Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

30/05/20 : La crise sanitaire est passée par là: la Commission et sa présidente Mme Von der Leyen annoncent un plan de relance de 750 milliards empruntés sur les marchés pour renforcer le budget de l'Union.Préalable: obtenir l'accord des 27 pour ce New Deal "fédéral

29/05/20 : Municipales : A Melle (79), la liste menée par Sarah Klingler ayant obtenu la majorité absolue (28 voix) au premier tour, le conseil a été installé hier, avec 9 postes d'adjoints créés, avec Jérôme Texier et Favienne Manguy comme 1er et 2e adjoints.

27/05/20 : Les 11 Clowns Stéthoscopes organisent une "déambulade festive" aux fenêtres des patients qu’ils ont l’habitude de côtoyer au CHU de Bordeaux à l'Hôpital des enfants afin de renouer le lien physique rompu par le confinement, le 29 mai dès 15h00.

26/05/20 : Le Conseil municipal de Libourne a réélu à sa tête Philippe Buisson. Laurence Rouède se voit confier la délégation de 1ere adjointe, déléguée à la coordination des activités municipales, aux ressources humaines, à l’urbanisme et au foncier.

25/05/20 : Le secrétaire d'État en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a assuré que l'exécutif réfléchissait à un "élargissement significatif" de la limite de déplacement (100 km autour du domicile), qui pourrait entrer en vigueur la semaine prochaine.

25/05/20 : Les hospitaliers du CHU Pellegrin à Bordeaux sont en grève illimitée depuis le 22 mai sur préavis de SUD Santé. Un rassemblement de soutien est organisé le 26 mai devant l'hôpital.

22/05/20 : Dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs, les 24 et 31 mai 2020 à Vitrezay, BioSphère Environnement propose 2 sorties de découverte des oiseaux des marais de Gironde, de 8h30 à 10h30. Réservations: 05 46 49 89 89.

19/05/20 : Allant dans le sens de la déclaration du Premier Ministre ce matin, le préfet des Pyrénées Atlantiques Eric Spitz déclare que les Bordelais et les Toulousains en zone verte pourraient venir en vacances en juillet et août dans les Pyrénées Atlantiques

18/05/20 : L’incertitude de l’évolution sanitaire, et l’impossibilité de mettre en œuvre les mesures barrières, entrainent l’annulation de l’opération de sensibilisation des jeunes à la nage, Objectif Nage, pour l’été 2020, annonce le Département de la Gironde.

15/05/20 : Initialement prévu le samedi 12 septembre prochain, la 36ème édition du marathon des Châteaux du Médoc est reportée au samedi 11 septembre 2021.

14/05/20 : L'activité partielle pour les entreprises du tourisme et de l'évènementiel sera maintenue jusqu'à fin 2020 et que l'accès au fonds de solidarité est prolongé jusqu'à fin septembre. En revanche, pas de baisse prévue pour la TVA.

12/05/20 : La Compagnie aérienne Chalair annonce la reprise progressive de ses vols entre Bordeaux, Brest et Montpellier. Au rythme de 2 vols hebdomadaires, rdv le 8 juin, pour la reprise des liaisons Bordeaux-Brest puis le 15 juin, pour Bordeaux-Montpellier

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/05/20 | Des esturgeons exotiques dans le Bassin d'Arcachon

    Lire

    Avec le débordement de cours d'eau du Sud Gironde les 10 et 11 mai 2020, des piscicultures dans les bassins du Ciron et de la Leyre ont été inondées laissant échapper des esturgeons sibériens et des esturgeons du Danube. Si l’espèce sibérienne pourrait a priori survivre sans se reproduire, les esturgeons sibériens emportés dans le Bassin d’Arcachon ne supportent pas la salinité des eaux. Ces deux espèces ne doivent pas être confondus avec l’esturgeon européen, protégé en voie de disparition. La prefecture demande donc aux pêcheurs de relâcher vivants tous les esturgeons qui seraient pris, quelle que soit l’espèce.

  • 30/05/20 | Dordogne : une hausse 24,2 % du nombre de demandeurs d'emploi en avril

    Lire

    La Dordogne voit son nombre de chômeurs s'envoler au mois d'avril. Pôle emploi a enregistré une hausse des inscrits en catégorie A, c'est à dire sans aucune activité, de 24,2 % en avril par rapport à mars 2020. En Nouvelle-Aquitaine, elle est de 27,4 %. C'est plus qu'au niveau national : cette hausse historique est de +22,6 %. Cela porte à 25 170 le nombre de personnes sans aucune activité en Dordogne. Le nombre d'inscrits en catégorie B et C (activité réduite) enregistre une forte baisse.

  • 30/05/20 | Plus de 48 000 salariés périgourdins en activité partielle

    Lire

    En Dordogne, 7390 entreprises ont établi une demande de chômage partielle, ce qui concerne 48 572 salariés actuellement. 1045 entreprises ont demandé des reports de charges fiscales, cela correspond à un montant de 9,4 millions d'euros. 14 487 entreprises ont sollicité le fonds de solidarité, cela représente une somme globale de 24,2 millions d'euros. Sur ces demandeurs, 64 % sont des entreprises individuelles et 24 % sont des SARL.

  • 30/05/20 | Bordeaux Métropole : des mesures pour le tourisme

    Lire

    Bordeaux Métropole vient d'adopter 11 mesures (550 000€) pour soutenir la filière tourisme, parmi lesquelles le financement (à 50%) du déficit d'exploitation "à venir" de l'Office de Tourisme et d'une campagne de promotion de la "destination Bordeaux", une réduction du prix du stationnement dans certains parkings souterrains pour les clients des hôtels, un délai de reversement de la taxe de séjour (dont la redevance passe de 2,5 à 5%) pour les hébergeurs ou l'exonération de "tout ou partie" des redevances d'occupation des pontons pour le tourisme fluvial.

  • 30/05/20 | Fonds d'urgence : 2154 dossiers pour Bordeaux métropole

    Lire

    Ce vendredi, dans un point consacré à l'économie, Bordeaux Métropole a précisé que 2154 dossiers avaient été traités dans le cadre de son fonds d'urgence (15,2 millions d'euros) aux entreprises de 1 à 5 salariés, pour un montant total distribué de 4,313 millions d'euros. Ils l'ont été principalement à des entreprises de services (39%), des cafés/hôtels et restaurants (30%) et des commerces (20%). L'essentiel de ces dossiers (1107) a été déposé par des entreprises bordelaises. Les entreprises peuvent encore déposer une demande d'aide jusqu'au 30 juin.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Covid-19 : En Charente-Maritime, les vacanciers ne sont pas les bienvenus

04/04/2020 | Les maires d’Oléron ont pris des arrêtés, et les forces de l’ordre ont été renforcées

Opération de contrôle à l'entrée de l'île d'Oleron le 3 avril 2020 pour éviter l'affluence des touristes

Sur l’île d’Oléron, l’arrivée des vacances de Pâques et du soleil de printemps inquiète. « Depuis quelques jours, des agents municipaux nous rapportent l’arrivée de véhicules qui n’étaient pas là auparavant. Des prestataires de services en charge de l’entretien de résidences secondaires nous ont également fait remonter que leurs clients comptaient venir prochainement », relate le président de la communauté de communes de l’île d’Oléron Pascal Massicot, « Ces nouvelles arrivées sont difficilement chiffrables, mais nous avons été obligés d’agir ».

Vendredi matin, les huit maires de l’île ont pris des arrêtés interdisant la location de meublés de tourisme ou apparenté, ainsi que le séjour en résidence secondaire pour les personnes qui ne seraient pas déjà confinées sur l’île. Ils espèrent ainsi renforcer le pouvoir de police des 500 gendarmes (1) et 130 policiers déployés par la préfecture sur l’ensemble du département, à compter de ce week-end. Les opérations de contrôle vont être renforcées de jour comme de nuit, sur les routes, mais aussi en sorties d’autoroutes et de gares et à l’entrée des îles. « Les prochaines semaines de vacances, les gendarmes vont se relayer d’une semaine sur l’autre pour être en effectif constant de 350 sur le terrain », précise le colonel Bruno Makary, le commandant de groupement de la Charente-Maritime. Objectif : éviter un nouvel afflux de touristes et de résidents secondaires, après la vague d’arrivées des 16 et 17 mars.

« Le virus n’est pas en congé et le confinement n’est pas des vacances. Chacun doit rester dans son lieu de villégiature. L’objectif est d’empêcher le virus de voyager », martèle Pascal Massicot, invitant les résidents secondaires déjà présents à rester là où ils sont. Si les élus oléronais ont pris ces mesures drastiques, ce n’est pas contre eux : « Nos équipements médicaux sont  trop faibles en capacité et en personnel en cette saison pour accueillir davantage de monde », estime-t-il.

En attente d'un retour des services de l’Etat

A travers leur démarche, les maires d’Oléron espéraient surtout interpeller l’Etat, afin que soient pris des arrêtés préfectoraux à l’échelle départementale, voire régionale. C’était également le souhait du président de la communauté de communes  de l’île de Ré Lionel Quillet, qui, sans prendre de tels arrêtés, avait interpellé les services de l’Etat sur ce point dans le courant de la semaine. Les élus ont été entendus, puisque le préfet de Charente-Maritime Nicolas Basselier a pris ce samedi matin la décision « d’interdire la location, à titre touristique, des chambres d’hôtels ainsi que des meublés de tourisme ou de tout autre logement destiné à la location saisonnière situés sur l’ensemble des communes littorales de la Charente-Maritime, jusqu’au 15 avril 2020. » Difficile légalement d’interdire aux résidents secondaires de venir s’installer dans leur pied à terre. Mais sur Oléron, peu importe les éventuels recours qui pourraient survenir à terme. « C’est l’état d’urgence sanitaire qui prime », estime Pascal Massicot, qui place ses arrêtés sous la tutelle du pouvoir du ministère de la santé.  

Les vacanciers sommés de faire demi-tour

Les opérations de contrôle ont commencé vendredi matin vers 10h30. Une quinzaine de gendarmes étaient déployés à l’entrée du viaduc de l’île d’Oléron, et autant du côté de l’île de Ré. Les contrevenants sont désormais sommés de faire demi-tour, après s’être acquittés d’une amende de 135€. « Pour la journée de vendredi, nous n’avons eu qu’une seule tentative d’un Parisien confiné à Marennes (en face d’Oléron, ndlr) qui voulait se rendre sur l’île sans motif valable. Nous l’avons renvoyé dans son lieu de résidence », explique le chef d’escadron Ludovic Burette, commandant de compagnie de Rochefort. Le dispositif est relativement dissuasif : en plus d’un déploiement conséquent d’hommes et de véhicules sur ce pan de départementale à l’entrée du viaduc, les gendarmes sont appuyés par le survol régulier d’un drone. Deux hélicoptères venus de Limoges et de Mérignac se relaient pour sillonner le littoral.

A l'entrée de l'île d'Oléron, le vendredi 3 avril 2020, chaque véhicule doit justifier de la nécessité de se rendre sur l'île.

A l'entrée de l'île d'Oléron, le vendredi 3 avril 2020, chaque véhicule doit justifier de la nécessité de se rendre sur l'île. Seuls les convois sanitaires (Samu, ambulances, EFS) et les corbillards ont le droit de passer sans se justifier / credit ALD 

« Même si les règles ont globalement été bien intégrées, on a encore des gens qui se baladent en forêt de Saint-Trojan et de la Coubre, à qui il faut rappeler de rentrer chez eux », constate Bruno Makary. Les agents de la brigade mobile de Marennes ont d’ailleurs troqué leurs motos de route contre des engins tout-terrain pour faire la chasse aux contrevenants jusque dans les bois. « Ca reste une minorité, et quand on intervient, en général ils obtempèrent rapidement », poursuit le colonel.  

La criminalité ne prend pas de vacances

Depuis le début du confinement, les forces de l’ordre ont réalisé pas moins de 4000 contrôles, pour environ 150 verbalisations par jour sur l’ensemble du département. En mer non plus, ça ne plaisante pas. La brigade nautique a verbalisé six propriétaires de bateaux de plaisance pour être sortis en mer en plein confinement, et deux pêcheurs à pied. S’ils sont moins nombreux, les contrôles de vitesse  sont toujours de mise. « Certains ont tendance à oublier que les limitations de vitesse restent effectives même pendant le confinement », note avec humour Ludovic Burette, qui a entendu en trois semaines toutes sortes d’arguments fallacieux de conducteurs pour justifier leurs excès. Quatre accidents avec des dommages corporels ont été enregistrés pour cette seule première semaine d’avril. « La bonne nouvelle, c’est que la mortalité sur la route est en baisse pour le moment, à l’instar des cambriolages (-30%). Pour cela, nous avons notamment appliqué le dispositif Opération tranquillité vacances aux commerces et aux entreprises fermées », poursuit Bruno Makary, qui constate qu’en ces temps de confinement la criminalité prend un autre visage : « essentiellement des escroqueries sur le web », de la vente de pseudos masques, gels hydro-alcooliques ou médicaments, à de fausses cagnottes d’entraide. Le vandalisme prend aussi une autre figure, celui d’une xénophobie « ordinaire » : depuis le début du confinement, 18 plaintes ont été déposées sur l’île de Ré pour des dégradations de voitures, toutes immatriculées en île-de-France.  

 

(1)    500 gendarmes, dont  un renfort des escadrons de Marmande et de Verdun, ainsi que 27 élèves officiers et 33 cadres de l’école de Rochefort. Quelques dizaines de réservistes sont également sur le qui-vive.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
3656
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !