Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

07/08/20 : Suite au décret du 30 juillet dernier, le préfet des Pyrénées-Atlantiques a décidé de rendre obligatoire le port du masque dans l'espace public dans les communes de Bidart, Espelette, Guéthary et Saint-Jean-Pied-de-Port.

05/08/20 : Dès aujourd'hui, le port du masque est obligatoire dans les secteurs piétonniers d'Hossegor.

05/08/20 : Jean-Baptiste Irigoyen, le maire de Saint-Jean-Luz a fait savoir en début de soirée que sa ville rejoignait le club des villes du littoral basque exigeant le port du masque dans le centre-ville et notamment la rue piétonne Gambetta hyper fréquentée

04/08/20 : A compter du 05 août et jusqu'à nouvel ordre, le département de la Gironde et du Lot-et-Garonne sont placés en vigilance orange pour le risque "feux de forêt". Le département des Landes a cette vigilance depuis le 29 juillet dernier.

30/07/20 : 600 millions d'euros, c'est l'enveloppe annoncée par le premier ministre au président des Régions de France Renaud Muselier dans le cadre d'un "accord de méthode" signé à Matignon pour préserver leur capacité d'investissements après la crise du Covid

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 09/08/20 | Un cluster de Covid à Idaux-Mendy en Soule

    Lire

    l’ARS Nouvelle-Aquitaine signale l’existence d’un cluster à Idaux-Mendy (64); Il s’est formé lors d’un stage organisé par une association toulousaine fin juillet dans un gîte de la commune. Un premier cas positif a été détecté au retour à Toulouse le 31 juillet chez un enfant symptomatique, puis chez un deuxième enfant le lendemain. Tous deux avaient participé au même séjour à Idaux-Mendy. Au total, 6 enfants et 1 éducateur ont été contaminés. Le cluster est géré par l’ARS Occitanie en lien avec Nouvelle-Aquitaine, afin d’établir un traçage efficace.

  • 08/08/20 | La LPO Aquitaine cherche des "rapatrieurs"

    Lire

    Face au grand nombre d'animaux retrouvés en détresse par des particuliers, la Ligue de protection des oiseaux vient de lancer un appel à bénévoles pour transporter ceux-ci dans leur véhicule personnel. Leur mission : aller du lieu où a été trouvé l'animal jusqu'au centre de soins d'Audenge. La LPO cherche des volontaires en particulier sur les secteurs du Médoc, de Blaye, Libourne ainsi qu'en Dordogne. Contact : benevolot.cds33@lpo.fr.

  • 08/08/20 | Incendie d'Anglet: un adolescent mis en examen

    Lire

    C'est le procureur de la République qui l'a annoncé: un jeune apprenti de 16 ans, apprenti menuisier et vivant dans un foyer de Bayonne dans le cadre d'une assistance a été mis en examen. Il se serait vanté de son "exploit" à des camarades. Il avait déjà tenté de mettre le feu à sa chambre. S'il n'a pas reconnu les faits, le Procureur l'a mis en examen en raison d'indices graves concordants", mais Jérôme Bourrier insiste: "La présomption d'innocence doit être respectée". La peine maximale pour cet acte de destruction volontaire est de vingt ans de prison.

  • 08/08/20 | L’Open de France Espoirs et 100% filles de Surf annulés et reportés à Lacanau

    Lire

    Initialement prévu du 12 au 16 août, l’Open de France Espoirs et l’Open de France 100 % filles ont été annulés et reportés par les services de l’État, la ville de Lacanau et le Lacanau Surf Club. Cette décision a été prise suite aux conditions sanitaires actuelles, du pic de fréquentation touristique et du brassage géographique des compétiteurs. La Fédération et ses partenaires travaillent actuellement pour trouver une nouvelle date pour l’Open de France 100 % filles.

  • 07/08/20 | Bordeaux Métropole soutient le Liban

    Lire

    Suite aux évènements qui viennent de se dérouler à Beyrouth, le président de Bordeaux Métropole, Alain Anziani, propose d’allouer une aide exceptionnelle à Médecins Sans Frontières, qui est actuellement dans la capitale libanaise pour assurer l’aide médicale d’urgence, de 50 000€. MSF depuis 25 ans a sa plus grande base logistique à Mérignac. Fin septembre lors du prochain Conseil de Bordeaux Métropole, une délibération formalisera ce soutien.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Dans le village des irréductibles anti-G7

23/08/2019 | Le campement auto-géré du contre-sommet s'organise. Les militants se préparent à l'action

Albert, dit "toto", découpe un panneau de signalisation

Les militants anti-G7 ont été autorisés par la préfecture des Pyrénées-atlantiques à occuper un terrain sur la Corniche basque, à Hendaye. Depuis lundi, une population diverse, variée et bariolée, campe sur ce terrain de campagne bordant le littoral atlantique protégé. Dans ce centre de vacances désaffecté, appartenant jadis au groupe Nestlé, les militants anti-G7 viennent de partout. Ça parle anglais, allemand, basque. Ils ne se connaissent pas et s'organisent par leurs propres moyens. L'ambiance baba-cool-baby-foot est trompeuse. Sur le campement, es travailleurs bénévoles s'activent.

Lorsque les nouveaux militants arrivent, ils posent leur sac à dos et leur tente, avant de se présenter au bureau de la plateforme associative G7 EZ ou celle des Gilets jaunes. « Qu'est ce que je peux faire ? » Anouk, 22 ans, originaire de Grenoble (Isère), organise le planning. « Il y a souvent des trous ! C'est une chaîne autogérée, qui n'est pas toujours utopique ! » D'un côté, G7 EZ, plateforme composée d'une multitude d'associations, mouvements populaires, politiques et syndicaux. De l'autre, les Gilets jaunes. « On organise notre propre village, mais nous sommes tous là pour défendre la chose. Il n'y a pas de tension, car nous avons le même combat », explique Myriam, Bayonnaise de 68 ans. Les Gilets jaunes ont leur buvette, leur cantine, leur snack, leurs conférences et leur boutique. « Contrairement à ce que dit le gouvernement, nous ne sommes pas des chômeurs alcooliques. Nous avons tous un métier. Nous sommes des professionnels qui travaillont dans toutes les branches d'activité. C'est pour cela que nous sommes très bien organisés ».

 

Jano, responsable de la quincaillerie, met son stock à dispositionJano, responsable de la quincaillerie, met son stock à disposition 

Alain, gilet jaune d'Aubenas (Ardèche), a longtemps travaillé dans le secteur de la restauration. Jeudi soir, il cuisinait les frites qui accompagnaient les moules. Christian, quant à lui, s'occupe des vélos en libre service. Jano, responsable de la quincaillerie, met son stock d'outils à disposition.100 mètres carrées de matos.

 

"Fâché mais pas facho"

Les bénévoles fabriquent essentiellement des panneaux de signalisation. « Les voisins nous les arrachent, parce qu'ils craignent que le village reste après le sommet », explique Jano. A côté de lui, Noé prépare les banderoles pour la manifestation. « Faché, mas pas pas facho » est sa première réalisation. Elle termine : «  Que l'obscurité reste à ça place » (SIC). Gilet jaune de Castres, crête sur la tête, lunettes à écailles et jupe en tartan, Noé assume l'écriture phonétique. « Tout le monde doit pouvoir s'exprimer dans ce monde. C'est la biodiversité ! »

 

Noé, gilet jaune de Cahors, assume l'écriture phonétiqueNoé, gilet jaune de Cahors, assume l'écriture phonétique

La jeune militante punk participe à son premier G7. Elle a pris conscience qu'il fallait s'unir contre le capitalisme pour sauver le climat. « L'humain doit réapprendre à s'aimer. Il reste beaucoup de travail. Alors, tout le monde est le bienvenu. » De l'autre côté de l'atelier, une vive discussion éclate entre une jeune femme et Jean-Luc, 60 ans, Gilet jaune de la première heure. « Je n'ai pas besoin de toi. Je veux apprendre toute seul, t'as compris. Si tu veux me donner des conseils, tu demandes ! » Jean Luc, plombier bordelais de métier, vient d'installer la buvette et de réparer le lavoir. Il voulait donner un coup de main. «  Rien à voir avec le patriarcat, je voyais qu'elle s'embêtait avait la scie à métaux, c'est tout... »

« On discute, on débat et on assiste à des conférences », explique Michel, gilet jaune de 56 ans. Jusqu'à vendredi, les militants anti-G7 installent leur campement. C'est le temps de la réflexion. « A partir de samedi, c'est le début du G7, on passe à l'action. »

Au programme : samedi 24 août, pour le lancement du G7 à Biarritz, manifestation à Hendaye. Le lendemain, dimanche 25 août, "désobéissance civile pacifiques" autour de Biarritz, à Bidart, Anglet et Bayonne, en formant une zone "arc-en-ciel" sur les rond-points de la Cité de l’Océan à Biarritz, de Barroilhet à Bidart (sortie d’autoroute), de Maignon à Anglet, mais aussi devant les mairies d’Anglet et de Bayonne et enfin sur la place des Cinq-Cantons et sur la plage de la Chambre d’Amour, à Anglet.

 

Olivier Darrioumerle
Par Olivier Darrioumerle

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3651
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !