Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

27/03/20 : Confinement prolongé jusqu'au 15 avril annonce Edouard Philippe: "Avec l'accord du président de la République, j'annonce aujourd'hui le renouvellement de la période de confinement pour deux semaines supplémentaires à compter de mardi prochain"

27/03/20 : En raison de l’accueil prévu ce week-end de 6 patients des hôpitaux du Grand Est au service de réanimation du Centre Hospitalier de Bayonne, le niveau 1 du plan blanc système de santé pour répondre aux situations sanitaires exceptionnelles a été déclenché

26/03/20 : Charente-Maritime : A Rochefort, le marché reste ouvert les mardi et samedi (fermeture les jeudis), avec les conditions de sécurité sanitaire renforcées et un nombre maximum de personnes : 100 avenue De Gaulle et 40 sous la Halle.

26/03/20 : Michel Hidalgo qui fut pendant neuf ans l'entraîneur de l'équipe de France de football des Platini, Giresse et Tigana vainqueurs du championnat d'Europe de 1984 et un familier de la Gironde est décédé à l'âge de 87 ans

26/03/20 : Covid-19. Compte-tenu des incertitudes liées au confinement sanitaire, les organisateurs de Forexpo ont décidé de reporter la 26ème édition du salon européen de la sylviculture et de l'exploitation forestière au 16, 17 et 18 juin 2021 à Mimizan (40).

26/03/20 : E.Macron annonce une prime exceptionnelle pour les soignants. La crise passée "un plan massif d'investissement pour l'hôpital". Une opération Résilience de l'armée lancée en soutien aux populations et aux services publics en métropole et en Outre-mer

25/03/20 : La Rochelle : suite à une dérogation préfectorale, le Marché central se tiendra le mercredi et le samedi matin, dans la halle intérieure (pas de marché extérieur). Idem pour le marché de La Pallice le dimanche matin.

25/03/20 : Dès aujourd'hui 7 psychologues de la Ville de St-Médard-en-Jalles (33) proposent des permanences téléphoniques gratuites aux familles fragilisées ou en difficulté psychologique face au confinement. Du lundi au vendredi de 13h à 18h: 06 32 59 53 82

25/03/20 : En Nouvelle-Aquitaine, plus de 170 entreprises ont fait une promesse de dons qui devrait permettre de redistribuer plus de 300 000 masques. Pour autant, l'appel au don de masques lancé par l'ARS se poursuit.+ d'info

25/03/20 : Poitiers : Le maire demande la mise en place d'un couvre-feu sanitaire à la Préfecture de la Vienne pour renforcer les mesures prises contre le COVID- 19.

24/03/20 : Le conseil scientifique qui conseille l'exécutif préconisant six semaines de confinement celui-ci pourrait donc durer encore quatre semaines

24/03/20 : Charente-Maritime : les travaux liés aux changements de câbles se poursuivent sur l'île de Ré. La circulation sera mise en alternat mercredi matin et jeudi soir pour une opération de bétonnage et une installation du matériel pour la suite du chantier

24/03/20 : COVID-19 : L’épidémie poursuit sa progression dans notre région avec 65 nouveaux cas confirmés le 23 mars, ce qui porte le total à 656 cas confirmés recensés par l'ARS. 149 personnes sont hospitalisées dont 41 en réanimation et 13 décès.

24/03/20 : Agriculture : la FNSEA a appelé ce matin aux bonnes volontés pour aider les agriculteurs qui peinent à recruter de la main d'oeuvre en cette période de confinement. Une plateforme pour s'inscrire a été créée: desbraspourtonassiette.wizi.farm/

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/03/20 | Françis Gonzalez, le maire du Boucau (64) hospitalisé à Bayonne

    Lire

    Agé de 70 ans, et élu en 20014, le maire de Boucau, Francis Gonzalez a été hospitalisé samedi au Centre hospitalier de Bayonne en service de réanimation suite à des problèmes respiratoires. A nouveau en lice pour les élections municipales, il était arrivé en tête le 15 mars, en ballotage face à Dominique Lavigne et son ancienne adjointe, Marie-Ange Thebaud avec 41% des suffrages. Or, cette dernière, atteinte aussi du Covid 19 a été hospitalisée également une semaine avant de pouvoir regagner son domicile.

  • 28/03/20 | Gironde: hébergement d'urgence renforcé

    Lire

    Renforcement de l'hébergement d'urgence par l'Etat et les collectivités en particulier dans la perspective d'un retour du froid : 44 places ouvertes pour répondre aux besoins de personnes en grande difficulté signalées par le 115: 40 à Bordeaux et 4 à Libourne après 60 places ouvertes il y a une semaine dans l'auberge de jeunesse de Bordeaux ce qui porte à 104 le nombre de places ouvertes depuis la crise sanitaire; 1857 places d'hébergement d'urgence ainsi ouvertes en Gironde; 2 centres spécialisés de 72 places ont été ouverts cette semaine pour l'accueil éventuel de sans abris atteints du virus mais ne nécessitant pas hospitalisation

  • 27/03/20 | Plan d'urgence de l'Adie pour les travailleurs indépendants

    Lire

    L'Adie Nouvelle-Aquitaine a contacté les 5 500 entrepreneurs qu'elle accompagne en région pour leur expliquer les mesures d'aide mises en place par l'Etat mais aussi pour leur proposer les mesures d'urgence exceptionnelles qu'elle met en place. En clair : une procédure accélérée de report d'échéance et de rééchelonnement ; pour les entrepreneurs confrontés à des problèmes de trésorerie, l'association a également débloqué à l'échelle nationale une ligne d'1 million d'euros afin de financer un dispositif de crédit de trésorerie pour les situations d'urgence. L'association développe également une offre gratuite d'accompagnement digital.

  • 27/03/20 | Consignes coronavirus : pas de tri sélectif pour les mouchoirs, les masques et les gants !

    Lire

    Pour des raisons sanitaires, il est demandé aux particuliers de jeter les mouchoirs, masques et gants usagés dans un sac plastique dédié, résistant et disposant d’un système de fermeture fonctionnel. Ce sac doit être soigneusement refermé puis conservé 24 heures avant d’être placé dans le sac plastique pour ordures ménagères. En tout état de cause les mouchoirs, masques et gants usagés ne doivent jamais être triés avec les déchets recyclables.

  • 27/03/20 | La Sobéval de Boulazac (24) offre des masques aux personnels soignants

    Lire

    La Sobéval, à Boulazac Isle Manoire, a donné 2000 masques FFP2 pour la clinique Francheville. Ceux-ci ont été livrés mardi après midi par l’un des chefs d’atelier de l’entreprise. 2000 autres masques ont aussi été proposés au Centre Hospitalier de Périgueux ; les masques ont été remis à l’établissement jeudi, ainsi que des combinaisons jetables et des gants. Quelques masques FFP2 restent disponibles pour les soignants libéraux qui en auraient besoin.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Coronavirus : ce qui change pour la Nouvelle-Aquitaine

27/02/2020 | Suite à la demande d'Olivier Véran, Ministre des Solidarités et de la Santé, l'ARS Nouvelle-Aquitaine renforce son organisation contre le coronavirus.

ARS

La stratégie régionale pour faire face à une éventuelle épidémie COVID-19 se renforce. Suite à la demande d’Olivier Véran, Ministre des Solidarités et de la Santé, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine doit renforcer son organisation, notamment compte tenu des récents cas apparus en Italie. La nouvelle stratégie de l’ARS a été présentée mercredi 26 février, à l’ensemble de la région, via une vidéoconférence. Celle-ci consiste à prendre en charge le plus précocement possible les malades, et, à planifier dès maintenant une éventuelle montée en puissance du virus.

80 000 cas ont été confirmés dans le monde à ce jour. Le coronavirus progresse et touche de plus en plus de territoires nouveaux, comme la Lombardie ou la Vénitie. Pourtant, les chiffres en France sont à nuancer. En Nouvelle-Aquitaine, un seul cas a été confirmé. Ce dernier est sorti de l’hôpital il y a quelques jours, en bonne santé. 43 autres cas suspects ont été signalés dans la région, mais aucun n’était porteur du virus COVID-19. Par mesure de précaution, et pour faire face à une éventuelle épidémie, Olivier Véran, Ministre des Solidarités et de la Santé, a demandé aux ARS de France de renforcer leurs organisations. Suite à cette recommandation nationale, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine a renforcé 2 axes de son organisation. D’abord, des mesures sont mises en place pour s’assurer d’un dépistage précoce et d’un traitement rapide. Puis, l’ARS s’assure que les systèmes de soins montent en puissance en cas de forte nécessité.

Mesures de précaution et gestion des cas

Une cellule de crise est opérationnelle au sein de l’ARS Nouvelle-Aquitaine. Elle assure notamment la coordination des cas possibles et confirmés, le suivi des personnes contacts et l’organisation de la prise en charge avec les établissements de santé et la médecine de ville. Le dispositif de gestion des cas s’est notamment élargi aux personnes revenant de Lombardie et de Vénitie (Italie, environ 10 morts). Le plus difficile reste l’identification des personnes qui ont été en contact direct ou indirect avec le virus. Désormais, pour ces « personnes contacts », des mesures de précaution allant jusqu’à l’isolement à domicile peuvent être prises. Ce fut le cas, par exemple, pour des enfants de la région qui revenaient d’un voyage en Chine. L’ARS, en collaboration avec le rectorat, a permis l’éviction pendant 14 jours de ces enfants par mesure de précaution. La cellule régionale de Santé publique France mène les investigations pour identifier les cas contacts et l’ARS assure de son côté un suivi médical jusqu’à la fin de la période d’incubation du coronavirus (soit 14 jours).

« Préparer la situation à froid »

Michel Laforcade, directeur de l’ARS Nouvelle-Aquitaine, se veut rassurant. « On doit se préparer à faire face à deux scénarios, d’après les épidémiologistes, explique t-il. On peut imaginer que ce virus va être maîtrisé dans quelques mois ou bien qu’il va se développer comme une épidémie. Il faut donc se préparer au pire. Mais, nous avons la chance de pouvoir préparer cette situation à froid car, aujourd’hui, il n’y a pas d’urgence extrême. » Des actions d’anticipation vont alors être mises en place de façon concrète pour optimiser les moyens hospitaliers de la région. Les CHU de Bordeaux, Limoges et bientôt Poitiers vont pouvoir réaliser les tests diagnostics. Une bonne nouvelle qui signifie que les délais de transports des prélèvements sont raccourcis, grâce à ce bon maillage territorial. Le CHU de Bordeaux a déjà de l’expérience en la matière. L’appareil qui dépiste le virus fonctionne désormais 2 fois par jour et est en mesure de délivrer des résultats en l’espace de 2 à 3 heures.

Un second niveau d’établissements de santé est également mobilisé pour augmenter la capacité d’accueil des 3 CHU de la région. Ces Centres Hospitaliers disposent de services d’infectiologie et d’urgence : Angoulême, La Rochelle, Saintonge, Brive, Périgueux, Libourne, Mont-de-Marsan, Dax, Agen, Pau, Côte Basque et Niort. Pour compléter ce dispositif, les Centres Hospitaliers de Tulle et de Guéret sont aussi sollicités avec leurs services SAMU. L’ARS Nouvelle-Aquitaine mobilise l’ensemble des établissements de santé en leur demandant d’être en mesure d’augmenter leur capacité d’accueil à 10% si besoin. Pour les Centres Hospitaliers de seconde ligne, la principale recommandation est le développement du nombre de chambres à pression négative car, pour l’instant, la plupart disposent de chambres avec un circuit de renouvellement de l’air. 

Des mesures exceptionnelles ?

Michel Laforcade tient à rappeler qu’une « mobilisation sanitaire est déjà réalisée tous les hivers ». « Il faut se souvenir que la grippe est extrêmement meurtrière en France. On compte sur le territoire entre 700 et 800 morts. C’est un vrai danger, comme a pu l’être la rougeole qui a frappé la région il y a deux ans » continue le directeur de l’ARS. Face à cette crise, un nouveau problème émerge cependant. De nombreux départements observent des pénuries de masques. Des stocks sont disponibles dans les hôpitaux et sont à la disposition du personnel et des personnes à risques. Le masque souhaité spontanément pose des difficultés dans quelques pharmacies. Le niveau national a constitué et renforcé les stocks stratégiques de masques, à la fois pour la population qui aurait des signes de maladie infectieuse à transmission respiratoire, et pour protéger les professionnels de santé (avec des masques FFP2). Le déploiement au niveau de l’ensemble du territoire est en cours. Les officines vont pouvoir répondre rapidement à la demande des professionnels de santé et des patients prioritaires. Il reste tout de même une distorsion entre la demande et l’offre. « Les 10 ou 11 entreprises françaises qui produisent les masques tournent à plein régime » expose Michel Laforcade. L’inquiétude peut pousser certaines personnes à vouloir un masque sans raison apparente. C’est pour cela qu’il faut utiliser ce masque à bon escient, essentiellement autour des cas confirmés et dans une stratégie de confinement avant tout. Un numéro vert a été mis en place pour toutes les questions non médicales liées au coronavirus : 0800 130 000 (appel gratuit).

Lucile Bonnin
Par Lucile Bonnin

Crédit Photo : LB / Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
11738
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !