Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

17/02/21 : Charente-Maritime : ce jeudi, une intervention dans le cadre des travaux de réparation du pont de la Laisse, situé sur la RD9 à Charron entraînera une fermeture à la circulation entre la RD137 en Vendée et la RN11 en Charente-Maritime, de 9h à 16h.

15/02/21 : La Rochelle : Lutte ouvrière organise une journée à la rencontre mercredi 17 février, de 10h30 à 12h30 puis de 16h à 18h sur le vieux port (cours des Dames) où une structure sera montée, ainsi que dans les rues piétonnes du centre-ville.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/02/21 | Une nouvelle gamme de produits bio et sans sucres dans le Pays Basque

    Lire

    A Bardos (64), Elikatxo produit, transforme et commercialise des jus de fruits et des soupes. Afin d’élargir sa gamme de produits bio et sans sucres, l’entreprise doit créer une ligne de production automatisée. Pour aider la société dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué une subvention de 30 270 euros lors de sa dernière commission permanente.

  • 25/02/21 | Mimizan va accueillir un tiers-lieu

    Lire

    Mimizan, territoire assez isolé en dehors de l’été, a décidé de créer un tiers-lieu, au travers de l’association « Lily dans les étoiles », pour permettre aux habitants de se rencontrer, d’échanger, de travailler mais aussi pour favoriser le lien social. Cette association, constituée d’une quarantaine de professionnels locaux issus de secteurs divers, souhaite avec ce tiers-lieu créer un pont entre le dynamisme économique de la saison estivale et l’activité des résidents à l’année. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet à hauteur de 60 000 euros.

  • 25/02/21 | Dordogne : Rubi Cuir forme tous ses salariés

    Lire

    A Boulazac, Rubi Cuir fabrique des pièces de maroquinerie pour le secteur du luxe. Afin d’acculturer les salariés à ces savoir-faire particuliers, l’entreprise a mis en place un parcours de formation interne afin de professionnaliser rapidement les nouveaux salariés. Les enjeux de développement de l’entreprise portent aussi vers une professionnalisation des formateurs. Pour les aider à cela, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué à l’entreprise une aide de 67 708 euros.

  • 24/02/21 | A Canéjan, Hervé Thermique parie sur le numérique

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir la transformation numérique de la société Hervé Thermique, basée à Canéjan en Gironde. L’entreprise, répartie sur 60 sites en France, a décidé de poursuivre sa stratégie de croissance en améliorant son offre en matière de maintenance. Pour ce faire, elle compte développer un outil numérique innovant autour de la maintenance du bâtiment.

  • 24/02/21 | Cybersécurité: Escape Technologies innove à Biarritz

    Lire

    Créée en septembre 2020, Escape Technologies, basée à Biarritz, se positionne sur le marché de la gestion des vulnérabilités et de l’audit cyber. Elle souhaite aujourd’hui innover et développer le prototype de sa solution de cybersécurité visant la génération des règles de sécurité automatisées et basées sur l’intelligence artificielle pour le cloud. La Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir ce projet à hauteur de 75 000 euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Covid-19 : à Cenon un labo-drive pour dépister

19/03/2020 | Près d’une quarantaine de dépistages sont réalisés quotidiennement par le laboratoire d’analyses de biologie médicale des Hauts de Garonne à Cenon…

Test de dépistage du Covid-19

Dans la journée du 17 mars, 35 nouveaux cas de Coronavirus Covid-19 ont été confirmés en Nouvelle-Aquitaine. Cela porte à 242 le nombre de cas confirmés dans la région. Pour ces 242 cas confirmés, un lien direct avec 1 113 personnes contacts a été établi. « Un travail conséquent qui a permis de repérer de potentiels futurs cas confirmés et de ralentir la propagation de la maladie », souligne l’ARS, l’Agence Régionale de Santé Nouvelle-Aquitaine. Mais comment ces cas ont-ils été dépistés ? En quoi consiste le dépistage du Covid-19 ? Qui se fait dépister ? Eléments de réponse avec Antoine Busse, biologiste chez Synlab Aquitaine et responsable du laboratoire d’analyses de biologie médicale des Hauts de Garonne à Cenon…

@qui ! : Qu’observez-vous au sein de votre laboratoire depuis ces derniers jours ?
Antoine Busse :
La semaine dernière nous avons été confrontés à la psychose de la population. Beaucoup souhaitait être dépisté sans même ressentir les symptômes du Covid-19. Les gens avaient besoin d’être rassurés. Ils nous posaient un grand nombre de questions, s’ils pouvaient continuer de vivre aux côtés de leurs enfants par exemple. Le confinement renforce d’autant plus cette angoisse ambiante.

@ ! : Comment réagit le personnel de santé que vous accueillez ?
A. B. :
Le personnel de santé commence, lui aussi, à être inquiet. Nous recevons des médecins, des infirmiers, du personnel soignant…, bref tous les professionnels du secteur. Certains viennent nous voir car ils ressentent les premiers symptômes. Ils se demandent alors s’ils peuvent retourner exercer et mettre en danger la vie de leurs patients en cas de contamination. Eux aussi s’inquiètent fortement.

@ ! : En quoi consiste concrètement le test PT-PCR ?
A. B. :
Ce test que je réalise quotidiennement consiste à prélever des cellules nasales profondes à l’aide d’un écouvillon spécifique que j’insère dans les cavités nasales. Une fois effectué, ce test est envoyé dans un laboratoire à Paris. Si aujourd’hui, le délai pour obtenir les résultats est assez court, 24h en moyenne, demain il en sera tout autrement très certainement car le nombre de cas risque d’augmenter significativement.

@ ! : Comment faites-vous pour éviter la contamination entre vos patients et vous-même ?
 A. B. :
J’ai mis en place un drive. Les patients sont dans leur voiture, sur le parking et je les dépiste par la fenêtre. Vêtu notamment de gants, d’une blouse et de sur-lunettes je prélève ainsi les cellules nasales nécessaires pour diagnostiquer ou non le Covid-19. Certes cela prend du temps mais c’est indispensable pour assurer la sécurité de tous.

« Même le 15 m’envoie des patients »
@ ! : Quels sont les patients sur lesquels vous effectuez ce test actuellement ?
A. B. :
Je réalise ce test sur tous les personnels de santé, mais également toutes les personnes à risque pouvant développer des formes sévères comme les femmes enceintes (3ème trimestre), les personnes touchées par des maladies respiratoires chroniques (asthme, bronchite chronique...), des insuffisances respiratoires chroniques (mucoviscidose), des insuffisances cardiaques toutes causes, des maladies des coronaires, des antécédents d’accident vasculaire cérébral, de l’hypertension artérielle, des insuffisances rénales chroniques dialysées, les diabètes de type 1 insulinodépendant et diabète de type 2, les personnes avec une immunodépression, les pathologies cancéreuses et hématologiques, les transplantations d’organe et de cellules souches hématopoïétiques, les maladies inflammatoires et/ou auto-immunes recevant un traitement immunosuppresseur, les personnes infectées par le VIH, les malades hépatiques chroniques avec cirrhose et les personnes touchées par l’obésité avec un indice de masse corporelle (IMC) égal ou supérieur à 40.

@ ! : Quotidiennement, vous réalisez une quarantaine de tests et vous êtes le seul laboratoire sur toute la Métropole à pouvoir le faire. Pourquoi ?
A. B. :
Il est vrai que je suis le seul à réaliser ces tests. Et du reste, la semaine dernière, j’ai contacté les autres laboratoires pour qu’ils m’épaulent dans cette mission. Apparemment, ils n’étaient pas encore tout à fait prêts, certains biologistes ont même exercé leur droit de retrait. Mais bon, aujourd’hui, c’est en train de s’organiser et j’ai bon espoir. Car c’est vrai, je suis dépassé par la situation. Dès le début de l’épidémie j’ai informé les personnels de santé que j’étais en capacité à effectuer ce test de dépistage. Depuis, c’est l’affluence au sein de mon laboratoire. Même le 15 m’envoie des patients.

@ ! : Qu’attendez-vous concrètement aujourd’hui pour ne plus être seul ?
A. B. :
Nous, nous avons su réagir. Tous les laboratoires du groupe Synlab Aquitaine que ce soit chez moi à Cenon, ou à La Réole, Libourne, Castillon-la-Bataille, Bergerac et Montpon-Ménestrol, nous dépistons tous. Je souhaite que nos confrères en fassent de même afin de pouvoir répondre à toutes les demandes et éviter de prioriser notre patientèle. Egalement, accueillant quotidiennement un très grand nombre de médecins, je les forme et leur remet des kits de test de dépistage afin qu’il fasse de même auprès de leur patientèle.

Rappel - Conduite à tenir Vous avez des symptômes (toux, fièvre) qui vous font penser au Covid-19 : restez à domicile, évitez les contacts, appelez un médecin avant de vous rendre à son cabinet (vous pouvez également bénéficier d’une téléconsultation). Si vos symptômes s’aggravent avec des difficultés respiratoires et des signes d’étouffement appelez le 15 et ne vous déplacez surtout pas chez votre médecin ou aux urgences.Le numéro vert national pour toutes questions non-médicales : 0800 130 000 (appel gratuit)
La source de référence pour des informations fiables sur la situation : site du Gouvernement : www.gouvernement.fr/info-coronavirus

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : DR

Partager sur Facebook
Vu par vous
17367
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !