Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

10/12/18 : Mobilisation mardi matin dès 9h00 aux trois péages autoroutiers du Lot-et-Garonne orchestrée par la Coordination rurale 47 pour protester contre les taxes "Trop de taxes tue l'agriculture et les agriculteurs!" dixit la CR47.

10/12/18 : Charente-Maritime : au vue du contexte social actuel, le séminaire filière Fruits & Légumes de Nouvelle Aquitaine Propulso, qui devait se tenir les 11 et 12 décembre à Saintes est annulé. Une prochaine date devrait bientôt être fixée.

09/12/18 : La Rochelle : selon l'association Info Trafic 17, le dépôt pétrolier de La Pallice est bloqué ce soir par près de 200 personnes.

09/12/18 : Charente-Maritime : Annick Baillou a été nommée inspectrice d’académie-directrice académique des services de l’éducation nationale (IA-DASEN) de la Charente-Maritime. Elle succède à Gilles Grosdemange qui a fait valoir ses droits à la retraite.

09/12/18 : Samedi vers 23 heures, Jacqueline Dubois, députée du Sarladais a découvert sa voiture en feu, ainsi que celle de son mari, garées dans la rue devant son domicile de Vézac. L'élue a reçu de nombreux soutiens de la classe politique de tous bords.

09/12/18 : la manifestation des gilets jaunes d'abord pacifique à Bordeaux a dégénéré au milieu de l'après-midi lorsqu'une centaine de casseurs, ont jeté des projectiles divers sur les forces de l'ordre. Scènes de guérilla urbaine et dégradations ont suivi

08/12/18 : Forte participation à Bordeaux pour la Marche pour le climat: de l'ordre de 6 à 7000 personnes

08/12/18 : La Rochelle sera présente au Nautic de Paris du 8 au 16 décembre, stand G2 Hall 1, sous la bannière La Rochelle Force Océan. Elle y présentera ses différents événements sportifs comme la Minit Transat, dont les inscriptions sont désormais ouvertes.

07/12/18 : Rochefort : Véritable institution rochefortaise, l'ancien cinéma Alhambra devenu un studio de post-production de films et de musique inauguré au printemps dernier, organise une porte ouverte avec visite de ses locaux ce samedi de 14h à 19h. Gratuit.

07/12/18 : La Cité du Vin vient de recevoir 3 nouvelles récompenses de la part des professionnels de l'œnotourisme. Un International Best of Wine Tourism et 2 Iter Vitis awards "pour son action innovante et audacieuse en matière d'œnotourisme".

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 10/12/18 | Hashtag d’Argent pour Limoges

    Lire

    Très présente sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat et Linkedin) et avec plus de 67 000 abonnés, la Ville de Limoges a obtenu un « Hashtag » d’argent pour son engagement sur les réseaux sociaux pour communiquer avec ses administrés dans la catégorie « grandes villes de + 100 000 habitants ». Ce trophée, remis par l’Observatoire SocialMedia, récompense les territoires les plus agiles sur les réseaux.

  • 10/12/18 | Talents des Cités: les lauréats néo-aquitains

    Lire

    En Nouvelle-Aquitaine, Talents des Cités 2018 a distingué 3 créateurs d'entreprise dans les quartiers prioritaires de la Ville : Grégory Pédeboscq (Dax), et son food truck «La Cantoche», qui propose en partenariat avec des producteurs locaux sandwichs, burgers, salades et soupes originales ; Victor Du Peloux (Bordeaux) et son atelier bois coworking «La Planche» pour artisans, concepteurs et grand public, et Salomé Arenas (Pau), co-fondatrice de Monsieur Bernard, marque de vêtements et accessoires 100% plastique recyclé dont une partie est récoltée dans la Mer Méditerranée! Les lauréats nationaux seront connus fin janvier

  • 10/12/18 | Corrèze: la chambre d'agriculture dénonce la présence de L-214 dans les écoles

    Lire

    Réunie en session plénière le 26 novembre dernier, la Chambre d’Agriculture de la Corrèze demande à l’État, la Région, au Département et aux Maires l’interdiction immédiate de diffusion, dans toutes les écoles du département, des informations anti-viande de l’association L-214 éducation mais aussi de confier aux seuls organismes habilités et neutres à diffuser dans les écoles des informations justes sur l’alimentation et les produits agricoles.

  • 09/12/18 | Gilets jaunes : des violences à Bordeaux

    Lire

    Ce samedi à Bordeaux, de violents affrontements se sont déroulés en marge de la manifestation des gilets jaunes dès la fin d'une marche (ayant rassemblé environ 5000 personnes) vers l'hôtel de ville, en milieu d'après-midi. Dans un communiqué tardif, la préfecture évoque des "dégradations de bien publics (notamment des feux de barricades), de vitrines commerciales, de mobiliers urbains". Les services de police ont interpellé 44 personnes. 26 blessés sont à déplorer, dont un jeune manifestant ayant perdu sa main en voulant renvoyer une grenade lacrymogène.

  • 07/12/18 | «Signalement Voie Publique» le nouveau service de proximité de la Ville de Lormont

    Lire

    Déployé par la municipalité début novembre sous l’acronyme SVP, il vise à améliorer le signalement des dysfonctionnements ou anomalies au sein des espaces publics (propreté, stationnement abusif, éclairage défectueux). A bord d’un véhicule sérigraphié «Signalement Voie Publique» et du numéro de téléphone créé pour l’occasion (0633146911), deux agents circulent du lundi matin au samedi soir dans la commune. Ils doivent s’assurer et faire preuve de vigilance quant à la bonne tenue de la voirie, du mobilier urbain, de la chaussée ou des éclairages publics.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Dans les Landes, le maïs doux à l'heure de la récolte

30/09/2010 |

La machine à récolte en bout de rangée

Alors que la Gironde entame les vendanges, le département des Landes, quant à lui, voit arriver la fin des récoltes de maïs doux. Débutées mi-juillet, elles se termineront autour du 15 octobre, soit environ 100 jours après les derniers semis du mois de juin. Désormais, de jour comme de nuit, sur les exploitations c'est le grand bal final des machines à récolte pour fournir en continu les usines de conditionnement. A Labrit, sur l'exploitation de Christophe Lespes, Aqui est allé voir au plus près comment se déroule la récolte.

Aux explications techniques, un expert, Didier Daugreilh, technicien de cultures chez Aquitaine Légumes Surgelés : « la récolte des épis se fait entre 28 et 35 jours après la floraison. Tout dépend de la température, s'il fait très chaud c'est plus rapide. » Mais, pour ne pas risquer de rater le moment optimal pour la récolte « on analyse, sur des échantillons, le taux de matière sèche des grains tous les deux jours à partir de la floraison. » Et, selon le variétés, les choses sont précises : pour le maïs doux standard, la récolte se fait lorsqu'on est à 28 ou 29% de matière sèche, mais pour le maïs « Super sweet », qui est encore plus sucré que le standard, la récolte sera faite lorsque le taux de matière sèche atteindra environ 23 %. C'est une question de qualité gustative et de présentation. « A 30 % de matière sèche, le « super sweet » serait fripé et pas présentable aux consommateurs », en bref beaucoup moins appétissant que les jolis grains bien ronds et bien jaunes qui viennent colorer nos salades.

Limiter les risques d'écrasementA l'intérieur de la cueilleuse...
Mais pour que les grains gardent cette robe si attrayante, ils ne doivent pas non plus être abimés lors de la récolte en elle-même. Alors, bien sûr, avec une récolte à la main le danger serait écarté. Mais, en termes de rentabilité, et de pénibilité du travail, le compte n'y serait pas. Par conséquent, si ce sont bien des machines qui se chargent de la récolte sur les 19,5 ha de Christophe Lespes, comme ailleurs dans les Landes, elles sont spécifiques à la récolte du maïs doux. Par exemple, les courroies qui ramènent les épis à l'intérieur de la cueilleuse lors de son passage sont en caoutchouc, et non en fer comme c'est le cas pour le maïs grain. On limite ainsi les risques d'écrasement ou de choc des grains. « Les seuls cas où les épis sont ramassés à la main, c'est lorsqu'ils sont vendus frais, pour éviter d'abimer les spathes, mais ça ne représente que peu de surfaces », précise Didier Daugreilh.

Bon d'enlèvement pour traçabilité des grains
Transfert de récoltePour gagner du temps lors du conditionnement, la cueilleuse, au fur et à mesure de la récolte, fait un premier tri entre ce qui est épi et ce qui ne l'est pas comme les feuilles ou la tige, qui seront rejetées à l'extérieur. Une fois que la machine a atteint sa capacité de contenance maximale, un transbordeur vient recueillir la récolte et la ramène jusqu'à des camions qui attendent en bordure du chantier de récolte. Ceux là partiront, alors, immédiatement pour l'usine avec un bon d'enlèvement précisant le numéro de la parcelle. « C'est grâce à ce numéro qui est présent dès les semis, que l'on pourra garantir la traçabilité des grains » insiste le technicien de culture. Une fois à l'usine, les épis seront égrainés puis les grains triés et conditionnés, pour arriver toujours aussi beaux et bons dans nos assiettes !

Solène Méric

Partager sur Facebook
Vu par vous
3519
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !