Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

  • 21/06/21 | Pau, ville moins polluée par les particules fines

    Lire

    Sur les 323 villes européennes sondées, Pau est la 1ère ville française du classement établi par une étude de l’Agence européenne pour l’environnement parue le 17 juin. L’étude de fait notamment ressortir un taux de particules fines en suspension supérieur aux valeurs établies par l’OMS pour 196 villes européennes sur les 323 sondées. Dans notre région, Pau affiche un taux de PM2,5 de 5,6 µg/m³, Bayonne de 6,4 µg/m³ et de 9,23 µg/m³ pour Bordeaux. Selon l’OMS, il ne faut pas dépasser le seuil de 10 microgrammes de PM2,5 par mètre cube d’air (10 µg/m³). En trop grande quantité, les particules fines sont nocives pour la santé.

  • 21/06/21 | L'Orchestre des Champs-Elysées au musée Sainte-Croix de Poitiers

    Lire

    L'Orchestre des Champs-Elysées se produira, le mercredi 23 juin à 19h et 21h dans l'Auditorium du musée Sainte-Croix de Poitiers. Une partition de Rimsky-Korsakov, sommet de la littérature musicale de la fin du 19e siècle, sera présentée dans une version de chambre avec violon, violoncelle, clarinette et piano. Le musée offre la possibilité de visiter l’exposition temporaire (visible jusqu'au 4 juillet) "L'Amour fou ? Intimité et création (1910-1940)" avant le concert. Le concert est gratuit mais les réservations sont obligatoires : www.musees-poitiers.org

  • 21/06/21 | Lavaveix-les-mines (23) réhabilite ses bâtiments

    Lire

    La commune de Lavaveix-les-mines en Creuse souhaite réhabiliter l’ancienne infirmerie afin d’en créer un logement locatif à destination de jeunes agriculteurs ou de nouveaux arrivants envisageant d’y développer une activité professionnelle agricole. Afin de proposer les meilleures conditions de logements possibles, la réhabilitation correspondra à des performances énergétiques et une haute qualité environnementale.

  • 21/06/21 | A La Rochelle, le 2e tour se jouera avec les anciens candidats aux municipales

    Lire

    La Rochelle 1, le binôme falorniste/PS Christophe Bertaud et Marylise Fleuret-Pagnoux passe au 2e tour avec 28,83% des voix devant les écologistes (20,87%). A La Rochelle 2, ce sont les fountainistes Dominique Guégo et Marie Nedellec qui sont en tête avec 32% des voix contre 24,13% pour la liste LR. Sur La Rochelle 3, le duo EELV Marion Pichot - Jean-Marc Soubeste, ex candidat aux municipales se distingue parmi les 7 listes en lice avec 28,19% des voix.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Coronavirus : le point en Nouvelle-Aquitaine

06/03/2020 | Au moment de l'annonce des dernières données validées par la Direction Générale de la Santé, la préfecture de Nouvelle-Aquitaine a fait le point sur la situation locale.

coronavirus Nouvelle-Aquitaine

Sur les 577 cas de coronavirus confirmés en France, onze sont situés en Nouvelle-Aquitaine depuis le début de l'épidémie, a affirmé mardi la préfète régionale et départementale Fabienne Buccio. Cette dernière a assuré, aux côtés du rectorat, que la rentrée scolaire prévue ce lundi 9 mars "aurait bien lieu". Du côté des établissements de santé de la région, on se prépare lentement à la phase 3, selon les propos du directeur de l'Agence Régionale de Santé. Alors que le ministère de la Santé confirmait neuf morts en France, on fait le point sur les dernières évolutions locales de l'épidémie, toujours en "stade 2".

154 cas supplémentaires de coronavirus ont été diagnostiqués en France selon un bilan ministériel communiqué ce vendredi, avec deux nouveaux décès, ce qui porte à neuf le nombre de décès confirmés, au moment où la France est toujours en "stade 2" de l'épidémie et se prépare à passer au "stade 3". Ce vendredi matin, la préfète de Nouvelle-Aquitaine, Fabienne Buccio, accompagnée du directeur de l'Agence Régionale de Santé Michel Laforcade et de la rectrice de la région académique de Nouvelle-Aquitaine, Anne Bisagni-Faure, ont évoqué lors d'un point presse la situation locale à l'épidémie dont l'impact est déjà réel sur l'économie selon l'OCDE.

En Nouvelle-Aquitaine, onze cas sont confirmés à la mi-journée ce vendredi depuis le début de l'épidémie, dont trois nouveaux, comme l'a précisé le directeur de l'ARS : "Il s'agit d'une femme de Royan âgée de 50 ans de retour d'Italie et hospitalisée au CHU de Bordeaux et une femme de 63 ans d'Angoulême, de retour d'un rassemblement religieux à Mulhouse hospitalisée à Angoulême". Enfin, un troisième cas a été confirmé en fin d'après-midi. Originaire de Dordogne et de retour d'Italie, un homme a été transféré au CHU de Limoges. Au Pays-Basque, la préfecture des Pyrénées-Atlantiques avait signalé le cas mercredi d'un homme revenu d'Italie avant d'annoncer que les tests complémentaires, effectués au centre hospitalier de Bayonne, s'étaient révélés négatifs. Sept autres cas ont été diagnostiqués dans la région et sont actuellement hospitalisés, un autre cas "sans gravité et régulièrement suivi n'a pas souhaité être hospitalisé" a été signalé à Agen. Deux autres patients (en Charente-Maritime et en Gironde) sont considérés comme guéris et sortis de l'hôpital.

 

La rentrée "aura bien lieu"

L'autre priorité dans les jours qui viennent, c'est d'assurer la rentrée scolaire. "Elle aura bien lieu lundi partout en Nouvelle-Aquitaine", a ainsi souligné la préfète de région. "200 000 étudiants sont déjà en cours dans l'enseignement supérieur. Nous transmettons via les inspecteurs d'académie les informations utiles aux chefs d'établissements qui les transmettent au personnel et aux parents. Nous sommes en contact direct avec les représentants académiques (fédérations de parents, organisations syndicales, représentants des chefs d'établissements) et nous avons en appui des relations étroites avec l'ARS et les préfectures", a affirmé ce vendredi la rectrice régionale, qui a toutefois annoncé que tous les voyages scolaires (entrants et sortants) étaient suspendus jusqu'à nouvel ordre. Mêmes consignes pour l'enseignement agricole, qui concerne environ 20 000 jeunes dans les lycées spécialisés.

Le décret d'interdiction des voyages scolaires, au niveau national, suscite déjà des inquiétudes quant aux remboursements pour ceux bénéficiant d'assurances annulation. "C'est une consigne d'annulation jusqu'à nouvel ordre, elle vaut instruction hiérarchique et peut être rappelée dans le cadre des clauses d'assurance comme un cas de force majeure". En cas de passage en stade 3, Anne Bisagni-Faure l'assure, les relais sont déjà prêts pour "assurer la continuité pédagogique. "Si un élève devait rester à la maison en cas de contamination, l'environnement numérique de travail ou le lien vers la messagerie interne permettrait d'avoir accès aux supports de cours. En s'inspirant de ce qui a déjà été fait à l'académie d'Amiens, nous avons déjà pris contact avec le CNED qui nous a assuré que le dispositif "ma classe à la maison" pouvait être activé en une heure. Enfin, on envisage aussi la possibilité de classes virtuelles en collectif, et les lycéens disposent de la ressource éduscol". Près d'un million d'élèves et 90 000 personnels de l'éducation nationale sont concernés.

Les hôpitaux se préparent au "stade 3"

Pour ce qui est des établissements de santé et des hôpitaux de la région, la visite du Premier Ministre ce lundi lui a permis de confirmé que de "nouveaux fonds" étaient en cours de déblocage vers les hôpitaux pour permettre d'avancer plus rapidement sur la recherche du vaccin, sans que ce dernier n'en précise ni les montants ni la destination. "Nous ne sommes pas capables de donner le contenu précis du stade 3 mais on voit bien ce qui se profile : la mobilisation supplémentaire des hôpitaux de deuxième et de troisième niveau et la mobilisation plus importante de médecine de premier recours. Beaucoup de gens hospitalisés à l'heure actuelle seront invités à rester à domicile, notamment les patients atteints de coronavirus mais qui ne présentent pas de degré de gravité". Lors de la visite ministérielle ce lundi, il avait été évoqué la possibilité d'un service de nuit pour analyser davantage de patients (une soixantaine actuellement au CHU de Bordeaux). "Ce n'est pas en place ce service de nuit, mais c'est typiquement ce qu'on observerait dans le stade 3 si le nombre de prélèvements venait à augmenter de manière significative, pas uniquement au CHU de Bordeaux mais dans les trois CHU de la région. Les kits de tests pourraient aussi être amenés jusqu'aux domiciles des patients", a ajouté Michel Laforcade. Interrogé sur la mobilisation éventuelle des hôpitaux privés, il affirme que "les 14 premiers hôpitaux de deuxième ligne ont été mobilisés autour de deux critères : la présence d'un SAMU et d'un service d'infectiologie. Par définition, les établissements privés ne peuvent pas remplir le premier critère mais il est inutile de dire qu'ils seraient mobilisés s'il y en avait besoin, notamment autour des services d'infectiologie et de réanimation".

Le directeur de l'ARS l'affirme, "la région Nouvelle-Aquitaine est moins touchée que beaucoup d'autres et nous n'avons pour l'instant pas de cluster, c’est-à-dire plusieurs cas groupés sur une même zone, ce qui nous laisse le temps de nous préparer à cette éventualité. C'est la logique de l'incendie : il faut se transporter sur la zone pour faire en sorte qu'il soit étouffé le plus rapidement possible. Nous avons transmis hier soir à l'ensemble des établissements et services à domicile concernant les personnes âgées et handicapées la doctrine construite avec le Ministère.  Nous travaillons à la montée en puissance des 14 hôpitaux de deuxième ligne à travers des actes tangibles, notamment l'hospitalisation dans deux de ces hôpitaux (Bayonne et Angoulême), de façon à délester les CHU pour faire en sorte que ces hôpitaux puissent s'acculturer à cette maladie". La préfète de région, de son côté, a affirmé que plusieurs rendez-vous étaient déjà programmés dans la journée de vendredi : la première avec les représentants des élus locaux, "notamment pour répondre à leurs interrogations liées à l'organisation des élections. Nous allons d'ailleurs distribuer du gel hydroalcoolique avec les kits élection dans tous les bureaux de vote" ; la seconde avec les représentants des acteurs économiques (notamment les chambres consulaires ou les représentants du MEDEF). 

L'info en plus : vous pouvez également retrouver nos focus départementaux à Poitiers et en Dordogne

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
13717
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !