Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/12/18 : Concours Agrinove : inscription jusqu’au 31 mars 2019. Son but : mettre en avant les innovations en amont de l’agriculture. A la clé notamment : 15 000€ pour le 1er prix. Infos : 05 53 97 71 53 / contact@agrinove-technopole.com.

18/12/18 : Rochefort (17) : en vue du "contexte économique morose", la ville de Rochefort a décidé de rendre ses emplacements de parking du centre-ville gratuits le temps de Noël, du 21 décembre au 1 janvier inclus, afin de favoriser l'accès aux commerces.

17/12/18 : En visite ce lundi en Dordogne, Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires, a signé la convention ANRU à Coulounieix Chamiers avec les différents partenaires. L’État finance ce projet d’un coût total de 49 M€, à hauteur de 14 M€.

17/12/18 : Alain Juppé a annoncé ce lundi que la place des Quinconces, à Bordeaux, serait transformée en parking gratuit les 22, 23 et 24 décembre pour "faciliter l'accès aux commerces du centre-ville", touchés économiquement par les mouvements sociaux.

17/12/18 : Deux-Sèvres : la 7e édition de Capr'Inov a attiré 7000 visiteurs. 250 produits (dont 230 laitiers) de 8 pays ont participé aux concours : 21 médailles d’or, 46 d’argent et 53 de bronze ont été décernées, et 4 Capr’I d’Or à des entreprises innovantes.

17/12/18 : En mairie de Biarritz, en début d'après-midi, on aurait pris acte de la non venue du président Macron à la préparation du sommet du G7. Information non officiellement confirmée de la préfecture mais qui serait parvenue à certains élus de cette source

17/12/18 : En marge de sa visite en Dordogne, Jacqueline Gourault a rencontré des Gilets jaunes : il fut question du référendum d'initiative citoyenne et de désertification médicale lors de sa visite à Lanouaille, où doit être implantée une maison de santé.

17/12/18 : Les retraités lot-et-garonnais battront le pavé le 18 décembre à 15 h 00 devant la Préfecture à Agen. "Déçus par les annonces du Président E. Macron" , ces derniers préciseront leurs revendications auprès de la Préfète.

15/12/18 : L'Association Petit Coeur de Beurre a décidé en accord avec la Jeune Académie Vocale d'Aquitaine JAVA et l'Ensemble Vocal Aquistriae d'annuler le concert "De choeurs à coeurs" prévu ce samedi 15 décembre en l'église St Louis des Chartrons à 20h30.

14/12/18 : Du 15/12/18 au 5/01/19 : le centre-ville montois sera piéton les week-ends du 15 et 22/12 et le 24/12 et le stationnement gratuit dans le centre-ville les samedis après-midi. 1h de stationnement gratuit par demi-journée, du lundi au samedi matin.

14/12/18 : Center Parcs Lot-et-Garonne. Les premiers coups de pioche de ce chantier sont donnés ce jour, 14 décembre, à l’étang du Papetier, à Pindères.

14/12/18 : En raison des mouvements sociaux actuels, le Grand-Théâtre sera fermé au public ce samedi 15 décembre entraînant le report du récital de Sondra Radvanovsky au 31 mars 2019. Les visites guidées sont également annulées.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/12/18 | Journée internationale des migrants vue de Pau

    Lire

    Ce 18 décembre à 18h, à l’occasion de la journée internationale des migrants, un cercle de silence se tiendra Place Clémenceau à Pau avec la Maison des Citoyen.ne.s du Monde des Pyrénées-Atlantiques. Tout au long de l’année, cette association coordonne un programme d’accompagnement de demandeurs d’asile dans leur apprentissage du français. Près de 90 demandeurs d’asile et réfugiés ont bénéficié de cet accompagnement qui permet aussi de tisser du lien social et de lutter contre les préjugés.

  • 18/12/18 | Charente-Maritime : Bussereau demande un Grenelle social et financier

    Lire

    Lors de la session du conseil départemental 17 ce lundi, les élus sont revenus sur le mouvement des gilets jaunes. Une motion du groupe LR a été proposée pour demander au gouvernement "de s'appuyer sur les élus locaux [...] afin d'engager au plus vite un dialogue constructif avec les Français". Quelques jours plus tôt, Dominique Bussereau avait déjà demandé au gouvernement une sorte de Grenelle sur le pouvoir d'achat, le social, la fiscalité et la transition écologique, ainsi qu'une réflexion sur la décentralisation.

  • 17/12/18 | "Péages gratuits" : Vinci veut écrire aux automobilistes

    Lire

    Ce lundi, on a appris l'intention de la société Vinci Autoroutes (gérant notamment le péage de Virsac) d'adresser des lettres aux automobilistes ayant profité des opérations "péages gratuits" organisées dans le cadre des manifestations des gilets jaunes, pour les inciter à "payer le péage correspondant à leur trajet". Les automobilistes dont la plaque d'immatriculation a été détectée à l'entrée aux entrées et sorties de péage seront concernées par ces demandes, même si aucune pénalité n'a pour l'instant été annoncée par le gestionnaire en cas de refus.

  • 17/12/18 | Justice : les frères Cazabonne condamnés

    Lire

    Le sénateur et ancien maire de Talence a été condamné ce lundi par le tribunal correctionnel de Bordeaux à une amende de 5000 euros pour prise illégale d'intérêt mais relaxé pour les accusations de favoritisme. Ce dernier, tout comme son frère Didier Cazabonne (élu adjoint à la mairie de Bordeaux), avaient des parts dans une entreprise (qu'ils avaient fondée) ayant décroché des marchés de fournitures de bureaux à la mairie de Talence. Didier Cazabonne, lui, a été reconnu coupable d'abus de bien sociaux et a écopé de 10 000 euros d'amende pour s'être fait rembourser sans justification près de 35 000 euros de frais kilométriques.

  • 17/12/18 | Des craintes pour le lycée Arnaut Daniel de Ribérac

    Lire

    Les enseignants du Lycée Arnaut Daniel de Ribérac sont inquiets. Elus et enseignants s’accordent à dire que si la réforme du bac est appliquée le lycée fermera ses portes d'ici quelques années. L’établissement demande la reconnaissance de l’option cinéma comme spécialité or il vient d’être informé qu’il la garderait facultative, en raison de la proximité de la ville avec Angoulême et Sarlat. Didier Bazinet et Nicole Gervaise, élus départementaux demandent un rendez-vous au Recteur d’Académie.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Créathon : imaginer les projets éducatifs numériques de demain

14/05/2018 | Mercredi 16 mai, à 10h, les 400 équipes du créathon commenceront à plancher sur un sujet pour imaginer des projets éducatifs numériques innovants.

Les équipes auront 24 heures pour réfléchir aux projets éducatifs numériques de demain.

La troisième édition du créathon va débuter ce mercredi 16 mai à 10 heures précises dans plus de 35 pays. Pour cette nouvelle édition plus de 400 équipes, soit 1 500 inscrits, vont tâcher de trouver et d’inventer la ressource pédagogique du futur. Ils auront 24 heures et pas une minute de plus pour présenter ce projet via une vidéo de trois minutes accompagnée d’une fiche descriptive. Cet hackaton est animé conjointement par le réseau de création et d’accompagnement pédagogique Canopé de Chasseneuil-du-Poitou (86) et le campus universitaire francophone d’Alexandrie (Egypte).

Pour Jean-Michel Perron c'est un peu le branle-bas de combat. « Ça y est la liste des inscriptions est clôturée », indique-t-il. Le directeur de recherche et du développement sur les usages du numérique éducatif au réseau Canopé a fait déjà les comptes : 400 équipes, 1 500 inscrits dans plus de 35 pays dans la monde. Un court répit avant de repartir de plus belle mercredi lors du lancement de la 3e édition du créathon : il va durer cette année 24 heures contre 12 heures les années précédentes (à cause des fuseaux horaires et pour un souci d’équité). 
 
Avant tout, il convient de revenir sur l’événement et le créathon lui-même. « En résumé il s’agit d’un hackathon particulier (NDLR : des groupes de développeurs volontaires se réunissent pour faire de la programmation informatique collaborative. Ce processus créatif est fréquemment utilisé dans le domaine de l'innovation numérique).  On peut qualifier ce créathon de pédagogique par rapport aux hackathons traditionnels. ». Imaginer un concept pédagogique innovant donc, le tout pendant 24 heures pour des équipes de 3 à 5 personnes qui peuvent être des professeurs, des doctorants, des étudiants, tous les profils sont acceptés. Le sujet sera dévoilé à 10 heures le 16 mai, les candidats auront jusqu’au lendemain 10 heures pour rendre le résultat de leurs recherches sous une forme originale : une vidéo de 3 minutes accompagnée seulement d’une fiche explicative de leur projet. Il sera possible de suivre les avancées des équipes via le fil twitter, ou le Facebook live du créathon. 
 
 
Une dimension internationale
Depuis le début, mais encore plus cette année, le créathon revêt une dimension internationale. Au total, ce sont plus de 300 équipes inscrites dans les campus numériques francophones de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF). Il y a plus de 60 lieux d’accueil sur l’ensemble des continents. L’AUF met à disposition des locaux, du matériel et des « mentors » « Les équipes candidates disposent d’un accompagnement, toute la journée, assuré par des mentors au sein des campus numériques francophones (CNF). Ils les aident sur la réflexion et l’établissement des différents projets. Nous allons accueillir ces candidats pendant les heures d'ouverture des campus et on mettra à disposition tout le matériel nécessaire : connexion Internet, ordinateurs et deux mentors dans chaque campus », explique Cécile Auneau, coordinatrice de projet à l’agence universitaire de la francophonie en Europe de l’ouest. L’an dernier, sur les 6 équipes lauréates, trois étaient issues des CNF : 1 à Rabat et 2 à Madagascar. « C’est un bon ratio, commente-t-elle avec le sourire. Ensuite, on prend en charge tous les lauréats issus de CNF pour qu’ils viennent en France au campus e-éducation (C2E).
 
« Le créathon incarne le volet d’une manifestation plus large : le C2E », rappelle Jean-François Cerisier, vice-président de l’université de Poitiers. L’université est partenaire de cet hackathon. « Cette manifestation vise à engager des personnes pour agir avec le numérique. Par cet intermédiaire, nous contribuons à un éco-système régional du numérique éducatif et nous sommes partiellement responsable d’un mouvement d’intérêt scientifique dans l’e-éducation », ajoute ce dernier, particulièrement engagé dans ce domaine puisqu’il fait partie de l’un des rares laboratoires de recherches dont les thématiques portent sur l’e-éducation. Il représente, avec l’université de Poitiers, le côté expertise des produits proposés en formant des jurys qui jugeront les travaux. « Nous devrons rendre notre verdict le 18 mai. On aura jusqu’à 200 projets à étudier, il faut sélectionner les cinq plus aboutis ». Ils seront une quarantaine de personnes à former ce jury. 
 
Les lauréats présents au C2E de Poitiers
Jean-Michel Perron le rappelle, « Pour nous, le créathon est la première étape d’un processus d’innovation plus complet qui passe par l’accélération des projets sélectionnés ». Car les cinq lauréats vont être accompagnés pour développer leur produit de la mi-mai jusqu’au octobre prochain. L’objectif sera de faire mûrir leur projet et ils bénéficieront d’un soutien à distance par des mentors poitevins faisant partie du réseau Canopé. Du 8 au 12 octobre prochains, les équipes gagnantes participeront à Poitiers (le voyage sera pris en charge par l’AUF) aux ateliers d’accélérations organisés par le SPN et le réseau Canopé dans le cadre du C2E. 
 
Alors place à l’imagination pour ces professeurs, doctorants ou étudiants qui composent la plus grand majorité des inscrits et peut-être que leur future innovation aura un impact dans l’éducation et la pédagogie de demain. 

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Manolo Guizar - créathon 2015

Partager sur Facebook
Vu par vous
3887
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !