlantique

05/10/2009 |

Coop-rh : la Coopérative qui

En ces temps où les plus grandes entreprises sont pointées du doigt et rappelées à l'ordre, alors que nombre de leurs salariés, bousculés par des mutations à marche forcée se réfugient, jusques et y compris dans le suicide, il en existe d'autres qui choisissent de mettre l'humain au coeur de toute évolution. Ainsi en est-il de « Coop-Rh », une coopérative basée à Mérignac où elle a vu le jour au printemps 2008. Sa compétence en matière de « coaching » s'étend désormais à tout l'Ouest Atlantique en s'appuyant sur « la méthode narrative », sous la houlette de Pierre Blanc-Sahnoun (lire ci-dessous l'interview).

Au départ il y avait une très ancienne complicité entre deux hommes qui furent des copains de lycée, Pierre Blanc-Sahnoun et Christophe Belud. Une commune vision des valeurs allait les pousser à créer leur entreprise de formation, autrement que sous la forme d’une société anonyme; par le biais d’une coopérative. « Nous avons la cinquantaine raconte Christophe Belud ; chacun a vécu des aventures professionnelles dans l’entreprise. En mars 2008, nous avons fondé une structure qui nous ressemble, où nous partageons les gains , les résultats, où la première obligation c’est la solidarité où la seconde c’est le respect du chiffre d’affaires, où l’égalité, enfin, n’est pas un vain mot : une personne=une voix ! Ce n’est pas rien que de noter au passage qu’ « une coopérative ne se vend pas ; elle ne fait que se transmettre », selon le rappel de nos créateurs.

Quatre types de mission
« Nous nous sommes assignéquatre grandes familles de mission qui couvrent notre champ d’intervention ajoute Christophe Belud : «l’accompagnement individuel, celui des équipes, des communautés, des entreprises et de l’organisation ». La démarche consiste à réunir des personnes, à les mettre en condition de parler, de raconter; à les placer, en quelque sorte, en situation de redevenir co-auteurs de leur histoire et, à partir des points positifs, « à reconstituer un ciment commun. »Une «posture » revendiquée comme celle de « l’anti-expert » tient-on à préciser au sein de Coop-Rh. Cette approche n’en est pas pour autant marquée du sceau de l’impréparation ; elle est toujours bien évaluée au préalable, en particulier dans le cadre des entreprises où la pratique des « ateliers narratifs » contribue à prévenir les conflits sociaux, la souffrance au travail, à mieux maîtriser aussi la relation avec les médias.

En tout cas, elle convainc de plus en plusde clients, en premier lieu dans tout l’Ouest Atlantique puisque, avec Sandrine Gourdon-Janssen à Nantes,Coop-rh se développe, depuis son camp de base à Mérignac. Une des clés de cette réussite réside dans la qualité de la relation humaine qui se noue, au-delà de la prestation fournie, entre les personnes elles-mêmes. « Nous sommes attachés à nos clients, ils sont attachés ànos personnes» remarque Christine Thubé qui apporte à l’équipe son sens de la relation et sa connaissance des arcanes de la communication.

L'importance du partage d'expérience
Le témoignage de Christophe Dubouloz , DRH de la société SPIEdans ungrand sud ouest qui couvre la région allant de Bordeaux à Montpellier, et s’étend jusqu’en Espagne et au Portugal, vient étayer ce propos : « j’avais remarqué, à la lecture des journaux, les articles de Pierre Blanc-Sahnountrès intéressants et souvent sarcastiques; j’ai eu envie de le rencontrer. Nous sommes devenus très proches, avons sympathisé, et je lui ai demandé d’intervenir, une première fois, lors d’un séminaire d’été où sont présents les principaux cadres, une cinquantaine de la filiale sud ouest ; c’était l’époque où on était vendu par nos anciens actionnaires, un groupe anglais, et était racheté par des financiers, via un LBO. Il a fait une présentation de ce que c’était, des avantages et des inconvénients, une superbe intervention. Une seconde fois, il nous a aidés à cerner le métier de responsables d’affaires, des personnes essentielles à notre activité qui gèrent jusqu’à trois millions d’euros de chiffre d’affaires. L’idée était qu’on définisse, ensemble, leur rôle, qu’on le modélise qu’ils se l’approprient, et ceci à partir de la pratique narrative, d’histoires racontées, du partage d’expérience. » Des tribus aborigènes d’Australie, déracinées, où Michaël White a mis en œuvre la méthode qu’il a inventée pour les remettre en contact avec leurs territoires, leurs valeurs, leur identité, à l’entreprise d’aujourd’hui, sans cesse en mutation, il y a un mot clé : l’histoire et la façon dont on la raconte et la vit. A méditer par les temps qui courent où règne le cynisme destructeur.

Joël Aubert
 

@qui! : S'il vous fallait distinguer en terme d'efficacité la méthode des « pratiques narratives » dont vous êtes l'adepte et le défenseur, par rapport à une approche plus traditionnelle du « coaching » que diriez-vous ?

Pierre Blanc-Sahnoun et Christophe BeludPierre Blanc-Sahnoun : Je dirais que l'approche traditionnelle du coaching met en avant la recherche de solutions alors que l'approche narrative privilégie la renégociation de la définition du problème et du sens que ce problème a pour la personne ou pour la communauté qui y est confrontée. Nous travaillons plus par "dissolution" des problèmes que par résolution en se concentrant non pas sur la recherche de leurs causes, mais sur l'évaluation de leurs effets. Ceci permet d'atteindre des résultats très durables car la personne (ou l'équipe) est remise en contact avec ses propres savoirs et compétences concernant sa propre vie.

@! : Est-ce que cette méthode dans certaines situations de tension sociale au sein d'un groupe, d'une entreprise n'expose pas à des risques de plus grande tension. Comment intégrer vous la notion de temps dans ces formations ?

P B-S : Non, au contraire. Les tensions dans un groupe ne sont pas des symptômes, mais le signe d'un décalage entre les pratiques culturelles du groupe et la vie des individus dans ses aspects les plus concrets. Interroger ces tensions d'un point de vue décentré, non normatif, en les honorant comme des signes d'une lutte au service de valeurs positives, et mettre ceci en commun permet de résoudre les tensions en leur donnant un sens pour chacun des acteurs, un sens acceptable au
regard de ses propres valeurs (et donc la capacité à accepter le point de vue de l'autre).

@! : Quand on considère aujourd'hui l'état de la société française, sa capacité à réagir, ses doutes est-ce que la médiation sociale classique (Etat-syndicats, patronat-syndicats) vous semble adaptée à ses besoins de vérité, de perspectives ?

P B-S : Je pense que ces types de médiations institutionnelles ont toujours leur utilité, mais qu'ils doivent être complétés par des interventions qui prennent en compte les communautés et leur dynamique originale. Ces processus de création de liens et d'histoires communes se développent au niveau des quartiers, des associations, des mairies, bref des mailles les plus modestes du corps social. Ils passent par le fait de recréer un espace de parole pour les acteurs, leur permettant d'exprimer des savoirs et des compétences sur leurs propres vies, dans le cadre de cultures locales qui ne soient pas confisquées par des institutions qui seraient tentées de faire passer leur propre vision du monde devant la réalité vécue et racontée de l'expérience des gens.

Coop-rh: Coopérative Atlantique de Ressouces Humaines, Bordeaux-Nantes-Paris
Parc Innolin, 5 rue du Golf, 33700 Mérignac, 05 56 12 69 62
Siet : www.cooprh.com 
blog : http://www.cooprh.com/pratiques-narratives

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
1324
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 14 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !